Partagez|

Look how I grew up today!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
In my world all ponies eat rainbows and poop butterflies
In my world all ponies eat rainbows and poop butterflies

avatar
Rozen D. March
▻ Messages : 758
▻ Date d'inscription : 23/01/2017
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Look how I grew up today! Ven 26 Jan - 20:54


For your hair was full of roses, and my flesh was full of thorns.
Depuis peu tu découvres ce qu’être en « couple » du moins dans votre version à vous. Les rumeurs n’ont pas tardé et les ragots sur votre liaison n’étonnent pas grand monde, à croire que c’était écrit dans la bible pour certains. Après l’accalmie des voyages inter monde de tout le monde tu prends le temps de souffler et de distinguer l’utile du n’importe quoi. Bizarrement des gens que tu ne soupçonnais pas viennent se donner le droit de te donner des pseudos conseille pour tenir un couple, quoi la aussi faut un diplôme, dans tes souvenirs tes parents …Non ce n’est pas le meilleur exemple, votre famille, ta famille n'est pas des plus conventionnelles. Quand tu dis que c’est ta mère qui t’a appris à défendre tes idées et ta personne quitte à passer aux mains semble choquer les bonnes-dames de ce monde tu te dis que peu être tout n’était pas bon à prendre. Les plus heureux, encore plus que Mushu et toi, était Charles et Zelie, enfin surtout Charles. Et une chose t'a percuter parmi ce flot de conseils. « Tu t’épiles j’espère ! » Cette notion de prendre soin n’était pas une chose que tu appliquais souvent, voir jamais. Autant les jambes oui pour pouvoir mettre tes robes et tes jambes mais un bon rasoir du supermarché et hop le tour et jouée. Faut faire des trucs de filles ! C’est tout ce que tu as retenu. En ce samedi après midi, tu as laissé le salon aux mains de ton petit dragon et décides de visiter le salon de beauté de la ville.

Tu passes la porte, la petite clochette c’est comme dans les films. Un attelage de maquillage de pro, de crème en tout genre et d’affiche qui prône la beauté parfaite. Tu restes un peu figer devant ces femmes aux traits parfaits, tu ne ressembles pas du tout à ça, regardant ta tenue tu commences à te demander si c’est normal, s’il faut être comme tout le monde. Autant toute seule tu t’en fichais tu étais toi, mais là tu te poses des questions que tu n’aurais eu l’idée d’avoir. Toi qui détestes être un mouton, tu ne sais plus trop quoi faire. Et aller déranger Juliette n’était pas dans tes prévisions. Bien qu’elle a été souvent à ton écoute, tu ne te sens pas de revenir la voir après ses retrouvailles avec son Roméo. Tu n’aimes pas trop le regard qu’il a depuis que tu l’as ramenée du désert. Autant dire que tu es un peu démunie pour comprendre et savoir comment tenir un rôle de « petite amie ». Des pas de talon te sors de tes pensés, celle qui travail ici arrive. Tu t’approches du comptoir inspirant et pose tes yeux sur le menu d’épilation du corps. Tu restes ahurit devant le nombre impossible de possibilités d’épilations à effectuer. « Le maillot…. ? » Tu grimaces, un maillot ? Tu lèves les yeux en essayant de voir ou se trouve cette partie du corps.

Une rousse avenante avance en la regardant tu te décomposes. Son visage, ses cheveux, ses yeux. Elise ? Tu ne sais pas vraiment quoi dire ni répondre. « haeu….. Qu’est-ce que tu fais là ! » Ce n’est pas très avenant mais après tout ce temps comment ce fait il que tu ne l’es jamais croisée. Comment ce fait il qu’elle soit là ? Elle à été apportée par la malédiction ? Tu es littéralement choquée, cette femme est toute ton enfance. Une dame, une femme, une image maternelle et féminine qui t'a marqué. Avant qu’elle ne réponde ou de la contrarier par cette question subite tu hurles presque sans le vouloir « MADAME ELISE !! Oh Mon dieu!!» Un sourire béat se forme sur tes lèvres tes yeux brilles presque en face de sa beauté comme dans tes souvenirs. Tant de choses passées. Mais elle est comme avant comme pour ne pas te brusquer, une joie palpitante remonte dans tout ton corps.

EXORDIUM.

_________________
I do not know
how you did it
but the fact is that I succumbed
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Elise Blucat
▻ Messages : 72
▻ Date d'inscription : 15/01/2018
▻ Localisation : Storybrook

MessageSujet: Re: Look how I grew up today! Lun 29 Jan - 11:57



Rozen et Elise



Look how i grew up today

Une journée de plus. Depuis la levée de la malédiction, elles se ressemblaient toutes un peu. Avant aussi à dire vrai, mais je ne m'en rendais pas compte. Et puis, avant, je ne savais pas... Pour Jack, pour ses trahisons, son départ, sa lâcheté. Avant, j'étais heureuse. Faussement, sans doute, mais heureuse tout de même. Il faisait partie de ma vie et nous partagions des moments tendres. Naturellement, j'aspirais à plus, et bien que tout n'était qu'illusions, je les aimais aussi, ces illusions.
A présent, la vérité avait laissé un grand vide dans mon existence. Mais personne ne le voyait, personne ne le savait. Je me forçais à tout faire comme d'habitude, à me maquiller soigneusement, à m'habiller avec soin. Il fallait bien que je prenne soin de moi puisque mon chez époux ne le ferait jamais. Et puis, c'était un obligation pour le salon. Qui viendrait voir une esthéticienne qui se laisse aller ?
De toute façon, ça me gardait occupée de tenir le salon. Il y avait toujours quelque chose à faire, à ranger, à nettoyer. Ca me vidait l'esprit d'utiliser mes mains. Et puis, à chaque fois que je massais quelqu'un ou que j'en prenais soin, cela aussi me vidait l'esprit. Ca donnait un sens, aussi, à mes journées. Apporter un peu de sérénité à d'autres comblait partiellement ce vide.
La clochette de l'entrée teinta avec familiarité. Fronçant le nez, je réfléchis un instant avant de conclure que je n'avais pas de rendez-vous. Peu importait, la cabine de soins étaient toujours prête, et moi avec. J'ajoutais deux gouttes d'huiles essentielles dans le diffuseur, de la verveine exotique, dont la simple effluve m'aidait moi aussi à me détendre. Puis j'enfilais mon masque et ce sourire faux que je plaquais toujours sur mes lèvres, puis je me dirigeais vers l'entrée.
Le moins que l'on puisse dire, c'est que la jeune femme qui se tenait devant moi avait un look original. Sans afficher la moindre émotion, je restais parfaitement neutre, comme toujours. C'était une capacité que j'avais apprise toute petite : masquer mes émotions pour ne pas trahir mes ressentis. C'était indispensable en société et surtout pour les personnes de mon rang. Mon père tentait à ce genre de détails qui, aujourd'hui, n'avaient plus vraiment de sens. Autre monde, autres codes, mais toujours cette même habitude.
La surprise, elle s'imprima malgré moi par un haussement de sourcils, quand elle me demanda ce que je faisais là. J'allais répondre avec humour que c'était mon salon et donc logique, mais quelque chose me coupa dans mon élan. L'allure de la jeune femme ne me disait rien, j'en étais certaine. Mais cette voix... Je cherchais au plus profond de mes souvenirs, parce que j'avais la sensation que c'était lointain. Trop sans doute...
Jusqu'à ce qu'elle prononce mon nom. Ce ne fut pas ça, mais la façon qu'elle eut de le faire. Aussitôt, j'ouvris de grands yeux et me sentis projetée, des années auparavant, dans un instant de mon passé qui n'était pas jalonné que de regrets.

_ Rozen ? Rozen, c'est bien toi ?

Je la regardais avec un oeil nouveau, la détaillant avec un sourire éclatant. Puis je passais de l'autre côté de ce comptoir qui semblait ridicule d'un coup et je la pris dans mes bras. C'était la chose la plus naturelle qui soit.

_ Rozen ! Tu es devenue une magnifique jeune femme !

C'était vrai. Elle avait un look particulier, certes, mais elle était splendide ! Sans en avoir vraiment le droit, je sentis un élan de fierté me parcourir.

codage par LaxBilly
Revenir en haut Aller en bas
In my world all ponies eat rainbows and poop butterflies
In my world all ponies eat rainbows and poop butterflies

avatar
Rozen D. March
▻ Messages : 758
▻ Date d'inscription : 23/01/2017
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: Look how I grew up today! Jeu 8 Fév - 11:56


For your hair was full of roses, and my flesh was full of thorns.
« OUI c’est moi !! Bon avec plus de 30 ans dans la gueule, oui sans la malédiction j’aurais 53 ans aujourd’hui !!! » Tu rigoles nerveusement avant de te calmer sec quand elle te complimente, tu te pinces les lèvres, ce n’est pas souvent qu’on te fait ce genre de compliment. « Merci….Ça me touche surtout venant de toi » En effet, elle est l’exemple même de la femme parfaite, physiquement et mentalement. Un modèle de prestance et de glamour. « Comment ça se fait que je ne te rencontre que maintenant…. » Tu n’arrives pas à comprendre ce tour du destin. Sans demander l’autorisation, tu t’approches d’elle et viens l’enlacer tendrement. « Attend un peu » tut e détaches subitement « comment tu es arrivée ici ? Tu es une maudite toi aussi….. Enfin vous deux êtes ici comment » évidemment sous tes huit ans, tu te rappelle du merveilleux petit couple que représentait les marquis. Tu la détailles dans toute sa beauté, elle a vraiment trouvé un métier qui montre ses talents. Beaucoup de monde la recommande, et tu ne doutes pas de tes dons pour embellir la féminité. Si quelqu’un pouvait entre ce que tu penses d’elle il serait choqué en te connaissant. Tellement de nostalgie t’envahit quand tu la vois, tu sens même ce parfum que tu adorais, cette chaleur rien qu’en la voyant sourire. Elle était une des rares personnes que tu as adorées gardée en mémoire après ton départ de l’orphelinat.

« Oui, techniquement, j’ai 25 ans maintenant, faut dire que la dernière fois qu’on s'est vu je n’avais pas plus de 8 ou 9 ans ! » Tu souris machinalement, car le dernier souvenir que tu as d’elle n’est pas des plus glorieux, c’est la seul dans ce monde et même dans les deux, qui t’as connue dans le pire moment de ta vie. « Je t’avoue que je ne m’attendais tellement pas à te trouver ici que je suis totalement perdu » tu t’actives un peu comme un robot avant de soupirer et la regarder « je crois que je veux plus parler que faire des trucs de fille là. Te revoir c’est tellement …WOW » hystérique, c’est le mot, une vraie bizarrerie devant cette directrice de salon de beauté. « À la base je voulais … » Tu bouges tes mains assez ridiculement en montrant ton corps « je sais même pas comment dire ça c’est tout nouveau pour moi, c’est bête hein ! » Tu te sens ridicule maintenant. « Bon passons » tu lui tiens les mains vraiment heureuse de retrouver un visage familier « y à temps de choses à ce dire, par quoi tu veux commencer !! » Tu te stoppes subitement en comprenant que peu être elle n’avait pas le temps. « Je suis peu être un peu trop pressée, tu as ton salon à tenir non ? » secouant ses mains sans t’en rendre compte « désolé désolé désolé je suis tellement excitée de te revoir, après tout ce qui c’est passée t'es comme le doudou qu’on retrouve des années plus tard !! » Une métaphore que tu espères qu’elle comprenne sans le prendre mal.

« Je repasse ce soir si tu le souhaites, je tiens le salon de thé plus loin, je te ramènerais du thé de Wonderland et des petits gâteau ! »

EXORDIUM.

_________________
I do not know
how you did it
but the fact is that I succumbed
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Elise Blucat
▻ Messages : 72
▻ Date d'inscription : 15/01/2018
▻ Localisation : Storybrook

MessageSujet: Re: Look how I grew up today! Ven 16 Fév - 11:23



Rozen et Elise



Look how i grew up today

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Rozen avait un langage fleuri et franc. Par pur réflexe, je m'entendis lui répondre.

_ Langage, jeune fille.

Avant de réaliser qu'il était sans doute un peu trop tard pour cela. Je me mis à rire de ma propre dérision et me reprit. Je ne voulais surtout pas qu'elle se vexe.

_ Désolée, il est des habitudes qu'on ne perd pas visiblement...

Le sourire, je le conserverais tandis qu'elle appréciait mon compliment. Il était sincère. Naturellement, je ne me serais pas projetée dans ce type de vêtements mais ça lui allait bien et, surtout, ça prouvait une personnalité affirmée et une certaine aisance dans son corps.
J'étais heureuse de la voir ainsi et, surtout, de soupçonner qu'elle allait bien. Elle avait beaucoup compté pour moi, plus que je ne l'avais vraiment réalisé sur l'instant. Avec le recul et les années, j'avais regretté de n'avoir pas fait plus pour elle, à l'époque. Je m'en voulais énormément. J'en étais là dans mes pensées quand elle me demanda comment j'étais arrivée à Storybrooke. Ca, encore, c'était simple. Mais juste après, elle évoqua une seconde personne sans la nommer. Pas besoin de ça pour comprendre qu'elle parlait de mon époux...
Malgré moi, je tiquais et je dus pincer les lèvres sans le vouloir.

_ Oui, nous avons été pris dans la malédiction, indiquais-je, sommairement. Je tiens ce salon depuis même si, tu t'en doutes bien, je me souviens de notre passé depuis moins longtemps.

Je n'avais guère envie d'aborder davantage le sujet. Elle me rappela que je ne l'avais pas vue depuis qu'elle était enfant et un élan de nostalgie me saisit. J'eus soudain envie... Non, besoin ! de la prendre contre moi. Je le fis avec la force de l'habitude, me gorgeant d'elle comme j'avais pu le faire par le passé.

_ Tu étais déjà une magnifique petite fille.

Quelques secondes encore, puis je dus bien me détacher d'elle. Je ne voulais pas la mettre mal à l'aise et redoutais un instant de l'avoir fait quand elle se mit à parler de manière assez erratique. Ne sachant pas comment la prendre, je la laissais s'exprimer ou plutôt tenter de le faire parce qu'elle semblait visiblement mal à l'aise.

_ Tu n'as pas à être gênée, l'encourageais-je. Tu peux tout me dire.

C'était d'autant plus vrai que nous avions un lien très ancien. Elle voulut se dérober, je pris sa main et lui sourit tendrement.

_ Dis-moi si je me trompe mais n'y aurait-il pas une histoire de garçon là dessous ? lançais-je avec un air malicieux que je voulus réfréner. Tu n'es pas obligée de répondre si tu le ne veux pas...

Je ne voulais pas la pousser dans ses retranchements mais j'étais curieuse. Elle botta en touche en proposant de revenir plus tard, arguant que j'avais mon salon à tenir. En réalité, c'était vrai et je ne voulais pas commencer une conversation pour être interrompue juste après.

_ Malheureusement, tu as raison. J'ai une cliente qui ne va pas tarder à arriver...

Elle me qualifia ensuite de doudou et mon sourire s'élargit plus encore. Son excitation était communicative.

_ Faisons comme ça. Je fermerais plus tôt, tu peux venir dès 18h30, si cela te convient ?

C'était un espoir plus qu'une question. La prenant à nouveau dans mes bras, je le serrais fort avant de la laisser filer à nouveau.


_ Oh Rozen... Si tu savais comme tu m'as manquée...


Mon sourire se teinta d'une larme qui roula sur ma joue tandis que je la libérais. Emue au possible, je ne tentais pas de le cacher. Il est des émotions qu'il est facile d'assumer.
codage par LaxBilly
Revenir en haut Aller en bas
In my world all ponies eat rainbows and poop butterflies
In my world all ponies eat rainbows and poop butterflies

avatar
Rozen D. March
▻ Messages : 758
▻ Date d'inscription : 23/01/2017
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: Look how I grew up today! Mar 20 Fév - 19:26


For your hair was full of roses, and my flesh was full of thorns.
Revoir cette femme à ce moment précis de ta vie te remplis d’enthousiasme. De soulagement presque, une personne qui au moins dans cette ville après avoir été tant déçu par l’attitude des gens que tu pensais proche va relever le niveau et te redonner espoir en l’Homme. Celle-ci n’a pas changé, après être rabrouée sur ton langage tu baisses rapidement les yeux comme tu le faisais enfant après une réprimande avant de sourire face à ses excuses « pourquoi tu t’excuses, tu as raison, je devrais savoir me calmer parfois » souris tu en lui disant. Tu ne quittes pas ce regard pleins d’étoiles en la regardant, tu as envie de le prendre de la présenter d’office à tout tes proches, qui actuellement ne se compte plus que sur les doigts d’une main. Tu ne parles pas beaucoup d’elle mais elle à transformée ta vie. Et tu lui en seras éternellement reconnaissante. « Je sais ce que c’est » tu approches et chuchotes comme un secret « je parle toujours aux fleurs, même celles qui ne sont pas de chez nous... » Amusée, tu redresses une de tes mèches quand elle t’accuse d’être devenue une jolie demoiselle, tu n’es pas une grande fane des compliments sur ton physique, mais venant d’une dame comme Elise tu arrives vite à rendre tes joues rouges. Elle t’annonce qu’en effets ils sont arrivés avec la malédiction, mais sa voix n’est pas très convaincante, quelque chose sonne faux bizarrement. Tes sourcils se froncent, mais tu ne veux pas non plus l’acculer de questions, de toute façon tu en à beaucoup trop là.

Tu te pinces les lèvres quand elle percute, après tout c’est assez flagrant tu ne le cache plus, que tout ce déplacement et en effet pour un garçon et pas n’importe lequel à tes yeux. Le tout premier. Tu toussotes, la gêne se marque sur tout ton corps, elle ne doit sûrement pas s’en doutée, que c’est le seul en vingt-cinq ans de vie. « Tu supposes bien… En même temps j’ai beaucoup de mal à le cacher depuis que c’est officiel….. » Ta personnalité excentrique à ses avantages comme ses inconvénients. « J’ai tellement de choses à te raconter que je ne serais pas par quoi commencer, donc ouais clairement je suis venu ici pour faire des trucs de fille, dont j’ai absolument aucune idée de ce qu’il faut faire » tu prends un des dépliants sur le comptoir et le secoue devant elle « je suis une bille dans ce monde de …. Comme toi en fait, je ne sais même pas ce que c’est ce maillot ! » Le reposant tu soupires et lui prend les mains « franchement tu n’as pas idée combien je suis soulagée de tomber sur toi, j’avais besoin d’un élément solide dans cette ville, d’une référence à qui me tenir. Je ne sais pas si ça ce dit ce genre de chose mais c’est sincère et dans ma version c’est un compliment. Je suis tellement soulagée de vous avoir retrouvé Madame Elise !!! » C’est peu être l’une voir la seule personne qui à le respect nécessaire pour que tu la vouvoies, même Juliette n’y avait pas eu droit à votre rencontre.

Celle-ci est d’accord pour que tu reviennes, ce que tu comprends tout à fait, tu as fait la même à Belle lorsqu’elle avait découvert que tu étais la gérante du salon de thé. Tu hoches vigoureusement la tête. « Très bien je reviendrai pile à cette heure ! » Avant que tu ne fasses OUF elle te prend dans ses bras et tu te laisses pleinement faire, souriant sans gêne tu l’entoures de tes bras et calles ta tête contre elle, elle avait cette douceur, cette chaleur, cette présence, celle d’une maman, d’une femme à admirer. « On c’est retrouver et je vous jure que je ne vous laisserais pas repartir aussi facilement » tu laisses échapper ses mots avec une douceur qu'elle seule savait faire ressortir. Te détachant doucement tu lui serres une dernière fois les mains dans les tiennes avant de te déplacer vers la sortie « à ce soir ! » Enivrée par ces retrouvailles tu exploses de joie dans la rue te fichant des regards suspect des passants pour certains habitués par tes bizarreries. Courant presque jusqu’au salon annoncer tout ceci à Mushu la bouche en cœur et lui envoyant une vague d’info qui lui serait sûrement incompréhensible. Pour se rendez vous tu veux le meilleur pour elle. Tu veux lui offrir un thé qui représente sa beauté, sa classe, sa douceur, sa bienveillance. Thé blanc, rose confite, vanille, miel, jasmin. Tu testes et trouves ceci délicieux, tu veux lui montrer ce que tu sais faire aussi. Tu ne lâches pas l’horloge des yeux, quittes à oublier parfois ton travail par moment.

« J’y vais-je te laisser fermer, promis je me rattrape demain » un petit baiser encore timide pour le moment et tu cours avec ton sac, thé, tasse et théière en poche. Toquant à la porte pour te présenter, la rue se vide petit à petit en même temps que les autres commerçants fermes leurs échoppes « 18h30 comme prévues ! » Tu entres après elle et refermes derrière toi, tu la regardes « j’ai amené de quoi grignoter et le thé mais je ne t’ai pas demandé si tu avais une bouilloire ? » Tu lui montres l’intérieur de ton sac, malgré les années de séparation et les mésaventures qui vous éloignes tu restes la petite demoiselle vivace qui adore passer du temps avec sa Madame Elise. Ton attitude envers elle ne change pas et ne changera pas, sauf une chose, maintenant que tu as grandis et évoluée. Tu lui décrocheras la lune si elle le demande. Relevant les yeux vers elle tu te jettes dans le gouffre malgré ce que tu as ressenti les heures passées. Tu es comme ça, entière et maladroite « Il va nous rejoindre ? » Tu ne veux pas enfoncer le malaise en prononçant son prénom.


EXORDIUM.
[/color]

_________________
I do not know
how you did it
but the fact is that I succumbed
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Elise Blucat
▻ Messages : 72
▻ Date d'inscription : 15/01/2018
▻ Localisation : Storybrook

MessageSujet: Re: Look how I grew up today! Mer 14 Mar - 22:04



Rozen et Elise



Look how i grew up today

Le sourire ne parvenait plus à quitter mon visage. Elle ne prit pas outrage de ma réprimande, qui avait été lancée par pur réflexe, au contraire, elle abonda dans mon sens. Je décidais de faire une entorse à mon éducation impeccable.

_ Il est parfois des occasions qui se prêtent à l'excitation davantage qu'au calme... lançais-je avec un clin d'oeil à son attention.

Mes tuteurs et gouvernantes se seraient sans doute retournées dans leurs tombes, mais cela faisait trop longtemps que je m'étais libérée de leur joug pour m'en soucier. Je savais d'expérience qu'il faut parfois laisser passer certaines petites choses, plutôt que de prendre ombrage pour la moindre incartade.
Je ne répondais rien à notre élan de nostalgie qui nous rappela, un instant le passé. Continuant simplement de sourire en songeant combien qu'elle était exceptionnelle, dans bien des sens. Ensuite, elle se lança dans un long monologue qui ne fit qu'étirer un peu plus mon sourire, attendrie par l'idée qu'elle soit amoureuse à son tour. Naturellement, une part cynique de moi-même aurait pu rétorquer combien c'était périlleux sinon vain, mais je n'étais pas suffisamment égoïste pour lui gâcher ce qui n'appartenait qu'à elle.
Et puis, il y en a pour qui ça marche. Il paraît...
Posant une main sur son épaule, je la rassurais.

_ Ca ne pouvait pas mieux tomber, en effet. Je t'expliquerais tout ce que tu veux, ne t'inquiètes pas. A condition que tu quittes ce vouvoiement qui n'a plus lieu d'être...

Je savais qu'elle n'avait pas de mère, pas de femmes à qui se confier sur ce genre de sujets. Du moins, je l'avais su. Je réalisais à quel point nos vies avaient changé et nous avec. Mais l'image et la tendresse de la petite fille fille d'hier justifiait tout la prévenance pour la jeune femme d'aujourd'hui, quelle qu'elle soit.
Vint le moment de se séparer, pour mieux se retrouver au calme dans la soirée. Je mentirais si je prétendais ne pas avoir ressenti un pincement sincère en la voyant disparaître à nouveau et le reste de la journée se déroula dans l'attente de l'instinct qui me la ramènerait.
Je tentais de calmer mes nerfs, mon excitation aussi. Après tout, il ne s'agissait pas de ma fille, ni de ma famille. Même si elle était ce qui s'en rapprochait le plus. Précisément pour cette raison, je devais être prudente. Je ne savais que trop bien que ce sont nos proches qui nous font le plus de mal.
Demandez à mon chez époux...
Pourtant, quand les coups résonnèrent contre ma porte, mon coeur battit plus fort que je ne l'aurais voulu. Elle était venue. Elle était vraiment là !
Emue plus que de raison, je pris un instant pour me composer un visage un peu plus neutre, même s'il ne l'étais nécessairement. Je l'accueillis par ce même sourire, refusant de cacher ce bonheur simple de partager sa présence.

_ En effet, tu es très ponctuelle, lançais-je, réalisant avec un temps de retard que je n'avais sans doute plus besoin de la féliciter quand elle faisait quelque chose de bien. Et naturellement j'ai une bouilloire, je t'en prie, entres.

Nous n'étions plus dans le salon. Je l'invitais à me suivre et nous montâmes l'escalier jusqu'à atteindre mon loft. J'aimais à croire que je l'avais décoré avec goût. Il était fonctionnel en tous les cas. Je passais dans ma cuisine, qui était ouverte sur le salon et mis l'eau à chauffer. J'allais l'inviter à prendre place quand elle lança la phrase la plus anodine qui soit mais la plus cruelle aussi. Heureusement, j'étais dos tourné. Je pus m'accorder quelques secondes avant de réagir. Heureusement, aussi, que je ne tenais rien dans mes mains à cet instant là, sans quoi j'aurais probablement tout lâché.
Je pris de profondes inspirations en utilisant le temps que l'eau mettait à bouillir pour reprendre un contrôle relatif sur mes nerfs, me répétant qu'il était logique qu'elle me pose cette question, qu'elle ne pouvait pas savoir ce que Jack m'avait fait.
Parce que je n'avais aucun doute sur l'identité de la personne qu'elle mentionnait. Reculant d'un pas, je lui laissais le champ libre. C'était son domaine après tout.

_ Je... Tu préfères sans doute t'en occuper ? lançais-je avant de migrer vers le salon.

Je pris place sur le canapé et la laissais me rejoindre et poser son nécessaire sur la table basse en me composant un sourire et, surtout, en cherchant quoi dire. S'il s'était agi de n'importe qui d'autre, j'aurais sans doute opté pour une autre boisson que le thé, surtout si nous abordions cet épineux sujet, mais je ne voulais pas lui renvoyer cette image de moi.
J'aimais celle que je voyais dans ses yeux...

_ Ca sent délicieusement bon en tous les cas. Alors comme ça, tu as ton propre salon ? J'en ais entendu parler par mes clientes, tu sais ? Que du bien. Je regrette à présent de ne pas y avoir mis les pieds. Nous nous serions retrouvées plus tôt...


J'étais un peu amère. A cause des trahisons successives de Jack, je m'étais repliée sur moi-même. Avant de me souvenir qu'il m'avait abandonnée une première fois, dans le passé, et toute la trahison qui en avait suivi, ses sentiments pour sa pirate en premier lieu, j'avais laissé cet homme entrer à nouveau dans ma vie. Il était redevenu mon univers, mon microcosme. Les murs de mon loft et de mon salon, en rez-de-chaussée, me suffisaient.
Ce que j'avais pu être conne...
Puis, parce qu'elle avait naturellement remarqué mon absence de réponse, je pris ma tasse une fois qu'elle fut prête et adoptais une posture droite et rigide que mon corps avait apprise malgré moi. Humant le parfum, je finis par préciser.

_ Jack ne vit pas ici. Il tient une bijouterie un peu plus bas dans la rue.

C'était sommaire mais c'était mon maximum, pour l'instant du moins. Je bus une gorgée, me revigorant des arômes autant que de la morsure de la brûlure. Puis je me composais à nouveau un visage neutre, mais aimant, me tournant vers elle.

_ Dis-m'en plus sur ce garçon. Je suis curieuse de savoir qui partage ta vie...

Le sourire, toujours. Fidèle ami, bien que traître de la pire espère...



codage par LaxBilly
Revenir en haut Aller en bas
In my world all ponies eat rainbows and poop butterflies
In my world all ponies eat rainbows and poop butterflies

avatar
Rozen D. March
▻ Messages : 758
▻ Date d'inscription : 23/01/2017
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: Look how I grew up today! Jeu 10 Mai - 11:24


For your hair was full of roses, and my flesh was full of thorns.
Évidemment le thé c’est ton fond de commerce, enfin ce que Régina à souhaité pour toi surtout. Tu installes tes boules à thé, les tasses en porcelaine, les sous-tasses, un vrai thé à la Wonderland. Ouvrant boites en métal qui contient les saveurs esquisses d’un thé noir comme la nuit, fleur d’oranger, vanille, cannelle. Comme les jours de noël au coin du feu, les effluves commencent à remplir la pièce, tu souris lorsqu’elle s’excuse de ne pas être passée chez toi « c’est rien, moi aussi c’est la première fois que je passe chez toi je te rappelle » lui apportant la tasse tu te poses à côté d’elle, Jack ne viendra pas, évidemment que oui, vue la tête d’enterrement qu’elle t’offre « je … Désolé je suis trop curieuse » tu baisses les yeux gênée, mais tu as mal pour elle surtout, ils étaient si beau tout les deux, tes souvenirs s’arrêtes, en ce qui les concerne, au moment ou ils étaient encore mariés, amoureux, heureux. Tu as une image de leur couple presque angélique comme dans les films d’amour. L’un comme l’autre, ils étaient tellement complémentaires. Même si en ce qui concerne Jack, tu ne là que très rarement vu. Mais dans tous les cas, ce qui arrive aujourd’hui n’est pas du seulement à la malédiction. Il devait y avoir de l’eau dans le gaz depuis un moment.

Tu souffles sur le petit filet chaud qui émane de ta tasse avant de rougir comme une tomate. Venant t’engouffrer un petit muffin aux Cranberry pour cacher ta gêne de parler de ce genre de chose. Même à ta mère tu n’as jamais pu avoir de discussion sur ce genre de relation. Alors faut avouer que c’est le flou total pour toi « s'est un peu compliqué, on ne sait pas trop où on en est en fait » tu n’oses pas la regarder, plonger dans le liquide noir comme pour te sauver « c’est mon colocataire, il s’appelle Mushu je ne sais pas si tu le connais…. Je l’avais pris pour devenir serveur dans mon salon au début. Mais je me suis attachée à lui….. Un peu trop. Même lui ne comprenait pas et c’est en enfer que tout a changé» On dirait qu’une gamine pré ado parlant de son chanteur préféré.

« Je ne sais pas trop comment ça c’est passé, mais c’est en enfer que tout c’est passé en fait. On va dire que ….. J’ai légèrement dérapé » tu fais le geste avec tes doigts pour montrer un chouilla mais vraiment un petit peu dérapé. « Et il ma ramené sur terre en m’avouant ses sentiments, comme dans les livres tu sais ! » Bien sure tu ne donne pas les détailles de ton passage en monstre de deux mètres. « C’est la qu’on c’est embrassé ….enfin je l’ai fais, par ce que si j’attendais de sa part je ne suis pas sure que ce serait arrivé avant noël prochain… » Tu plisses les yeux et la fixes perplexe « c’est toujours comme ça dans ….. Les relations amoureuses ? » Venant lui tendre un des petits gâteaux vers elle « ce sont ceux de la pâtisserie de Kat, dans la rue principale. Ils sont à tomberrrrr ! Tiens goûte ! » Tu lui laisses choisir avant de toussoter « je suis désolé de t’étaler ma …mon…..je sais pas comment dire, à la figure, je sais que ça me concerne pas, mais je n’aime pas sentir ce que je suis en train de vivre là. Je te retrouve enfin après tant d’année, je retrouve une vraie représentation féminine pour moi mais je vois une idole triste. Qu’est ce qui c’est passé Madame Elise, qu’est ce qu’il voua fait ! »

Tu  lui prend la main, et la regarde dans les yeux « je sais que sa me concerne pas, mais tu compte énormément pour moi, je vais peu être tout gâcher mais je supporterais pas que tu restes aussi triste, car oui t’es en limite dépressive, je suis pas douée en relation sociale mais je cerne très vite les gens, et de ce que je me rappel de toi, c’est carrément une sœur jumelle que je vois ici … » tu n’es pas la plus diplomate à ce jour, tu l’as surement un peut trop remuée, mais tu es comme ça, tu l’as toujours été. Tu viens lui prendre son Muffin et l’enlace brusquement « je te considère bien plus qu’une simple ami du passé, t’a été plus que personne ici ne la été, et c’est impossible pour moi de faire semblant de pas voir ta détresse, je suis même prête à lui péter les deux genoux si tu me le demande »

EXORDIUM.

_________________
I do not know
how you did it
but the fact is that I succumbed
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Elise Blucat
▻ Messages : 72
▻ Date d'inscription : 15/01/2018
▻ Localisation : Storybrook

MessageSujet: Re: Look how I grew up today! Ven 25 Mai - 17:22



Rozen et Elise



Look how i grew up today

Rozen s'excusa de sa curiosité. Je pris sa main pour la rassurer et cherchais son regard du mien. Empreinte de douceur, comme toujours, je la couvris de tendresse en réponse à la sienne.

_ Tu n'y es pour rien ma chérie. Je sais que tes intentions sont bonnes.

Ensuite, la conversation s'orienta sur sa propre vie sentimentale et je sentis des élans maternels m'envahir. Je m'étais toujours sentie comme une mère pour elle, il était donc logique que je sois émue et contente pour elle, même si elle semblait gênée et peu sûre d'elle. Il fut un temps, plutôt lointain maintenant, où j'avais ressenti les mêmes élans, les doutes. Je m'en souvenais encore, malgré le temps qui était passé.
Je me forçais à ne pas la décourager puisqu'elle semblait peiner sur sa lancée.

_ Mushu, répétais-je doucement. Non, je ne crois pas le connaître.

Elle poursuivit, m'indiquant qu'elle avait été en enfer. Je posais ma main sur mon coeur, troublée d'apprendre qu'elle avait vécu tout cela. Je me retins d'exprimer cette compassion, la laissant se focaliser sur son histoire avec ce jeune homme. Un sourire étira mes lèvres à la voir hésiter, chercher comment exprimer ce qu'elle ressentait, indéniablement. J'arquais le visage, savourant chacun de ses mots comme un don précieux, une preuve que l'amour existe toujours, qu'il peut être le plus fort. Pourtant, je refusais de ramener cela à moi. C'était son moment. Son histoire.
Elle finit par me demander si c'était toujours comme ça dans les relations. Mon sourire s'étira plus encore.

_ Chaque relation est différente, répondis-je, consciente d'éluder un peu. L'important est que vous soyez sincères l'un envers l'autre. Le reste viendra tout seul et petit à petit.

Naturellement, je me voyais mal lui donner beaucoup de conseils en matière de relation, sachant quel piteux exemple je ferais. Mais elle n'avait pas à le savoir, elle avait juste besoin de se sentir soutenue et accompagnée.
Elle changea de sujet en me tendant des gâteaux, je pris tout mon temps pour choisir.

_ Je suis certaine qu'ils sont délicieux en effet. Peut-être aurais-je l'occasion d'en goûter à nouveau en compagnie de ce jeune homme, dans ton salon pourquoi pas ?

Je n'insistais pas plus, formulant mon souhait de le rencontrer mais sans pour autant mettre la pression à Rozen. J'aurais d'ailleurs compris qu'elle souhaite garder son homme secret le temps de profiter un peu plus de lui. Le début d'une histoire est un cocon qu'il faut savourer pour ce qu'il est : précieux.
Elle me prit ensuite au dépourvu puisque je ne m'attendais pas à ce qu'elle retourne la conversation vers mon malheur. Je ne m'attendais pas à ce que celui-ci se voit autant pour tout avouer...
Ce fut mon tour de baisser les yeux. Elle insista, je crus que j'allais tenir bon, mais elle me surprit à nouveau en proposant de blesser Jack. Je m'entendis rire malgré tout  et ma main se posa sur la sienne, la serrant fortement.

_ C'est absolument hors de question. En outre, tu t'entendais bien avec Jack, je ne veux pas te voir gâcher ça.

Il se souviendrait forcément d'elle, puisque tout était arrivé avant son départ. S'il avait maintenu une distance polie avec la fillette, j'avais vu combien il appréciait la complicité qui les nouait. Qui nous liait tous les trois.

_ Quant à moi, je vais mieux que ce que tu sembles penser. Tu sais, tout est arrivé il y a très longtemps déjà. Jack a refait sa vie et moi aussi.

C'était faux, absolument faux, et je ne maintins l'illusion que quelques secondes. Elle était aussi entêtée que dans mes souvenirs et, moi, j'étais chamboulée. Retrouver Rozen me confrontait à mon passé aussi sûrement que lorsque je croisais Jack. Et elle avait mis le doigt précisément sur ce qui faisait mal. Une larme m'échappa, malgré tous mes efforts. L'instant d'après, un sanglot suivi.

_ Excuses-moi, lançais-je aussitôt, accoutumée à ne pas montrer mes émotions en public. Je suis désolée...

Je me mordais les lèvres pour ne plus laisser échapper de sanglots, mais c'était peine perdue.
codage par LaxBilly


HRPG : désolée pour le délai de réponse ! Je voulais trouver le bon ton !
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Look how I grew up today!

Revenir en haut Aller en bas
Look how I grew up today!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
" What 's the date today ?
" GEMMARD ✖ i hurt myself today, to see if i still feel
" The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
" President Clinton on Meet the Press today
" EARTHQUAKE WARNING FROM RUSSIAN INSTITUTE of PHYSICS of the EARTH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAPPY ENDINGS CHRONICLES :: Storybrooke & le monde sans magie :: Main Street :: Douce'Heure-
Sauter vers: