AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 La vie n'est que ronces et l'amour en est sa plus cruelle épine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

La meilleure façon de résister à la tentation, c'est d'y céder.
La meilleure façon de résister à la tentation, c'est d'y céder.
avatar
Neïlina K. Kramers

▻ Messages : 180
▻ Date d'inscription : 21/01/2017

MessageSujet: La vie n'est que ronces et l'amour en est sa plus cruelle épine   Mer 25 Jan - 19:52

Neilina Kaylynn Kramers

QUAND TU SOUFFRES, REGARDE LA DOULEUR EN FACE: ELLE TE CONSOLERA ELLE-MÊME ET T'APPRENDRA QUELQUE CHOSE. - ALEXNDRE DUMAS

▻ Conte d'origine : Mythologie grecque ~ La petite fille aux allumettes ~ Les trois mousquetaires
▻ Nom du personnage de conte : Médusa ~ La petite fille ~ Milady de Winter
▻ Lieu de naissance : Ma première naissance a eu lieu dans l'Olympe pendant l'hiver, un saison qui me suivi pour chacune de mes vies
▻ Âge : 33 ans
▻ Localisation actuelle : Storybrooke
▻ Occupation/métier : Gérante de la boite de Strip-tease
▻ Orientation sexuelle : J'aime tout ce qui apporte du plaisir
▻ Statut matrimonial : Marié à un homme qui l'a comdamner à mort du coup on va dire que ça compte pas
▻ Caractère :  courageuse • dangereuse • douce • méchante • adorable • garce • drôle • peste • joyeuse • manipulatrice • chaleureuse • arrogante • autoritaire • intelligente • bavarde • réfléchie • têtue • sérieuse • jalouse • ambitieuse • possessive • aimable • dépensière • égoïste • battante • froide • maline • exigeante • futée • curieuse • intuitive • capricieuse • indépendante • méfiante • honnête • rancunière • juste •  mature • sadique • optimiste • sournoise • originale • bagarreuse • ouverte d'esprit • colérique • ponctuelle • hypocrite • souriante • hautaine • narcissique • sociable • serviable • bipolaire • volcanique • croqueuse d'homme • Insensible • perspicace  • altruiste • méfiante • passionnée • combative • tenace • aventureuse • Bornée • méticuleuse • téméraire • joueuse • autodestructrice • charismatique • sanguine • Énigmatique • bipolaire
▻ Groupe : Storybrookians
▻ Feat. de l'avatar : Rachel McAdams
Comment tu vis ?

▻ Que penses-tu de la situation de la contrée dans laquelle tu te trouves ? La vie à Storybrooke et  l'arrivée de ceux qui n'ont pas été maudit dans cette dernière m'inconforte. Notemment parce que ca augmente la probabilité de chance qu'un de mes ennemi mortelle ne me retrouve. Donc non je suis pas extrèmement heureuse de cette situation là. Seulement, je n'ai pas le choix alors je sers les dents.

▻ En quoi la situation actuelle affecte-t-elle ton existence ? En quoi ca affecte mon existence ? Sincèrement vous voulez que je vous torde le coup ? A cause de cette satanée Emma j'ai deux mes deux personnalité qui se batte en duel constemment dans ma tête. Je suis devenue une satanée de skysophrène et croyais moi c'est pas facile tout les jours donc la situation actuelle m'affecte oui.

▻ As-tu choisi un camp ? Lequel et pourquoi ? Un camp si on se base à ma place dans l'histoire je dirais que je suis dans le camp des méchants, mais en réalité je suis dans le camp du gagnant. Je refuse de me cantonner à un seul camp et le seul qui m'intéresse réellement c'est celui qui servira mes intérêts.

▻ Est-ce que tu sais utiliser la magie ? Oh oui, mais je la déteste, je hais la magie, autant que je peux la hair. Dire que je la pratique est un bien grand mot en réalité je la subis. Une partie de moi est immortelle, celle de la Gorgone bien entendu. Grâce à cette même partie j'ai plusieurs particularité :

- Pétrification, grâce à la malédiction que la déesse vierge quiconque croisait mon regard devenait une statue de pierre. Depuis que le sort noir nous a emmené dans cette ville quasiment dénudée  de magie, je suis uniquement capable de donner des maux de tête lorsque je m'énerve.

- Yeux de serpent, encore un résidu contre lequel je ne peux rien, ceci dit je préfère ça à avoir des serpents dans ma chevelure

- Résistance à la Douleur : Avoir été transformé en Gorgone m'a permis de développer une large résistance à la douleur. Je suis capable d'endurer une plus grande douleur que la plupart de mes semblables. Avantageux pour une tueuse en série non ?







Toi derrière l'écran.

▻ Pseudo : Maat
▻ Code du règlement : validé par moi-même
▻ A quelle fréquence penses-tu mettre ton nez dans le livre de contes ? on va essayé tout les jour comme pour Juju.
▻ Comment as-tu connu le forum? Qu'en penses-tu? Une idée pour l'améliorer ? J'ai déjà répondu a cette question, j'ai participé à sa création.
▻ Souhaites-tu un parrain/une marraine ? nop

Code:
CODE POUR L'AVATAR A FAIRE EN FONCTION DU BOTTIN
Revenir en haut Aller en bas

La meilleure façon de résister à la tentation, c'est d'y céder.
La meilleure façon de résister à la tentation, c'est d'y céder.
avatar
Neïlina K. Kramers

▻ Messages : 180
▻ Date d'inscription : 21/01/2017

MessageSujet: Re: La vie n'est que ronces et l'amour en est sa plus cruelle épine   Mer 25 Jan - 19:55

I was Médusa
Phrase d'accroche



Mon nom est Médusa, oui Médusa, la Gorgone de la mythologie. Celle qui fut réputée pour avoir des serpents à la place des cheveux. Je devais l'avouer mon apparence n'avait rien de très attirante, mais je ne fus pas toujours ainsi. Vous ne connaissez que la dernière partie de mon histoire. Vous me connaissez uniquement sous mon enveloppe repoussante et terrifiante qui a fait plier plus d'un chevalier. Laissez-moi vous raconter la vraie toute l'histoire et peut-être qu'ainsi vous verrez que j'étais plus que la Gorgone qui pétrifiait les personnes qui croisaient mon regard sans la moindre once d'humanité.

Je naquis de l'union de deux divinités marines, Phorcys et Céto accompagnées par mes sœurs, Euryale et Sthéno. Contrairement à mes sœurs et également à mes parents, je n'étais point immortelle. De mon vivant je n'ai jamais envié l'immortalité de mes sœurs, bien que parfois j'admirais leur robustesse, elles n'étaient jamais malades, jamais fatiguées, ...
En réalité même si le temps avait un impact sur moi, je n'étais pas totalement dépourvue de spécificité. A dire vrai j'étais très belle, oui je me doute que cette nouvelle doit vous surprendre, mais croyez le où non je n'ai pas toujours eu des serpents à la place de mes cheveux. A l'origine j'avais des cheveux magnifiques, d'un brun profond et chaud qui contrastait souvent avec la blondeur de ceux de mes sœurs. Quant à mes yeux ils n'ont pas toujours été froid et terrifiant et encore moi semblable à ceux des serpents, ils étaient d'un vert envoûtant comme ceux de ma mère. Bref, j'avais une apparence humaine, j'étais désirable, gracieuse et avant que la colère et la rancœur ne vienne noircir mon âme j'étais également douce, naïve et légèrement peureuse.
Entourée de ma famille j'ai eu une enfance heureuse. J'ai grandi sans jamais manquer de rien protégée, aimée. Tout me promettait un avenir parfait. A l'orée de mes dix-huit ans, mon père tenta de nous mettre en garde, mes sœurs et moi de la cruauté des hommes. Je comprends désormais que c'était surtout pour moi qu'il avait usé tant d'énergie à nous parler de cela. Mais j'étais naïve, je voyais la vie sous son meilleur jour, je refusais de croire aux dires de mon père, le prenant pour un fou trop protecteur qui s'échinait à me mettre en garde pour me garder plus longtemps près de lui. Mais intérieurement j'avais toujours rêvée d'aventure. Ayant toujours été surprotégée je ne connaissais rien de la vie, la guerre, la colère, la haine, je ne l'avais jamais vécue. J'étais même persuadée que ces actes-là n'étaient que des mythes destinées à m'effrayer.

Je me trompais. J’ai appris à mes dépens que tout cela était réel. J’avais voulu croire en l’amour, j’ai cru Poséidon lorsqu’il me murmurait qu’il m’aimait. Tout cela était faux. Mes sœurs m’avaient bien prévenu de ne pas m’aventurer dans cette grotte. Elles avaient voulu prévenir notre père de mes envies. Cependant je les avais dissuadés de parler, je les avais manipulés en leur faisant croire que je resterais avec eux, que Poséidon n’avait aucun intérêt pour moi. Je ne sais pourquoi elles m’ont cru, ou si plus simplement elles m’ont un jour cru. Pourtant, elles gardèrent leur langue.
De mon côté, j’avais attendu que la nuit tombe et que Morphée embrasse ma famille pour m’échapper. J’avais couru jusqu’à en perdre haleine vers mon bien aimé. Je le jure en cet instant j’étais heureuse, je me sentais vivante. Je me suis offerte à lui dans le temple d’Athéna. Cette nuit-là avait été la plus belle de toute ma vie. J’avais vécu l’amour sous toutes ces formes. Alors que j’étais endormie dans les bras de mon amant, ce dernier m’abandonna. Avait-il eu l’intention de revenir avant mon réveil ou m’avait-il juste laisser-là fière d’avoir eu ce qu’il voulait de moi ? Je n’en saurais jamais rien.La seule chose que je sais c'est que ce fut mes soeurs qui me réveillèrent, réveillé en plein milieu de la nuit par des rêves étranges elles avaient remarqué mon absence et c'étaient lancées à ma recherche. En me voyant nu comme un vers, elles m'avaient recouverte d'une étoffe blanche qui gisait un peu plus loin dans le temple et ce fut à cet instant précis où la déesse de la guerre nous transformèrent en Gorgone. Vexée et en colère, elle nous enleva toute apparence humaine, nos cheveux furent remplacés par d'horrible serpent, de grandes ailes dorées poussèrent dans notre colonne vertébrale dans une douleur insupportable accompagnées par d'immense griffes de même couleur à la place de nos ongles. Quant à nos yeux, ils furent transformés par ceux des serpents, nous avions juste conservé nos couleurs d'origines soient bleus pour Euryale et Sthéno et vert pour moi. Si quelques heures plus tôt nous étions désirables il n'en était plus rien désormais. La déesse de la guerre, s'en était assurée. Jamais je n'avais éprouvée de telles douleurs de toute ma vie. Cette nuit-là j'avais exploré toutes les émotions passant de l'amour à la haine en quelques heures. Cette souffrance ne m'a jamais vraiment quitté, j'avais été blessé intérieurement, blessé dans mon corps et dans mon âme, j'avais abandonné toute joie et toute once d'amour pour me laisser porter par une haine viscérale et destructrice. Rapidement nous découvrîmes que lorsqu'une personne croisait mon regard il se retrouvait transformé en pierre pour l'éternité. Je dois l'avouer je n'ai jamais compris pourquoi la déesse de la guerre et de la sagesse (bien que je ne vois pas en quoi cette femme est sage) avait choisi de bannir mes soeurs de la même manière qu'elle l'avait fait avec moi. Elles n'y étaient pour rien, pourtant elles subirent avec autant de cruauté le gourou d'Athéna.

Bannies dans les terres les plus arides et reculées du royaume de golden land, mes soeurs tentèrent de trouver une solution tandis que je me laissais envahir par la noirceur d'Hadès. Ce dernier me susurrait ses pensées lorsque mes soeurs dormaient, il m'invitait à le rejoindre, il disait qu'ensemble nous pourrions nous venger sur tous les autres. J'avoue avoir souvent pensé que le rejoindre était une bonne idée, mais je me refusais à lui. C'était un homme et malgré tout ce que je pouvais bien revendiquer Poséidon régnait toujours en maître dans l'infime partie de mon coeur qui n'avait pas été rongé par la noirceur.

Après quelques années passées à nous battre contre milles et un chevalier qui se prenaient pour des dieux, mes sœurs perdirent l'espoir d'une quelconque rédemption. Pour ma part je n'y avais jamais cru. J'arpentais régulièrement, notre demeure me perdant dans le regard des Hommes que nous avions vaincus. Ils avaient tous la même expression sur leur visage : l'horreur, le dégoût, la peur.

J'étais persuadée que le reste de ma misérable vie allait être ainsi, rythmée par des combats perdus d'avance à broyer du noir.

Une nuit alors que nous dormions paisiblement, les unes contre les autres, seuls résidu de nos vies passées, Persée un nouveau demi-dieu entra dans notre demeure bien décidés à nous tuer. Une épreuve qui aurait pu se solder par un échec cuisant si ce dernier n'avait pas reçu un peu du soutien des dieux et notamment celui de mon ennemi jurée Athéna. Persée me coupa la tête dans mon sommeil pétrifiant mes soeurs avec ma tête, avant de remettre cette dernière à sa déesse.
De mon sang naquit les enfants que mon union avec Poséidon avait créé : Pégase et Chrysaor, mes fils. Oui, vous ne rêvez pas, je suis belle et bien la mère de Pégase, le cheval ailé. En ce qui concerne mon second fils, il était magnifique, du peu que j'ai pu le voir il me ressemblait, il était humain. Un magnifique bout d'homme qui avait pour seul particularité d'avoir une épée en or dans sa minuscule petite main. Ils furent la dernière chose que je vis avant de vivre un nouvel enfer au service de mon ennemie qui se servait de ma tête comme d'une arme. Si Pégase se livra au service de Zeus, mon deuxième fils lui semblait moins enclin à ce type de servitude. S'il m'était quelques fois permit de voir mes fils enfin surtout Pégase pour être honnête, je n'ai jamais pu leur parler. En réalité je n'ai jamais pu rien faire d'autre que les voir et encore si Athéna aurait pu l'éviter, je suis certaine qu'elle l'aurait fait.

Les siècles passèrent tous semblable les uns aux autres, la guerre rythmant mon quotidien, avant que ma rédemption vienne enfin se proposer à moi. Je ne sais par quel miracle cette dernière m'a été permise. Je me rappelle juste de cette discussion que j'avais eue avec Zeus. J'avais droit à une nouvelle chance, dans un autre monde, dans une autre vie, je serais dépourvue du souvenir de cette vie mais j'aurais tout de même droit à une nouvelle chance.

Une chance d'être heureuse et de vivre cette vie que l'on m'avait arrachée sans aucune pitié. J'avais accepté sans aucune hésitation et c'est ainsi que je l'Olympe me rendit ma liberté. Je ne sais ce que sont devenues mes soeurs, peut-être qu'elles aussi ont eu droit à une nouvelle vie, qui sait un jour je le saurais peut-être.

Une nouvelle chance, mais Zeus m'avait prévenu, dans cette vie je serais confrontée à mes plus grands démons, mes plus furieuse tentations, j'avais pour mission de racheter mon âme loin de l'esprit pervers de Poséidon et loin de ma terre natale.



_________________
you're my heart you're my death
Revenir en haut Aller en bas

La meilleure façon de résister à la tentation, c'est d'y céder.
La meilleure façon de résister à la tentation, c'est d'y céder.
avatar
Neïlina K. Kramers

▻ Messages : 180
▻ Date d'inscription : 21/01/2017

MessageSujet: Re: La vie n'est que ronces et l'amour en est sa plus cruelle épine   Mer 25 Jan - 20:02

I was Anne
La petite filles aux allumettes



On ne choisi pas sa naissance, c’est une évidence pour beaucoup de personne, mais pour moi je suis certaine que ma naissance à été très judicieusement choisi par Zeus. Je suis la fille d’une prostituée, alcoolique et incapable de s’assumer seule. L’unique enfant de cette femme que j’ai trop aimé. Cette  femme qui jouait de ses charmes, ou du moins de ce qui lui restait de charme, qu’importe elle tirait l’argent de la maison en procurant du plaisir à la gente masculine et parfois la féminine quand l’occasion se présentait. J’ai passé les huit premières années de ma vie dans la dépravation la plus parfaite, la débauche était ma plus fidèle amie, et les vices d’Hadès mes compagnons de tous les jours.
Pourtant j’aimais ma mère aussi piteuse soit-elle. Je savais qu’elle faisait de son mieux, je l’avais admiré prendre des coups pour me protéger. Elle m’aimait. Seulement, elle n’aurait jamais dû enfanter. Elle était incapable de s’occuper d’elle alors d’une petite fille encore moins, mais elle faisait de son mieux. C’était la seule chose qui m’intéressait.
Je n’ai jamais connu mon père. Parfois dans ses courtes phases de gueule de bois, qu’elle partageait avec celui qui lui ramenait se qu’ils appelaient des « clients », elle lui laissait entendre que j’étais sa fille, mais à chacune de ses magnifiques et vaines tentatives, elle se trouvait contrer par une réplique qui restera à jamais encré dans mon esprit : « Tu n’es qu’une salle pute, ta gosse pourrait être à n’importe lequel de tes clients fou toi ça dans le crâne ! »

Ce fut durant l’hiver de mes huit ans que ma mère trépassa. Un beau matin je l’avais trouvé inerte dans son lit, les jambes entrouvertes avec un drap miteux sur le corps, les yeux entrouverts, vide et inexpressif. Ce jour-là j’ai passé la journée à essayer de réveiller ma maman. Toutes mes tentatives furent réduites à néant et dès que la nuit avait pointé le bout de son nez, mon pire cauchemars était arrivé ivre et fou de rage à l’idée d’avoir perdu son gagne pain. Ce dernier, m’a foutu dehors sans la moindre pitié, j’avais juste sur moi le peu de vêtements que je m’étais enfilé et les bougies que j’étais allé chercher pour essayer de réchauffer ma défunte mère. Ca avait été ma dernière idée pour la faire revenir, mais il ne me laissa pas le temps de la concrétisé.

Le froid me glaçait le sang. La neige tombait. C’était le dernier soir de l’année, la veille du jour de l’an. Au milieu de ce froid et de cette obscurité, je marchais sans savoir où aller. J’étais seule. Mes piètres souliers dans lesquels je nageais légèrement, laissait entrer la neige qui me glaçait les orteils et qui me donnait l’impression de marché sur des couteaux acéré. Mes oreilles, me faisaient horriblement souffrir le froid leur donnaient une couleur rougeâtre, presque bleu tout comme toutes les extrémités de mon corps. Voilà maintenant une semaine que je marchais seule et frigorifiées, j’avais réussi à vendre une de toutes mes bougies à la boulangère du village afin de me payer un morceau de pain. Ô comme je l’avais savouré ce précieux repas, la vielle femme m’avait également offert un nouveau gilet, pour que je puisse rentrer chez moi au chaud. Seulement, je n’avais plus de chez moi.
Les flocons de neige tombaient dans mes longs cheveux bruns, si gentiment bouclés autour de mon cou, le vent venait caresser mon visage douloureux, mes petites mains serré le dernier bien que je possédais : les allumettes qui aurait dû réchauffer le corps de ma maman. Autour de moi, les lumières brillaient aux fenêtres, le fumet des rôtis s’exhalait dans la rue. J’avais tellement faim.

Repérant un coin qui me paraissait à l’abri du froid environnant, je m’y précipitais, retenant le sanglot qui menaçait se s’emparer de mon corps. M’asseyant dans ce coin, je me recroquevillais sur moi-même, tentant de trouver un peu de chaleur. Dans mon mouvement, je faisais tomber la boite d’allumette que je trimbalais.  Un peu de chaleur, c’est tout ce que je désirais. Je la frottais sur le mur et sa flamme vint illuminer mon espace. C’était une flamme chaude et claire comme une petite chandelle. Quelle magnifique lumière ! Malheureusement sa chaleur ne dura qu’un instant, la brûlure de son incandescence venant brûler le bout des doigts congelés. J’en frottai une seconde, qui brûla, qui brilla, et, là où la lueur tomba sur le mur, il devint transparent comme une gaze. Je pouvais voir jusque dans une chambre où la table était couverte d’une nappe blanche, éblouissante de fines porcelaines, et sur laquelle une oie rôtie, farcie de pruneaux et de pommes, fumait avec un parfum délicieux. Tout à coup l’oie sauta de son plat et roula sur le plancher, la fourchette et le couteau dans le dos, jusqu’à la pauvre blondinette. L’allumette s’éteignit : je n’avais devant moi que le mur épais et froid. Comment était-ce possible ? Je n’avais jamais vu une table de se genre, mais j’étais certaine d’une chose les dindes cuite ne peuvent marcher à nouveau.  La lumière s’estompa et la scène de la dinde disparu.  Perplexe, et attiré par cette nouvelle sensation, j’en allumais une troisième allumée. Aussitôt je retrouvais la blondinette assise sous un magnifique arbre de Noël. Il était plus grand encore que celui que j’avais aperçu dans les maisons devant lesquels j’étais passée, chez le riche marchand. Mille chandelles brûlaient sur les branches vertes, et des images de toutes couleurs, comme celles qui ornent les fenêtres des magasins, semblaient lui sourire. Fascinée par cette beauté j’élevais les deux mains : l’allumette s’éteignit ; toutes les chandelles de Noël montaient, montaient, venant réveillé la brillance des étoiles. Une d’elle tomba et traça une longue raie de feu dans le ciel. Fascinée, je courrais derrière, un sourire admiratif aux lèvres. Le regard rivé sur les traces de feu qui volait bien haut dans le ciel, je ne regardais pas où je marchais. Rapidement, je venais percuter le corps d’un homme. Coupée dans mon élan je tombais en arrière mes fesses heurtant le sol glacé de la rue, un léger gémissement s’échappant de mes lèvres, je levais la tête vers le ciel. La lumière avait disparu. Une grosse main se présentant à moi, je la saisissais légèrement tremblante. « Que fais-tu dans la rues à cette heure-ci mon enfant ? Tu devrais être au chaud dans ton lit ! Où est ta maison ma petite je vais te raccompagner. » Mon regard posé sur le vieil homme tout de noir vêtue, je l’assimilais à un homme des hommes que ma défunte mère m'avait un jour déconseillé d'approcher. Contrairement aux autres hommes qui m’avaient été permis de rencontrer dans mon enfance, celui là ne me semblait pas pris d’une quelconque méchanceté ou violence. J'ignorais les raisons qui avait poussé ma mère à me dire cela, mais je décidais de me fier à mon instinct. Après quelques secondes passé à se scruter l’un l’autre je décidais d’y répondre sans mentir : « Je n’ai plus de maison, ma mère est morte et je ne sais pas qui est mon père. » Une lueur de surprise et d’inquiétude illuminant le regard sage du vieil homme, je sentais une bourrasque de vent glacé, s’abattre contre mon corps, provoquant ainsi l’apparition de nouveaux frissons. « Viens avec moi, tu ne peux pas rester dehors avec ce froid, tu me parleras de tout ça devant une bonne soupe mon enfant ! »  Conciliante et surtout heureuse de cette perspective de chaleur, je suivais l’inconnu en silence, tête baissé le regard à l’affût du moindre piège.

Assise sur une chaise en face d’un doux feu de cheminé, je me délectais de cette nouvelle sensation tandis que le vieil homme avait disparu pour partir quérir l’aide d’un certain Gaspard et d’une Marie-Marguerite. J’ignorais ce qu’il allait m’arriver, mais je sentais que ça ne pouvais pas être pire que ce que j’avais déjà vu. Les deux compères du prêtre firent leur apparition en quelques minutes. Ce fut la vielle femme qui m’approcha la première, bien trop rapidement, effrayée, je reculais mettant ainsi court à son avancé. « N’aie pas peur mon enfant, on veut juste te poser quelque question ! » « Marie, allez donc lui chercher un peu de soupe et de pain. « Tout de suite ». La femme disparaissant, je reportais mon attention sur le prêtre et l’autre homme. Comme il l’avait promis sa question tomba : « Quel est ton nom jeune fille, d’où vient-tu ? ». La vérité, je savais qu’il risquait de me mettre dehors, j’avais cru comprendre au cours de mon enfance que les hommes d’église ne concevaient pas le travail que faisait ma mère, mais je n’avais pas honte d’elle. Fièrement et d’un ton sans appel je lui répondais : « Anne, c’est le nom que m’a donné ma mère. Je suis la fille d’une prostituée d’un village voisin. Il y a quelques jours elle est morte et j’ai dû partir. »

_________________
you're my heart you're my death
Revenir en haut Aller en bas

La meilleure façon de résister à la tentation, c'est d'y céder.
La meilleure façon de résister à la tentation, c'est d'y céder.
avatar
Neïlina K. Kramers

▻ Messages : 180
▻ Date d'inscription : 21/01/2017

MessageSujet: Re: La vie n'est que ronces et l'amour en est sa plus cruelle épine   Mer 25 Jan - 20:03

I was Milady de Winter
Les trois mousquetaires



L’adoption réalisée par le Jean, et sa sœur Marguerite fut rapide. J’avais un nom de famille qui inspirait la confiance, Anne De Breuil, tout le village savait que j’étais une enfant de la rue, mais personne ne connaissait mon histoire. Je n’avais pas le droit de la raconter. Mon passé bercé par les griffes de Satan devait rester secret et mon éducation devait être revu à la hausse. Ce fut le médecin du village, le même homme qui avait été appelé par le Jean la nuit de notre rencontre, qui attaqua mon éducation. Pour ma part, j’accompagnais mon père adoptif Jean durant ses sorties.

Une année passa avant que je ne fasse la rencontre des Winter. C’était  durant une après midi, alors que j’étais en train d’aider monsieur De Breuil pour l’organisation de son prochain offices, un serviteur de monsieur Winter était venu nous quérir. Il demandait ses services et je l’ai suivi. C’est une fois arrivé dans la sublime demeure des Winter, que nous fûmes au courant de l’objet de leur demande. L’unique enfant des Winter était morte de la grippe. Une fillette de quelques mois mon aînée, dénommée Milady, je me souviens que la première fois que j’avais entendu ce prénom, je l’avais trouvé tellement bourgeois. Ce qui n’était pas forcément une bonne chose. Revenons à nos moutons, la fille prodigue était décédé, laissant une mère détruite par le chagrin et un père prit au dépourvu. En effet, si la mère semblait effondrée par la perte de sa fille, l’homme lui semblait à peine effleurer par la nouvelle, il énonçait les faits avec froideur et un détachement que j’avais trouvé fascinant.  Le regard rivé sur le masque de glace du père endeuillé, j’en avais perdu tout attention à ses dires, ce n’est que lorsque Jean posa sa main sur mon épaule que je revenais à moi. « Anne, tu es trop jeune pour ce genre de tâche, attends moi ici tu veux et sois sage. » Hochant la tête je le laissais s’en aller.

J’étais désormais seule, dans ce hall d’entrée trop froid, et débordant de tristesse, les servantes avait une mine déconfites, elles marchaient sur des œufs, prête à encaisser un coup brutal. Elles me reluquaient de temps à autre, ouvrait la bouche sous le coup de la surprise, mais ne disait rien. J’ignorais tout des causes de leur comportement, jusqu’à ce que madame Winter fasse son apparition en haut de l’escalier par lequel avait disparu. Cette dernière, comme tous les employés de cette maison était restée ébahi devant moi avant que ses lèvres ne se desserrèrent pour laisser échapper le nom de sa défunte fille. Le visage rongé par la tristesse, madame de Winter accourait déjà vers moi, se jetant à mes pieds sans la moindre délicatesse.  Sans savoir pourquoi, j’avais eu terriblement peur de cette effusion de sentiment. « Ô ma petite fille vous êtes vivante ! Merci mon dieu vous me l’avez rendu ! Ma petite Milady » La mère déplorée, caressant mes cheveux, je grimaçais légèrement, guère habituer à ce genre de contact avant de répondre d’une voix gênée : « Vous vous méprenez madame, je m’appelle Anne, toute mes excuses »

Le lendemain, madame de Winter accompagnée par son mari, vinrent en personne devant la maisonoù je vivais afin de négocier mon achat. J’ai été vendu comme un objet aux Winter. Bien entendu, cette perspective ne plaisait pas à tout les partis. Cependant, il n’a pas tellement eu le choix. D’après le peu que j’ai entendu mon adoption lui éviterais la radiation de ses droit d’exercer dans le village.
Ca aurait pu être l’opportunité de ma vie, c’est comme ca que me l’a présenté l’homme qui m'avait recueilli d’ailleurs. Il m’avait promit que cette nouvelle famille allait me permettre d’avoir un rang social élevé. D’avoir tous mes rêves qui se réalisent, et de vivre une vie de princesse. Bien entendu, je devais taire mes origines et dans cette nouvelle famille j’allais également devoir me présenter sous le nom de la défunte enfant : Milady de Winter ; Il n’y avait plus de Anne. La fille de la prostituée du village, était morte le même jour que sa catin de mère et Anne de Breuil n’avait jamais existé. Il n’y avait toujours eu que Milady et seulement Milady.

Le reste de mon enfance fut un tissu de mensonge, le plus parfait et le plus convaincant.  Malgré tout j’en ai retiré de bonne chose, comme l’amour de madame De Winter. Elle savait que je n’étais pas sa fille, mais elle m’aimait, ceux malgré la lueur de souffrance qu’elle avait dès qu’elle prononçait mon prénom. A contrario, son mari, lui avait très bien compris que je n’étais pas sa fille. Il m’avait adopté à des fins uniquement politique et financière.
Lorsque mes formes féminines finirent par faire leur apparition, il avait vu en moi une nouvelle chose : un jouet sexuel, plus jeune que sa femme et dont la soumission serait totale. Il avait vu juste, la première fois qu’il avait pénétrée dans ma chambre pour me voler ma vertu, il avait susurré à mon oreille que je lui devais bien cela. A treize ans, j’étais souillée et j’avais l’impression d’être comme ma mère : une catin. J’étais une catin. J’avais volé la vie à une fillette morte prématurément. Mon père adoptif m’avait brisé. Il m’avait tout prit et m’avait renvoyé en quelques secondes dans les baffons qui m’avaient vu naître.
Se retour en arrière me changea du tout au tout, le peu d’innocence que j’avais en moi donna la place à un subtil désir de vengeance. Les années passèrent et rien en changeait, ma mère adoptive était fidèle à elle-même, aimante et douce, elle ne se doutait pas le moins du monde des choses que me faisait son mari. Dès qu’elle était de sortie, mon enfer recommençait. Il avait de cesse d’abuser de moi, il aimait entendre mes cris de protestation et jouissait de la souffrance qu’il m’offrait. Rapidement, j’oubliais les bonnes leçons que m’avait données le père Jean. La bonté et la gentillesse ne menaient nulle part, à la place je vénérais mes rêves de grandeur, je  maitrisais l’hypocrisie à la perfection. Mais surtout, je préparais ma vengeance.
Tout commença à mes seize ans, mon ignoble « père », c’était amouraché d’une nouvelle servante, oubliant donc ma petite personne pour la première fois depuis longtemps, ce qui m’arrangeait, mais l question ne se posait pas en cet instant. Je savais quoi faire pour le discréditer aux yeux de ma mère. Elle avait depuis longtemps des doutes sur la fidélité de son mari, mais elle n’avait jamais eu la preuve de ses tromperies. Alors, une après-midi alors qu’elle avait quitté la demeure familiale pour passer quelques temps chez sa sœur, je lui avais écrite une lettre anonyme, lui annonçant que son mari était malade et que mademoiselle Milady avait disparu depuis plus d’un jour. Je savais pertinemment qu’elle écourterait son séjour immédiatement, pour venir au chevet de son mari et retrouver la fille qu’elle avait élevé.

Tout se passa exactement comme je l’avais prévu, la femme qui m’avait élevé arriva quelques heures après la tombé de la nuit, sans se faire appeler elle était partie droit dans la chambre conjugale prête à aller voir son mari « souffrant ». C’est ainsi qu’elle le trouva dans une position très compromettante, très occupé à satisfaire les plaisirs de la femme qu’il surplombait, et en parfaite santé. Le cœur brisé, elle avait refermé la porte les larmes ruisselant sur son visage d’ange. C’est à cet instant que j’avais choisi de faire mon apparition, l’appelant à l’autre bout du couloir. Cette dernière me tomba dans les bras, je dois avouer qu’en cet instant j’avais ressenti une pointe de culpabilité, mais qu’importe, elle avait vu le véritable visage de son mari.
Bien entendu, comme vous pouvez-vous en douter, le reste de mon adolescence fut semblable à ce que je viens de vous décrire. Je m’évertuais à faire de la vie de mon père un enfer, et lui me comblait en m’haïssant d’autant plus. Quand à ma pauvre mère, cette dernière ne supporta pas les années de mensonges conjugaux qui couplaient aux mensonges me concernant. Ces dernières créèrent un cocktail de tristesse qui lui retirèrent la vie l’année de mes dix-huit ans, quelques mois avant mon mariage avec Athos.

Ces dernières créèrent un cocktail de tristesse qui lui retirèrent la vie l’année de mes dix-huit ans, quelques mois avant mon mariage avec Athos. Athos, je ne vous en ai pas encore parlé, je vais résumer en quelques phrases. Il est l’homme qui était promis à l’unique Milady de ce monde, un homme que j’avais haïs avant de le rencontrer. Puis, je suis tombée sous son charme, lui son épée, ses rêves. Je l’aimais. C’est sans doute l’unique homme que j’ai aimé au cours de ma vie. Malheureusement, les effusions d’amour ce n’était pas mon truc. J’avais peur de ce que je ressentais pour ce chevalier. J’avais honte de le tromper. Honte de mentir sur tous les sujets, l’absence de mon hymen lors de notre première nuit, mon identité, ma haine pour mon père, mes cicatrices, je mentais sur tous les angles. Malgré tout ses mensonges, je l’aimais, et je pense que lui m’aimait aussi. Pourtant, les années passaient et je ne parvenais pas à oublier cette peur qui me tordait le ventre.

Un soir, Athos m’a sorti des griffes perverses de mon père et j’ai mis un de mes secrets au placard, j’en avais un en moins, et j’avais réussis à faire tuer mon père. Une mort par empoisonnement, voilà ce que j’avais conseillé à Athos qui n’avait qu’une chose en tête venger la souffrance qu’il m’avait infligé. Une fois mon père mort, j’avais pensé que plus rien ne m’empêcherais de dire la vérité, malheureusement, il semblerait que plus on s’évertue à mentir et moins rétablir la vérité est une chose aisée. Je n’y suis jamais parvenue et cette incapacité à engendrer un vide dans mon cœur. Afin de le combler, j’avais succombé à un nouveau démon : l’infidélité. J’ai trompé mon mari avec une multitude d’homme, et notamment, avec D’Artagnan, le fidèle ami et partenaire de combat de mon mari. Une liaison qui marquera un nouveau chapitre de ma vie. Outre le fait que D’Artagnan soit un amant incroyable, et discret, j’avais fini par commettre un faux pas en retournant sur les trace de mon passé. J’étais retournée dans ma première demeure, un des hommes de main de mon mari m’avait suivi. Athos, commençait à avoir des doutes, il avait engagé des hommes pour me suivre. Il ne fallait pas qu’Athos sache d’où je venais, ma présence dans les baffons les moins recommandé du pays allait engendrer un flot de question auxquelles je ne pourrais pas répondre. Il fallait que j’élimine le chevalier qui m’avait suivi et c’est ce que j’ai fait.

Rapidement, je dû faire face, à de nouvelles fouines qui mourraient à l’instant même où je découvrais leur identité. Seulement, mon si parfait amant à fini par vendre notre liaison à Athos, déclenchant ainsi son désir de vengeance. Je l’avais souillé et avec son meilleur ami, je n’aurais pas pu trouver mieux pour le mettre dans tous ses états. Il attaqua une vendetta contre moi et un mois plus tard, il avait réussi à me relier à quelques uns de mes meurtres avec moi. Aidé par ses compatriotes il parvint à me faire arrêter et je fus condamnée à mort : une mort par pendaison.

Assise contre les parois de mon cachot, je réfléchissais à un moyen de m’enfuir. Il fallait que j’évite ma mise à mort, et une fois loin des proies crasseuses de ce lieu lugubre, je me vengerais. Je détruirais les trois mousquetaires et ferais regretter à d’Artagnan de m’avoir trahi. J’avais prévu de leur retirer tous ceux qu’ils aimaient. En cet instant, mon amour pour Athos avait disparu, j’étais libéré du poids de mon amour pour lui.
Je n’avais plus qu’un seul objectif en tête, m’évader et quoi de plus facile que de séduire un des gardiens ? Afin d’arriver à mes fins, j’avais visé gros trois d’un coup, un challenge que je réussissais, non pas sans mal. Je n’étais pas totalement, à mon avantage.
Au beau milieu de ce qui aurait dû être ma dernière nuit, un des trois gardes que j’avais mis sous ma coupe me libéra accompagné par les deux autres armés d’une cape et d’un peu de vives. Je n’ai pas demandé mon reste, et j’ai pris mes jambes à mon cou.

Ce n’est qu’une fois arriver au port, que je m’enfonçais dans un bar miteux, désireuse de boire un verre et de trouver une chambre pour la nuit avant de préparer ma vengeance.

C’est le lendemain que la malédiction de Régina me toucha emportant tout sur son passage.





Revenir en haut Aller en bas

La meilleure façon de résister à la tentation, c'est d'y céder.
La meilleure façon de résister à la tentation, c'est d'y céder.
avatar
Neïlina K. Kramers

▻ Messages : 180
▻ Date d'inscription : 21/01/2017

MessageSujet: Re: La vie n'est que ronces et l'amour en est sa plus cruelle épine   Mer 25 Jan - 20:06

I am Neilina Kaylynn Kramers
LOVING SOMEONE DOESN'T MEAN THEY'RE GOOD FOR YOU.



Rares sont les personnes qui ne me connaissent pas, ou du moins, les adeptes du monde de la nuit me connaissent. Je suis Neïlina Kaylynn Kramers. Les hommes se souviennent de mon corps parfait et de mon regard brûlant, limite envoutant, alors que les femmes ont toutes tendances à me détester et ceux pour mon plus grand plaisir. Mais je n’ai pas toujours été cette femme aux cœurs de pierre, même dans cette malédiction Régina, m’avait laissé une once d’humanité.

Fille unique d'un couple fortuné anglo-allemand, tout le monde s'extasiait devant mon joli minois de poupée et mes manières pleines de grâces. Excellente élève, appréciée de tous, proche de mes parents, aucun nuage n'assombrissait mon quotidien. J’avais une enfance rêvée, semblable à celle que j’avais reçue au cours de ma première vie aux mondes des contes. J’aimais m'imaginer avocate, pour protéger les gentils et condamner les méchants, parfois, je voulais être vétérinaire pour sauver les animaux, ou encore hôtesse de l’air afin de voyager partout dans le monde et de découvrir toutes les cultures que bercent la Terre. Oui, j’étais pleine de rêve et d’espoir. J’étais aimante, passionnée. J’étais très loin de la femme que je suis devenue, jusqu’à ce que mon monde s’effondre.

Un soir, quand je n'avais que quatorze ans, mes parents moururent dans un accident de voiture provoqué par un homme sous l'effet de l'alcool. Lui en est sorti vivant, moi aussi. J’ai passé plusieurs semaines dans le coma. Des semaines dont je ne me souviens que le noir, la peur, et les serpents. J’ignorais pourquoi ses serpents étaient présents, aujourd’hui je pense que c’était juste une blague de Régina destiné à me relier à ma véritable identité. Lorsque je me suis réveillé, j’étais orpheline. Brisée, autant physiquement que psychologiquement. Pourquoi étais-je vivante et pas eux ?

Je fus envoyée pendant plusieurs semaine dans un orphelinat le temps que services sociaux accompagnés par les policiers ne me trouvent une tante que je ne connaissais ni d’Eve ni d’Adam dans une petite ville appelée Storybrooke. Sans qu’on ne me demande mon avis, je fus envoyé dans cette ville. Ma nouvelle tutrice était certes maternelle et aux petits soins avec moi, mais je la détestais. Je me haïssais d’être en vie et je maudissais sa ressemblance avec ma mère. Je sais qu’elle a fait de son mieux pour m’offrir de l’amour, mais ça ne sauva pas mon âme. Rapidement, j’ai changé. Mon comportement est devenu insolent, tandis que mes notes baissaient et que ses fréquentations devenaient de moins en moins fréquentables. Tous mes rêves s’évaporèrent aux cours de ma première année dans le Maine.

Ce fut à l’âge de seize ans que je goûtais à la douceur que procurerais les verres d'alcool, des baisers échangés avec de parfaits inconnus rencontrés en boite de ou plus simplement aux lycées, puis une nuit torride sur la banquette arrière d'une voiture, me fit découvrir les joies de la vie d’adulte.

Avec le temps, contrairement à ce que beaucoup espérait, je n’ai pas changé, bien au contraire. J’ai quitté le domicile de ma tante et je me suis trouvé un appartement dont le loyer était tout à fait dans mes moyens. Un endroit simple, sans fioriture, que j'agrandirais quelques années plus tard en achetant un autre apartement mitoyen. Cette même année, celle de mes dix-neuf printemps, j’ai pris des cours de pole-dance, une matière dans laquelle j’excellais autant que pour mon activité des plus secrètes : le piano.  Alors que j’arrêtais mes études, je trouvais un nouveau boulot en accord avec mon état d’esprit devenu si sombre, si séducteur : strip-teaseuse, la nuit. Mon étant mon instrument de travail, et malgré le temps qui passait, rien ne semblait pouvoir effriter ma beauté qui faisait vaciller de nombreux hommes. Ceci dit en journée, et ceux pour sauver les apparences, je dispensais des cours de piano en journée. Puis l'homme qui m'avait aidé à entrer dans cette boite de strip-tease est mort et n'ayant pas d'héritier il me légua son établissement. C'est ainsi que je suis devenue la tête d'affiche te la gérante de ce club.

Et comme nous l’a montré l’histoire, toutes les bonnes choses ont une fin, une certaine Emma nous a réveillé. Elle a brisé la malédiction dans laquelle nous étions prisonniers depuis plus de vingt ans. Vous n’imaginerais jamais à quel point j’ai détesté cette « sauveuse ». A cause d’elle je retrouvais la mémoire pour la première fois depuis la fin de ma seconde vie, j’avais ma mémoire intacte. Je me souvenais de tout, de la malédiction d’Athéna, de ma vie en temps que Milady, tous.

Ma première réaction fut de boire, à en perdre la raison et de me trouver un partenaire d’une nuit pour oublier la massue qui m’était tombée dessus. En vain. Du moins oui ca a marché, le temps de la soirée mais au réveille rie n’avait changé et les souvenirs étaient toujours-là. C’est ainsi qu’un nouveau trait de mon caractère naquit : la psychose. Je sais que plusieurs de mes ennemis sont présents à Storybrooke. Je sais aussi que mes ennemis veulent me voir morte. Cependant, il est or de question que je ne reste cloitré dans mon appartement. C’est pour cela que je poursuis ma vie, avec autant de décadence que cela est possible.



Revenir en haut Aller en bas

Apple Queen
Apple Queen
avatar
Regina Mills

▻ Messages : 1505
▻ Date d'inscription : 15/01/2017
▻ Localisation : La mairie de Storybrooke

MessageSujet: Re: La vie n'est que ronces et l'amour en est sa plus cruelle épine   Mer 25 Jan - 20:10

MA Neïliiiiiiiiiiiiiiiiiii amour3 Bienvenuuuue love
Allez, sans rancune, on est copines hein ?

_________________
 
Love is not a weakness
L'Amour n'obéit à aucune règle, c'est ce qui le rend si imprévisible.
© Miss Pie
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: La vie n'est que ronces et l'amour en est sa plus cruelle épine   Mer 25 Jan - 20:37

Bienvenue parmi nous ♥
Revenir en haut Aller en bas

In my world all ponies eat rainbows and poop butterflies
In my world all ponies eat rainbows and poop butterflies
avatar
Rozen D. March

▻ Messages : 526
▻ Date d'inscription : 23/01/2017

MessageSujet: Re: La vie n'est que ronces et l'amour en est sa plus cruelle épine   Mer 25 Jan - 20:42

Bienvenue très chère
Revenir en haut Aller en bas

La meilleure façon de résister à la tentation, c'est d'y céder.
La meilleure façon de résister à la tentation, c'est d'y céder.
avatar
Neïlina K. Kramers

▻ Messages : 180
▻ Date d'inscription : 21/01/2017

MessageSujet: Re: La vie n'est que ronces et l'amour en est sa plus cruelle épine   Mer 1 Fév - 10:58

Merci Rozi ^^

_________________
you're my heart you're my death
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Louise Lemire

▻ Messages : 173
▻ Date d'inscription : 15/01/2017

MessageSujet: Re: La vie n'est que ronces et l'amour en est sa plus cruelle épine   Mer 1 Fév - 20:42

Rebienvenue sale gueuse
Je vais de ce pas lire ta fiche qui pèse une tonne cinq
Revenir en haut Aller en bas

Apple Queen
Apple Queen
avatar
Regina Mills

▻ Messages : 1505
▻ Date d'inscription : 15/01/2017
▻ Localisation : La mairie de Storybrooke

MessageSujet: Re: La vie n'est que ronces et l'amour en est sa plus cruelle épine   Jeu 2 Fév - 23:21

Congratulations
Que la couleur soit !


Et la lumière... à tous les étages... enfin pas pour toi... d'ailleurs, y a une drôle de lumière dans ton regard...         Allez ma BFF, c'est parti pour des RP par milliers! Je t'aime amour3            et tes smiley je les kiffe, surtout celui-là :    qui te va si bien, et celui-là:  

Et voilà tous tes efforts ont payé, tu fais à présent partie de notre petite communauté, il y a plusieurs choses qui pourraient t'être utiles afin de devenir le padawan parfait. Tout d'abord tu peux aller ouvrir une fiche de liens afin de connaitre tes camarades ou au contraire tes ennemies du monde. Pour regrouper tes petites aventure tu pourras créer ta fiche de sujets
Si tu as besoin d'une maison ou de toute autre lieu, tu peux très bien en faire la demande par ici.

Voila, maintenant tu connais les clés d'un bon démarrage pour les jeunes padawans. Bon jeu à toi !


_________________
 
Love is not a weakness
L'Amour n'obéit à aucune règle, c'est ce qui le rend si imprévisible.
© Miss Pie
Revenir en haut Aller en bas

La meilleure façon de résister à la tentation, c'est d'y céder.
La meilleure façon de résister à la tentation, c'est d'y céder.
avatar
Neïlina K. Kramers

▻ Messages : 180
▻ Date d'inscription : 21/01/2017

MessageSujet: Re: La vie n'est que ronces et l'amour en est sa plus cruelle épine   Jeu 2 Fév - 23:29

Merci ma saleté

_________________
you're my heart you're my death
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La vie n'est que ronces et l'amour en est sa plus cruelle épine   

Revenir en haut Aller en bas
 
La vie n'est que ronces et l'amour en est sa plus cruelle épine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» GIFI un amour de caniche toy femelle de 10 ans (34)
» la faim plus fort que l'amour
» Barikad Crew-- Amour Infini-- Honneur à la femme haitienne
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» L'amour dans Bilbon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAPPY ENDINGS CHRONICLES :: Dévorer les chapitres :: Chapitre 1: se présenter :: Présentations validées-
Sauter vers: