AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 [FB] L’ile Verte souillée. [Ariel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar
Killian Jones

▻ Messages : 208
▻ Date d'inscription : 25/01/2017

MessageSujet: [FB] L’ile Verte souillée. [Ariel]   Sam 25 Fév - 9:55

A bord du Jolly Roger, nous venions de mouiller dans une crique profonde, à cent mètres à peine du rivage, qui permettrait de ne pas avoir de trop longues allées et venues en canots à faire pour nous réapprovisionner en eau potable.
Il faut dire que nous avions subit une semaine complète d’absence de vents et que le navire avait les plus grandes peines du monde à avancer.
Cela avait néanmoins permis à l’équipage de se reposer, de briquer les bois et de remettre en état les cordages et les voiles. Il y a toujours à faire sur un bateau.

Le soleil brillait haut dans le ciel, trois semaines qu’il n’était pas tombé d’eau. Nous n’avions hier soir qu’essuyé un orage sec juste avant notre arrivée. C’est-à-dire des éclairs, du tonnerre mais pas une goutte d’eau.
Heureusement, je connaissais les iles qui pouvaient nous en fournir et ayant envisagé une pénurie, j’avais dès la seconde semaine mit le cap sur cette terre qui bien que peu étendue regorgeait de ressources.

L’île Verte avait de hautes falaises là où nous avions mouillés, éventrées par une plage de cailloux ronds roulés par les vagues. Elle était grande et je n’en avais fait que deux fois le tour ce qui m’avait pris à chaque fois une dizaine de de jours.
En d’autres endroits, des plages de sables grossiers et des rochers acérés en défendaient l’accès. Passé la barrière minérale, de grandes forêts aux arbres couverts de fruits offraient généreusement de quoi se nourrir et l’abri à une faune délicieuse. Puis plus loin encore le terrain s’élevait jusqu’aux reste d’un ancien volcan qui avait choisi d’abriter en son cœur un immense lac. Le long de ses flancs coulaient des ruisseaux d’eau pure, le feu ayant laissé place depuis des siècles à son contraire.

Afin de remonter le moral de l’équipage, j’avais fait porter sur la plage de cailloux un tonneau de Rhum.
Quelques hommes étaient partis à la chasse pour ramener des cochons sauvages. D’autres étaient partis chercher du bois pour rôtir la viande et nous éclairer lorsque la nuit serait tombée.
Sur le bateau ne restait qu’un nombre limité de matelots qui se verraient relevés au cours de la soirée.

Tranquillement, j’étais parti seul faire un repérage des  plages avoisinantes, souhaitant vérifier qu’il n’y aurait pas d’invités surprises lors de notre soirée privée. Juste armé d’un pistolet à double canons et de mon épée, j’avançais en prenant soin de ne pas glisser sur les rochers couverts d’algues que la mer avait rejetées.
L’odeur d’iode était puissance, mais à elle se mêlait aussi une autre fragrance que je n’avais pas encore identifiée.
Un effluve qui éveillait mon sens du danger. Désagréablement.
Nombres d’oiseaux  volaient dans le ciel. Trop à mon goût.

Le Jolly Roger étant arrivé du côté opposé de l’île Verte, je ne savais pas à quoi m’attendre.
Ce qui se révéla à moi me laissa un instant interdit.
Sur le sable grossier de nombreux animaux étaient mourants, dans un silence effrayant. Des tortues, des dauphins, des poissons, plus ou moins gros. Avec eux des tissus, des voiles, découpés en d’étranges formes qui en enveloppaient même certains.
Avec prudence, je descendis après avoir observé la mer. Elle semblait calme. Normale.
Etait-ce elle qui avait rejeté les animaux et ces toiles ?
Il y avait aussi d’autres objets en une matière transparente comme le verre mais bien plus légère, certains même ressemblant à de grandes gourdes, du bout de l’épée j’en avais repoussé un sur le sable méfiant qu’il ne se transforme par magie.

Une tortue semblait encore vivre et luttait pour bouger, entravée dans cette matière étrange, cela ressemblait à six menottes liées entre elles découpée dans un tissus glissant mais très solide.
Enfilant mes gants, j’utilisais mon poignard pour le découper, vigilant à ce que cela ne se retourne pas contre moi. Peut-être ce tissu était-il vivant ? Peut-être chercherait-il à me capturer ?

Débarrassée de ses entraves, l’animal sembla retrouver de l’énergie et je l’aidais à rejoindre la mer.
Au moins une de sauvée. Non que je sois contre une bonne soupe de tortue, mais je ne mange pas d’animal blessé.

Me redressant, je contemplais avec tristesse autour de moi les dégâts de cette plage que j’avais connu intacte et qui maintenant était un cimetière souillé.
Revenir en haut Aller en bas

Mi-femme, mi-thon de générations en générations.
Mi-femme, mi-thon de générations en générations.
avatar
Ariel d'Atlantica

▻ Messages : 570
▻ Date d'inscription : 18/02/2017
▻ Localisation : Elle vient d'arriver à Storybrooke et tente de comprendre les usages de ce qui l'entoure.

MessageSujet: Re: [FB] L’ile Verte souillée. [Ariel]   Dim 26 Fév - 14:30

L'île verte souillée...
Ariel & Hook

Il était rare que je quitte le royaume depuis que papa avait appris pour ma caverne secrète mais en des temps reculés, je refusais de lui obéir et il s’avère que j’avais fait ce choix ce jour là quand j’avais appris qu’il y avait une île où quelque chose de mauvais se passait. Aussi, c’est quand le château fut au plus calme que je décida de quitter les lieux pour me rendre à la surface, après tout j’en avais bien le droit non ?

Je me rendis donc jusqu’à l’île verte et croisa une jeune tortue qui venait d’être remise à l’eau, elle venait tout bonnement de me le dire. Nageant vers les flots de la surface, je ne tarda pas à sortir la tête de l’eau et posa mon regard sur un homme qui était là, au bord alors que c’était digne d’un véritable cimetière. Je fut surprise de voir tout cela, c’était… c’était…C’était digne d’un véritable cimetière avec des choses dont j’ignorais le nom mais qui ne semblait pas inconnues aux yeux de l’homme.

Je croisa son regard et aussitôt me cacha derrière un rocher, ma chevelure rousse flottant de tout son long dans l’eau derrière moi. Respirant longuement, je finis par accepter de me rapprocher de l’homme qui semblait scruter les flots. Rapidement, je croisa à nouveau son regard mais ne dis mot, attendant une réaction de sa part. J’espérais de tout cœur qu’il ne ferait pas un geste brusque ou quoi que ce soit. Je finis finalement par prendre la parole, après tout j’étais loin d’être trouillarde non ?

« Je m’appelle Ariel. » finis-je par dire.

M’approchant du bord, je finis par m’asseoir sur le sable, l’eau m’arrivant au niveau de la taille, je ne connaissais pas l’homme qui se tenait debout, mais vu son accoutrement, il était surement un pirate, j’en avais déjà vu et j’avais déjà vu des bâteaux de pirates, si mon père savait que je me trouvais ici, il me tuerais très certainement mais je m’en moquais. Il fallait quand même que je le remercie d’avoir sauvée cette tortue non ?

« Je voulais vous remercier d’avoir aidé la tortue tout à l’heure, grâce à vous elle peut nager à nouveau en liberté dans l’eau. »

Il ne semblait pas méchant, c’était déjà ça mais j’ignorais jusqu’alors que c’était un ennemi d’Ursula et qu’on trouverait moyen de bien s’entendre autant l’un que l’autre.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Killian Jones

▻ Messages : 208
▻ Date d'inscription : 25/01/2017

MessageSujet: Re: [FB] L’ile Verte souillée. [Ariel]   Dim 26 Fév - 19:18

L'île verte souillée...
Ariel & Hook





Alors que je contemplais avec regret le désastre devant mes yeux, mon regard fut attiré par le mouvement d’une tâche rousse sur les flots. Bien vite disparue derrière le rocher, je cru un instant à un reflet dans la mer lorsqu’elle réapparu  et sous elle un ravissant visage de jeune fille.

Avait-elle, elle aussi été rejetée avec tous ces animaux ?
Elle semblait hésiter, moi je ne bougeais pas pour ne pas l’effrayer.
Finalement, elle brisa le silence d’une jolie voix pour se présenter. D’un signe de tête, je la saluais sans quitter son regard et posant ma main sur mon cœur, je me penchais légèrement.

« Killian Jones, ou Capitaine Crochet. »


Elle pouvait observer le long de mon corps mon bras terminé de cet instrument qui me caractérisait. Rangé dans ma botte, le couteau qui m’avait servi à libérer la tortue avait retrouvé sa place, mon épée sur le côté, je posais mon crochet sur le pommeau, usant de gestes lents pour ne pas effrayer la belle.

Elle s’était assise  dans le sable et je vis alors sa queue d’écailles brillantes au soleil. Une sirène. Je ne m’y attendais pas.
La dernière que j’avais croisée était Ursula, et cela ne s’était pas bien passé. Pour elle.
J’avais fait au mieux pour mes intérêts qui étaient loin des siens.

Ses remerciements m’étonnèrent.
Comment savait-elle pour la tortue ? M’avait-elle vu ?
Avec une grimace déçue, je haussais les épaules.

« Il est dommage de ne pouvoir rien faire pour les autres. Il est trop tard. »

Je ne faisais qu’énoncer les faits, mais cela me laissait un goût amer dans la bouche.

« Avec vous déjà vu ce genre de… Tissu ? »

Du bout du pied je repoussais un morceau d’étoffe blanche avec des trous dedans. Cela aurait pu passer en sa forme pour un sac avec d’étranges poignées.
Il y’avait tout plein de morceaux de cette même matière sur la plage.
Scrutant l’horizon, je cherchai des réponses que je ne trouvais pas.

« Savez-vous ce qui s’est passé ici ? »

Je désignais de la main en un geste large l’hécatombe. Malgré le soleil de l’après-midi, l’on pouvait constater que les corps étaient encore humides.

« Je n’ai jamais vu ça. »

Tirant mon épée  de son fourreau, je fis rouler sur le sable grossier une gourde ronde avec un liquide brun dedans. C’était comme une bouteille mais dans cette même matière transparente et légère. Rangeant mon arme, puisque l’objet ne semblait pas agressif, j’essayais de tirer sur le bouchon, mais la prise était difficile, ce n’était pas un bouchon de liège. Tournant le haut de l’objet, un bruit semblable à fort chuintement s’en échappa en même temps qu’un gaz. J’avais failli lâcher la gourde étrange mais m’était retenu en présence de la jeune femme. Une mousse épaisse et beige s’était formée à l’intérieur. Magie ou pas ?
Portant à mon nez l’orifice j’en humais le contenu avec une grimace.

« Je ne sais ce que c’est. »

Sur la tranche quelques lettres étaient visibles parmi des arabesques sur un papier collé  dessus. Pepsi Max.

Pour la seconde fois, je devais avouer mon ignorance.
Revenir en haut Aller en bas

Mi-femme, mi-thon de générations en générations.
Mi-femme, mi-thon de générations en générations.
avatar
Ariel d'Atlantica

▻ Messages : 570
▻ Date d'inscription : 18/02/2017
▻ Localisation : Elle vient d'arriver à Storybrooke et tente de comprendre les usages de ce qui l'entoure.

MessageSujet: Re: [FB] L’ile Verte souillée. [Ariel]   Mar 28 Fév - 8:35

L'île verte souillée...
Ariel & Hook

« Enchantée » répondis-je à l’homme au crochet.

Il ne semblait pas méchant alors je ne risquais rien n’est-ce-pas ? Finalement, je remercia le Capitaine Crochet d’avoir aidé la tortue, cela sembla l’étonner, je leva les sourcils avant de finalement reprendre la parole avec un léger sourire.

« Si vous vous demandez, je le sais car elle me l’a dit il y a quelques minutes. » lui dis-je simplement. Je posa mon regard sur les autres animaux, il était clair que pour eux, il était trop tard, je faisais face à un véritable cimetière d’animaux marins, c’était assez effrayant je dirais. Balayant le paysage du regard, je frissonna légèrement avant de lever mon regard vers le pirate.

Je posa mon regard sur le tissu dont il parlait mais ne pouvant pas bouger aussi facilement que lui, je repris finalement, ma curiosité étant touchée à vif.

« Pouvez-vous m’en donner s’il vous plait ? »

Il fallait que je le vois de plus près, je n’avais jamais vu ce genre de tissu mais c’était sans doute à cause de cela que tous ces animaux étaient ici aujourd’hui, les gens n’en avaient que faire de l’océan et je le sentais. J’avais eu vent par les animaux marins qu’il y avait eu un drame ici mais je me contenta d’hausser les épaules à la question de l’homme au crochet.

« Je ne saurais dire, sans doute une tempête. Sous l’océan, ils m’ont prévenue en disant simplement qu’il s’était passé quelque chose de triste et j’en vois le résultat… » dis-je simplement.

Le tissu en main, je le regardais dans tous les sens, c’était très étrange, je ne pouvais savoir ce que c’était. De toutes mes forces, j’en déchira un morceau et le glissa dans mon sac bandoulière avant de lever le regard vers le Capitaine.

« Je suis curieuse, j’en ai simplement pris pour pouvoir l’emmener dans ma caverne à souvenirs. » lui dis-je avec un sourire.

Je regardais la mystérieuse gourde qu’il avait en main et qu’il venait d’ouvrir, c’était très étrange, je n’avais jamais vu ça. Il semblait aussi perdu que moi, réfléchissant, je repris finalement.

« Je crois que quelqu’un peut nous aider, quelqu’un qui connaît bien le monde humain. »

J’espérais juste que j’allais le trouver.

« Je reviens dans quelques minutes. »

Plongeant sous les flots, je ne tarda pas à retrouver Erika et le conduisit avec moi jusqu’à l’île où se trouvait le pirate. Erika se posa sur le rocher tandis que je sortais la tête de l’eau en me rapprochant du bord. Je voyais le pirate surpris.

« C’est Erika et il sait pleins de choses sur le monde humain ! » dis-je avec un grand sourire.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Killian Jones

▻ Messages : 208
▻ Date d'inscription : 25/01/2017

MessageSujet: Re: [FB] L’ile Verte souillée. [Ariel]   Lun 6 Mar - 10:28

La jeune Sirène semblait bien innocente.
Son sourire allégeait un peu la situation au demeurant bien sinistre.
Etonné, j’avais du mal à croire ses paroles. Ainsi elle parlait avec les tortues ?
Communiquait-elle de la même façon avec d’autres animaux ?
A sa demande, je lui apportais un morceau de ce tissu étrange.
Elle non plus ne savait pas ce qui s’était passé et ce qui avait conduit à cette macabre hécatombe.
Elle pensait à une tempête. Pourquoi pas ? Mais je n’avais vu nulle part sur les septs mers ce genre de tissu.
Je l’observais prélever un morceau d’étoffe et le glisser dans un sac qu’elle portait et que je n’avais pas remarqué. Pour sa « caverne à souvenirs ».

« Une caverne à souvenirs ? Vous faites une collection ? »

Collection de quoi ? D’armes meurtrières qui assassinait les habitants des fonds sous-marins ?
Cela ne semblait pas avoir de prise sur moi, ni sur elle.
A moins que le fait que ce soit hors de l’eau rende cette matière inoffensive ?
 
La gourde avec le liquide brun ne sembla pas lui évoquer plus de choses qu’à moi. Par contre, elle semblait connaître quelqu’un qui pourrait répondre  à nos questions.
Ses mots éveillèrent immédiatement mon intérêt.
Je rebouchais soigneusement la bouteille en attendant son retour.
Normalement, après son départ je serais reparti trouver mon équipage, laissant là  ce cimetière marin, mais elle avait dit deux mots magiques. « Monde Humain ».
Si ces armes venaient de ce monde cela expliquait pourquoi je n’en avais jamais vu auparavant.
Mais surtout si sa connaissance savait comment rejoindre le monde humain, je pourrai peut-être utiliser ce même moyen pour retrouver le Crocodile et lui faire payer la mort de Milah.
Les minutes s’égrenaient lentement.
Je me demandais ce que faisaient mes hommes. Il n’était pas prévu qu’ils viennent de ce côté de l’île, mais la chasse pouvait les conduire en divers endroits. Je n’avais pas envie qu’ils voient la Sirène, trop de questions, des ennuis supplémentaires en perspectives.
Ayant reposé au sol la bouteille, je fis le tour de la plage, en quête d’autres objets étranges ou de quelque chose à faire.
Quand enfin elle réapparut, ce fut accompagné d’un oiseau.
J’avais vu au loin sur la mer, un point noir apparaître. J’avais identifié un volatile et à la surface de l’eau miroitante une créature bondissante tel un dauphin. La voir revenir avec "ça" me laissa sans voix le temps qu’elle rejoigne la plage.
Le piaf paraissait complètement stupide. Et en plus il avait un nom.

« Tu lui parles aussi ? »

Je n’avais jamais parlé à un oiseau, mais comme elle lui faisait confiance, je ne pouvais faire autrement.
Prenant de mon crochet un bout du tissu meurtrier, je lui tendis vers son bec.
Installé sur un rocher,  je ne savais s’il prenait conscience de l’ampleur des dégâts. Il semblait complètement décalé, étranger à la situation, en un mot bizarre.

« Ca vous dit quelque chose ? »

Comme s’il allait me répondre.
Revenir en haut Aller en bas

Mi-femme, mi-thon de générations en générations.
Mi-femme, mi-thon de générations en générations.
avatar
Ariel d'Atlantica

▻ Messages : 570
▻ Date d'inscription : 18/02/2017
▻ Localisation : Elle vient d'arriver à Storybrooke et tente de comprendre les usages de ce qui l'entoure.

MessageSujet: Re: [FB] L’ile Verte souillée. [Ariel]   Mer 8 Mar - 22:44

L'île verte souillée...
Ariel & Hook

Je lève le regard vers le Capitaine au Crochet et lui souris.

« Oui, j’ai une caverne à souvenirs remplie de milles et une chose venant du monde humain, je ne connais pas l’utilité de la plupart des choses mais c’est mon petit coin à moi, tout ce que je trouve, je le mets dans la caverne aux souvenirs. Trouvez-vous cela bête ? » dis-je simplement.

Alors qu’il me montre une bouteille avec un liquide étrange et me demande si je sais ce que c’est, je lui réponds que non mais un sourire né sur mes lèvres lorsque me vient en tête le nom d’une certaine mouette qui serait apte à répondre à nos questions, après tout, il sait beaucoup de choses sur le monde humain. J’en fais part au Capitaine Crochet et me rends à la nage jusqu’à Euréka et finis par la ramener avant de m’approcher du bord tandis que je remarque la légère surprise du jeune homme.

« Euréka, il parle hein. » dis-je au Capitaine Crochet.

Euréka ne bougeait pas un cil, je m’approcha de lui et souris légèrement avant de lui taper sur la tête.

« Euréka, allo la lune, ici la mer.
- Ariel ! »

Je soupire mais souris au Capitaine avant de voir le regard de ce dernier. Oui, il est vrai qu’Euréka est un petit peu crétin sur les bords mais il sait des choses que nous on ne sait pas, après tout, il côtoie beaucoup les humains. Je m’approche de la rive et m’assoie sur le sable chaud, ma nageoire toujours dans l’eau, tandis que le piaf s’approche de moi alors que Hook lui tends un morceau du fameux tissu blanc.

« J’ai déjà vu ça quelque part ! Sur un bateau.
- Tu sais ce que c’est alors ?
- Donnez moi ça. »

Euréka prends le tissu et le pose sur sa tête avant de l’attacher sous son bec.

« C’est un habit de tête, ne suis-je pas splendide.
- Euh, tu es sûre que ça sert à ça ? »

Je pose mon regard sur le Capitaine et souris en rougissant légèrement. Il le détache et le regarde avant de le jeter sur le Capitaine et s’approche de la drôle de bouteille précédemment ouverte par le dit Capitaine.

« C’est une bourtilouflette, il faut secouer et ça fait de la mousse, c’est un très bon moyen d’avoir une coupe de cheveux à la dernière mode. » dit-il en s’en versant sur la tête alors que je fais une mine non convaincue.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Killian Jones

▻ Messages : 208
▻ Date d'inscription : 25/01/2017

MessageSujet: Re: [FB] L’ile Verte souillée. [Ariel]   Dim 12 Mar - 19:43

Je ne trouvais pas ça « bête » d’avoir une caverne à souvenir. Chacun sa marotte. Moi c’était la vengeance. Un jour je retrouverai le meurtrier de Milah et je le tuerai.
Pour le moment, il n’était pas question de ça.

Ayant l’impression qu’elle avait besoin d’être rassurée, je secouais la tête et lui répondis avec un léger sourire.
 
« Non. Ce n’est pas bête. Cela prouve ta curiosité et ta soif de savoir. »
 
A moins que ce ne soit là, la manifestation d’un ennui profond. L’un n’empêchant pas l’autre.
 
Le piaf qu’elle avait ramené semblait particulièrement stupide. Son œil rivalisant de vivacité avec les cadavres jonchant cette plage.
Ariel devait être de mon avis car elle lui donna une tape sur la tête pour éveiller son attention.
 
Même si la Sirène soutenait qu’il parlait, lorsqu’elle s’adressa à lui, ce ne fut que des cris strident que moi j’entendis. Ils semblaient néanmoins se comprendre.
Avec surprise, je vis le volatile prendre l’étoffe et se la fixer sur la tête comme le fichu d’une paysanne.
Quelle idée !
 
Le dialogue ne semblait pas porter ses fruits car la jolie sirène se mit à rougir en me regardant.
Apparemment, elle se rendait compte que son idée d’appeler cet « ami » ne porterait pas ses fruits.
Détachant le tissu, il le lança vers moi et je l’évitais d’un pas sur le côté, non envieux de vérifier s’il y avait déposé des parasites dessus.
 
Saisissant la gourde que j’avais abandonnée, il la secoua et en renversa le contenu sur son crâne déplumé.
Il ne cessait de me surprendre et pas à son avantage.
 
Ariel non plus ne semblait pas convaincue et personnellement, dépité, je secouai la tête.
 
« Je ne comprends pas ce qu’il dit  mais cela ne semble pas vraiment faire avancer nos questions. »
 
Son ami le piaf était totalement inutile. En tout cas de premier abord. Il ne valait même pas la peine que je lui coupe la tête, je supposais qu’il devait être aussi dur qu’une vielle carne squelettique.
 
Jetant un regard amer sur les corps autours desquels commençaient à se rassembler des mouches, je haussais les épaules.
 
« Cet endroit va devenir impraticable  durant quelques mois »
 
Qu’elle ne me demande pas d’enterrer les cadavres, ma réponse serait toute trouvée.
 
Revenant au tissu que je poussais du pied, toujours méfiant que sa magie ne se réveille, j’ignorais le volatile et m’adressais à la sirène.
 
« Peut-être qu’il vaudrait prévenir tes amis d’éviter le coin durant quelques temps. Personnellement, je vais rejoindre les miens. Nous sommes installés, de l’autre côté. »
 
Je lui désignais de la main vaguement l’endroit de l’autre côté de l’île.

« Il y a une crique profonde. C’est là que nous avons mouillés, le temps de nous réapprovisionner en eau et nourriture. »
 
Elle ne craignait rien, du poisson, on en avait bouffé des marmites entières durant des semaines. Là c’est plutôt de la viande bien rôtie au feu de bois qui nous faisait envie et qui serait le festin du soir.
Revenir en haut Aller en bas

Mi-femme, mi-thon de générations en générations.
Mi-femme, mi-thon de générations en générations.
avatar
Ariel d'Atlantica

▻ Messages : 570
▻ Date d'inscription : 18/02/2017
▻ Localisation : Elle vient d'arriver à Storybrooke et tente de comprendre les usages de ce qui l'entoure.

MessageSujet: Re: [FB] L’ile Verte souillée. [Ariel]   Lun 13 Mar - 16:41

L'île verte souillée...
Ariel & Hook

Un sourire naquis sur mes lèvres.

« Oui, je suis très curieuse, ça me pose des problèmes parfois même… » dis-je simplement.

Puis j’étais allée chercher Eurêka, je pensais qu’il pourrait nous aider mais apparemment, ce n’était aucunement le cas. Il était stupide, ça je m’en doutais mais à ce point-là. J’avais tapé sur sa tête pour le réveiller et ce dernier était allé de bêtises en bêtises. Au final, le Capitaine avait raison, il ne pourrait pas plus nous avancer sur nos questions. Rougissant légèrement, je lève le regard vers la Capitaine.

« Je crois aussi oui… » dis-je simplement avant de regarder Eurêka « Merci Eurêka, tu peux rentrer à la maison. »

Il me remercie et s’envole avant que je ne pose mon regard sur le pirate.

« Je suis désolée, je pensais vraiment qu’il pourrait nous venir en aide. »

Mon regard balaya le paysage qui était digne d’un véritable cimetière, c’était une horreur, il avait raison, c’était impraticable, je devais allée prévenir mon père, il fallait que je le prévienne. Posant mon regard sur Killian avant de me glisser jusque dans l’eau, je finis par reprendre la parole.

« D’accord, je vais aller prévenir mon père et mon peuple. »

Il m’expliqua où il se trouvaient avec ses amis et je dois dire que cela m’intriguait, il y avait beaucoup d’humains, et je pourrais peut être voir ce qu’ils faisaient quand moi, je barbotais dans l’océan. Je plongea dans les flots et me rendit jusqu’à Atlantica.

*******
« Où était-tu Ariel ?
- Père, je… je parlais avec quelqu’un.
- Encore la mouette ? Combien de fois t’ai-je dit de ne pas aller là haut ? C’est dangereux.
- Mais père, je suis venue te prévenir qu’il s’est passé quelque chose sur l’île verte là haut, il ne faut pas s’y rendre, il faut le dire à notre peuple.
- Je m’en occupe, vas dans ta chambre et n’en sort pas avant que je ne te le dise.
- Oui. »

Soupirant, je me rends dans ma chambre où j’y retrouve mes sœurs mais alors que la lune ait tombé et donne un dégradé bleu nuit aux flots, je prends mon sac bandoulière et attends qu’elle s’endorme avant de sortir par la fenêtre. Nageant vers la surface, je ne sors que ma tête, me cachant derrière le rocher alors que j’approche de la rive où se trouvent le Capitaine et ses amis autour du feu.

Sans doute, me suis-je trop approchée car ma nageoire s’est prise dans un piège, sans doute posé là par l’un d’eux et je me fais rapidement repérée et je n’arrivais plus à en sortir…
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Killian Jones

▻ Messages : 208
▻ Date d'inscription : 25/01/2017

MessageSujet: Re: [FB] L’ile Verte souillée. [Ariel]   Ven 17 Mar - 9:10

J’avais laissé Ariel sur la plage après qu’elle ait donné congé au piaf stupide.
J’étais retourné retrouver mon équipage.
En une autre situation, j’aurais probablement tenté de faire connaissance avec la jolie sirène. Par curiosité, mais là les cadavres sur cette plage n’incitaient pas à traîner dans le coin ou à bavarder.
 
Ayant prévenus mes hommes d’éviter les lieux, nous avions dressé le camp sur la plage face au Jolly Roger, histoire de pouvoir dormir à terre cette nuit et autour d’un magistral feu de bois sur les bords duquel rôtissaient les restes de deux gros cochons sauvages, nous partagions le Rhum du tonneau mis en perce.
 
L’ambiance était des plus joyeuses. Je n’oubliais pas bien sûr les quelques marins à  bord qui avaient été tirés au sort et qui seraient bientôt remplacés.
L’équité dont je faisais part au niveau de l’équipage contribuait à leur respect et à l’absence de mutinerie et si bien sûr il y avait toujours des heurts, et qu’il me fallait parfois y mettre de l’ordre, je n’hésitais pas récompenser ceux qui à mes yeux l’avaient mérité.
 
Le ciel étoilé sur le dernier quartier de lune offrait avec le temps clément une température idéale pour passer une bonne nuit pour décompresser.
 
Alors que j’étais à moitié allongé sur une peau installée sur la plage de cailloux ronds, j’entendis des éclats de voix. Will et Arthis semblaient bien agités et se dirigeaient en courant vers la partie rochers.
Ils parlaient d’une prise et cela éveilla mon attention.  Suivant du regard la direction vers laquelle ils filaient, je vis une chevelure rousse que j’avais déjà croisée dans la journée et immédiatement je repris mes esprits, l’adrénaline chassant les effets de l’alcool.
 
« WILL ! ARTHIS ! » Ils s’étaient figés dans leur course et se retournèrent vers moi.
 
M’étant levé, je m’avançais sans courir vers eux.
 
« Capitaine ! On a une prise ! » Lança Will tout goguenard. Il avait déjà pas mal arrosé sa part de cochon sauvage.
 
Ils jetaient des coups d’œil inquiets vers la forme que la pénombre nocturne empêchait de distinguer complètement.
 
«  Il est temps de prendre votre quart. Allez relever ceux qui sont sur le Jolly Roger. »
 
Je vis à leur mine refrogné que cela ne leur plaisait pas mais j’étais l’autorité.
Arthis tenta de négocier.
 
« On peut juste aller voir ce qu’on a pris ? Allez Capitaine ! »
 
Je savais que s’il découvrait une sirène, cela mettrait le feu aux poudres. Certains disaient que les écailles de ces créatures magiques étaient aphrodisiaques. Ils pourraient bien dans leur état tenter de la dépecer.
Secouant la tête, je restais inflexible.
 
« Vous avez suffisamment profité, à leur tour. Et je vous rappelle que j’ai découvert des dizaines de cadavres de gros poissons de l’autre côté. Il s’agit probablement de l’un d’entre eux que le courant a fait dériver. »
 
A contre cœur, ils obtempérèrent, avec un dernier regard vers la forme. J’espérai qu’elle se tiendrait tranquille le temps qu’ils prennent le canot et qu’ils s’éloignent vers notre navire.
Pour le moment les autres marins étaient occupés à manger et à boire.
Revenir en haut Aller en bas

Mi-femme, mi-thon de générations en générations.
Mi-femme, mi-thon de générations en générations.
avatar
Ariel d'Atlantica

▻ Messages : 570
▻ Date d'inscription : 18/02/2017
▻ Localisation : Elle vient d'arriver à Storybrooke et tente de comprendre les usages de ce qui l'entoure.

MessageSujet: Re: [FB] L’ile Verte souillée. [Ariel]   Mar 21 Mar - 22:41

L'île verte souillée...
Ariel & Hook

Cela m’apprendra à désobéir à mon père, je n’aurais pas dû sortir du Palais, je ne serais pas prise dans ces filets et voilà maintenant que je me débattais pour pouvoir libérer ma nageoire. Leur filet semblait coupant et je ne voulais aucunement me couper, si ma nageoire était entaillée, père s’en rendrait compte et comprendrais où je m’étais rendue. Lorsque je vis des marins approcher, je plongea la tête sous l’eau et la ressortie après avoir compris que je ne risquais rien. Néanmoins, il fallait vraiment que je me libère de ce foutu filet, sans quoi, je ne donnais pas cher de ma peau.

Alors que je me débattais, je ne tarda pas à être rejointe par le Capitaine Crochet que j’avais quitté quelques heures plus tôt. Levant le regard vers lui, je continuais de tenter de me libérer, utilisant mes bras.

« Je n’aurais pas dû venir vous voir. Mon père avait raison, c’est dangereux. »

Comme je m’en doutais, ma nageoire fut écorchée et comme tout être vivant, je saignais.

« Aïe. » dis-je simplement alors que je finis par cesser de me débattre vu que je me faisais plus mal qu’autre chose.

Je posa mon regard sur le Jolly Roger et ramena ensuite mon regard sur le Capitaine Crochet tandis que des marins revenaient vers la rive.

« En tout cas, vous avez un joli bateau. »

Je me mords la lèvre inférieure, ma nageoire me faisait mal et ce n’était pas peu dire, ce foutu filet était sans doute mauvais et je voulais à tout pris m’en sortir mais pour cela, le seul moyen était que le Capitaine m’en libère.

« Merci pour… Enfin je n’aurais pas voulu qu’ils me voient. Vous pouvez m’aider ? » demandais-je finalement au Capitaine.

En même temps, depuis tout à l’heure, je tentais de m’en sortir seule et c’était loin d’être une réussite alors autant demander de l’aide à Killian. Ce dernier s’exécuta et je pu libérer ma nageoire des mailles du filet. La sortant de l’eau pour vérifier où je m’étais blessée, je passa ma main dessus et leva le regard vers le pirate.

« C’est une égratignure, ça fait un peu mal mais ça va passer. Je suis désolée d’être venue mais que voulez-vous, je suis intriguée par… »

Je pose mon regard sur la rive et ne tarde pas à voir tous leurs objets.

« Tout ça… »
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Killian Jones

▻ Messages : 208
▻ Date d'inscription : 25/01/2017

MessageSujet: Re: [FB] L’ile Verte souillée. [Ariel]   Ven 31 Mar - 10:46

Que faisait-elle ?
En arrivant, non loin d’elle, je pu voir enfin l’étendue des dégâts.
Je serai bien intervenu de suite, mais elle semblait vouloir se débrouiller seule.
Tout en surveillant que mes hommes ne s’approchent pas trop de nous, je jetais un coup d’œil vers sa queue emprisonnée dans le filet. Un fluide plus sombre se mit à tâcher l’eau. Elle saignait.
 
« Bon sang ! »
 
J’avais retenu un juron plus coloré devant elle.
Rhaa les femmes, toujours à n’en faire qu’à leur tête.
Bien sûr qu’elle aurait dû écouter son père. Les hommes ne sont pas gentils. Les pirates encore moins.
Et la voici qui se mettait à complimenter mon navire. Ne ressentait-elle pas la douleur ?

Alors qu’elle cessa enfin de se débattre et  me demanda  de l’aide, je sorti ma dague de ma botte et coupait le filet renforcé de métal.
 
« Voilà. C’est fini. »
 
C’était limite comme j’aurai réconforté un enfant, un animal.


« Je serai bien intervenu avant mais je ne voulais pas te blesser. »
 
Et comme elle n’avait pas arrêté de se débattre, à essayer de vouloir se libérer seule. 
 
Ses excuses pour moi étaient incompréhensibles. Je trouvais normal cette curiosité, d’autant si elle vivait sous les océans.
 
« Si tu es si intéressée par nous et les objets de notre quotidien, je t’invite à garder ceci sur toi pour pouvoir, en cas de nécessité, te défendre ou te libérer de ce genre de pièges. »
 
Filet ou tissu blanc d’origine inconnue.
 
Je lui tendis ma petite dague, celle que je gardais habituellement dans l’une de mes bottes.
J’en avais une autre dans la cabine du Jolly Roger.
 
Afin de ne pas éveiller l’attention, je m’assis sur  le rocher près d’elle, de profil face à elle et au groupe de joyeux fêtards qui s’amusaient près du feu de joie. Un peu comme si j’avais décidé de me mettre à l’écart, ce qui m’arrivait parfois.
Mon corps entre elle et eux la cachait. Je sorti ma flasque de rhum et en pris une petite gorgée.


« Je t’invite à ne pas trop bouger pour ne pas attirer l’attention de mes hommes. Certains croient que les écailles de Sirène ont certains pouvoirs. Notamment augmenter leur virilité. Je ne pourrai tous les contenir s’ils voulaient vérifier. »
 
Une nouvelle gorgée de rhum. J’hésitai à lui en proposer, elle me semblait bien jeune.
De plus cela aurait pu attirer l’attention de mon équipage.
                                                      
Il fallait se la jouer profil bas et discrétion. Pour sa survie. Et la paix sur mon navire.

Sans trop bouger les lèvres ou modifier l'expression de mon visage, j'entrepris de la questionner un peu.

« Alors tu vis sous la mer ? C'est comment ? Il y a des villes ? Des villages ? Tu as déjà parlé à beaucoup d'humains ?  »


Moi aussi j'étais curieux de la connaître. C'est que l'on ne parle pas tous les jours avec une Sirène.
Revenir en haut Aller en bas

Mi-femme, mi-thon de générations en générations.
Mi-femme, mi-thon de générations en générations.
avatar
Ariel d'Atlantica

▻ Messages : 570
▻ Date d'inscription : 18/02/2017
▻ Localisation : Elle vient d'arriver à Storybrooke et tente de comprendre les usages de ce qui l'entoure.

MessageSujet: Re: [FB] L’ile Verte souillée. [Ariel]   Jeu 20 Avr - 21:04


L'île verte souillée
Ariel & Killian

« Merci » lui dis-je simplement.

Instinctivement, je vérifia que la blessure sur ma nageoire n’était que superficielle et releva le regard vers le pirate. Alors que je regardais d’un regard peu contente le filet, le Capitaine Crochet me confia une sorte de dague en me disant que ça pourrait m’être utile à l’avenir pour me libérer de ce genre de piège ou de tout autre piège où je me trouverais. Je lui souris et regardant quelques instants le couteau et toucha sa reliure avant de le mettre dans mon sac en faisant attention de ne pas me couper.

« D’accord, je ne bougerais pas alors. » lui dis-je simplement.

J’avais conscience que je n’étais pas en totale sécurité ici mais là au moins, il était là et je ne risquais pas trop ma peau enfin si je peux dire ça comme ça. Alors que je le voyais boire quelque chose dans une bouteille étrange, il me demanda si je vivais sous la mer. Bien sûr que je vis sous la mer, ou peut vivre une sirène appart sous les flots ? Je lui souris néanmoins et finis par répondre à sa question.

« Sous l’océan, c’est encore plus beau qu’en dehors. » commençais avant de finalement reprendre la parole « Je vis à Atlantica, c’est un royaume, je suis la septième princesse de ce royaume, et d’après mon père, il y a d’autres villes et villages sous les flots mais je n’ai jamais eu le droit de dépasser les limites de mon royaume, bien que je le fasse néanmoins souvent. » dis-je en riant légèrement avant de reprendre mon sérieux « Je n’ai pas eu la chance de parler à beaucoup d’humains, c’est plutôt rare sous l’eau tu sais. Enfin j’ai sauvé un humain de la noyade une fois et je dois t’avouer que je suis tombée amoureuse de lui et je cherche tous les moyens pour pouvoir vivre avec lui mais dans l’état actuel des choses, ce n’est pas chose facile. » finis-je par dire.

Je fouilla dans mon sac bandoulière et en sortit un magnifique coquillage dorée avant de le tendre à Hook. Ce coquillage n’était pas que joli, il était aussi magique, je savais qu’il en trouverait l’utilité plus tard, espérant qu’il le prenne, je repris la parole.

« C’est pour toi. C’est pour m’avoir aidée avec le filet tout à l’heure et puis pour te remercier pour le couteau. Il est…magique. » dis-je dans un murmure pour qu’il soit le seul à entendre.

FICHE ET CODES PAR ILMARË
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Killian Jones

▻ Messages : 208
▻ Date d'inscription : 25/01/2017

MessageSujet: Re: [FB] L’ile Verte souillée. [Ariel]   Sam 29 Avr - 9:02

Je grimaçais devant ses remerciements, désolé qu’elle ait quand même été blessée.

Atlantica me disait vaguement quelque chose. Un nom évoqué dans les contes et légendes.
J’avais tout de même du mal à croire en sa beauté.  Les rares fois où j’avais été projeté dans les fonds marins de façon totalement involontaire j’avais trouvé les eaux froides et sombres et j’avais failli y laisser ma peau.

Je n’aurai pas aimé être le septième enfant, j’imaginais une vie difficile avec peu de considération.

Devant sa confidence, je ne pus m’empêcher de tourner la tête vers elle pour lire la vérité dans son regard. Immédiatement après, je repris ma position nonchalante pour ne pas éveiller les soupçons près du feu de camps.

Elle me semblait bien jeune, mais j’en connaissais si peu sur les sirènes.

« Et il t’aime ? »

L’amour est le moteur de beaucoup de vies. Lorsqu’il est partagé, je sais qu’il peut nous permettre de de nous dépasser pour franchir des montagnes, mais lorsqu’il ne l’est pas il peut être ravageur et nous anéantir, mettant en pièce notre cœur comme un navire projeté sur les rochers par la plus puissante des tempêtes.

Je ne voulais pas lui faire de la peine ou réveiller de désagréables souvenirs, mais mon envie d’en savoir plus devenait insatiable.

« Où est-il ? Qu’as-tu mis en œuvre pour le rejoindre ?  Ou pour qu’il vienne vivre avec toi dans ton monde ? »

J’avais envie de l’aider, de la secouer pour qu’elle aussi trouve le bonheur. Comme celui que j’avais trouvé avec Milah. Maintenant mon moteur était la vengeance. Plus l’amour. Mais je n’oubliais pas les moments merveilleux que j’avais vécus auprès d’elle. Elle m’avait apporté de la tendresse mais aussi une sorte de paix lorsqu’elle était à mes côtés. Paix que le Crocodile avait écrasée entre ses mains en même temps qu’il écrasait son cœur.

Avait-elle lu mes tourments sur mon visage ? Voulait-elle que la conversation tourne sur autre chose que celui qu’elle aimait ? Ariel m’offrit un très beau coquillage doré comme pour me changer les idées. A ses paroles, je me penchais pour le prendre et lui murmurait.

« Je te remercie. »

A la faveur des rayons de la Lune, il semblait comme scintiller.
Je n’avais pas l’habitude refuser les cadeaux, mais je ne voulais pas non plus la dépouiller.

« Il ne te manquera pas ?»

Si elle me répondait affirmativement, je ne le garderai pas et le lui rendrai.
La curiosité me piquant de son aiguillon, je demandais tout en surveillant la plage pour ne pas que mon équipage ne s’approche.

« Quel est son pouvoir ? »
Revenir en haut Aller en bas

Mi-femme, mi-thon de générations en générations.
Mi-femme, mi-thon de générations en générations.
avatar
Ariel d'Atlantica

▻ Messages : 570
▻ Date d'inscription : 18/02/2017
▻ Localisation : Elle vient d'arriver à Storybrooke et tente de comprendre les usages de ce qui l'entoure.

MessageSujet: Re: [FB] L’ile Verte souillée. [Ariel]   Ven 19 Mai - 13:10


L'île verte souillée
Ariel & Killian

« Je le pense oui. Je ne sais pas mais, je le pense. » énonçais-je simplement au pirate.

Après tout, je ne savais pas si Eric m'aimait, mais ce qui était certain c'est que pour moi, il ne m'était pas indifférent et que j'allais tout faire pour le retrouver, quitte à trahir mon père même si c'était pour cela, bien la dernière chose que je ferais. Je ne quittais pas le pirate des yeux avant de finalement reprendre la parole.

« Tu me trouves peut-être naïve ou je ne sais quoi, mais je sais que je l'aime et je ferais tout pour le rejoindre. »

Apparemment, la curiosité du pirate sembla piquée, un léger sourire naquit sur mes lèvres, j'étais heureuse de pouvoir parler d'Eric, il vivait chaque nuit durant dans mes rêves et je savais que je finirais par le rejoindre, j'étais faite pour vivre avec lui, je le savais désormais. Me mordant la lèvre inférieure, je repris néanmoins la parole.

« Il vit sur Terre, dans le Royaume qui se trouve au bord de l'eau. Nos deux royaumes sont voisins, enfin tu m'as comprise. Oh non, je ne l'empêcherais jamais d'être humain, je n'ai pas encore trouvé le moyen de le rejoindre sur Terre, le seul moyen pour moi de le rejoindre serait d'avoir des jambes. Mon père pourrait m'en donner mais j'ai peur de lui dire que je suis amoureuse d'un humain et encore plus que j'ai sauvé ce-dit humain d'un naufrage. »

Rangeant le couteau/dague que m'avait offert Killian dans mon sac bandoulière, j'en retirai un coquillage que j'avais récupéré sous les flots. Le tenant dans ma main, je le tendis à Killian avant de lui dire que c'était pour le remercier de m'avoir libéré du filet et alors qu'il s'en saisit, il me demanda s'il allait me manquer. Je lui fis un sourire.

« Non, ne t'inquiètes pas. Il ne me manquera pas. » lui dis-je simplement.

Posant mon regard sur le coquillage, je repris finalement la parole quand le Pirate me demanda quel était le pouvoir du coquillage.

« Son pouvoir est multiple. Sa poudre te permettra de calmer le feu de tes blessures. Et si tu le mets contre ton oreille, tu entendras le son de l'océan, tout ce qui est muet à l'oreille humaine, tu l'entendras. Conserve-le. Je suis sûre qu'il te sera utile. »

Il était rare que je puisse trouver les coquillages dorés, les légendes marine parlaient du pouvoir de la poudre dorée qui calmait le feu des blessures et ça me faisait plaisir de pouvoir lui offrir. Je ne le quittais pas des yeux, attendant une quelconque réponse de sa part.

FICHE ET CODES PAR ILMARË
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Killian Jones

▻ Messages : 208
▻ Date d'inscription : 25/01/2017

MessageSujet: Re: [FB] L’ile Verte souillée. [Ariel]   Dim 21 Mai - 17:18

Ainsi donc elle n’était pas sûre des sentiments de celui qu’elle aimait. Voilà qui compliquait la chose. Et elle ne semblait pas l’avoir vu beaucoup de fois.
Amoureuse au premier regard. Le coup de foudre.
Entre Milah et moi cela avait été une étincelle. Mais nous étions prêts tous deux à tenter l’aventure et cela s’était fait naturellement. Comme poussés par une force supérieure. L’amour. L'étincelle était devenue brasier et le crocodile l'avait éteint.

Il lui devait la vie. Peut-être ses sentiments étaient-ils différents. Peut-être n’était ce que de la gratitude. A sa place j’aurai tout fait pour savoir.

« Si ton père t’aime, il comprendra. Et si ce n’est pas le cas c’est qu’il ne veut pas ton bonheur, alors cherche un autre moyen pour rejoindre celui que tu aimes. »

Inconsciemment, je me mis à caresser du plat de mon crochet les lettres tatouées sur mon poignet.
Moi aussi j’avais connu l’amour mais il m’avait été arraché et je n’avais aucun moyen de le faire revenir. Je me devais néanmoins de venger la mort de celle que j’avais aimé et qui restait encore si présente à mes côtés.

Après avoir rangé la dague que je lui avais offerte, elle m’avait tendu ce coquillage que j’avais accepté.

Calmer le feu de la douleur, voilà qui pouvait être utile, mais son second pouvoir me semblait bien plus intéressant.
Depuis toujours, j’étais dur à la douleur, mais entendre ce que disaient les poissons, les tritons, les océanides et tous habitants de l’océan, voilà qui pouvait pour un capitaine sauver la vie de son équipage et de son navire. Eviter les écueils, les navires ennemis ou trouver les galions chargés d’or et de pierres précieuses pour pouvoir les attaquer. C’était un cadeau inestimable et j’en avais conscience.

« Je te remercie vraiment. J’en ferai bon usage. »


L’usage qui me permettrait de faciliter mon  choix de vie et mes intérêts.

« Mais compte tenu de la valeur de ce cadeau, je voudrais que les choses soient équitables. »

J’avais déjà ma petite idée. Elle me faisait de la peine. Son innocence pouvait lui jouer des tours et la majorité des humains la prendraient pour niaise et en profiterait.

« Je voudrai que tu prennes conscience que les hommes et les femmes sur terre ne sont pas aussi gentils que celui que tu aimes. »


C’est un conseil qui valait déjà son pesant d’or ou son coquillage.

« Aussi méfies toi toujours avant d’offrir ce que tu as voire ton cœur. »


Peut-être lui paraissais-je dur et impitoyable mais il me semblait impératif de lui ouvrir les yeux.

« Maintenant je peux aller voir l’homme que tu aimes si tu le désires et lui donner un message de ta part. Il est possible que lui ait un moyen de te donner des jambes. Les sorciers et sorcières qui se trouvent dans les contrées que j’ai traversées détiennent de fabuleux pouvoirs. »


Qui avaient tous un prix, il suffisait de trouver ce qui leur serait utile.

« Qu’en dis-tu ? »

Ainsi je pourrai aussi m’en faire une alliée. Dans ce monde j’avais suffisamment d’ennemis pour ne pas cracher sur ceux qui pourraient m’être utile et qui sait obtenir d’autres coquillages de la sorte ?
Revenir en haut Aller en bas

Mi-femme, mi-thon de générations en générations.
Mi-femme, mi-thon de générations en générations.
avatar
Ariel d'Atlantica

▻ Messages : 570
▻ Date d'inscription : 18/02/2017
▻ Localisation : Elle vient d'arriver à Storybrooke et tente de comprendre les usages de ce qui l'entoure.

MessageSujet: Re: [FB] L’ile Verte souillée. [Ariel]   Mer 24 Mai - 15:32

L'île Verte souillée

Quand la Petite Sirène rencontre le Capitaine Crochet
« Tu as peut-être raison. » énonçais-je au Capitaine Crochet.

Au fond, c'était peut-être vrai, si mon père m'aimait vraiment et voulait mon bonheur, il comprendrait que je veuille être auprès de celui que j'aime, qu'il est des jambes ou des nageoires. Puis-je pourrais peut-être trouver un moyen d'avoir des jambes si jamais mon père refusait d'accepter ma requête, j'étais capable de tout pour pouvoir rejoindre celui que j'aime. Le Capitaine Crochet me fit don d'une dague, que je ne tardai pas à ranger dans mon sac bandoulière, il était clair que cette dague me serait utile.

Pour le remercier, je lui fis don d'un coquillage magique qu'il était possible de trouver uniquement dans les profondeurs sombres des flots bleus. Il possédait deux pouvoirs magiques et apparemment, cela semblait plaire au pirate. Je lui souris lorsqu'il dit qu'il en ferait bon usage.

« J'en suis certaine. » lui dis-je simplement.

Je ne quittais pas des yeux le pirate tandis que ce dernier m'énonçait qu'il devait me donner quelque chose d'équitable au cadeau que je venais de lui faire. Il m'énonça que je devais me méfier des humains, qu'ils n'étaient pas tous comme Eric. Haussant les sourcils, j'écoutais néanmoins ce qu'elle me disait.

« Je saurais me méfier des humains si tu me dis que je dois faire attention, mais une chose est sûre, c'est que toi, tu as ma confiance et ce n'est pas peu dire. » énonçais-je avant d'écouter le reste de ses paroles.

D'après le Capitaine, Eric pourrait trouver un moyen pour que je puisse avoir des jambes ? Ce serait tellement fantastique si cela était possible. Je regardais Killian avant de finalement reprendre la parole.

« J’apprécierais beaucoup que tu fasses cela pour moi. » énonçais-je avant de finalement reprendre « Si tu as la possibilité de le voir avant la troisième lune complète, dis-lui de me retrouver au bord de l’eau afin qu’il apprenne la vérité. », oui j’étais prête à dire à Eric ce que j’étais réellement. Après tout, je l’avais sauvé des eaux donc il pouvait bien savoir qui l’avait sauvé non ? Mon esprit tilta rapidement sur le mot « sorcier », j’avais vu quelque chose passer sur le visage du capitaine Crochet. Je repris la parole.

« Tu as rencontré un sorcier malveillant ? » demandais-je finalement.

Après tout, il m’avait dit de me méfier des humains, mais devais-je également me méfier des sorciers ? Après tout, ils n’étaient pas tous de gentils sorciers non ?
black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Killian Jones

▻ Messages : 208
▻ Date d'inscription : 25/01/2017

MessageSujet: Re: [FB] L’ile Verte souillée. [Ariel]   Ven 2 Juin - 16:26

La petite sirène était bien trop naïve.
A la voir et à lui parler ainsi, je soupçonnais que la vie lui réserverait bien des souffrances.
Jusqu’à ce qu’elle s’endurcisse.

Faire confiance à un pirate. Qu’elle ne connaissait que depuis quelques heures... C’était de la folie pure.
Et malgré cela, j’avais une certaine attirance pour elle. Non pas charnelle. Mais comme une envie de la protéger. De veiller sur elle. Moi qui étais pourtant si égoïste.
Si j’avais eu une sœur, il m’aurait plu qu’elle lui ressemble.
Son innocence, sa douceur, son enthousiasme et sa gentillesse aurait fait fondre le plus dur des cœurs.
Un instant je m’inquiétais qu’elle ne m’ait jeté un sort pour m’obliger à vouloir ainsi la protéger.
Je connaissais d’autres sirènes qui étaient de véritables monstres et dont le seul but était de faire sombrer les navires avec armes, bagages et équipage, comme ça, juste pour s’amuser.
Elle ne leur ressemblait pas.

Qu’elle accepte ma proposition ne me parut pas être une contrainte. Quelque chose au plus profond de moi avait vraiment envie de l’aider. Peut-être le désir qu’elle connaisse l’amour sincère que j’avais vécu avec Milah.
Afin de faciliter ma mission, je lui demandais des détails.

« Que peux-tu me dire sur lui ? Sais-tu où il vit ? Son nom ? Peux-tu me le décrire ? »


Pour l’instant je n’avais que peu de renseignement sur l’homme qu’elle aimait.

Sa question sur les sorciers que j’aurais pu rencontrer étira sur mes lèvres un sourire ironique.

« J’en ai rencontré quelques-uns, mais les pires sont les sorcières. »

Là, je pensais bien sûr à Regina dont la réputation n’était plus à faire et qui était crainte par tous ceux qui avaient entendu parler d’elle. Il en était ainsi, elle laissait dans son sillage une traînée de pleurs et de terreur qui étaient comme un parfum personnel.

« Ils manipulent les êtres, les dressants les uns contre les autres pour leur bon plaisir ou juste pour jouer et grâce à la magie, ils transforment, détruisent, modèlent les objets et parfois même les êtres vivants afin de servir leurs intérêts. »


D’autres sans être sorciers manipulaient dans leur propre intérêt, comme moi par exemple, et il m’était arrivé de tuer, lorsqu’il le fallait, je n’avais néanmoins pas les pouvoirs d’un sorcier et c’était probablement tant mieux, car cela aurait pu me donner de mauvaises idées telles que tenter de ramener du monde des morts Liam et Milah.
Oui. Si j’avais eu tout le pouvoir du monde, c’est ce que j’aurai fait sans oublier bien sûr de faire passer de vie à trépas le Crocodile.

Mon regard se fit plus dur et dans un murmure, je m’ouvris à elle.

« Quoi qu’il en soit, le plus malveillant reste le ténébreux. Le Crocodile. Rumpelstiltskin. Celui qui a tué celle que j’aimais et qui m’a coupé la main. »

Je bus une nouvelle gorgée de rhum avant de continuer comme pour sceller mes paroles en le serment que je m’étais fait et que je me répétais chaque jour, inlassablement.

« Et je n’aurai de cesse jusqu’à ce que je lui ai fait payer son crime. »

A cet instant, toute trace de douceur avait quitté mon visage, ne restait qu’une haine indéfectible pour ce reptile qui serait un jour assouvie.
Revenir en haut Aller en bas

Mi-femme, mi-thon de générations en générations.
Mi-femme, mi-thon de générations en générations.
avatar
Ariel d'Atlantica

▻ Messages : 570
▻ Date d'inscription : 18/02/2017
▻ Localisation : Elle vient d'arriver à Storybrooke et tente de comprendre les usages de ce qui l'entoure.

MessageSujet: Re: [FB] L’ile Verte souillée. [Ariel]   Mer 7 Juin - 20:27

L'île Verte souillée

Quand la Petite Sirène rencontre le Capitaine Crochet
« Il vit dans un château. Un grand château aux abords de l’océan des Sept Mers. Il s’appelle Eric, et c’est un très bon marin. Il est grand, brun et il a des beaux yeux bleus. Il ressemble à… », je sors de mon sac bandoulière une affiche présentant Eric énonçant un bal pour son anniversaire qui avait-eu lieu il y a peu « ça. » dis-je en lui tendant l’affiche. Peut être qu’il le connaîtrait ou peut être que non mais en tout cas, je dois avouer que le fait qu’il me propose d’aller lui parler, c’était quelque chose de très gentil, surtout à mon égard. La conversation continua et je finis par demander au Capitaine au crochet s’il avait déjà rencontré des sorciers, enfin il en avait déjà rencontré mais je lui demandais s’il avait rencontré des sorciers dangereux et ce dernier m’expliqua que oui avant de me dire que les sorcières étaient encore plus dangereuses.

« Mon père ne connait qu’une seule sorcière, la sorcière des mers Ursula. » énonçais-je avant d’ajouter « Je ne sais pas si tu la connais. »

J’écoutais attentivement ce que me disais le pirate. C’était quelque chose de diabolique la magie, enfin plutôt la sorcellerie. Enfin en tout cas, dans ce qu’il me disait, c’est ce qui en ressortait. De la noirceur et du mauvais à l’état pur. Cela me fit d’ailleurs frissonner. La magie, je l’avais côtoyée, oui je la côtoyais depuis mon enfance mais celle de mon père, n’était pas une mauvaise magie, enfin c’est ce que je pensais en tout cas.

« Tout cela me fait frissonner » énonçais-je au Capitaine avant de reprendre « Je ne connais qu’une sorcière de réputation et également la Méchante Reine mais je ne savais pas que les sorciers étaient si mauvais. N’existe-t-il pas de bons sorciers ? »

Je voyais la haine se dessiner sur le visage du Capitaine lorsqu’il me parla de Rumplestiltskin, il ne l’aimait pas, ça c’était clair et surtout, il voulait se venger de lui. Respirant longuement, je repris finalement la parole.

« Vous savez, quand je vous ai demandé s’il n’existait pas de bons sorciers, je pensais également à mon père, le roi Triton. J’ai grandi dans la magie, celle de mon père, celle qu’il détient de son trident. Il contrôle tous les océans avec et je suis même certaine qu’il demeure plus puissant que le Crocodile. Après tout, mon père est le fils d’un dieu… » énonçais-je avant de me mordre la lèvre. Là tout de suite, j’aurais voulu me terrer dans un nid de poisson clown parce que j’en avais sans doute trop dit.
black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Killian Jones

▻ Messages : 208
▻ Date d'inscription : 25/01/2017

MessageSujet: Re: [FB] L’ile Verte souillée. [Ariel]   Dim 11 Juin - 19:34

Aidé du portrait dessiné et de tous les détails qu’elle m’avait donnés, je ne doutais pas de pouvoir retrouver celui qu’elle cherchait. D’autant que sur l’affiche il était indiqué qu’il était prince. Le prince Eric. Parfait. Cela devenait un objectif réalisable.

«  Je ferai tout ce que je pourrai pour lui transmettre ton message. »


C’était un engagement et je n’avais pas l’habitude de faire de promesse à la légère.

Je lui adressais un sourire d’encouragement et fit mine de boire de nouveau une gorgée de rhum pour donner le change à mes hommes sur la plage. Je ne fis que tremper mes lèvres car je souhaitais conserver l’entièreté de mes capacités.

Lorsqu’elle me parla d’Ursula, cela m’évoqua cette océanide que j’avais chassée et sauvegardée du Capitaine Jones, celui qui portait le même nom que moi mais qui était d’une cruauté sans bornes.
Je l’avais cachée  alors que tout l’équipage était à sa recherche, mon but personnel étant de récupérer l’amulette du Capitaine pour retrouver et tuer le crocodile. Toujours ma vengeance. Mon leitmotiv.  Le but de mon existence.

« Non. Cela ne me dit rien. »

J’avais mentis nonchalamment, roublard, vicieux et familier du langage à double sens.

La méchante reine, elle me parlait plus.
Elle était connue et reconnue partout.

« Prends garde à toi. »

Il m’était déjà venu à l’esprit d’aller la trouver pour passer un marché avec elle afin d’assouvir ma vengeance néanmoins je ne conservais cette option qu’en dernier recours.
Peut-être y viendrais-je un jour mais j’avais déjà entendu nombre d’histoires malveillantes à son sujet.

« Elle te demandera sûrement un prix exorbitant. »


Peut-être un cœur ? Celui d’un être cher ?
Quoi qu’il en soit, elle n’agissait jamais par gentillesse.

De bons sorciers, je n’en avais jamais croisé.
Sûrement parce que moi-même je n’étais pas classé dans le camp des gentils.
Je secouais la tête, même en cherchant bien, je ne trouvais pas un exemple positif.
Comme pour m’aider, Ariel se mit à me parler de son père. Le roi Triton.
L’ouverture de mes paupières s’amincit alors que je me passais une langue nerveuse sur ma lèvre supérieure.
Ainsi elle était une princesse. Petite-fille d’un dieu.
Cette fois, je bus une vraie gorgée de Rhum.

« Tu es donc d’essence divine. Dois-je dire Majesté ? »


Je prenais ça sur le ton de la rigolade, non sans oublier qu’elle devait donc avoir des pouvoirs capables de me réduire à l’état de mollusque.

Plus que jamais, il était important que mes hommes d’équipage n’aient pas conscience de son existence.

Reprenant mon sérieux, je lui conseillais.

« Tu ne devrais pas le crier sur les toits. Beaucoup voudraient t’enlever pour obtenir une rançon. »


Moi-même j’aurai pu le faire, mais il émanait d’elle une telle innocence que j’avais envie de la protéger.

« Sérieusement. Fais attention. Tu es beaucoup trop confiante. »

Peut-être avait-elle des pouvoirs lui permettant de se tirer de toutes les situations, mais pour le moment ce n’était pas du tout l’impression qu’elle donnait.
Revenir en haut Aller en bas

Mi-femme, mi-thon de générations en générations.
Mi-femme, mi-thon de générations en générations.
avatar
Ariel d'Atlantica

▻ Messages : 570
▻ Date d'inscription : 18/02/2017
▻ Localisation : Elle vient d'arriver à Storybrooke et tente de comprendre les usages de ce qui l'entoure.

MessageSujet: Re: [FB] L’ile Verte souillée. [Ariel]   Jeu 20 Juil - 23:17

L'île Verte souillée

Quand la Petite Sirène rencontre le Capitaine Crochet
« Merci… » énonçais-je au Capitaine.

Je lui parla d’Ursula et de tous les problèmes qui m’avait été causé. Je lui demanda s’il la connaissait et ce dernier m’énonça que non et je ne chercha pas à savoir si c’était la vérité ou non. Après tout, même s’il la connaissait, qu’il me dise qu’il ne la connaisse pas, c’était son problème à lui et non le mien. Je lui parla de la méchante reine et ce dernier me dit de faire attention à elle car elle était dangereuse. Ça, je le savais mais ce dernier m’énonça qu’elle pourrait me faire tourner en bourrique.

Et en prime, elle me demanderait sûrement un prix exorbitant. Je me demandais bien ce qu’elle pourrait me demander comme prix mais dans tous les cas, ce serait sans doute en dernier recours. Je sentais certains courants froids dans les flots mais je m’en moquais, mon attention se portait vraiment sur le Capitaine et sur nos paroles. Apparemment, il n’avait pas connaissance de bons sorciers. Je lui exprima le fait que lorsque je parlais de bon sorcier, je pensais également à mon père, magique grâce à son trident.

Je lui énonça que j’étais une descendante du dieu des océans, Poséidon.

« Il faut croire que oui mais Ariel suffira. » dis-je avec un sourire.

Killian ne tarda pas à reprendre son sérieux avant de me dire que je devais faire attention et ne pas le crier sur tous les toits. Pourquoi le ferais-je ? Je savais que c’était dangereux. Après tout, je lui avais dit à lui parce que je lui faisais confiance.

« Je le sais… » énonçais-je en passant ma main dans mes cheveux avec un sourire gêné « On me le dit souvent, mon père me le dit souvent. Je parle trop et fait confiance trop rapidement mais je sais qu’à toi, je peux te faire confiance. Après tout, si tu étais vraiment un horrible pirate, tu m’aurais déjà enlevée depuis longtemps, surtout en sachant mon ascendance mais tu ne l’as pas fait et je t’en remercie d’ailleurs. » énonçais-je à son attention.

Après tout, il est vrai que s’il avait voulu se servir de moi, il l’aurait fait depuis longtemps non ? Je ne cessais de repenser aux dires de mon père sur les pirates. Ils sont censés être des êtres mauvais, méchants, cruels et pourtant lui…il ne semblait pas si cruel que cela.

« As-tu connu l’amour ? » demandais-je finalement.
black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [FB] L’ile Verte souillée. [Ariel]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[FB] L’ile Verte souillée. [Ariel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» La tourte verte
» Resine verte
» Une souris verte !
» Marrée verte, rouille, et cuir
» Bonne année verte !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAPPY ENDINGS CHRONICLES :: Le monde des contes :: Les Terres du Centre :: Les Sept Mers-
Sauter vers: