HAPPY ENDINGS CHRONICLES
Besoin d'une raison de nous rejoindre ? Cliquez sur lecture et vous verrez !




 

Partagez|

Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ? ↪ Romain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité

avatar
Invité

MessageSujet: Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ? ↪ Romain Sam 5 Mai - 21:22


Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ?
Romain avait mis fin à notre relation. Cette fin qui je devais l’avouer m’avait attristé fut le début d’une série de mauvaise nouvelle. Je pense bien entendue à mon départ contraint en enfer avec Regina et un lot d’autres Storybrookians. Une croisière qui avait engendré la mort de Robin et qui nous avait envoyé dans les eaux profondes et sans fin du monde des contes. En revenant j’aurais aimé qu’il soit là, qu’il ait changé d’avis mais il en était rien. Il avait choisi sa princesse et moi j’avais perdu mon jouet. Regina avait fini par me raconter l’histoire de son garde du corps et son retour dans notre monde et j’avais été clairement blessé. J’étais blessée qu’il disparaisse après vingt-huit ans de relation sans même pas me dire au revoir. Je lui en referais au rouquin des « on reste amis ». Ses hommes étaient tous les mêmes au moment où ils n’avaient plus d’accès aux fesses, ils détournaient le regard et nous oublier. Vous l’aurez compris, je vociférais sur le comportement du rouquin qui avait eu en plus l’audace d’envoyer ma meilleure amie enceinte voir sa psychopathe de femme pour annoncer son départ. C’était dégelasse et lâche, Regina n’avait pas à faire son sale travail. C’était la pire des vengeances qu’on pouvait avoir, et en mon sens mon amie ne méritait pas ça. Elle avait rendu son cœur à Romain. Elle avait fait sa part du travail. Quoi je faisais preuve de mauvaise foi ? Moi jamais ! Ce n’était vraiment pas mon genre, mais au moins quand je le maudissais j’étais pas en train de languir son corps et sa présence. T’es faible Anne c’est déplorable. Ces mots je les avais entendus en boucle pendant des jours et des jours jusqu’à ce que j’apprenne que la grand Romain Whitechappel et sa femme si parfaite était de retour en ville. Quelle douce nouvelle, j’allais enfin pouvoir m’amuser un peu. J’avais attendu les deux jours réglementaires pour pouvoir me cacher derrière le fais que je n’avais pas attendu son retour avec impatience avant d’aller le retrouver.

Afin que la surprise soit des plus spectaculaire et surtout que la fameuse Reine Blanche aux nerfs fragiles puisse me mettre des bâtons dans les roues, j’avais décidé de l’embêter sur son lieu de travail. A noter qu’ainsi il ne pourrait pas m’échapper.

Marchant dans les couloirs de la mairie où Louise avait été contrainte de me laisser passer étant donné que j’étais la meilleure amie de sa patronne je retrouvais Romain dans la salle où il faisait toujours sa pause. Voilà l’avantage d’avoir été le plan cul régulier d’un seul et même homme pendant vingt-huit ans, on connaissait ses petites habitudes. Entrant dans sa salle de pause je verrouillais la porte avant de me manifester :

« Romain Whitechappel est de retour ! Qui l’aurait cru ! »

EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité

MessageSujet: Re: Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ? ↪ Romain Lun 7 Mai - 16:39

Le retour à Storybrooke avait été rude. J’avais retrouvé mes souvenirs, mon royaume mais surtout j’avais retrouvé ma femme. Juliette m’avait pardonné tout ce que j’avais fait pendant mes vingt huit années d’amnésie. Finalement ces vingt-huit années avaient été aussi dure que mon année de bagne. Au bagne au moins j’avais su pourquoi je me battais. Là pendant vingt-huit ans ça avait été le brouillard.

Bien sur maintenant c’était une histoire passée. J’étais rentré à Storybrooke avec ma femme. Juliette avait repris son travail chez Monsieur De Sendarie. Moi j’étais retourné à la mairie auprès de Regina. Je savais que Juliette lui en voulait beaucoup mais personnellement je pensais que j’aurais pu faire bien pire si on avait tué Juliette devant mes yeux. Je pouvais la comprendre. C’est pourquoi je ne lui en tenais plus rigueur.

C’était une journée plutôt tranquille. Régina enchainait les rendez-vous dans son bureau du coup j’étais un peu plus tranquille. J’avais décidé de prendre ma pause. Je m’étais fait un café et j’avais sortie un carnet où je commençais par faire des listes pour le remariage. Je voulais que Juliette soit la plus heureuse à ce moment là et du coup il fallait que je mette le paquet. J’étais concentré quand quelqu’un rentra dans la pièce. Je fermais mon carnet quand je reconnus la voix de Neilina.

« J’avais dit à Regina que je reviendrai. »

Je lui faisais un large sourire. J’étais content de la revoir. Je me levais et j’allais l’embrasser sur la joue. Je lui avais dit qu’on pouvait rester ami et même si je savais que Juliette n’aimerait pas du tout cela j’étais prêt à braver sa tempête. De toutes les façons maintenant que j’avais retrouvé ma mémoire je ne pourrais plus jamais me détourner de mon épouse donc elle n’avait pas à s’en faire. J’allais attraper une autre tasse à café et j’en faisais couler un avant lui tendre la tasse.

« Qu’est-ce qu’il y a Neilina ? »

Je voyais bien qu’il y avait un problème. Je la connaissais mieux que personne. Elle ne pouvait rien me cacher.

« Tu as des problèmes ? »

Je pensais qu’elle avait des soucis avec son ex mari ou je ne sais pas qui d’autre. Neilina avait la fâcheuse tendance à arriver à se mettre dans les pires situations du monde. Je croisais mes bras attendant qu’elle me dise ce qu’elle me voulait. Si elle avait besoin de soutient je le lui donnerai avec plaisir. Je lui avais promis de ne pas la laisser tomber.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité

MessageSujet: Re: Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ? ↪ Romain Mar 8 Mai - 14:43


Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ?
« Tu crois vraiment que je suis allée chouiner dans les jupons de ma meilleure amie ? Je me suis contentée des faits, elle t’a rendu ton cœur et tu t’es barré. »

Il sourirait et une partie de moi commençais à regretter mon plan de vengeance. Il ne méritait pas ça pourtant il avait bel et bien entrainé Regina dans un piège. Il m’avait laissé tomber quand je suis revenue des enfers. Ses embrassades chaleureuses ne changeaient rien à la situation et je devais m’en souvenir. Ce dernier me demanda ce qu’il y avait et je lui faisais les gros yeux. Les mecs étaient vraiment stupides ! Ce dernier me demanda si j’avais des problèmes et j’haussais un sourcil avant de lâcher avec un sourire faussement enjoué :

« Oui mon problème c’est toi ! »

Ma bombe lâchée je m’asseyais sur le meuble en croisant les bras sans pour autant le lâcher du regard :

« Tu m’as menti ! Je t’en mettrais moi des « on reste ami », je serais toujours là pour toi, blablabla, mais une chose est sûre ça n’a pas été le cas. Résultat j’ai dû me rendre à l’évidence que t’étais comme les autres et que comme tu avais plus accès à mes fesses tu étais aux abonnés absents. »

Finalement j’en avais des choses à dire, je n’aurais pas cru en avoir autant et surtout d’en avoir des réelles, pas des choses que j’inventais. Mais c’était vrai, quand j’étais revenue des enfers, j’avais besoin de lui, mais lui il n’était pas là. Il faisait je ne sais quoi, certainement batifoler avec sa femme et après il s’est carapaté dans notre monde. Ça s’était un super ami, et un super mari au passage il avait laissé sa femme enterrer son meilleur ami et se faire consoler par les Merry-Men. Retenant une larme, je contractais la mâchoire.

« Tu fais chier Whitechappel, moi j’avais besoin de toi ! Tu crois qu’aller en enfer c’est marrant ? »

Je le regardais sans pour autant baisser les yeux. Il me saoulait. Je détestais être obligée de dire ça. Ce n’était pas prévu comme ça à la base on était seulement censé me faire grimper au rideau, pas devenir une des personnes que j’appelle quand vraiment je commence à perdre pied.


EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité

MessageSujet: Re: Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ? ↪ Romain Sam 19 Mai - 12:33

Je pouvais constater que Neilina n'était pas dans sa plus grande forme même si elle faisait semblant que tout allait bien. De plus c'était très étrange qu'elle se déplace elle même. En vingt huit ans, si elle avait passé trois nuits chez moi c'était le maximum. Alors qu'elle vienne me voir au travail et qu'elle nous enferme c'était le plus étrange. Elle m'en voulait pour quelque chose mais je n'arrivais pas à avoir quoi. Neilina ne tarda pas à me dire le fond de sa penser. Elle m'en voulait d'être parti sans dire un mot. En même temps elle ne pouvait pas comprendre pourquoi j'étais parti. Elle, elle avait toujours eu son cœur. Je croisais mes bras contre mon torse et j'assimilais les informations qu'elle voulait bien me donner.

« Je suis revenu Neilina ! Je ne savais pas que tu avais été en enfer. »

Comment voulait-elle que je le sache ? Elle n'était pas venue me chercher dès son retour à Storybrooke. Cependant je pouvais comprendre qu'elle soit en colère après moi. Sans réfléchir et sans penser aux conséquences de mon acte, je m'approchais d'elle et je la prenais dans mes bras. Je la serrai contre moi et j'embrassais ses cheveux.

« Je suis désolé. »

Je ne pouvais rien dire d'autre en fait. J'étais désolé de ne pas avoir été présent pour elle. Cependant je pouvais moi aussi lui faire le même reproche. Elle n'avait pas été là quand j'avais retrouvé mon cœur. J'avais dû me débrouiller tout seul et même si c'était une partie ma volonté, j'aurai bien voulu qu'on vienne m'aider... Comme Juliette l'avait fait en venant me chercher.

« Qu’est-ce qu’il s’est passé là-bas ? »

Je la lâchais et je la faisais s'asseoir sur une des chaises de la salle de repos. Je lui préparais aussi un café avant de le poser devant elle. Je m'asseyais en face d'elle et j'attendais qu'elle m'expliquer ce qu'il s'était passé là-bas. Elle avait visiblement besoin d'en parler et je tiendrais la promesse que je lui avais faite : être son ami.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité

MessageSujet: Re: Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ? ↪ Romain Lun 28 Mai - 18:53


Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ?
Bon il marquait un point, il ne pouvait pas deviner que j’étais allée faire un tour dans l’antre d’Hadès, là où je risquais de passer toute l’éternité une fois que j’aurais quitté ce monde pour de bon. Ce dernier me pris dans ses bras et je me laissais faire en lui rendant son étreinte en posant ma tête contre son torse pendant qu’il embrassait ma chevelure blonde. Serrant un peu plus son corps contre le mien, je sentais naitre à nouveau en moi le désir charnel avant que je me ressaisisse et que je me souvienne de ce qu’il m’avait demandé le soir où on s’était quitté. Il ne voulait plus tromper sa femme, et encore il avait dit ça en ayant pas la moindre idée de ce qu’il avait vécu avec sa reine donc maintenant qu’il savait ça devait être pire, ou pas ? L’idée murissait dans ma tête mettant à mal tous mon plan machiavélique que j’avais si intelligemment mis en place pour lui faire payer le mal qu’il avait fait à Regina en l’envoyant annoncer son départ à sa femme. Il me lâcha mettant à mal tout mon nouveau plan qui consistait à baiser une dernière fois avec lui, juste pour faire redescendre la pression. Regina n’allait pas m’en tenir rigueur si je réquisitionnais quelques minutes de plus son garde du corps pour des raisons de détente orgasmique. Je m'asseyais à contre cœur

« Où en enfer ? C’était merveilleux, je te jure le top de l’éclate que des personnes mortes que Regina avait tuées ou que potentiellement j’avais tuées et du coup qui ne pouvaient pas mourir parce qu’elles étaient déjà mortes. Hilarant l’histoire. Sinon On a fait mumuse avec le kraken, mon petit monstre a tué Robin et j’ai fini dans le Styx, mais au lieu de la damnation éternelle on est parvenue je ne sais pas comment à aller dans l’océan et on a fait la connaissance de pirate revenu entre les morts avant d’être emprisonné et finalement on a réussi à se libérer. »

J’avais énoncé ça d’une seule traite avant de repenser au prêtre qui m’avait sortie de la rue. J’avais vu dans ses yeux qu’il savait quel monstre est-ce que j’étais et ça me faisait mal qu’il le sache. Il avait été la seule et unique figure paternelle que j’avais eu. Un homme de dieu bon et généreux qui se fichait pas mal des péchés passés.

« J’ai revu des personnes qui avaient compté pour moi aussi »

Et j’avais trouvé un consensus avec la Méduse, mais je n’allais pas lui dire, il n’était même pas conscient de mon dédoublement de la personnalité. Il n’avait pas besoin de savoir que j’étais également un monstre mythologique capable de pétrifier quiconque d’un regard.

« Et toi alors ? Celui que tu avais été par le passé te plait ? Ou y a des choses qui te manque ? »

Quoi ? C’est vrai dans son costume il était pire qu’attirant, je ne savais même pas comment il avait eu l’autorisation de sortir de chez lui ainsi vêtu. J’aurais été sa femme nul doute qu’il aurait pas passer la porte de la chambre en tout cas.


EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité

MessageSujet: Re: Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ? ↪ Romain Lun 4 Juin - 16:19

Je voyais bien que Neilina était à deux doigts de craquer. Je la sentais fébrile et ça me rendait triste. Certes je n'étais plus avec elle amoureusement parlant mais je tenais quand même beaucoup à cette femme - si vous le répétez à ma femme je nierai tout en bloque. Donc j'écoutais avec attention tout ce que Neilina pouvait bien me dire. Elle en avait gros sur la patate et je pouvais la comprendre. Je lui souriais avec bienveillance mais pas avec pitié. Elle me connaissait assez depuis vingt-huit ans pour savoir que je n'étais pas du genre à mentir. Tout ce qu'elle me disait me faisait mal au coeur. J'aurai voulu être là pour elle mais j'étais ailleurs. J'avais retrouvé mon épouse et pour tout avouer à part les conseils et le bal qu'on avait donné au Pays des Merveilles, nous avions très peu quitté notre chambre.

« Je suis désolé Neilina. »

Il n'y avait de toutes les façons rien d'autre à dire. Je ne pouvais pas lui faire de grands discours sur le courage dont elle devrait faire preuve. Je pouvais juste lui dire que j'étais désolé. Désolé de ne pas avoir pu être là pour elle. J'aurai pu peut être la protéger mais c'était ainsi, on ne pouvait pas revenir en arrière. Elle me parla aussi de personne qu'elle avait revu. Ca avait l'air d'être la partie la plus dure de son histoire dans les Enfers. 

« Qui as-tu revu ? »

Je ne voulais pas me montrer trop curieux mais je savais que mon ex amante ne les aurait pas évoqués si elle n'avait pas au fond envie d'en parler. Peut être que je pouvais rester son confident même si je savais pertinemment que Juliette n'aimerait pas cela. Cependant je savais aussi que mon épouse comprendrait que je ne pouvais pas effacer une personne qui avait comptait pendant vingt-huit ans de ma vie sur un claquement de doigt. Je me levais et j'allais automatiquement la prendre dans mes bras pour la rassurer. Il n'y avait rien à déduire de ce geste. Elle semblait avoir besoin d'un câlin. Je lui donnais voilà tout. 

Le sujet dériva sur moi et celui que j'étais avant. Est-ce qu'être le roi blanc me plaisait ? Oui bien sur je ne pouvais pas le nier. Cependant il y avait le côté insouciant de Romain qui me manquait parfois. J'avais eu deux fois lors des conseils une envie irrésistible de partir et de tout plaquer. Bon j'avais résisté mais il y avait une petite partie de moi qui ne voulait surtout pas oublier l'homme que j'étais devenu ici à Storybrooke. 

« Celui que j'étais me plait... Mais la folie de celui que je suis devenu me manque un peu. J'ai des tonnes de responsabilités et parfois j'aimerai ne plus avoir à réfléchir et juste vivre ma vie comme je l'entends. »

Il était vrai que je ne pouvais pas faire ce que je voulais et encore moins avec la femme que j'avais. Je m'étais habitué à la liberté même si je n'avais jamais trompé Neili, je savais que je n'avais pas d'attache. Bien sur je ne regrettais pas Juliette au contraire j'étais fou de joie de la retrouver mais parfois j'avais l'impression qu'elle me faisait encore payé mon adultère non voulu. 

" Tu sais que Juliette a peur de toi et de tes charmes. "

Je souriais en coin. Ma femme n'avait jamais eu peur que je regarde ailleurs et maintenant que c'était le cas j'étais assez content pour tout avouer. 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité

MessageSujet: Re: Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ? ↪ Romain Lun 11 Juin - 17:55


Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ?
Il était désolé mais une part de moi savait qu’il ne regrettait pas ses actes. Il semblait heureux. Il se portait comme un charme et ne semblait pas sur les nerfs. Certainement un signe que son épouse menait sa tâche correctement chose qui m’embêtait quand même un peu. Il ne me manquait plus que je ne le pouvais l’admettre. C’était sans doute ça qui m’énerver le plus. Lui au moins il m’écoutait, il me baisait mais il m’écoutait et se soucier un minimum de moi.

« Sans doute l’unique homme qui se soit soucié de moi lorsque j’étais encore qu’une enfant. C’est lui qui m’avait offert Perle. »

Expliquais-je à Romain en lui contant l’histoire de l’arrivée de ma jument dans ma vie. Elle était vieille, si bien que je ne pouvais quasiment plus la montée. Je l’aimais. Elle comptait pour moi. Tout comme l’homme de foi avait compté pour moi. Il avait été la seule figure parentale que j’avais eu. Il n’avait rien attendu de plus que mon honnêteté. En le recroisant je savais qu’il connaissait la vraie nature de mon âme pervertie par les meurtres et les manigances. J’avais vu la déception dans ses yeux et ça m’avait touché. Personne ne le savait pas même Regina. J’aurais aimé lui parler, savoir pourquoi son âme était encore bloqué dans les enfers, lui un homme une foi qui n’avait commis qu’un seul péché : me sauver d’une mort précoce. Était-ce pour cela qu’il était encore bloqué dans ce monde damné ? Je n’en savais rien et cela me tourmentait. Cependant, je souhaitais changer de sujet, je ne voulais pas me rependre en sentiment, cela n’était pas le but de ma manœuvre. Le replaçant au centre de la discussion en lui demandant s’il aimait sa nouvelle vie j’écoutais ses dires. J’aurais aimé qu’il sous entende que je lui manquais, mais il n’en était rien.

« Et qu’est-ce qui t’en empêche après tout tu es le maitre de ton destin ! »

Lui souriant avec un air enfantin, je me relevais pour aller vers lui en riant de sa remarque. Ainsi donc la douce et noble Juliette avait peur de moi. Attrapant la cravate de ce dernier je m’appliquais à l’allumer sans le moindre état d’âme. L’embrassant sur le coin des lèvres je demandais :

« Juliette a-t-elle des raisons d’avoir peur ? »

M’asseyant sur la table en le relâchant sans pour autant le lâcher des yeux. J’aimais particulièrement cette information, surtout qu’elle me permettait d’espérer encore de tenter cet Apollon pour le faire succomber à mes charmes une fois de plus.

« Tu sais que tu n’as qu’à demander … »



EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité

MessageSujet: Re: Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ? ↪ Romain Mar 21 Aoû - 11:10

Neilina ne semblait pas du tout dans son assiette. Je le voyais à son comportement. Elle semblait attristée et ses paroles ne firent que me le confirmer. Elle avait vraiment vécu l’enfer sans mauvais jeu de mots. Elle était triste et je ne pouvais rien faire pour elle mis à part l’écouter et tenter de la faire parler. C’était toujours le plus dur avec Neilina. Arriver à la faire parler. Je croisais mes bras contre mon torse et je plantais mon regard sur elle. Si j’avais encore un peu de pouvoir sur elle, elle répondrait à ma question.

« Tu as été attristé de le revoir, n’est-pas ? »

C’était évident mais elle devait le dire pour son bien. La jolie blonde me dit ensuite que j’avais mon destin en main et que je pouvais faire ce que je voulais avec. Elle n’avait pas tord mais j’avais des responsabilités. Beaucoup trop de responsabilités pour les ignorer. De plus ça ne serait pas moi si je mettais de côté mon ancienne vie. Elle me connaissait assez pour le savoir.

« Je suis un roi Neilina, j'ai un royaume à protéger et à aider. »

J’étais un roi. J’avais accepté cette fonction et je ne pouvais pas faillir. Il fallait que je soutienne mon peuple et que je l’aide jusqu’à mon dernier souffle. Pourtant, parfois oui j’aimerai être libre de mes mouvements. Elle se leva et commença son petit jeu qui m’avait fait craquer de nombreuses fois. Je ne pouvais pas nier le fait qu’elle était diablement désirable et si je n’étais pas fidèle à ma femme je lui aurai sauté dessus tout de suite surtout quand elle tira sur ma cravate, qu’elle m’embrassa et qu’elle me rapprocha d’elle. Je posais mes mains autour d’elle sur la table et je la regardais droit dans les yeux.

« Je sais que je n'ai qu'à demander mais... »

Il y avait un mais et elle le savait très bien. J’aimais plus que de raison ma femme. Neilina je l’avais aimé aussi mais je ne l’aimais pas assez pour la faire passer avant Juliette. Je ne pouvais pas renier mon amour pour mon épouse.

« J'aime Juliette et je ne lui ferai pas de mal Neili. »

Je m’éloignais alors de la tentation et j’allais m’asseoir sur une chaise ma tasse de café à la main. Je soupirais alors fortement. Elle rendait tout compliqué.

« Je pensais que tu voulais qu'on reste ami tous les deux. »

J’avais vraiment espéré pouvoir garder une bonne relation avec Neilina. Je ne lui voulais pas de mal et si ma présence lui en faisait trop je m’effacerais de sa vie à tout jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité

MessageSujet: Re: Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ? ↪ Romain Jeu 23 Aoû - 20:11


Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ?
Romain tapait dans le vif, il avait raison ça m’avait touché. Le pire avait été de voir la légère déception dans son regard. Je savais qu’il savait ce que la petite fille qu’il avait voulue adopter avait fait. C’était un homme de dieu, il n’avait pas dû être en accord avec mes meurtres et manigances. Jamais je n’avais eu honte de celle que j’étais jusqu’à ce que je croise le regarde de l’homme de foi. Face à Romain, je n’arrivais même plus à répondre à sa réponse. Avais-je été attristé ? Oui c’était certain, comment un homme de foi pouvait-il se retrouver en enfer ? Haussant les épaules, je me mordais la lèvre inférieure comme une enfant en me sentant trembler. Je détestais ce séjour en enfer.

Reprenant le dessus sur mes émotions, je prenais une grande inspiration avant de me râler légèrement la gorge pour faire disparaitre ma tristesse et cela marcha. J’avais repris le dessus et je n’en étais pas peu fière. Romain me conta son mécontentement à ne pas pouvoir faire et être qui il voulait et en bonne Anne de Winter je démontais son argumentaire qui reposait uniquement sur le fait qu’il avait un royaume et des sujets à protéger. Levant les yeux au ciel j’ajoutais sans prendre de gant :

« Il me semble qu’ils s’en sont bien sortie sans toi pendant vingt-huit ans ils peuvent bien continuer non ? »

J’étais incapable d’accepter un tel argumentaire, en mon sens mes désirs et mes besoins primaient sur ceux des autres. Enfin parfois Regina passait devant moi, mais c’était tout de même assez rares que je ne m’efface pour une tierce personne. Naturellement, je n’avais pas la moindre idée du mal que mes mots pouvaient avoir sur le roi du royaume blanc. S’il pensait que son histoire de mariage allait également refréner mes pulsions sexuelles il se trompait. J’étais moi aussi mariée et je n’en faisais pas toute une histoire. D’ailleurs quand il me parla de sa femme, en sous entendant nos anciennes parties de jambes en l’air j’entrais directement en action en reprenant l’habit de la femme fatale. N’importe quel homme aurait résister à ma tentation surtout que je savais très bien l’effet que je lui faisais, mais non la rien et le prénom de sa femme s’échappa de ses lèvres me faisant reculer.

Cette fois j’étais vexée. On ne m’avait jamais repoussé. Cette action avait même déclencher l’hilarité de Médusa qui restait médusait (sans mauvais jeu de mot) par cette réaction. L’entendre ainsi hilare, ne faisait qu’augmenter ma colère et tout d’un coup je me souvenais des raisons qui m’avaient poussé à venir le trouver pendant sa pause. Croisant les bras sur ma poitrine, je balançais sans le moindre état d’âme :

« Ok, je ne voulais pas te le dire comme ça mais grâce à toi je suis enceinte »

Les rires de la Gorgone s’arrêtèrent et elle s’étrangla presque en murmurant : Ouille t’aurais jamais dû faire ça Anne, il va être fou. C’est trop vicieux même pour toi. T’as même jamais fait le coup à Athos quand t’étais au cachot... Réprimant un juron, j’étais consciente qu’elle avait raison j’ajoutais comme si cela allait apaiser sa colère :

« T’inquiète ta Juliette n’en saura rien, je ne vais pas le garder, j’ai une affaire à diriger et ce n’est pas en ressemblant à une montgolfière que ça va le faire. »

Pas con, tu nous donnes une porte de sortie pour justifier le fait que tu prennes pas un gramme, mais je ne la sens pas ta connerie.


EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité

MessageSujet: Re: Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ? ↪ Romain Mar 2 Oct - 22:58

Neilina m’en voulait de ne pas avoir été là pour elle. Je l’acceptais.
Neilina me faisait du gringue histoire que je retombe dans ses bras. Je l’acceptais.
Neilina me balançait que je pouvais rester avec elle parce que je n’avais pas été présent pour les miens pendant vingt huit ans… Je l’acceptais aussi.
Neilina ne disait que la pure vérité sur cette histoire.

Je n’avais pas été là pour les miens et maintenant je devais la laisser tomber pour retrouver les miens. Je me sentais sal de faire cela mais c’était l’unique solution possible. Je savais que Neilina s’en sortirait. Ce n’était pas la même chose avec Juliette. Elle n’était pas aussi forte que Neili. Loin de là. Je m’approchais de la jeune blonde et je déposais un baiser sur son front. Peut être était-ce un peu trop fraternel vu ce que nous avions vécu avant mais c’était tout ce que je pouvais lui offrir.

« Ce n’était pas une absence volontaire Neili. »

Je savais que chaque mot que je prononçais lui faisait du mal. Elle avait besoin de moi. Elle avait envie que je reste dans sa vie mais elle voulait que je sois comme avant et ce n’était pas possible. Je voulais qu’elle comprenne que ce n’était pas possible. Puis elle me lâcha une bombe.

« Comment ça enceinte ? »

Je savais très bien comment on faisait les bébés et pour le nombre de fois où nous avions fait l’amour je savais que j’avais pu la mettre en cloque. Cependant je ne pensais pas que j’aurai réussi et ça me posait vraiment un problème d’éthique.

« Dis moi que c’est une blague Neilina. »

Cette phrase pouvait être prise à double sens et moi-même je ne savais pas encore quel sens lui donner. Je n’avais pas envie de la voir avorter et en même temps je n’avais pas envie de faire du mal à Juliette en lui disant excuse moi bébé j’ai mis en cloque mon ex mais je ne le savais pas et du coup elle garde le bébé et je suis d’accord avec cela. C’était horrible de penser à cela. Je restais de marbre devant elle. Pourtant elle pouvait lire dans mes yeux que je ne l’abandonnerai pas. Bien au contraire. Elle pourrait toujours compter sur moi. J’avais toujours assumé les conséquences de mes actes et ce n’était pas maintenant que ça allait changer.


Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité

MessageSujet: Re: Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ? ↪ Romain Mer 24 Oct - 18:22


Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ?
Il me mentait. Il croyait que je ne le voyais pas. Il était comme les autres en fait. Je m’étais trompée encore. Plus il parlait et plus je sentais la colère montait en moi. Je le fusillais du regard. En arrivant ici, j’avais envie de lui faire payer la souffrance qu’il avait volontairement infligée à Regina. Désormais c’était lui qui me faisait du mal. Je voulais me venger. Je voulais qu’il ait mal autant que ce que je pouvais avoir mal. Je savais pertinemment où taper pour attiser sa détresse. Aussi sans chercher à faire plus de cérémonie, un acte qui inquiéta Médusa. J’écoutais la Gorgone me conseiller et cela eu l’audace de me mettre encore plus en colère.

« Oh a beaucoup coucher ensemble ses dernières années. Ce sont des choses qui arrivent et on ne peut-pas dire qu’on a été très prudent ni même que l’idée de me mettre en cloque t’as effleuré ces vingt-huit dernières années. »

Face à sa réaction, je le fusillais du regard. Croisant les bras sur ma poitrine, je le regardais avec un air condescendant. Allez Anne, joue pas à ce jeu-là, dit y la vérité, comment tu fais s’il t’interdit d’avorter tu seras maline. Retenant un rire sarcastique je répondais mentalement à mon double : Ô non il fera pas ça parce qu’il a qu’une seule peur que sa Juliette le quitte pour de bon. La Méduse poussa un soupire et je l’ignorais avant de décréter en regardant Romain :

« Sinon quoi tu vas me frapper jusqu’à ce que je perde l’enfant ? »

M’asseyant sur la table à plus de deux mètres de lui je croisais les jambes et le poursuivais toujours avec mon ton supérieur :

« Ou bien peut-être que tu vas juste te contenter de me blâmer pour avoir été assez effronté pour ne pas me protéger davantage ? »

Je souriais avant de lever le doigt en riant :

« Non je sais tu vas m’enfermer pendant neuf mois le temps que j’expulse ta progéniture et après tu enverras ta progéniture à l’orphelinat ou encore dans notre monde ? »

Je riais avant de poursuivre :

« Mais oui bien sûr après tout tu es un roi, c’est ce que les rois font ! Ils trompent leur femme et se débarrasse des bâtards. »

M’humectant les lèvres, je détournais mon regard du sien. Il était exclu que je tombe dans son piège puéril.

« Ne crois pas que t’as ton mot à dire sur ça. T’es comme tous les autres ça ne sert plus à rien de jouer ton petit jeu avec moi. »



EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité

MessageSujet: Re: Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ? ↪ Romain Lun 5 Nov - 18:17

Neilina semblait perdre pied. Je ne la reconnaissais pas du tout. Neilina n’avait jamais été une femme très raisonnable mais là elle ne l’était pas du tout. Elle commençait même à me faire un peu peur. J’avais l’impression de l’avoir perdu réellement alors que je n’avais jamais voulu cette situation. Au final tout était la faute de Regina et ce n’était ni sa faute ni la mienne.

« Bien sûr qu’elle m’ait venu à l’esprit et ça ne m’a jamais dérangé. »

Elle me prenait vraiment pour un idiot. J’étais un homme prévoyant et je savais parfaitement que je pouvais la mettre enceinte à chaque fois qu’on a couché ensemble et cela ne m’avait jamais vraiment dérangé. Je n’aimais pas Neilina comme j’aimais Juliette mais je l’avais aimé quand même d’une certaine manière.

« Tu te trompes Neilina. »

Je n’avais pas peur de la réaction de Juliette. Je savais qu’elle ne serait pas du tout contente, elle serait même en fureur mais je savais aussi que ma femme me haïrait encore plus si je n’assumais pas les conséquences de mes actes.

« Si tu veux garder l’enfant je serai là. Sache le. »

Je ne comptais pas me défiler loin de là même. J’étais un meneur et les meneurs se doivent de montrer l’exemple. Puis Neilina se mit à déblatérer un bon nombre d’ineptie. Je ne la reconnaissais vraiment pas du tout. Elle commençait même par me faire un peu peur, même si j’adoptais un regard neutre de toute expression.

« Il me semble que tu ne me connais pas. Qu’est-ce qu’il t’arrive Neilina sérieusement ? Ce n’est pas toi ça. »

Ce n’était pas possible. La femme que j’avais aimé pendant vingt huit ans ne pouvait pas être cela. Ce n’était pas possible.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité

MessageSujet: Re: Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ? ↪ Romain Sam 17 Nov - 15:32


Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ?
Voilà que désormais je me trompais. C’était toujours comme ça je me trompais toujours à les entendre. Je m’étais enfermée dans mon mensonge mais désormais j’avais l’impression que ma vie dépendait de mon mensonge. Je refoulais toute la haine que je refoulais sur mon mari et les autres hommes qui avaient rythmé ma vie. Nos vies, parce que celle qui avait le plus souffert dans ses histoires de cœur restaient Médusa. Bien qu’elle fût contre l’idée faire croire à Romain que j’étais enceinte elle soutenait ma colère. Quand il me demanda ce qu’il arrivait sérieusement, ma vision se modifia pour prendre celle de la Gorgone libérant mes pupilles de vipères :

« Elle est un peu amère mon mignon »

Descendant de la table sur laquelle Anne s’était assise, je m’approchais de lui en poursuivant :

« Faut dire que tu as bien merdé, tu l’as un peu poussé à bout. Elle pensait que tu étais différent, pourtant j’y avais dit que tu étais comme tous les hommes. Elle déteste quand j’ai raison donc forcément elle passe ses nerfs sur toi. Surtout que tu as mis en danger sa meilleure amie, je crois que ça a été le coup de grâce pour ta chère Neilina. »

Posant ma main sur son épaule, je lui souriais en faisant sortir le bout de ma langue comme si je possédais encore ma langue de serpent avant de reculer pour tendre une main en face de lui :

« Oh mais que je suis sotte on ne s’est jamais réellement rencontré toi et moi. Je suis Médusa. Anne a toujours réussi à te dissimuler ma présence. Je suis enchantée de faire ta connaissance super beau gosse. »

Laissant échapper un soupir, je le détaillais de long en large.

« Je peux comprendre pourquoi Anne s’était laissée tenter par toi. Tu as une certaine prestance, un charme bien à toi et là je pense que tu dois te poser plein de question n’est-ce pas ? Tu te demandes où est ton ancienne amante ? Comment elle a pu te dissimuler ma présence depuis que la malédiction a été levé ? Dis-moi tout. »


EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité

MessageSujet: Re: Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ? ↪ Romain Mer 21 Nov - 19:41

Un reptile. Voilà ce qui se tenait devant moi. Etrangement la terre ne trembla pas. Je n’avais pas peur pour ainsi dire. J’étais plutôt étonné et peut être même un peu fasciné. Je me demandais bien depuis combien de temps elle était là. Avait-elle assisté à nos ébats ? Eux non ça c’est creepy et je ne voulais pas réponse au final. Par contre ce que la gorgone me dit me fit un peu bondir. J’avais fait quoi ?

« En danger ? Regina ? Que veux-tu dire ? C’est Regina qui m’a volé mon coeur et elle a de la chance que j’accepte encore de la protéger du reste de la ville qui veut sa peau. »

C’était un fait. Regina était détestée de plus de la moitié de la ville. Elle était celle qui avait séparé des familles, qui avait voulu se venger parce que madame n’arrivait à avancer mais au lieu de quitter la forêt enchantée seule madame avait décidé d’embarquer un bon nombre de personne. C’était un comportement égoïste de sa part et pour cela je ne la pardonnerai jamais. Par contre, elle ne méritait pas de mourir.

« Je ne me pose aucune question Médusa. »

Ceci n’était que la plus pure des vérités.

« Tout le monde a le droit d’avoir des secrets. »

J’avais haussé les épaules en disant cela. Neilina ne m’avait jamais demandé mes secrets alors pourquoi lui aurais-je demander les siens ? Je ne voulais rien savoir d’elle si elle ne voulait pas me le dire. J’avais confiance en elle avant. C’était tout ce qu’il comptait.

« Si Neilina ne souhaite plus me voir elle n’avait pas à venir me trouver ici. »

C’était pourtant simple non ? Quand je ne voulais plus voir une personne je faisais en sorte de ne pas la croiser. Je l’ignorais tout simplement.

« Dites moi la vérité. Est-elle vraiment enceinte ou n’a-t-elle que jouer avec moi afin de me rendre fou ? »

La réponse était évidente à mon esprit mais j’avais besoin de l’entendre. Si elle s’était moquée de moi, il y avait des chances pour que je ne sois plus très correcte avec Neilina du moins pour un temps. Je savais que j’avais fait avec elle mais ça ne servait à rien de me prendre pour un gigolo.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité

MessageSujet: Re: Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ? ↪ Romain Sam 1 Déc - 21:15


Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ?
Riant face à la remarque du beau gosse, je laissais sortir le bout de ma langue pour siffler légèrement avant d’y répondre d’un air moqueur :

« Quoi ? Ne me dis pas que tu ne sais pas de quoi je veux parler ? »

M’approchant de lui, je faisais glisser mon doigt sur son épaule avant de faire le tour de ce dernier, une fois à nouveau en face de lui, je souriais et posais mon doigt manucurer sur sa joue.

« Es-tu sûr de bien connaitre ta femme ? »

Je me moquais de lui ouvertement avant de poursuivre :

« Allons dois-je te rappeler quelle sombre réputation elle possède ta femme ? Les rumeurs disent qu’elle a détruit un palais en entier en quelques secondes dès qu’elle a été frappé par la foudre et qu’elle l’a répandu tout autour d’elle. Visiblement, la scène était épatante. D’autres racontent qu’ils l’ont vu tué des murs entiers d’hommes. Et toi mon mignon, tu envoies la femme qui t’as arraché le cœur en face de ta femme pour qu’elle avoue ses crimes. »

Marquant une pause, j’haussais les sourcils avant de faire rebondir le bout de mon index sur son nez avant de sourire avec gaieté et demander :

« C’est bon t’as compris ton erreur ? »

Repartant en sautillant vers la table, je m’asseyais à nouveau dessus et prenais appuie sur mes mains pour lui demandais de me révéler ce qu’il avait en tête. Sa réponse me décevait. Secouant la tête pour lui signifier ma déception, je finissais par me redresser pour poser mes coudes sur mes genoux et laissais ma tête se reposer à l’intérieur de mes paumes de main.

« Qui a dit qu’elle ne voulait plus te voir ? J’ai profité d’un de ses états de faiblesse pour venir me présenter à toi. C’est ce qui arrive quand elle ne contrôle pas la frontière entre nous. Pourquoi tu n’apprécies pas me venue ? Ô d’ailleurs si tu pouvais éviter d’en parler à Regina ça m’arrangerait, ta reine ne m’apprécie pas tellement. »

Lui faisant mon plus beau sourire, je sentais mon amusement monter en flèche en écoutant son interrogation. Frappant dans mes mains, je sautais à nouveau de mon perchoir tandis qu’Anne m’ordonnait de ne rien dire.

« Et toi à quoi penses-tu ? Crois-tu qu’elle soit enceinte ou qu’elle ait dit ça uniquement pour t’emmerder ? Si tu as la bonne réponse je laisse Anne revenir, dans le cas contraire tu la condamne à rester dans l’ombre jusqu’à ce que ce soit à mon tour de baisser ma garde ! »


EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité

MessageSujet: Re: Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ? ↪ Romain Mar 18 Déc - 9:10

La réputation de ma femme. Je la connaissais pas coeur et pour ainsi dire j’avais participé à lui batir cette réputation. Je préférais qu’on la voit comme quelqu’un qui pouvait faire du mal et donc qu’on la craint plutôt que comme une personne crédule à qui on pouvait tout faire avaler et de qui on pouvait tout obtenir. Je souriais en coin. Elle ne devait pas savoir cela et ça me convenait. Craint Juliette Neilina parce qu’elle le mérite vraiment. Je répondais d’un ton calme à la créature qui se tenait devant moi :

« Je connais parfaitement mon épouse. Elle ne fera rien à Regina parce que je lui ai demandé et contrairement à ce que tu peux penser elle n’ira pas contre ce que je lui demande. Elle sait qu’elle n’y a pas d’intérêt. »

Et surtout elle prend le risque à chaque fois que je pique une vraie colère contre elle. Je n’avais été pour ainsi dire que deux fois réellement en colère après elle depuis que je la connaissais et j’étais certain que Juliette s’en souvenait encore. Le double de celle que j’avais aimé m’appris que j’avais fait une erreur. Je lui riais au nez. Je n’avais commis aucune erreur. Tout était calculé du début à la fin.

« Je n’ai fait aucune erreur. Regina doit assumer ses erreurs et contrairement à Neilina je ne porte pas du tout la méchante reine dans mon coeur. Tous les habitants de cette ville ne sont pas crédules. Tout le monde voit dans son petit jeu. Elle est mauvaise et ne pourra jamais changer totalement. Elle est hypocrite et égocentrique. Pour se venger d’une enfant, elle a ruiné la vie à de nombreuses personnes et si Neilina a une once de bon sens elle conviendra que ce n’était pas la chose à faire. Ô elle peut lui trouver toutes les excuses au monde ça ne changera jamais ce que Regina a fait. Elle est impardonnable. »

C’était un fait. Je ne pouvais pas aller contre. Elle avait bousillé de nombreuses vies dont la mienne et celle de mon épouse. Pour cela elle était impardonnable. Puis tout à coup elle me demanda une faveur que je balayais d’un revers de main comme j’aurai pu le faire à un paysan qui me demandait une chose tout à fait logique :

« Je n’en parlerai pas rassure toi. De toutes les façons, je fais mon travail et c’est tout. Nous ne conversons pas avec Regina contrairement à ce que Neilina pourrait penser. »

Puis elle me demanda mon avis. Je pris une seconde pour réfléchir. Je connaissais par coeur la jeune femme. Je savais donc ce qu’elle avait en tête.

« Elle dit cela pour m’emmerder comme tu le dis si bien. Elle pense pouvoir me garder auprès d’elle comme cela sauf que ça ne marche pas comme cela. Je voulais bien rester son ami mais quand on est ami on doit avoir confiance l’un envers l’autre. »

C’était essentiel à mes yeux. Je refusais de la garder à mes côtés si je ne pouvais pas avoir un minimum confiance en elle. Je regardais droit dans les yeux le double de Neilina. Je n’avais pas peur de la magie. Je l’avais accepté depuis un moment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité

MessageSujet: Re: Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ? ↪ Romain Dim 23 Déc - 9:37


Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ?
« Laisse-moi revenir espèce de vipère tu vas tout faire capoter » Râla Anne de Winter pendant que je me moquais de l’ignorance du molosse rouquin en face de moi. Un sourire mesquin naissait sur mes lèvres face à sa remarque, tout faire capoter, son plan avait échouer au moment où elle l’avait ficelé. Elle était bonne pour tuer ses ennemis, mais pas pour la manipulation mentale. Pour ce jeu-là, nous avions rencontré un homme qui excellait dans ce domaine. Peut-être qu’au bout d’un moment elle apprendra l’art de la manipulation mentale mais à ce jour elle était nulle et était bonne qu’à nous faire tuer.

« Ô et pourquoi, que ferais-tu ? Tu la punirais ? La frapperais ? Il parait qu’elle a de jolie cicatrice un peu partout ne me dit pas que c’est toi ! Là tu me surprendrais et elle me décevrait ta femme qui est dépeinte comme une femme forte et guerrière. »

Sans m’en rendre compte j’entrais dans un sujet légèrement sensible, cependant comment pouvais-je le savoir ? C’était lui qui parlait sur un ton qui sous-entendait que sa femme évitait les conflits avec lui et de par mon expérience avec les hommes je savais que lorsqu’ils étaient déçus de leur moitié, les coups tombaient. Face à la remarque sur le fait que Romain ne portait pas sa patronne dans son cœur je mettais ma main sur ma bouche en laissant échapper un « Oh » de surprise, qui était totalement sincère pour une fois ;

« Attends, attends, attends, pause, tu n’aimes pas Regina mais tu donnerais ta vie pour la protéger ? Waouh je suis tout à fait apte à avouer qu’avec Anne nous avons des troubles de la personnalités changeante mais on a une excuse, mais toi t’es bourré de contradiction. On est d’accord que ce n’est pas normal comme comportement ? »

Cette fois j’étais réellement fascinée par cet homme. Anne avait sans doute raison sur un point : il n’était pas comme tous les autres. « Pas touche vipère, il n’y a pas longtemps tu voulais le pétrifier donc commence pas à changer ta veste ». J’en avais même oublié de souligner l’existence de la progéniture de Regina qu’il avait mis en danger là tout de suite maintenant la psychologie du trentenaire m’intéressait plus que de jouer l’avocate de Regina.

Il m’apprit qu’il garderait sa langue et je le remerciais d’un geste de la tête. Ça c’était gentil tout plein, au moins l’autre reine de rien ne viendrait pas me faire la leçon de morale sur le fait que j’avais enfermé sa meilleure amie dans mon esprit. « Tu dis ça seulement parce que tu n’as personne qui teins à toi »

« Ô la ferme Anne, tu commences à me tordre les serpents là ! Moi au moins mes alliées c’est des dieux tu peux dire pareil ? Non alors garde ton venin et laisse-moi parler tranquillement avec ton ancien jouet. »

J’avais lâcher cette phrase avec exaspération et à voix haute sans réellement m’en rendre compte. Aussi quand je le réalisais, je reportais mon attention sur le garde du corps de la reine et m’excusais :

« Navrée pour le dénominatif que j’ai employé, mais c’est un peu comme ça que je vous voyais tous les deux … Bon on en était où ? Ah oui la grossesse donc verdict ?»

Finalement, Romain me donna une réponse et Anne sortie à nouveau de son silence : « Laisse-moi revenir !! Méduse merde je te laisse tranquille moi quand t’es avec Arès ou Hadès ne me les casse pas s’il te plait » Posant mes doigts sur ma tempes je laissais échapper un soupir :

« Anne veux te parler, elle est en train de me donner une migraine a force de râler est-ce que tu veux lui parler ? »



EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité

MessageSujet: Re: Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ? ↪ Romain Mar 15 Jan - 22:37

Elle me demanda si je comptais frapper ma femme si elle me désobéissait. Ce n’était pas dans mes plans loin de là. Je voulais juste que Juliette reste le plus loin possible de mon ancienne amante. Je tenais à la vie de mon épouse et je tenais à ce que ses mains ne soient pas plus entachées de sang.

« Il n’y a pas besoin de frapper pour punir une femme. Je sais comment faire du mal à ma femme parce que je la connais par coeur et elle saurait aussi m’en faire. Ne plus être à ses côtés suffirait à lui faire bien plus de mal que les coups que je pourrais lui porter. »

Je connaissais mon épouse et je savais comment lui faire du mal. Je ne lui en ferais jamais bien sûr mais je savais que je pourrais le faire. Je n’avais pas besoin de la frapper pour faire du mal à Juliette. Et puis frapper une femme c’était tellement barbare. Elle demanda ensuite pourquoi je voulais toujours protéger Regina. C’était pourtant simple. Il n’y avait pas besoin de grandes explications. Cependant je tenais quand même à ce qu’elle comprenne mon point de vu.

« On peut régler ses problèmes autrement qu’en tuant. Disons que Regina est en sursit. Si elle dérape je m’occuperai d’elle et entre nous elle est peut être puissante mais face à mes pouvoirs elle ne vaut rien. »

Elle était puissant mais je l’étais bien plus que cette petite sorcière. En plus si Juliette se couplait à moi, elle n’avait aucune chance. Nous n’étions peut être pas aussi puissant que le Ténébreux mais cela suffirait à détruire la méchante reine qui n’était au final qu’une sorcière quelconque. La créature me demanda alors si je voulais parler à Neilina. Il n’y avait pas besoin de réfléchir longtemps pour la réponse.

« Je veux lui parler. Mais qu’elle réfléchisse bien à ce qu’elle va me dire. »

Elle n’aurait pas de seconde chance. Soit nous resterions amis, soit elle deviendrait entièrement mon ennemie. Et beaucoup de monde savait qu’il ne fallait pas se mettre à dos le roi blanc du Pays des Merveilles.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité

MessageSujet: Re: Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ? ↪ Romain Mer 23 Jan - 8:10


Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ?
« Ohh quelle théorie mignonne »

Lâchais-je en guise de réponse à Romain quand il m’avoua que frapper sa femme ne servait à rien étant donné que pour lui faire du mal il suffisait qu’il l’abandonne. Il avait un égo surdimensionné le garçon pour croire ça, car entre nous en goutant à la liberté la demoiselle devrait se sentir pousser des ailes (sans mauvais jeux de mots). Sans compter qu’elle n’avait pas le profil de la demoiselle en détresse étant donné qu’elle avait des pouvoirs similaires à ceux du dieu des dieux. Préférant laisser le rouquin dans sa bulle d’espérance je préférais m’attarder sur le sujet du travail de mon interlocuteur. Protéger la femme qui l’avait esclavagées, en voilà bien une autre pratique étrange.

« Tuer c’est radical au moins. Un des rares sujet sur lequel Anne et moi nous nous accordons. Je me garderais de préciser que cela s’apparente presque au miracle »

Notais-je malgré tout en jouant avec une mèche de mes cheveux. Encore un toc que ne possédait pas Anne. Mais en même temps je mets au défaut toute personne ayant eu des serpents en guise de chevelure de ne pas développer ce genre d’automatisme. De son côté mon double, s’égosiller en menaçant Romain d’une mort certaine s’il s’en prenait à sa meilleure amie. Posant mes mains sur mes tempes je laissais échapper un gémissement de douleur avant de lâcher à voix haute :

« Doucement le pitbull, je te signale que monter les décibels ne changera rien, monsieur le beau gosse ne va pas plus t’entendre par contre moi ça ne me plait pas, mais alors pas du tout. »

« Laisse-moi reprendre le dessus alors pétasse plutôt que de jouer à faire la gentille » Lâcha Anne qui comme toujours était de merveilleuse humeur. Comme précédemment, je lui répondais que je lui redonnerais sa liberté qu’une fois que le trentenaire aura donné son accord. En mon sens ce n’était pas près d’arriver, après tout Anne avait tenté de le rouler dans la farine de la paternité, qui voudrait reparler à un monstre pareil ? « Venant de la femme qui a eu l’apparence d’un monstre impossible à identifier je prends presque ça pour une blague » Vociféra ma doublure tandis que je faisais rouler mes yeux dans leur orbite. Alors que je m’apprêtais à lancer une nouvelle vacherie, l’homme brisa toute mes espérances, engendrant ainsi un cri de joie de la part de mon double.

« Misère tu me déçois ! Moi qui pensais que tu voudrais plus lui parler et qu’ainsi j’allais pouvoir rester plus longtemps... »

Ma lamentation fut suivie d’un soupir avant que je ne me rapprochasse de lui tout en faisant rouler une mèche de cheveux entre mes doigts.

« Mais bon un deal est un deal, au plaisir très cher »

Fermant les yeux je m’effaçais et Anne retrouva le contrôle. Aussitôt je lâchais ma fameuse mèche de cheveux et ma vision baissa en précision.

« Je déteste quand elle fait ça cette vipère ! Félicitation Whitechappel tu viens de découvrir mon grand secret. »


EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ? ↪ Romain

Revenir en haut Aller en bas
Qui a dit que toutes les blagues étaient bonnes à faire ? ↪ Romain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
" Bonjour dans toutes les langues
" [RP] Toutes voiles dehors ! Souquez les artimuses !
" Toutes les eaux sont couleur de noyade. [PV Aélis]
" 07. Une pour toutes et toutes pour une !
" Blagues débiles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAPPY ENDINGS CHRONICLES :: Refermer le livre et rêvasser :: RP abandonnés/ Supprimés-
Sauter vers: