AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Quelque chose ne va pas madame le shérif ? feat Emma Swan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité


MessageSujet: Quelque chose ne va pas madame le shérif ? feat Emma Swan   Ven 3 Fév - 19:11


La semaine avait semblé être longue pour Peter. Il logeait toujours au couvent mais il commençait à en avoir sérieusement marre de toutes ces règles qu’il devait respecter et vous connaissez Peter. Lui et le respect des règles, ça faisait deux. Du coup, il avait envie d’avoir son propre chez lui mais en même temps, il lui fallait de l’argent et pour ça, un travail. L’idée de travailler en d’aller au lycée – qui était déjà un lieu barbant pour lui avec d’autres règles à respecter – ne lui plaisait pas trop mais s’il n’avait pas le choix. Dans un premier temps, il était préférable qu’il ait un petit job après le lycée pour au moins déjà économiser, chose qu’il n’avait jamais pu faire avant, au temps où il se faisait encore appelé Malcom. Par moment, il avait bien envie de reprendre ses vieilles habitudes de cette époque-là mais c’était revenir en arrière et il en était hors de question, surtout après tous ces sacrifices qu’il avait dû faire. Avec Félix et les autres garçons perdus de se chercher un petit job pour étudiants. Pour l’instant, il ne leur était possible que des petits boulots comme baby-sitters ou serveurs dans les petits cafés et ceux seulement pour les 15 – 17 ans. Autrement dit, il n’y avait que Peter, Félix et trois autres garçons qui pouvaient à la limite avoir un petit job. Bon, d’un autre côté, c’était déjà un bon début. A la limite, il leur suffisait de mettre un peu d’argent de côté et de partager les frais ensembles. Ça leur permettrait peut-être d’avoir assez d’argent pour se prendre un endroit pour eux tous ou du moins pour Peter et les quatre autres.

L’éternel adolescent était donc à la recherche d’un emploi à temps partiel. Eventuellement, il pourrait demander à son cher fils mais l’idée d’être sous ses ordres ne lui plaisait pas trop non plus. En fait, tant qu’il n’en était pas l’instigateur, il n’aimait pas. Il lui fallait en fait tout contrôler, en être le maître du jeu et attention à la triche car il était intraitable sur le sujet. Il n’y avait que lui qui avait le droit de tricher. Mais trouver un boulot n’était pas le seul objectif du jeune homme. Il devait trouver un moyen de se rapprocher du jeune Henry, censé être son véritable croyant, et depuis la veille, il voulait récupérer sa flûte qui aurait été récupérée par le Shérif Swan alors qu’il avait été surpris en train de trainer dans les rues de Storybrooke à une heure très tardive. En même temps, il n’arrivait pas à dormir au soir et c’était d’ailleurs presque un miracle s’il arrivait à suivre les cours, quand il n’était pas en train de les brosser. Ce fut donc en brossant une nouvelle fois les cours qu’il avait décidé de se rendre au poste de police, profitant de l’absence du shérif et de son adjoint pour fouiller le bureau. Il finit par retrouver sa flûte mais pas de chance pour lui, il ne fit pas attention qu’il n’était plus le seul dans le bureau.




Revenir en haut Aller en bas

avatar
Emma Swan

▻ Messages : 202
▻ Date d'inscription : 15/01/2017

MessageSujet: Re: Quelque chose ne va pas madame le shérif ? feat Emma Swan   Sam 4 Fév - 0:30


Quelque-chose ne va pas Madame le shérif ?
Peter & Emma

Les journées étaient interminables depuis que les portes de Storybrooke avaient été ré-ouvertes. Entre le recensement des nouveaux habitants, l'obligation de leur communiquer le mode de fonctionnement de ce monde, les règles et les arrivées venant du monde sans magie qu'il fallait surveiller, afin qu'ils ne découvrent pas les choses magiques, nous n'avions pas une minute. Oui, nous, car après quelques semaines de dur labeur, j'avais bien été contrainte de me rendre à l'évidence que seul, je ne pouvais rien faire. Je pouvais y arriver plus ou moins aisément avant la levée de la malédiction, mais plus depuis que tous se rappelaient qui ils étaient et qu'une nouvelle fournée d'habitants magiques était arrivée. J'avais donc embauché David – bien plus l'âme d'un shérif-adjoint que d'un vétérinaire depuis qu'il s'était rappelé être mon père – pour me seconder et même ensemble, nous n'avions plus une minute. Entre la gestion des crises habituelles et toutes les nouveautés, il y avait des jours où nous ne savions même plus où donner de la tête. Aujourd'hui était un peu une de ces journées-là et après plusieurs heures à traquer dans les bois un groupe d'habitants « non recensés », je rentrais épuisée, mes bottes boueuses et des courbatures à des endroits improbables. Je détestais traquer des choses ou des personnes dans les bois. Vraiment. Il n'y avait rien de plus épuisant. Et Storybrooke était entouré de bois...

Je pensais au moins pouvoir avoir un peu de répit en rentrant au bureau, mais j'avais tort, car à peine la porte passée, je découvris que je n'étais pas seule. Pire, ce garçon hébergé par les nones... Peter... qui traînait un peu trop dans des endroits où il ne devrait pas à mon goût, était là, la flûte que je lui avais confisquée dans les mains.

« C'était une simple amende pour nuisance sonores après l'heure légale. Une petite somme à payer et tu récupérais ton objet », m'exclamais-je pour lui signifier ma présence, évitant de m'installer trop, prête à attraper mon arme en cas de besoin. On ne savait jamais vraiment à quoi s'attendre avec une personne capable de forcer un bâtiment sécurisé, même si cette personne n'avait même pas l'âge légal pour conduire. « Maintenant, je vais être obligé de te demander de bien vouloir poser cette flûte et d'entrer dans cette cellule de toi-même si tu ne veux pas que je te force à y aller », continuais-je. « L'entrée par effraction dans un bâtiment public avec intention de vol est un délit grave. » Avec les nouveaux arrivant, j'apprenais la patience. Nombre d'entre eux ignoraient tout du principe de lois. Il fallait le leur enseigner, morceau par morceau. « Tu connais le principe de prison, non ? Comme tu es nouveau en ville et que c'est ta première grosse infraction, tu passeras juste une nuit en cellule. Tu auras le temps de t'intéresser à quelques-unes de nos lois, comme ça. »
made by black arrow

_________________
he is my son too
I adore his smile. I cherish his hugs. I admire his heart. But most all... I love that he is my son.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quelque chose ne va pas madame le shérif ? feat Emma Swan   Mar 7 Fév - 21:41



L’éternel adolescent n’avait absolument pas prévu de se faire surprendre quand il avait décidé d’aller récupérer sa flûte dans le bureau même de la shérif.

Emma : « C'était une simple amende pour nuisance sonores après l'heure légale. Une petite somme à payer et tu récupérais ton objet »,

Peter fit une légère grimace en entendant le terme « somme à payer ». Elle ne croyait tout de même pas qu’il allait sérieusement lui donner de l’argent qu’il n’avait pas beaucoup pour récupérer sa flûte et visiblement, elle ne semblait même pas savoir ce qu’était son « objet ». Sa flûte n’était pas n’importe quel « objet ». Il l’avait fait lui-même grâce à la magie de Neverland mais également la sienne pour rendre l’instrument de musique magique. Par contre, le fait qu’elle ait pu entendre sa musique l’avait plutôt surpris. Seuls ceux qui se sentaient abandonnés ou mal-aimés par leurs parents pouvaient entendre sa musique. Il était normalement tranquille en ce qui concernait les adultes mais elle, elle l’avait entendue.

Alors qu’il se relevait, tenant toujours son instrument de musique dans la main, la jeune femme lui demanda de poser sa flûte – ah ben non finalement, elle savait ce que c’était – et d’aller se rendre dans l’une des cellules se trouvant dans le fond de la pièce, rappelant par la même occasion que venir voler dans un bâtiment public était un délit grave. La bonne blague ! Depuis quand venir récupérer quelque chose qui vous appartient dans un lieu ouvert était un délit ?

- Pour ma défense, la porte était ouverte donc vous ne pouvez pas vraiment dire qu’il y a eu effraction et puis, vous venez le dire vous-même, c’est un bâtiment public. De ce que j’ai pu comprendre, c’est ouvert à tout le monde quand c’est public ! Et depuis quand vouloir récupérer ce qui est à nous est considéré comme du vol ? ça serait plutôt l’inverse je dirai !

Contourner les règles mais les enfreindre, c’était le truc de Peter. Cependant, je ne pense pas qu’il allait réussir à avoir ce qu’il voulait. Au pire, il pourrait toujours se faire passer pour une victime un peu plus tard auprès de cette Louise. La secrétaire de Mme le Maire s’était finalement peut-être bien utile pour lui mais pour plus tard sans doute.

Emma : « Tu connais le principe de prison, non ? Comme tu es nouveau en ville et que c'est ta première grosse infraction, tu passeras juste une nuit en cellule. Tu auras le temps de t'intéresser à quelques-unes de nos lois, comme ça. »

En un quart de seconde, une idée apparut dans l’esprit du jeune homme. Peut-être que passer la nuit ici serait sans doute une bonne idée. Il pourrait obtenir plus d’information sur le véritable croyant. Éventuellement, il pourrait se servir de sa magie mais il jugea que c’était encore trop tôt. Par contre, rien ne l’empêchait de s’en servir pour créer une flûte identique à sa flûte et envoyer l’original dans son sac au couvent. Le tout au nez et à la barbe de la shérif mais ça, il le fera plus tard. Il se dirigea donc vers l’une des cellules.

- Oh c’est très généreux de votre part ! N’oubliez pas de prévenir les bonnes sœurs, elles sont aussi soucieuses qu’inquiètes comme le seraient des mères ! Je peux choisir ma cellule ou pas ?


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Emma Swan

▻ Messages : 202
▻ Date d'inscription : 15/01/2017

MessageSujet: Re: Quelque chose ne va pas madame le shérif ? feat Emma Swan   Mer 1 Mar - 18:58

Spoiler:
 


Quelque-chose ne va pas Madame le shérif ?
Peter & Emma

Je n'avais aucune envie de passer la nuit ici, mais avec ce garçon-là, je n'avais pas l'intention d'être indulgente. Tout en moi me hurlait qu'il n'était pas innocent et qu'il n'était pas à prendre à la légère. Ce garçon avait quelque-chose de malsain. Quelque-chose de pire que ce que j'avais pu voir chez d'autres. Je n'avais aucune confiance en lui. Vraiment aucune. Même si je ne pouvais le justifier clairement. Alors, même si je n'avais aucune envie de passer la nuit au bureau à surveiller qu'il resterait sagement dans sa cellule, je savais que je n'aurais pas le choix.

Jouant le petit malin, l'adolescent me rappela que comme le lieu était public, il avait tout à fait le droit d'entrer. Bien sûr, il n'estimait pas être du vol le fait de récupérer un objet qui lui appartenait de prime abord, arguant même que c'était moi la voleuse. Je soupirais, levant les yeux au ciel. Les adolescents étaient les pires de tous, à se croire supérieur parce que leur duvet d'enfant devenait du poil adulte et que leurs hormones entraient en ébullition.

« Certes, entrer est autorisé », répliquais-je, gardant mon calme. « Mais pour demander quelque-choe. De l'aide ou le droit de récupérer un bien. Fouiller dans les tiroirs pour reprendre soit même quelque-chose qui a été confisqué par un officier de l'ordre public, c'est du vol ! »

Il continua de fanfaronner, bien sûr et je poussais juste un nouveau soupir, avant de m'approcher, lui retirer la flûte des mains avant d'ouvrir l'une des cellules. « Ça aurait été avec plaisir, mais Leroy est notre hôte le plus fidèle et il m'en voudrait si sa cellule favorite était déjà prise », raillais-je, sans aucune marque d'amusement. Même s'il est vrai que depuis qu'ils avaient tous recouvré la mémoire, Leroy – alias Grincheux -, était bien moins porté sur la bouteille, il n'en demeurait pas moins qu'il finissait encore assez régulièrement sous l'influence de l'alcool. Assez pour ennuyer le monde et nécessité une petite nuit en cellule de dégrisement. Refermant la porte derrière le garçon, je verrouillais la cellule, avant de reculer, lui montrant la flûte. « Je te rendrais ça demain matin, quand tu sortiras. Si tu acceptes de ne plus faire de bruit dans les rues après vingt-deux heures, je ne te la prendrais plus. »

Calme, patience et pédagogie étaient les maîtres mots, même quand je mourrais d'envie de laisser la personne pourrir en cellule jusqu'à ce qu'elle comprenne la leçon. Certains essayaient d'arriver à Storybrooke en maître, comme on conquit un nouveau royaume et aller au front avec ces personnes auraient desservit l'image de seconde chance qu'avait la ville. La majorité de nos habitants, anciens maudits, restaient dans cette ville parce qu'ils y avaient leur nouvelle vie. Certains des nouveaux arrivants avaient le même espoir d'une autre vie ici. Les lois de Storybrooke ne pouvaient pas devenir plus dur pour les quelques brebis galeuses, quand la grande majorité des habitants (anciens comme nouveaux), ne souhaitait qu'y trouver un havre de paix.
made by black arrow

_________________
he is my son too
I adore his smile. I cherish his hugs. I admire his heart. But most all... I love that he is my son.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quelque chose ne va pas madame le shérif ? feat Emma Swan   Dim 12 Mar - 19:58



Peter n’avait aucune envie de passer la nuit au poste de police mais malheureusement, ça allait être le cas. Il avait joué le petit malin mais ça ne semblait pas porter ses fruits et alors que la shérif le sermonnait à nouveau, il réfléchissait à un autre moyen pour se sortir d’affaires. Ah mais mon petit Peter, je crois que t’es mal barré là !

Emma s’approcha de lui, poussant un soupir d’exaspération. Oui, c’est qu’il pouvait être parfois exaspérant le Peter. Ce dernier se retrouva privé de sa flûte aussitôt tandis que la jeune femme lui ouvrit l’une des cellules.

Emma :
« Ça aurait été avec plaisir, mais Leroy est notre hôte le plus fidèle et il m'en voudrait si sa cellule favorite était déjà prise »,

Il aurait pu avoir une marque d’amusement dans ce qu’elle avait dit mais ce n’était absolument pas le cas. L’adolescent prit un air boudeur avant d’entrer dans sa cellule mais il se jura qu’il n’allait pas rester. Il allait lui en faire voir de toutes les couleurs, histoire de lui faire regretter de l’avoir obligé à rester là durant toute la nuit et de lui avoir privé de son bien le plus précieux.

Emma : « Je te rendrais ça demain matin, quand tu sortiras. Si tu acceptes de ne plus faire de bruit dans les rues après vingt-deux heures, je ne te la prendrais plus. »

Peter fit une grimace. Il détestait vraiment les règles créées par tous ces adultes. Certes, il en avait été un à une époque mais on ne pouvait pas réellement dire qu’il s’était comporté comme tel. C’était plus un adolescent coincé dans le corps d’un adulte alors qu’aujourd’hui, c’était plutôt l’inverse. Si pour certains nouveaux habitants de la ville, Storybrooke était l’endroit d’une seconde nouvelle vie, ce n’était pas le cas de Peter. Enfin, pour le moment mais vous comprendrez cela bien plus tard. Allongé sur ce qui devait être son lit de fortune, une illumination, peut-être pas la plus brillante (remarquez, il n’en a pas vraiment des plus brillantes mais faut avouer que parfois, elles s’avèrent ingénieuses), lui traversa l’esprit.

- Au fait, il y a une chose m’intrigue !

Il se releva et s’assit jambes croisées sur son lit de fortune, lançant un regard en direction de la Sauveuse.

- Comment avez-vous pu entendre le son de ma flûte ? En principe, il n’y a qu’un certain type de personne qui peuvent l’entendre !

Oui, en effet, sa flûte était magique mais ça, vous le saviez déjà. Seuls ceux qui se sont sentis abandonnés ou mal-aimés par leurs parents pouvaient l’entendre. Mais ça, Emma ne le savait pas encore.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Emma Swan

▻ Messages : 202
▻ Date d'inscription : 15/01/2017

MessageSujet: Re: Quelque chose ne va pas madame le shérif ? feat Emma Swan   Jeu 6 Avr - 10:44


Quelque-chose ne va pas Madame le shérif ?
Peter & Emma

Ce gamin avait quelque-chose d'horripilant et pas seulement parce qu'il était insupportable. C'était quelque-chose de plus profond, encore. Je ne pouvais pas le sentir. J'avais un bon instinct. Je m'y fiais souvent plus que de raison, parce qu'il ne m'avait plus trompé depuis des années. Savoir en un clin d'œil a qui faire confiance et SURTOUT à qui ne surtout jamais faire confiance avait longtemps été pour moi une question de survie. J'avais donc très vite appris à qui ne pas me fier et mon instinct me trompait rarement. Du moins en ce qui concernait les gens en qui ne jamais avoir confiance. Si je ne sentais pas une personne, j'avais très, très rarement tort.

Et je n'avais aucune confiance en ce gosse.

Je pensais avoir la paix pour au moins quelques minutes, le temps qu'il me montre bien qu'il avait décidé de bouder comme un enfant, mais je me trompais. En à peine une seconde, il revenait à la charge, me posant la question la plus étrange qui soit – si on considérait toute personne qui ne vivrait pas dans cette ville de fous -. Il semblait réellement intrigué par le fait que j'entende la musique de sa flûte, assurant qu'il n'y avait « qu'un certain type de personne » qui pouvait entendre le son de l'engin. Je regardais le bois un moment.

Peut-être parce que j'étais la Sauveuse et que j'avais des aptitudes que d'autres n'avaient pas ?

Je haussais finalement les épaules, croisant les bras en m'appuyant contre le bureau, le regardant sans sourciller. « Peut-être que je pourrais te donner une meilleure réponse si je savais exactement quel « certain type de personne » correspond à tes critères ! Sinon, j'aurais tendance à dire que c'est une aptitude qui doit aller avec ce rôle de Sauveuse ou un truc du genre. » Je n'avais pas à cacher ce dernier point. Tout le monde (ou presque) en ville avait entendu parler de la Sauveuse. Ça n'était un secret pour personne que j'avais brisé une malédiction parce que le Ténébreux avait un jour prédit que je le ferais. Pas même pour les nouveaux habitants qui avaient appris à connaître l'histoire de Storybrooke autant que ses règles.

made by black arrow

_________________
he is my son too
I adore his smile. I cherish his hugs. I admire his heart. But most all... I love that he is my son.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quelque chose ne va pas madame le shérif ? feat Emma Swan   Jeu 20 Avr - 22:24



Si Emma pensait être tranquille, avec Peter, c’était peine perdue et pour cause : il n’était pas du genre à rester tranquille longtemps et de plus, il ne dormait pas. Oh, il avait tout de même dormi la première nuit lors de son arrivée à Storybrooke et d’ailleurs, ça lui avait fait du bien mais il avait rapidement repris ses mauvaises habitudes nocturnes.

Emma : « Peut-être que je pourrais te donner une meilleure réponse si je savais exactement quel « certain type de personne » correspond à tes critères ! Sinon, j'aurais tendance à dire que c'est une aptitude qui doit aller avec ce rôle de Sauveuse ou un truc du genre. »

Peter eut un petit rire. Non, ça n’avait rien à voir avec le fait qu’elle était la Sauveuse, sinon, elle aurait la seule à pouvoir entendre sa musique. Hors, il y avait eu d’autres personnes, vieux comme jeunes, qui avaient également pu l’entendre.

- Ça n’a rien à voir avec votre statut de sauveuse ! Pour l’entendre, il faut se sentir mal-aimé, voire abandonné par sa famille ! Voilà les critères ! Si vous avez pu entendre le son de ma flûte, c’est parce qu’au fond de vous, vous vous êtes sentie abandonnée.

Le jeune homme s’étira les bras avant de s’allonger à nouveau le long de son lit de fortune. Finalement, qu’elle le garde toute la nuit ne le dérangeait plus car il s’était trouvé une nouvelle distraction : tourmenter la Sauveuse. Bon, il faut reconnaitre que ce n’était pas très sympathique, surtout s’il tenait à se rapprocher de Henry mais comme dit le dicton, chassez le naturel il revient au galop ! Pour l’instant, Peter ne savait pas encore mais sa vie allait changer et lors de sa prochaine rencontre avec le shérif de Storybrooke, il sera sans doute moins énervant. Oh, il lancera certainement encore des piques. Ça j’en suis sure !

- Et vous devez certainement avoir encore ce sentiment ! Une fois que l’on l’a eu, il ne vous quitte plus !

Il savait de quoi il parlait. Lui-même avait été abandonné par son propre père avant d’abandonner à son tour son propre fils. Sauf qu’à la différence, il avait voulu, à sa manière, offrir une meilleure chance au petit Rumple. D’ailleurs, Peter songea à aller lui rendre un de ces quatre une petite visite de courtoisie. Oh, tu fais bien d’y penser mon vieux parce que c’est ce qu’il va arriver bientôt !




Revenir en haut Aller en bas

avatar
Emma Swan

▻ Messages : 202
▻ Date d'inscription : 15/01/2017

MessageSujet: Re: Quelque chose ne va pas madame le shérif ? feat Emma Swan   Sam 6 Mai - 17:30


Quelque-chose ne va pas Madame le shérif ?
Peter & Emma

Qui sait. Peut-être qu'être la Sauveuse – ou plus généralement avoir des pouvoirs – jouait un rôle dans ma capacité à entendre son foutu truc ? Pourtant, une petite voix au fond de moi me disait que ça n'était pas ça. Ça ne l'est jamais. La simplicité n'existait pas. Pas dans ce monde. Pas depuis que j'avais découvert... Non en fait, pas depuis ma naissance. Rien n'avait été simple. Ni découvrir les conditions de mon abandon dans cette coupure de journal. Ni découvrir la VRAIE raison et le VRAI comment. D'ailleurs, le gamin ne tarda pas à me détromper, avant d'avouer la vérité. Pour l'entendre, il fallait se sentir mal-aimé, abandonné... Il fallait se sentir orphelin. Et malgré tout ce qui se passait désormais. Malgré Mary-Margaret, David, Henry... Le sentiment était toujours là. Le sentiment ne partait jamais. J'avais été abandonnée par ma famille, lâchée, à peine née, dans un monde où je serais morte si un jeune enfant ne m'avait pas conduit jusqu'à des adultes. On m'avait abandonné pour que je puisse accomplir ma destinée. Pour que le petit être que j'étais – et qui venait à peine de pousser son premier cri dans le monde – puisse un jour sauver un monde tout entier. Fardeau terriblement lourd pour une enfant née sans même une réelle famille autour d'elle.

Il disait la vérité, je savais. Je le voyais dans son regard. Chaque mot était soigneusement pensé et calculer pour blesser. Ça aussi, je le voyais dans ses yeux. Je croisais les bras, le regardant, appuyé contre le bureau. S'il pensait me faire mal, il n'était qu'un idiot. Un enfant. J'avais grandi dans des foyers. J'avais été délaissée, maltraitée, abandonnée encore et encore. J'avais grandi dans ce monde-là et je comprenais bien pourquoi, alors, la flûte me parlait si distinctement. Mais ça n'était pas pour autant qu'il allait pouvoir en jouer. J'apprenais à vivre avec les autres. Je n'apprenais pas à vivre seule. J'avais appris cette dure leçon il y a bien longtemps déjà et je n'en gardais que colère et amertume. Ni peine, ni tourment.

« Tu sais donc exactement pourquoi j'entends la musique, alors », notais-je. « J'en conclus donc que ta question avait pour unique but de me mettre mal à l'aise. Tu te crois vraiment si malin ? »

made by black arrow

_________________
he is my son too
I adore his smile. I cherish his hugs. I admire his heart. But most all... I love that he is my son.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Quelque chose ne va pas madame le shérif ? feat Emma Swan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quelque chose ne va pas madame le shérif ? feat Emma Swan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Y a-t-il quelque chose qui puisse valoir ...
» Envie de taper sur quelque chose
» Si vous voyez quelque chose tomber en poussière, sachez que la Lumière approche.
» Dessine-moi... Quelque chose :B
» Un lien c'est quelque chose d'unique, qu'il soit positif ou négatif. Alors, vous en voulez un avec moi ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAPPY ENDINGS CHRONICLES :: Storybrooke & le monde sans magie :: Main Street :: Le bureau du shérif-
Sauter vers: