AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Harris Dunbroch - je suis du pain de mie ! :arg:

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Harris Dunbroch

▻ Messages : 26
▻ Date d'inscription : 15/03/2017
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Harris Dunbroch - je suis du pain de mie ! :arg:   Mer 15 Mar - 12:10

Harris Dunbroch

Proternez-vous devant ma roussitude ! Mouhahaha

▻ Conte d'origine : Rebelle.
▻ Nom du personnage de conte : Harris Dunbroch.
▻ Lieu de naissance : Les Terres du centre; Dunbroch.
▻ Âge : 16 ans.
▻ Localisation actuelle : Storybrooke
▻ Occupation/métier : Prince de Dunbroch.
▻ Orientation sexuelle : Hétérosexuelle.
▻ Statut matrimonial : Célibataire.
▻ Caractère : Malicieux - Plaisantin - Impertinent - Loyal - Réfléchi - Plein d'adaptabilité - Très porté sur la famille - Toujours une bêtise en tête - Torturé - Sauveteur en herbe - Dépendant de sa soeur - Ne connait pas la modestie - Accepte tout paiment en brioche (ou gâteaux en tout genre)
▻ Groupe : Lost Ones.
▻ Feat. de l'avatar : Rupert Grint.
Comment tu vis ?

▻ Que penses-tu de la situation de la contrée dans laquelle tu te trouves ? Clairement, on patauge dans la mouise. Ingrid a carrément péter un plomb et a geler la moitié du monde des Contes. Dunbrch n’est aujourd’hui plus qu’un désert de glace. Cela me déchire le cœur de voir l’endroit où j’ai grandi, si vert et si vivant, n’être plus aujourd’hui qu’un endroit mort et blanc. Au début je trouvais ça drôle, luge toute l’année, mais j’ai vite compris que ce ne serait pas la folie tous les jours. Merida et mère étaient inquiètes et elles avaient bien raison. Les clans se rebellèrent et nous capturèrent, mes frères et moi. Malgré l’inquiétude, nous savions que Merida viendrait nous libérer. Malheureusement Ingrid fut plus rapide et nous utilisa dans son plan. Hamisch tomba sous son joug, Hubert resta en cellule pendant que je devais jouer les espions dans ce bourg nommé Storybrooke. Le destin de mes frères dépend entièrement des informations que je vais trouver. Vraiment, on est dans la mouise.


▻ En quoi la situation actuelle affecte-t-elle ton existence ? Eh bien comme je l’ai dit précédemment, au début je m’en fichais un peu que tout soit gelé. Aujourd’hui, ce n’est plus du tout la même histoire. Je me dois de protéger mes deux frères. Ingrid m’a choisie pour être son espion à Storybrooke. J’ai donc été envoyé en même temps que les autres « réfugiés » dans ce petit bourg du Maine afin de lui rapporter toutes les informations qui lui seront nécessaires. Cependant, pour ne pas vous mentir dès que je le peux, je lui donne de fausses informations ou je mets un peu de temps à les lui fournir. Ce n’est jamais évident de faire ça et j’ai toujours peur de mettre mes frères en danger en mettant Ingrid en colère.

▻ As-tu choisi un camp ? Lequel et pourquoi ? A l’heure actuelle, j’ai un peu le cul entre deux chaises. D’un côté, je suis obligé de fournir des informations à Ingrid sous peine de la voir en colère et se venger sur l’un de mes frères. De l’autre, j’aimerais la vaincre, briser son miroir afin de l’empêcher de nuire à nouveau. Bien entendu le but premier serait de libérer mes frères de son emprise mais cela me permettrait aussi de faire mes preuves, de prouver à tous que je n’ai pas besoin de ma sœur. Donc ouais, actuellement je joue un peu sur les deux tableaux, en espérant que cela ne soit que temporaire et que je puisse bientôt montrer qui je suis réellement (et me le montrer à moi-même également).

▻ Est-ce que tu sais utiliser la magie ? Je ne sais pas utiliser la magie et je pense que dans un sens cela vaut mieux. Regardez ma sœur. Elle a utilisé la magie et résultat des courses : elle a réussi à transformer toute notre joyeuse famille en peluches vivantes. Pour mes frères et moi, ce fut assez drôle, pour notre mère et Merida beaucoup moins. Bref, tout ça pour dire que selon moi, la magie n’a que des inconvénients et rend les gens cupides. Ingrid, par exemple, un exemple totalement pris au hasard notons-le, est avide de magie et cela l’a rendue complètement folle. Mieux vaut se tenir éloigner de la magie. C’est dommage parce qu’on peut tout de même noter que selon ce que l’on en fait, cela peut s’avérer très drôle et joyeux !







Toi derrière l'écran.

▻ Pseudo : La fouineuse.
▻ Code du règlement : Validé par la licorne (faut pas déconner ).
▻ A quelle fréquence penses-tu mettre ton nez dans le livre de contes ? 3/7.
▻ Comment as-tu connu le forum? Qu'en penses-tu? Une idée pour l'améliorer ? Il est parfait voyons.
▻ Souhaites-tu un parrain/une marraine ? Oui je suis perdue

Code:
<a class="imginfo"><a class="imginfo">[color=indianred]✘[/color] RUPERT GRINT<span><table border="0" cellpadding="1" cellspacing="1" width="110"><tbody><tr><td align="center"><div class="titre3"> Harris Dunbroch</div></td></tr></tbody></table></span></a>
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Harris Dunbroch

▻ Messages : 26
▻ Date d'inscription : 15/03/2017
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: Harris Dunbroch - je suis du pain de mie ! :arg:   Mer 15 Mar - 12:12

I was...
Certains disent que le destin est une chose qui ne se commande pas, que nous n'avons pas d'emprise sur lui. Mais moi j'ai une certitude, notre destin fait partie de nous. Il suffit d'être assez courageux et rebelle pour s'en rendre compte.



En tant que prince de Dunbroch et descendant d'une grande famille de guerrier, mon père étant Fergus de Dunbroch et ma mère Elinor, se battant contre des ours (eh ouais ! rien que ça), je devrais avoir des histoires palpitantes à raconter. Pourtant, si l'on veut faire le plein d'aventures, il vaut mieux s'adresser à ma soeur, Merida, elle, elle en a des trucs à raconter. A l'inverse, moi et mes deux frères (notre plus grand exploit dans la vie étant que nous sommes des triplés) avons vécu une enfance bien plus paisible. Nous avions beau faire parti de la royauté, tout le destin de notre royaume, et de ceux alentour, dépendait de notre soeur. Mais bon, je ne vais pas aller m’en plaindre, bien au contraire, pendant que ma sœur croulait sous les leçons et les responsabilités, nous, nous étions libre de faire ce qui nous plaisait, et en tant que petits derniers nous avions l’énorme avantage de pouvoir faire toutes les bêtises que nous voulions sans jamais nous faire réprimander. Notre père riait même souvent de nos bêtises, enfin sauf quand ça le concernait personnellement.

Nous avions donc la belle vie au château de Dunbroch et je ne compte plus les fois où ce dernier dût subir nos (trop) nombreuses farces. Nous nous amusions à rendre tous nos serviteurs fous (oui bah, il faut bien occuper ses journées comme on peut). Pour nous, le malheur n’existait pas et le danger n’était qu’une chose bien trop lointaine. Une légende racontait par notre père à tous les repas et servi à toutes les sauces. Tout le royaume, et j’imagine également ceux alentours, connaissait l’histoire de Mor’du l’ours et du grand combat qui l’opposa à mon père, le roi Fergus. Mor’du était un animal gigantesque, la bave coulait de ses babines, mon père n’avait plus que son épée quand Mor’du l’attaque et CRAC ! il lui arracha la jambe d’un coup de croc de ses mâchoires acérés, et blablabla ! Nous connaissions l’histoire par cœur, au point de pouvoir répliquer chacune des mimiques de mon père au moment opportun. Il était tellement prévisible, et nous tellement blasés de cette histoire. Merida sans doute plus que nous, après tout, elle avait eu l’occasion de beaucoup l’entendre que nous-même, elle avait même été proche d’y assister.

Merida… Merida en aura fait des erreurs durant son adolescence. Heureusement que nous, les triplés, avons été là pour l’aider à rectifier le tir ! Et tout ça en plus pour un excellent prix d’amis, une modique somme de gâteaux. Quoi ?! Rien n’est gratuit dans la vie, même pour la famille ! Bref ! Merida avait « accidentellement » (même si je vois mal comment ce genre d’accident peut arriver, sans qu’on s’en rende compte, elle nous prenait vraiment du haggis à cette époque) transformé notre mère en ours. Oui en ours, genre oui l’animal que notre père détestait le plus et essayait le plus de tuer pour montrer sa valeur. Franchement de tous les animaux, il fallait qu’elle choisisse un ours, c’était pas très malin de sa part quand même ! Tout ça pour dire qu’elle voulait qu’on l’aide à faire sortir notre mère du château sans que notre père, et toute la bande de guerriers barbares présente dans notre salle de réception, ne s’en aperçoive. Oh, évidemment ce n’est pas pour vanter nos mérites, mais il faut dire qu’on est plutôt doué pour faire diversion, sans compter que l’on connaît le château et tous ses passages secrets comme notre poche. Autant dire qu’un an de dessert, c’était pas cher payé pour des services de cette qualité. Maman sortit du château sans embûche par la cuisine du personnel et pour nous féliciter de notre travail, Merida nous dit de prendre tout ce que nous voulions dans la cuisine. Ah bah oui, sauf qu’elle aurait pu préciser « Tout ce que vous voulez, sauf le gâteau sur la table, il est ensorcelé et vous allez vous transformer en ours ». Quoique non, ça n’aurait servi à rien, nous aurions sans doute voulu encore plus le goûter et cela n’aurait absolument rien changer à notre affaire. N’empêche, au début, on s’est regardé tous les trois transformés en ours et on s’est demandé ce qu’on allait bien pouvoir faire maintenant. Papa allait désormais avoir à sa charge une femme ours et trois fils ours. Pas trop le bonheur chez les Dunbroch quoi. Ouais, enfin passé le premier instant de surprise, on s’est dit qu’on allait quand même pouvoir bien se marrer. Surtout quand on a vu la cuisinière s’évanouir face à notre nouvelle apparence. Là, on s’est dit qu’on allait pouvoir se marrer ! Ne faites pas genre ! On sait très bien que vous auriez fait la même chose que nous : encore plus de bêtises dans tout le château ! C’était trop cool !

Ouais, sauf que la plaisanterie n’a pas durer longtemps. Merida a finalement trouvé le moyen de nous redonner notre apparence normale. On a un peu boudé au début, c’était rigolo d’être des ours. Sauf que le regard de papa nous a bien persuadé qu’il ne serait pas trop d’accord de garder trois oursons à la maison, même s’il s’agissait de ses trois fils. Avec Hamish et Hubert, on était un peu triste, jusqu’à ce qu’on se ressaisisse : cette expérience nous avait donné encore plus d’idées pour faire des bêtises. Et c’est ainsi que nous sommes entrés dans la superbe période qu’est l’adolescence. Au fond, cela n’a rien changer pour nous, nous étions toujours trois « petits garnements » qui occupaient leur temps comme ils pouvaient et en le rentabilisant à grand coup de bêtises. Notre adolescence nous obligea tout de même à grandir à certains égards : nous voulions être pris pour des adultes et prendre part à la guerre. Selon notre père, nous n’étions pas prêts, encore trop jeune et non-entraînés. Nous étions déçus. Si personne n’acceptait de nous entraîner, comment voulez-vous que nous soyons prêt un jour ? Ils eurent bien du mal à nous résigner, mais en nous enfermant dans notre chambre, nous ne pouvions effectivement pas aller bien loin. Si j’avais su, je me serais bien plus battu pour prouver que j’étais prêt à aller au combat. Mon père ne revint jamais de cette guerre, et jamais plus je n’aurais l’occasion de lui prouver que son petit farceur de fils avait grandi et mûri.

Notre père fût enterré selon nos traditions et j’espérais que son esprit puisse reposer en paix. Sa mort nous avait tous beaucoup affecté. Pour nous, il avait toujours été un homme invincible, celui qui parviendrait à tuer Mor’du, le plus fort des ours. Et voilà qu’il se faisait vaincre par un simple homme, un guerrier sans prétention. J’en étais presque énervé contre lui. Comment avait-il pu nous faire ça ? Me faire ça ? A présent, comment allais-je grandir ? Sur quelle présence masculine allais-je me reposer et me forger une image ? Plus rien ne comptait. Le temps passait, mais j’avais du mal à retrouver goût à la vie. Seulement nous n’eûmes pas assez le temps de faire notre deuil. Les chefs des autres clans avaient vu dans la mort de Fergus une opportunité sans pareil de prendre le contrôle de Dunbroch (et par conséquent de tous les clans). Après tout, d’après ses vieux jeux, une femme seule ne pouvait gouverner seule, elle avait forcément besoin d’un mari pour l’aider et la guider. Ils me dégoûtaient tous. D’autant plus qu’ils se servirent de nous en nous kidnappant afin de faire plier Merida. Je priai de tout mon cœur pour qu’elle ne cède, qu’elle ne se laisse pas faire sous la menace. Notre royaume valait bien mieux que cela.

Avec mes frères, nous cherchions désespérément un moyen de nous sortir de ce mauvais pas, seuls. Nous voulions prouver à tous que nous n’étions plus des enfants et qu’il allait falloir apprendre à nous faire confiance. Pourtant, à nouveau nous fûmes impuissants. Une certaine Ingrid, Reine des Glaces (rien que ça comme titre), parvint à nous trouver et à nous capturer. Ok, là ça commençait sérieusement à m’énerver : un kidnapping, c’était déjà super dégradant, mais alors deux dans un laps de temps aussi court, je ne vous raconte même pas. Elle nous enferma dans son palais glacé sans espoir de sortie. Pour la première fois depuis longtemps, je me mis presque à espérer que Merida parviendrait à nous libérer rapidement. Rien ne me ferait plus plaisir que de revoir ma famille et de savoir ce que ma mère est devenue.

(Lire le test RP, c'est mieux pour comprendre ce qu'il se passe ! (a))

Le lendemain, ma décision était prise : j’allais aller à « Storybrooke » et servir de taupes. Je n’avais pas d’autres choix si je voulais espérer pouvoir sauver mes frères de l’emprise de cette folle.


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Harris Dunbroch

▻ Messages : 26
▻ Date d'inscription : 15/03/2017
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: Harris Dunbroch - je suis du pain de mie ! :arg:   Mer 15 Mar - 12:12

I am...
Ca sent le roussi dans le coin !




Un garde m’emmena sans ménagement à l’extérieur du château. Je me fis littéralement jeter hors du château, pour un prince il y avait plus classe quand même. Je marchai un peu avant de me retourner et de regarder l’endroit où devait se trouver la cellule de Hubert. « Je reviendrai mes frères et cette fois je vous le promets j’arriverai à tous nous sauver. » Je partis sans plus me retourner vers l’endroit que m’avait indiquée Ingrid, le lieu de rassemblement pour tous ceux qui souhaitaient fuir la colère de la Reine des Neiges. Des centaines de personnes se trouvaient déjà sur place, des femmes, des hommes et surtout des enfants. J’eus de la peine, car contrairement à eux, je ne voulais pas fuir cet endroit. Rien ne me frustrait plus que cela. Abandonné le royaume et ma famille me brisait le cœur. Le Chapelier nous expliqua comment le transfert s’effectuerait, mais je ne l’écoutais pas et me contentai de suivre le mouvement. J’étais trop préoccupé par ma mission et surtout à ce qu’il adviendrait de mes frères si j’échouai à la remplir convenablement. L’échec n’était même pas envisageable.

Nous nous retrouvâmes rapidement dans cette ville : Storybooke. Au fond, ça ressemblait à Dunbroch : de la forêt et de la verdure. Oui enfin sauf que nous avions atterri dans une clairière, là la maire nous récupéra en panique. Elle nous indiqua que nous devions nous rendre en ville au « Granny’s » afin de trouver un lit, de la nourriture et des habits convenables pour cette époque. Comment ça convenable pour cette époque ? Je ne m’en occupai à nouveau pas, suivant le mouvement, suivant surtout pour l’appât de la nourriture. Oui, bon d’accord, mes vieux démons ne m’avaient jamais quitté, ce n’était quand même pas de ma faute si ?! Je devais néanmoins me dépêcher de trouver des infos sur cet endroit, sans quoi je pouvais dire adieu au fait de revoir un jour ma famille au complet.

Mi-décembre 2012. Encore une fois attablé au Granny’s, encore une fois en train de me goinfrer. Granny semblait plutôt bien m’apprécier, ou peut-être était-ce surtout mon appétit sans fin qu’elle appréciait, toujours est-il que chez elle, mon assiette n’était jamais vide ! A la table derrière moi, j’entends des murmures et je ne peux m’empêcher de tendre l’oreille, cet endroit était plein de ragots je finirais bien par obtenir quelque chose pour Ingrid un jour.

- Une expédition va partir, je te dis ! Ils veulent briser le miroir et anéantir Ingrid !
- Vraiment ?! Alors il y a peut-être un espoir finalement que nous puissions rentrer chez nous !

Oh non ! Tout, mais pas ça ! Mon cerveau carburait. Ils étaient partis pour le monde des Contes, mais jamais je ne pourrais les rattraper ! Je me ruai hors du Granny’s vers le lieu de rendez-vous qu’avait donné l’homme. Tout ça pour voir une espèce de meuf bizarre aux cheveux de licorne sautés dans un trou béant qui se referma juste derrière elle. Ingrid allait me tuer, mais avant elle en finirait avec mes frères. Mon cœur rata un battement. Faites qu’ils ne brisent pas le miroir et ne parviennent jamais jusqu’au château. C’était mon seul espoir. Désormais, je devais soit trouver un moyen de les rejoindre dans le monde des Contes soit attendre leur possible retour victorieux, avec peut-être mes frères. Je ne pouvais pas attendre. L’heure était trop grave. Je devais trouver Jefferson dans l’espoir qu’il puisse me ramener d’où je venais. Désormais, je devais montrer ma bravoure pour faire honneur à mon père et à ma famille. Je ne devais plus compter que sur Merida pour me faire sortir d’affaire dès que j’étais dans le pétrin !




Revenir en haut Aller en bas

avatar
CJ Alexanders

▻ Messages : 126
▻ Date d'inscription : 15/03/2017
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: Harris Dunbroch - je suis du pain de mie ! :arg:   Mer 15 Mar - 12:25

Re-bienvenu ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://legendary-tales.forumactif.com/

100% dragon ou presque
100% dragon ou presque
avatar
Fa Mushu

▻ Messages : 689
▻ Date d'inscription : 17/01/2017

MessageSujet: Re: Harris Dunbroch - je suis du pain de mie ! :arg:   Mer 15 Mar - 12:32

re-bienvenue monsieur le rouquin Very Happy

_________________
You are crazy but so I am.
All the best people are crazy ▵
Revenir en haut Aller en bas

In my world all ponies eat rainbows and poop butterflies
In my world all ponies eat rainbows and poop butterflies
avatar
Rozen D. March

▻ Messages : 525
▻ Date d'inscription : 23/01/2017

MessageSujet: Re: Harris Dunbroch - je suis du pain de mie ! :arg:   Mer 15 Mar - 12:55

*vole Harris et s'en va loin*
Bon courage pour la fiche ♡♡♡♡
Rouuuuuuuuuxxxxxxxxxxxxxxx
Revenir en haut Aller en bas

Elle voulait une vie normale résultat c'est pikachu reine de la météo
Elle voulait une vie normale résultat c'est pikachu reine de la météo
avatar
Juliette White-Queen

▻ Messages : 970
▻ Date d'inscription : 16/01/2017

MessageSujet: Re: Harris Dunbroch - je suis du pain de mie ! :arg:   Mer 15 Mar - 13:36

Rozen tombe souvent amoureuse en ce moment ^^ re bienvenue tu connais la chanson je te la refais pas

_________________
C'EST DRÔLEMENT DANGEREUX DE S'ATTACHER À QUELQU'UN, C'EST INCROYABLE CE QUE ÇA PEUT FAIRE MAL. RIEN QUE LA PEUR DE PERDRE L'AUTRE EST DOULOUREUSE. C'EST MOCHE DE GUETTER UN SIGNE DE QUELQU'UN POUR SE SENTIR HEUREUX.
Revenir en haut Aller en bas

➵Roi des pécores et pécorounet pour les intimes➵
➵Roi des pécores et pécorounet pour les intimes➵
avatar
Robin de Locksley

▻ Messages : 508
▻ Date d'inscription : 15/01/2017
▻ Localisation : Storybrooke, Maine

MessageSujet: Re: Harris Dunbroch - je suis du pain de mie ! :arg:   Jeu 16 Mar - 15:53

    C'est la saison des amours pour notre Lièvre de Mars
    Re-bienvenue en tout cas et bon courage pour la suite de tes aventures

_________________
❝ Take me back to the night we met❞

Revenir en haut Aller en bas

In my world all ponies eat rainbows and poop butterflies
In my world all ponies eat rainbows and poop butterflies
avatar
Rozen D. March

▻ Messages : 525
▻ Date d'inscription : 23/01/2017

MessageSujet: Re: Harris Dunbroch - je suis du pain de mie ! :arg:   Jeu 16 Mar - 16:02

C'est bientôt le printemps.... Je suis faible je ne peux pas m'en empêcher... !!!!!
Revenir en haut Aller en bas

➵Roi des pécores et pécorounet pour les intimes➵
➵Roi des pécores et pécorounet pour les intimes➵
avatar
Robin de Locksley

▻ Messages : 508
▻ Date d'inscription : 15/01/2017
▻ Localisation : Storybrooke, Maine

MessageSujet: Re: Harris Dunbroch - je suis du pain de mie ! :arg:   Jeu 16 Mar - 16:36

Je me demandais aussi pourquoi il y avait une banderole avec des petits coeur accroché au dessus du menu chez toi !

_________________
❝ Take me back to the night we met❞

Revenir en haut Aller en bas

Apple Queen
Apple Queen
avatar
Regina Mills

▻ Messages : 1499
▻ Date d'inscription : 15/01/2017
▻ Localisation : La mairie de Storybrooke

MessageSujet: Re: Harris Dunbroch - je suis du pain de mie ! :arg:   Ven 17 Mar - 13:11

Re bienvenue. T'as pas d'âme.
J'ai hâte de lire ta fiche

_________________
 
Love is not a weakness
L'Amour n'obéit à aucune règle, c'est ce qui le rend si imprévisible.
© Miss Pie
Revenir en haut Aller en bas

Ouh ! J'ai la flammèche éteinte.
Ouh ! J'ai la flammèche éteinte.
avatar
Hadès Hellfire

▻ Messages : 164
▻ Date d'inscription : 21/01/2017

MessageSujet: Re: Harris Dunbroch - je suis du pain de mie ! :arg:   Sam 18 Mar - 18:13

Celui qui est à la bourre lève la main. xDDD

Re-bienvenue avec ce personnage qui va promettre et Rupert c'est le meilleur de toute façon. Huhu. =D
Revenir en haut Aller en bas

une bibliothèque humaine
une bibliothèque humaine
avatar
Belle French

▻ Messages : 181
▻ Date d'inscription : 15/01/2017
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: Harris Dunbroch - je suis du pain de mie ! :arg:   Mer 29 Mar - 12:06

Bienvenueeeeuuuuhhhhh
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Harris Dunbroch

▻ Messages : 26
▻ Date d'inscription : 15/03/2017
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: Harris Dunbroch - je suis du pain de mie ! :arg:   Dim 14 Mai - 15:57

Test Rp



Un jour, nous avions depuis longtemps arrêté le compte de nos jours d’emprisonnement, un garde vint dans notre cellule. Il hésita quelques secondes devant nous trois. Nous avions beau avoir grandi, nous restions indissociables les uns des autres. Puis, comme si on lui avait soufflé un ordre muet, il s’empara sans ménagement de Hamish. Je hurlai et me ruai vers la porte de la cellule, juste au moment où elle se refermait. « Où est-ce que vous l’emmenez ? Qu’est-ce que vous allez lui faire ?! » Je m’époumonai en vain. Le garde ne se retourna même à mes protestations. Je retournai, dévasté, vers Hubert. Il avait en quelque sorte toujours été le plus faible d’entre nous et cela faisait longtemps qu’il avait perdu tout espoir de revoir sa liberté. Je le serrais dans mes bras, en lui murmurant de ne pas s’en faire, que tout irait et que Merida n’allait pas tardé. En disant cela, je regardai le plafond de notre cellule et me mis à faire une prière muette pour que cela ne soit pas un mensonge. Hamish ne reparut jamais dans notre prison et nous n’avions aucune nouvelle de lui, je commençais même à me dire qu’il n’était plus de ce monde lorsqu’on vint me récupérer et me tirer. Je hurlai et me débattais, ne voulant pas laisser mon frère seul, lui qui l’était déjà tellement dans son esprit ne supporterait pas en plus de l’être physiquement. Lorsque nous tournâmes dans un couloir, je me calmai et me forçai à retenir le parcours que nous étions en train d’effectuer. Gauche, droite, gauche, gauche, on monte une volée de marche puis une autre à droite. Ce château était un véritable labyrinthe et je ne voyais comment je pourrais me repérer facilement dans ce dédale de couloir. Chez nous, à Dunbroch, nous avions toujours été ensemble, les triplés inséparables. Si l’un de nous oublier le chemin, il y en avait forcément un autre pour se souvenir du passage à emprunter. Là, je me sentais désespérément seul et abandonné. Où est-ce qu’on m’emmenait et qu’allais-je devenir ? Et puis Hamish qu’était-il devenu ? Sans compter Hubert, qu’allait-il devenir ? Mon cœur se serrait à ses pensées maussades.

Enfin, j’arrivai dans une immense salle avec un miroir au fond. « Empêchez-le de le regarder ! » De quoi ? Mais on me détourna vivement et me mis dos au miroir, mais face à cette femme, Ingrid avec… Hamish à ses côtés ! Quoiqu’en y regardant de plus près, il ne s’agissait pas de mon frère, mais cela je m’en rendis compte un peu plus tard. Je me précipitai vers lui pour le prendre dans mes bras, mais il me repoussa vivement. Je regardai mon frère bouche-bée puis cette… sorcière avait un mépris évident.

- Hamish ! Mon frère ! Que t’arrive-t-il et que t’a-t-elle fait ?!
- Je ne suis pas ton frère ! Et elle ne m’a rien fait du tout, si ce n’est me montrer la voie. Tu devrais l’écouter, ses paroles sont sages et si tu fais ce qu’elle te demande, elle te donnera ce que nous avons toujours voulu : de la reconnaissance !

Je n’en croyais pas mes oreilles. Qu’est-ce qu’elle lui avait fait pour le rendre si… servile, lui qui n’avait jamais écouté personne, même nous avions du mal à lui faire entendre raison parfois. Je voulus à nouveau me ruer sur elle pour lui régler son compte, mais un garde me retint par l’épaule sans moyen de me mouvoir. Finalement, avec un sourire triomphant sur les lèvres, la reine des Glaces se mit, enfin, à parler :

- Je sais que tu ne me croiras pas, mais ton frère à raison : je peux vous offrir ce dont vous avez toujours rêver, la reconnaissance de votre valeur ou… dans ton cas, je suppose que tu désirerais bien plus la liberté de ton frère.

A ces mots, je me « détendis » net, je ne bougeais plus et j’étais prêt à l’écouter même si je la suspectai encore de jouer un mauvais. La magie n’apportait jamais rien de bon, c’était drôle pendant un temps, mais nous savions dans notre famille qu’à terme elle pouvait se révéler destructrice. Le garde enleva sa main, même s’il était prêt à me neutraliser au moindre écart, et sa « reine » commença à me tourner autour tout en me servant son long baratin.

- Je sais que dans votre famille, vous, les triplés, n’avait jamais été reconnu à votre juste valeur. Je peux vous donner tout cela…
- Ah ouais ? Et comment ? En nous kidnappant ? Waouh, vraiment c’est vrai que là notre valeur va être reconnu !
- Tais-toi et écoute-moi !

Soudain, c’était comme si elle m’avait jeté un mauvais sort : impossible d’ouvrir à nouveau la bouche, malgré tous les efforts que j’y mettais. Par la même occasion, elle demanda à mon frère ainsi qu’au garde de sortir. Ils hésitèrent tous les deux pendant quelques instants avant de se rappeler que les ordres de leur reine n’étaient pas discutables.

- Je sens que tu as une grande valeur en toi. Cependant, je sens aussi que ce que tu désires le plus : libérer tes frères. Tu sais à quel point mes pouvoirs sont grands, il ne me faudrait pas longtemps pour faire à Hubert la même chose qu’à Hamish. Mais avant de mettre ma menace à exécution, je veux te prouver ma bonne foi et te laisser une chance de faire tes preuves : j’ai entendu dire que le Chapelier Fou, un homme qui voyage à travers les mondes, allait créer un rassemblement de personnes effrayés par ma « menace », vraiment c’est ridicule de croire que je suis une menace, alors qu’il suffit de m’écouter ! Vas à ce rassemblement, mêle-toi à la foule, tu iras dans un monde parallèle appelé Storybrooke. Ta mission est on ne peut plus basique : trouve tout ce que tu peux sur la ville, infiltre-toi, trouve une faille par laquelle je puisse passer pour m’immiscer en ville et rapporte des informations utiles. Tu verras tu seras grandement récompensé de ta loyauté. Personne ne reniera plus ta bravoure !

Elle vit mon hésitation. Comment pouvais-je sérieusement lui faire confiance ? Elle qui avait ensorceler l’un de mes frères et menacer de faire la même chose au deuxième. Ingrid ajouta que je n’avais que jusqu’à demain pour prendre une décision : demain le groupe partirait et je n’aurais plus aucune chance de pouvoir sauver mes frères. Elle appela un garde qui me raccompagna en cellule, mais cette fois dans un endroit bien plus éloigné du château et donc encore plus loin de mon frère.


Revenir en haut Aller en bas

Admin
avatar
Storybook

▻ Messages : 271
▻ Date d'inscription : 15/01/2017

MessageSujet: Re: Harris Dunbroch - je suis du pain de mie ! :arg:   Dim 14 Mai - 22:48

Congratulations
Que la couleur soit !
Et voilà tous tes efforts ont payé, tu fais à présent partie de notre petite communauté, il y a plusieurs choses qui pourraient t'être utiles afin de devenir le padawan parfait. Tout d'abord tu peux aller ouvrir une fiche de liens afin de connaitre tes camarades ou au contraire tes ennemies du monde. Pour regrouper tes petites aventure tu pourras créer ta fiche de sujets
Si tu as besoin d'une maison ou de toute autre lieu, tu peux très bien en faire la demande par ici.

Voila, maintenant tu connais les clés d'un bon démarrage pour les jeunes padawans. Bon jeu à toi !

Revenir en haut Aller en bas
http://storybook-chronicles.forumactif.com

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Harris Dunbroch - je suis du pain de mie ! :arg:   

Revenir en haut Aller en bas
 
Harris Dunbroch - je suis du pain de mie ! :arg:
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Noob, je suis un noooob!
» ATTENTION K-PLIM JE SUIS CONTRE TOUT RECYCLAGE DE RENE CIVIL...JWET SE JWET ...
» Je suis folle. Et toi?
» Je suis démocrate !
» une recette bonne et pas chere...le pain de viande

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAPPY ENDINGS CHRONICLES :: Dévorer les chapitres :: Chapitre 1: se présenter :: Présentations validées-
Sauter vers: