AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 {FB} L’exception à la règle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Calypso

▻ Messages : 58
▻ Date d'inscription : 07/03/2017
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: {FB} L’exception à la règle.    Jeu 16 Mar - 23:30

L’exception à la règle.
Killian Jones & Calypso
After the gates of prophecies A million light years away from me Straight for the eye of destiny Reaching the point of tears. ▬ WOODKID

L’océan ton premier amour et le seul qui ne t’est pas encore trahis, tu ne peux pas te passer de cette beauté silencieuse. Les vagues chantent à tes oreilles, les couleurs t’éblouissent, et l’odeur saline t’enivre. Comme à chaque fois que tu veux t’apaiser et te ressourcer tu plonges dans son infinie beauté pour nager avec ceux qui ne te jugent pas et qui te respecte pour ce que tu es. Voltiger, plonger, se laisser guider. Tu revis et tu souris enfin pleinement, ta vie se trouve avec elle, et personne ne pourra vous séparer. Loin des côtes et de la foule humaine tu regardes les navires qui s’approchent. Commerçant, garde royale, pirate. D’ailleurs en te concentrant tu te rappelle une fois encore Jones est sa trahison. Sans vouloir te contrôler tu laisses l’océan te submerger et créer une vague assez importante pour bousculer ce navire arborant le blason de piraterie. Tu as une vraie dent contre cette classe de mortels qui se jugent capable de flouer les autres sans aucun remords. Encore un de ce peuple noirci par le pouvoir. Amusée tu remontes laissant simplement ton visage hors de l’eau. Jouant avec les éléments tu souffles sur l’eau pour dévier le navire avec la force des vagues. Même à cette distance tu entends les hommes sur le navire râler comme des putois.

Replongeant tu nages jusqu’au rivage pour reprendre ta route, la côte, tu la suis comme ton ombre. C’est comme cela que tu arpentes beaucoup les ports de ce monde. Tu y vois de tout à chaque fois, et différent celons le territoire que tu traverses. Rhabillée convenablement de ta magnifique robe rouge carmin tu remets ta cape pour dissimuler ton visage angélique et part vers le dis port pour trouver une auberge ou passer la nuit et manger à ta faim. Au large tu revois passer les navires que tu as croisés il y a peu, ainsi que celui de la piraterie. Ne voulant pas faire d’esclandre tu passes ton chemin, tu n’es pas dans ton avantage pour causer du tort à des innocents, certes tu catégorises beaucoup trop les mortels. Mais tu as appris à quelques rares moments que les exceptions existent bel et bien. Arrivée dans le centre même de la ville, elle est animée d’une grande diversité. Comme toutes les villes côtières en fait, grâce à ses ports ou transite les commerces et les voyageurs les villes ont cette particularité d’êtres impressionnants et intrigantes. Non pas que cela te déplaise, tu es de nature extrêmement curieuse. Toutes ses nouveautés ton toujours fascinés. Des pêcheurs viennent d’amarrer leurs navires, suivit d’un bâtiment magnifique dans son ensemble. Les Hommes sont de fabuleux artisans, ça tu ne peux pas leur retirer. Malheureusement ton sourire s’envole quand tu vois suivit de près le vaisseau pirate que tu as bousculé il y a peu.

Rentrant dans la ville même, tu recherches une taverne pas trop chère, n’étant plus couverte par ton rang d’Océanide, tu as appris à gérer le peu d’argent que tu as accumulé durant tes voyages. Évidemment comme toujours, ceux qui offrent les repas et les chambres les moins chères, sont souvent ceux qui sont les plus miteux ou mal fréquenté. Malheureusement si tu en avais les moyens tu irais ailleurs. Au moins tu as tes pouvoirs pour toi, et te défendre. Mais plus tu es discrète mieux c’est. Arrivée là ou tu le souhaites, tu t’installes là ou tu seras le plus tranquille possible loin de la foule dans un endroit reculé et assez caché des autres. Tu commences à manger alors qu’une foule d’énergumènes rentre en trombe dans l’établissement. Soupirant tu les laisses faire leur spectacle mais au bout de quelques minutes une voix résonne dans tes oreilles. Tu l’as déjà entendu auparavant. Levant tes yeux perçants, tu cherches du regard cette voix masculine qui devient de plus en plus audible. Tu n’arrives pas à te souvenir vraiment mais tu te figes en mettant un visage sur cette voix. Ce pirate….C’était lui l’exception à la règle. Tu n’aurais jamais pensé le revoir dans de telles circonstances, en fait tu ne pensais plus jamais le revoir après cette fameuse nuit. Celle ou lui seule à su voir ton vrai visage dans cette chasse aux sorcières qui s’était mise sur ta tête.

Tu t’en rappel comme si c’était hier, à cette époque tu étais Ursula, la sorcière des mers. Pour une raison qui t’échappe encore tu terrorisais les bas-fonds de l’océan. Tu n’étais pas des plus accueillante à cette époque sordide de ta vie, mais après tout vu ce que l’on a t’a fais tu n’allais pas non plus remercier le monde. Après que Poséidon t’es changé en cette affreuse chose mi-pieuvre mi-femme, tu t’es vengé sur les marins qui passer ton nouveau royaume, et surtout ceux ce pavanant avec un drapeau noir. Les rumeurs à dépassé les frontières et celui qui t’a flouée d’un amour versatile et imaginaire à déclarer chasser ta tête pour un butin inestimable. Ils furent nombreux à prendre la mer pour te couper la tête et lui amener, et malgré leurs échecs à répétitions la soif de l’or ne les a pas stoppés. Des vagues et des vagues d’hommes périssent dans les flots de ta colère, ils peuplent les fonds marins à présent. Sauf lui, l’exception à la règle. Son discourt et son entêtement face à ses compagnons t'as ouvert les yeux sur la condition humaine. Ce ne sont pas de simples moutons qui se suivent, ils ont leur propre libre arbitre et leur propre façon de penser. Tu as ce que tu pouvais pour ne pas l’envoyer dans les abîmes avec ses autres compagnons et le navire qui les ont amenés à toi, lui laissant une simple planche pour se rattacher à la vie tu lui à laisser le choix de repartir grâce aux houles que tu lui as données. Tu ne pouvais le ramener toi-même vu la chasse qu’il y avait sur toi.

Un frisson s’empare de toi, tu ne l’as toujours pas remercié pour ce jour, mais qui te dis qu’il ne c’est pas transformé comme tous ses pirates qui parcourent les mers. Vu sa popularité, et son sans-gêne il est loin du pirate que tu as rencontré, ou alors il sait très bien jouer la comédie. Tu veux en avoir le cœur net, il est l’un des seuls à t’avoir montré un autre visage des mortels de ce monde, alors pour tout l’or du monde tu espères sincèrement qu’il ne c’est pas changé… Tu ne le quittes presque pas des yeux, il n’a vieillit s’en est presque envoûtant. Après bien quelques heures à boire, chanter, crier et partager avec ses subordonnés. Car oui le nombre de fois où tu as entendu « capitaine » tu as vite compris qu’il était devenue chef de son propre navire. Quoi que….Il l’était peu être déjà à l’époque. Les camarades commencent à s’égrainer et partir de la taverne, il ne fallut pas plus longtemps pour celui que tu veux revoir parte aussi dans les rues inondées par la pleine lune. Te levant comme un ressort tu décides de le suivre pour avoir le cœur rassuré par ce qu’il est devenu. Ce n’est même pas pour lui que tu le fais mais pour toi, et garder un petit espoir en la race humaine. Le laissant avancer sa bouteille de rhum à la main tu essaies tant bien que mal à te faire discrète mais ce n’est pas ton fort.



© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Killian Jones

▻ Messages : 126
▻ Date d'inscription : 25/01/2017

MessageSujet: Re: {FB} L’exception à la règle.    Dim 19 Mar - 23:15

Lorsqu’une quinzaine de marins entre dans une taverne, le moins que l’on puisse dire, c’est que cela se remarque. D’autant plus lorsque le Capitaine, à savoir moi-même offre sa tournée pour oublier la sale journée écoulée.

Non content de ne pas avoir trouvé de proie digne de ce nom, nous avions essuyé les remous des eaux des sept mers, qui bien qu’exempts de tempêtes ou de vents violents, avait joué avec le Jolly Roger comme avec une coquille de noix. Nous faisant valser de tribord à bâbord, jouet de courants invisibles remontés des profondeurs.

Il avait été des plus difficiles de tenir la barre. Et pourtant j’avais rapidement repris les choses en mains, jouant de voix et de mon expérience pour tenir mon navire à flots. Mon équipage pestant de tout son saoul, ne comprenant pas plus que moi les caprices de la mer.

C’était un peu comme si  sous les flots se tenait une gigue de tous les créatures marines destinée à se jouer de notre bateau pour tester de sa flottabilité.

Autant dire que lorsque cela s’était calmé, nous avions tous souhaités retrouver la terre ferme et comment ne pas fêter cela lorsque le Capitaine offre sa tournée afin de remercier chacun d’avoir tenu son poste en évitant ainsi tout dégâts sur ce qui tient lieu pour nous de maison.

Alors, je les laisse profiter pleinement de la soirée, payant une, puis deux tournées, et les laissant ensuite chacun finir la soirée comme bon leur semble, impassible à la tranquillité des autres clients du lieu.

En qualité d’habitués, nous avons nos marques ici. Et donc des passes droits.
Quelques bouteilles de bon rhum, dont certaines que nous avions livrés nous même au grès de nos affaires avec le patron. Une nourriture un peu améliorée pour ce type d’établissement et si pour le moment je n’ai pas encore faim, je les laisse eux s'amuser pleinement, se remplir la panse et savourer tout ce qui peut leur être offert.

Même si tout se passe bien, plusieurs fois je ressens comme un picotement désagréable au niveau de ma nuque. Manifestation habituellement m’informant d’une anormalité. Appelons cela l’intuition. Et la plupart du temps elle a raison.

Discrètement, je m’accoude au bar avec mon verre, je profite de la présence de mes hommes pour, tout en jouant et riant avec eux, observer l’ensemble de la pièce. Mais rien n’attire particulièrement mon attention. Compte tenu de toutes les anomalies de la journée, je reste sur mes gardes et ne me lâche pas complètement sur l’alcool, trempant mes lèvres plus souvent que je ne bois.

La soirée s’écoulant, certains quittent les lieux, qui pour aller continuer la nuit avec de jolies femmes, d’autres pour aller relayer les marins demeurés en poste sur le Jolly Rogers, d’autres encore pour tester d’autres qualités de Rhum ou de vins divers.

Ne parvenant pas à me départir de ce désagréable sentiment de danger, je prends la bouteille de Rhum spécial mise à mon attention sur le bar, paie mon écot, puis quitte les lieux, l’air passablement éméché. J’accentue un peu mon pas chaloupé, faisant mine de boire encore régulièrement au goulot alors qu’en vérité je ne le caresse que de mes lèvres sans absorber le délicieux breuvage.

Je suis suivi. Je le sais.
Je m’engage dans des ruelles peu fréquentées. Ayant bien l’intention de demander des explications à celui qui me suit.

A la faveur d’un carrefour peu éclairé, je tourne rapidement et me cache dans un recoin, bouteille rebouchée en un clin d’œil et glissée dans ma ceinture et dès que la silhouette passe à ma portée, je la plaque sans ménagement contre le mur de pierres froides et applique mon crochet sur sa gorge avant de la relâcher aussi vite.
 
« Vous ! »
 
Ses yeux là, je les aurai reconnus entre milles.
 
« Ce n’est pas prudent de suivre ainsi un pirate qui pourrait vous égorger  aussi vite fait, aussi vite dit. »
 
Je lui offre maintenant un sourire amical et sortant ma bouteille de ma ceinture, j’en débouche le bouchon de mes dents avant de la lui tendre.
Il est vrai qu’elle ne m’a jamais vu avec ce crochet.

A l’époque, je m’étais infiltré parmi une équipe de pirates incognito et j’avais une main de bois.
J’étais à la recherche d’un talisman qui m’avait-on dit serait à même d’ôter les pouvoirs du Crocodile et qui rééquilibrerait ainsi nos forces pour que je puisse lui faire payer l’assassinat de Milah.
Il était détenu par le Capitaine du Black Hawk qui lui-même était en quête, comme la majorité des brigands de mer à la recherche de la tête d’Ursula. 
Personnellement, elle était bien loin de mes objectifs. Grimé, je m’étais teint les cheveux et j’avais une longue barbe qui m’avait permis de me glisser dans son équipage à l'époque. Me reconnaîtrait-elle ?
J’avais vécu parmi eux et il avait été l’un des plus près à réussir à attraper l’Océanide.

Sur une île, il l’avait acculée et alors qu’au cours d’une battue nous ratissions le terrain, je m’étais trouvé face à elle. J’avais lu une telle détresse dans son regard que je n’avais pu lui résister et dans le bras de mer  qui s’infiltrait dans les terres, je l’avais cachée dans le creux d’un rocher, le temps que mes compagnons temporaires passent.

Après ces recherches vaines, nous étions remontés à bord, le capitaine pestant ses grands dieux. Dans la soirée nous avions essuyés une violente tempête qui avait fracassé le navire  sur les rochers de cette même îles. Alors que nous sombrions dans les eaux noires j’avais réussi à me rapprocher du maître de ce qu’il restait du Black Hawk. Il était déjà mort, terrassé par le grand mât qui lui était tombé dessus et lui avait cassé la colonne vertébrale. Arrachant l’amulette tant convoitée au moment où le navire sombrait, je m’étais accroché à une planche et les dieux étaient-ils avec moi, j’eu l’impression que les courants me poussaient jusqu’à l’île.

Je n’eus ensuite qu’à attendre le lendemain car mon navire nous suivait sur mes instructions d’assez loin pour ne pas être repérés mais d’assez près pour venir me récupérer si nécessaire.
L’amulette n’avait aucun pouvoir, selon un sorcier que j’avais rencontré, mais je l’ai conservé dans ma cabine au cas où…

Et la voici.
La bouteille rebouchée, je la replace dans ma ceinture et lui offre mon bras.
 
« Si nous allions dans une taverne pour manger quelque chose ? Je vous invite bien sûr. »

Il y a ainsi des personnes avec qui l’on se sent immédiatement à l’aise et avec elle c’est le cas. Mon intuition m’avait juste prévenue que j’étais suivi et observé.
 
« Je ne me suis pas présenté. Killian. Ou Capitaine Crochet. »
 
Je ne sais si elle a entendu parler de moi.
Habituellement je donne aussi mon nom de famille. Pourquoi ne l’ai-je pas fait à cette occasion-là ?

Peut-être pour qu’elle porte plus attention à la justification de mon surnom se rapportant à ce qui remplace la main de bois qu’elle peut maintenant voir.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Calypso

▻ Messages : 58
▻ Date d'inscription : 07/03/2017
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: {FB} L’exception à la règle.    Ven 24 Mar - 18:13

L’exception à la règle.
Killian Jones & Calypso
After the gates of prophecies A million light years away from me Straight for the eye of destiny Reaching the point of tears. ▬ WOODKID

Ta filature est un échec total au premier coin de rue celui que tu suis depuis la taverne. En moins de deux secondes, tu te retrouves plaquée comme poupée de chiffon un crochet glacé contre ta joue. Les yeux exorbités tu ne comprends pas comment cette chose à atterrit sur lui. Tu ne peux pas décrocher tes deux saphirs de ce crochet brillant. Mais sans t’en rendre compte que l’homme te reconnais. Alors qu’à l’époque tu n’avais pas du tout ce physique. Interloquée tu ne sais pas trop quoi dire, il te détache de sa poigne et t’indique que tu as de la chance d’être tombée sur lui. En même temps tu ne vas pas suivre tout le monde de la sorte. Encore étonnée qu’il t'ai reconnu tu ne peux t’empêcher de lui demander « Vous m’avez reconnu dans cette forme… ? » Puis sans vouloir le vexer tu lui montres son crochet sans savoir exprimer un quelconque argument. En effet, tu trouves cela triste pour lui, même si tu ne sais pas comment cela s'est passé. Rapidement il range sa bouteille et t’offre de l’accompagner en prenant son bras. Hésitante quelques secondes tu revois dans son regard la gentillesse dont il avait fait preuve à l’époque. Tentant le diable pour certain tu te laisses emporter avec l’espoir qu’il soit comme avant. Du moins pour le moment il n’a pas fait de faux pas pour te rendre réticente.

Accrochant son bras avec un sourire soulagé, tu le suis en mettant bien ta capuche. « C’est….Gentil de votre part … » Levant tes yeux turquoise vers lui il se présente, il est donc bien capitaine, Killian ou alors crochet. En rapport à son accessoire surement. C’est original en effet clignant des yeux tu inspires et décides de faire de même, pour repartir sur de vraies bases. « Et bien Capitaine… Je ne me nomme pas Ursula comme vous m’avait connue, mon vrai prénom est Calypso. Mais ça, c’est une longue histoire » marchant à ses côtés vous arrivez rapidement vers une petite auberge loin de la façade que représentait celui ou vous vous êtes retrouvés après toutes ses années. Plus légère et moins lugubre tu es rassurée d’entrer ici. Mais ce n’est pas pour autant que tu te sépares de cette capuche qui cache ton visage au teint de porcelaine. Le laissant guider tu ne t'échappes pas d’un centimètre, comme une gosse qui retrouve des gens qu’elle connaît pour se rassurer. Et il faut dire qu’en termes d’assurance et de sécurité, ce capitaine Crochet en inspire grandement de sa personnalité. Ou alors tu te berces d’illusion pour avoir quelqu’un a qui te raccrocher dans ce monde. Allant t’installer en face de lui tu n’oses pas commencer à l’inonder de questions. Après tout il s’est passé tellement de choses depuis votre toute première rencontre.

Le laissant s’installer tu ne peux reporter ton regard que sur ce crochet qui lui sert de main « comment t’es tu fais cela…. Ce n’est pas à cause de cette chasse aux sorcières j’espère….Si c’est le cas je m’en voudrais sincèrement…… » Te pinçant les lèvres tu te demandes justement ce qu’il s’est passé après que tu l’es renvoyé sur les terres les plus proches sur son radeau de fortune. Laissant le temps de quelques minutes tu entames la discussion. Car une chose ta surprise, le fait que lui n’est pas été aussi étonné que toi de te voir dans cette ville, dans ce monde. « Dites-moi…Cela ne vous a pas plus étonné que cela de me retrouver dans ce port ? » Détournant le regard tu as peur de devenir trop curieuse, il faut dire que tu es assez curieuse pour poser les questions mais pas assez courageuse pour en assumer les conséquences. « Je suis désolé je suis curieuse, mais moi j’ai été tellement surprise de vous revoir après tout ce temps. » À ce moment-là, un jeune serveur, approche pour savoir ce que vous désirez pour votre soirée. Comme d’habitude tu baisses la tête et te caches derrière ta capuche bleue marine, ce qui n’est pas sens être suspect pour certaines personnes. Toi tu ne cherches qu’à te cacher et éviter de retomber dans les mêmes erreurs que le passer et ne pas te faire avoir par l’avidité et la perversion de certains hommes détruit par le malheur.



© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Killian Jones

▻ Messages : 126
▻ Date d'inscription : 25/01/2017

MessageSujet: Re: {FB} L’exception à la règle.    Ven 31 Mar - 10:58

Une apparence différente, mais les mêmes yeux.
La même détresse, la même innocence.
 
Je pose une ma main sur la sienne posée sur mon bras et me dirige vers l’auberge où j’ai fait retenir une chambre.
 
« Je n’oublierai jamais votre regard. »
 
Cela n’avait duré qu’un instant, mais ça m’avait suffisamment touché pour que je risque de faire échouer ma mission à l’époque pour lui sauver la vie.
 
« Je ne sais si vous êtes une métamorphe. Changez-vous de corps régulièrement ? Je me suis toujours demandé ce que vous étiez devenue, mais n’ayant pas entendu parler de votre capture, j’avais espoir que vous vous en soyez sortie. »
 
C’est la vérité.
 
L’ambiance au niveau de cet établissement est bien plus calme, choisissant une table à l’écart éclairé d’une petite bougie, je m’installe dos au mur pour protéger mes arrières et visualiser les entrées et venues dans le lieu.
 
Calypso, un joli nom aussi mystérieux que son regard.
Avec un sourire, je lui dis.
 
« Nous avons toute la soirée. Voire plus encore. »
 
Je n’essaye pas de la séduire, même si cela peut passer pour une tentative. Je cherche juste à la mettre en confiance et à profiter de sa présence.
 
Son regard s’attardant sur mon crochet, je me sens obligé de la rassurer.
 
« Non. Ce crochet est un souvenir d’une mésaventure que je compte bien un jour régulariser. »

Haussant les épaules, je lui avoue la vérité.
 
« Lorsque nous nous sommes rencontrés la première fois, je l’avais remplacé par une main de bois pour ne pas attirer l’attention et je m’étais fait passer pour un simple matelot afin d’approcher le capitaine du Black Hawk. S’ils avaient vu mon crochet, j’aurai de suite été démasqué et probablement tué. »
 
Les enjeux étaient importants. Le  talisman pour m’aider dans ma quête. Même si pour le moment il s’est avéré inutile. Mais je ne désespère pas. Je suis persévérant.
 
« Donc non, vous n’êtes en rien responsable de mon crochet. »
 
Je m’y suis désormais habitué. Il fait partie de moi. Je me suis fait à l’absence de ma main qui ne me gêne désormais plus.
 
Assis à cette table de bois brut, je me renfonce dans le siège en l’observant. Elle a la même grâce qu’autrefois.
Sa question tombe à point nommé.
 
« Je m’interrogeais justement à ce sujet. Que faites-vous ici et comment changez-vous d’apparence ? S’il n’y avait eu vos yeux, je ne vous aurai pas reconnue. »
 
Je suis étonné qu’elle m’ait gardé une place dans sa mémoire. D'autant qu'à l'époque je m'étais grimé et teint cheveux et barbe.
 
Ayant noté qu’elle a hésité entre tutoiement et vouvoiement, j’essaie de lui faciliter la tâche.
 
« Si tu veux, nous pouvons nous tutoyer. »
 
Nous ne nous connaissons pas vraiment et pourtant je me sens à l’aise avec elle.
Le serveur interrompt momentanément notre conversation.
Avec un sourire pour elle, je commande.
 
« Un poulet rôti et votre meilleur vin, du pain, du fromage et des fruits. »
 
Je la vois se dissimuler sous sa cape. Cherche-t-elle à se cacher de quelqu’un ?
 
« Vois-tu autre chose ? »
 
Je la laisse libre de commander ou pas tout mets qui lui ferai plaisir.
Lui ayant dit que je l’invite, j’espère qu’elle ne se privera pas ce qui pourrait lui faire envie.
 
Le serveur parti avec la commande revient rapidement avec le vin et deux godets ainsi qu’une coupelle de fruits frais et secs.
 
De nouveaux seuls, je lui demande en remplissant les verres, un air grave s’étant peint sur mon visage.
 
« Tu sembles craindre quelque chose ou quelqu’un. Puis-je t’aider ? »
 
Je n’avais pas prévu de venir en aide à une demoiselle en détresse mais je dois reconnaître qu'elle a en elle quelque chose qui me touche.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Calypso

▻ Messages : 58
▻ Date d'inscription : 07/03/2017
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: {FB} L’exception à la règle.    Sam 6 Mai - 10:48

L’exception à la règle.
Killian Jones & Calypso
After the gates of prophecies A million light years away from me Straight for the eye of destiny Reaching the point of tears. ▬ WOODKID

C’est ton regard qui l’a marqué, comme quoi les plus petits détails marquent les gens. Durant le chemin tu en apprends beaucoup pour sur son passé, son crochet qu’il t’assure avoir perdu contre une vielle ennemie. Et donc n’est pas de ton tort. Ce qui te rassure mais te fait grincer les dents en imaginant la douleur qu’il a dû sentir lors de cet acte barbare. Arrivé à l’auberge, il te guide vers une table et vous installant il commande un poulet, un bon poulet bien cuisiné. Cela te changera des ragoûts infâmes et pas chers que l’on te servait dans ses établissements miteux. Malgré ce que tu penses il est très observateur et ton essai de cacher ton visage lui soulève une certaine curiosité. « Ce n’est rien…. On va dire que depuis que je parcours vos terres de mortels il m’est arrivé d’avoir de mauvaises rencontres en rapport à mon physique, c’est ….Très dégradant et maintenant je préfère rester discrète. .. » Inspirant, vous recevez les gobelets de vin et un pichet le serveur vous réconfortant en vous disant que le poulet est en train de cuire au feu de bois. Un Leger sourire s’installe sur tes lèvres en sentant un délicieux fumé que tu n’avais pas ressentit depuis longtemps. Même les plus simples odeurs peuvent donner une pointe de soulagement dans les moments les plus bas.

Rassurée et plus à l’aise tu reportes ton regards perçant sur lui « pour répondre à vo…Ta question, je ne suis pas une métamorphose. L’apparence que tu as vue lors de notre première rencontre n’était que le résultat d’une malédiction de Poséïdon… » Serrant les poings rien que prononcer son prénom te fait monter une lave de rancœur et de haine « il a jugé bon de me punir pour des actes que j’ai osé faire sur ses si précieux Hommes des 7 mers. Mais le fait qu'eux ont osés me blesser ne l'a nullement contrarié par contre. Et je ne supporte pas cette injustice. » Baissant la tête tu ne pouvais plus t’arrêter de lui expliquer ton passé, comme si cela te permettait de soulager la soupape trop tendue de tout ce que tu as encaissé depuis tout ce temps. « Celui qui t’avait engagé pour ma chasse et le dernier à m’avoir floué, il s’est joué de mes sentiments pour avoir tout ce qu’il désirait, la gloire, la richesse, le titre qu’il désirait tant de roi des mers. Mais il ne s’était pas attendu a ce que je me venge en lui affligent une malédiction…. Et Bien sure ce fut la goûte d’eau pour Poséïdon…. Il m’infligea le même genre de malédiction et me bannit de ma propre île de mon océan, de mon rôle…. »

Le ton de ton discours sonne comme une triste histoire mal vécue, enchainant pour qu’il comprenne enfin ta présence dans ces terres « J’ai dû utilisé une sirène pour m’en sortir, je n’en suis pas fière mais je ne pouvais pas rester aux fonds des mers dans cette apparence, grâce au trident de son père j’ai retrouvé ma vraie forme et c’est ainsi que j’ai vue que ma sœur avait repris ma place sur mon île et c’est accaparé mon rôle d’Océanide. Malgré tout cela j’ai quand même gardé mes pouvoirs et mes connaissances en magie s'est développé bien plus que je ne le pensais. Je gagne au change pour pouvoir faire tomber Poséïdon » la fin de ta phrase na aucune once de regret sur les actes que tu comptes perpétrer, ta vie sous l’eau dans le corps d’Ursula ta appris une chose. On est jamais mieux servie que par soit même, et la gentillesse n’est pas une arme des plus décisive dans ce monde. Tu n’es pas la méchante la plus créature, mais tu as un but, que cette foutu roue du destin tourne en ta faveur pour une fois.

Le fameux poulet fait enfin son apparition et est posé sur la table, dorée, juteux et délicieusement alléchant. Malgré cette stature que tu essaies de garder d’Océanide tes yeux brillants devant se met qui semble succulent. Comme une enfant devant une sucrerie tu n’oses pas l’entamer avant lui pour ne pas donner de mauvaises impressions. Venant sentir doucement le gobelet de vin il émane une odeur sympathique mais rien encore n’a surpassé le vin divin que l’on te servait sur ton île. Une gastronomie de roi était monnaie courante là-bas. Le laissant commencer tu penches la tête une question de pure curiosité vient de percuter ton esprit « comment es-tu devenue pirate ? Est-ce que dans votre monde ont né d’une certaine catégorie et on le reste ? »



© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Killian Jones

▻ Messages : 126
▻ Date d'inscription : 25/01/2017

MessageSujet: Re: {FB} L’exception à la règle.    Dim 21 Mai - 9:05

Il n’est pas étonnant qu’avec un visage et un corps tel que le sien, les soudards se jettent sur elle comme la faim sur le monde. Son innocence joue contre elle.

« Je suis désolé que tu ais connu de telles mésaventures. »

La suite de son récit, même s’il ne concerne plus les humains sauf un, celui qui commandait le navire où j’ai temporairement servi comme matelot pour obtenir ce que je cherchais, n’en est pas moins sombre. Elle a dû passer par de terribles épreuves, et par empathie, je pose ma main sur la sienne, une main fraternelle

Avec un sourire amical, je délaisse sa main pour remonter de mon index son menton vers moi.

« Tu n’as pas à rougir. Nous avons tous fait du mal à un moment ou à un autre à quelqu’un. Ce ne sont pas les regrets qui répareront quoi que ce soit. Parfois il faut faire ce qu’il y a à faire quelles qu’en soient les conséquences. »

Je ne  le sais que trop. J’ai fait  du mal, j’ai tué et je recommencerai s’il le faut.

« La vie est ainsi. Il faut se battre chaque jour pour avancer, pour continuer. En restant fidèle à nos propres valeurs. »

Cette fois, mes paroles ne sont pas destinées à elle. Elles ne sont que le reflet de mes souvenirs, de mes erreurs, de mes blessures qui remontent du coffre de ma mémoire que je pensai pourtant avoir solidement cadenassé.

Prenant mon verre plein, je le lève vers elle.

«  A nos retrouvailles, et à un avenir agréable. »

Je bois une gorgée, le poulet apporté devant nous fait l’objet  de coups d’œil affamés de sa part, je ne comprends pas pourquoi elle ne se sert pas.
D’un ton enjoué je lance.

« Tu ne vas quand même pas laisser refroidir ce met de choix ? »

Et de mon crochet je sépare une cuisse de la carcasse pour la lui tendre avant de me raviser.

« Peut-être souhaites-tu te servir toi-même ? »

Elle a devant elle un couteau et une assiette. Les femmes peuvent parfois avoir de manies d’hygiène qui me dépassent comme n’utiliser qu’un certain couteau pour la cuisine ou tout laver avant. J’observe son comportement pour commander un autre poulet si je le vois faire la grimace.

« A l’attaque moussaillon ! »

Enjoué, je plaisante en essayant de la détendre, puis je  mange, moi aussi, un beau morceau de poulet. Ce soir avec l’équipage nous avons beaucoup bu mais peu manger et le fumet délicieux de la volaille réveille ma faim que j’avais ignoré jusque-là.

Ayant calmé un peu mon estomac, je réponds à sa question en souriant.

« Non. Hormis les rois et les reines qui se transmettent le pouvoir, et encore ce n’est pas une généralité, personne n’est obligé de faire le métier de son père. Bien que l’éducation influence notre vie. »

Mon père était un fuyard, un lâche, moi j’attaque de front.
Me sentant en confiance, du fait de sa présence ou peut-être de tout l’alcool ingurgité, je lui révèle une partie de ma vie, mais après tout n’a-t-elle pas fait de même tout à l’heure en parlant d’elle ?

«  Nous étions, mon frère et moi au service d’un roi, qui nous a floué, menti, pour que nous ramenions une arme mortelle du pays imaginaire. Mon frère en est mort. J’ai décidé de ne plus jamais obéir et d’être mon seul maître à bord. »

Maître de mon destin. Maître de ma vie.  
Je me suis fait tout seul et si Liam pouvait me voir, je suis sûr qu’il serait fier de moi.

Reprenant du poulet, du vin et du pain, je mange un peu avant de lui demander.

« Alors, tu trouves ça bon ?  Qu’est-ce qu’une Océanide mange habituellement ? »

Je suis curieux de nature et la question m’est venue ainsi, comme un cheveu sur la soupe.

« Et quels sont tes projets ? Te venger de  Poséidon ? »

Je me suis penché vers elle pour ne pas être entendu des autres tables, bien qu’à cette heure, la majorité des clients de l’auberge ont soit regagnés leur chambre, soit sont affalés sur leurs chaises ou près de leurs assiettes, leurs mains toujours serrées sur leurs gobelets de vin. Mais on ne sait jamais.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Calypso

▻ Messages : 58
▻ Date d'inscription : 07/03/2017
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: {FB} L’exception à la règle.    Sam 3 Juin - 22:42

L’exception à la règle.
Killian Jones & Calypso
After the gates of prophecies A million light years away from me Straight for the eye of destiny Reaching the point of tears. ▬ WOODKID

Rassurant envers toi, voilà ce que tu ressens aux côtés de cet homme. Il ne juge pas tes paroles au contraire il les comprend comme l’ayant lui-même vécut par le passé. Un soulagement te remplie. Face au verre levé devant toi tu t’exécutes et fais de même pour trinquer. Un sourire franc s’éclaire sur ton visage pour la première fois. « À cette rencontre qui me redonne confiance envers les mortels » buvant une gorgée tu plisses un peu les yeux toujours pas habitués à ce vin. N’ayant pas eu l’initiative de commencer le repas cela a titiller le capitaine, qui ne manque pas de te le faire remarquer. Le regardant avec deux grosses billes bleues turquoise tu te pinces les lèvres avant de tendre la main face à son enthousiasme pour manger et te saisir d’un morceau d’ailes à même les doigts. Minoré, encore pas à l’aise avec ce genre de manière tu reposes la viande dans ton assiette avant de vivement t’essuyer la main et prendre tes couverts pour commencer à manger. Pendant la première bouchée, le jeune homme se met à son tour à se confier sur son passé. Une atmosphère chaleureuse s'est installée entre vous, ce qui te rend plus détendu et plus conviviale envers lui. Allant même jusqu’à baisser ta capuche pour plus de respect envers lui et le repas qu’il t’offre. Tu apprends que lui non plus n’a pas eu un passé glorieux, de par la trahison de son père et la mort de son frère. Ce qui la dirigé vers la piraterie si tu as bien compris. Une chose que tu envies à ce monde, c’est que l’on peut choisir ce que l’on veut devenir. Et ne pas être obligé de suivre une destinée tout tracée.

Un pincement au cœur te soulève un peu. Tout le monde à ses bêtes noires dans la vie. Posant tes yeux sur cette viande il te pose justement si le mets que tu manges est appréciable. Souriante, tu hoches la tête. « Oui, c’est meilleur que les ragoûts servis dans ces tavernes ragoutantes. Merci encore pour ton invitation… Ça me réchauffe le cœur » amusé par sa seconde question tu toussotes « et bien dans le passé mes repas étaient fournis de poulet, de poissons, de viandes diverses, des légumes de saison, des plateaux de fruits renversant. Des desserts plus succulents les uns que les autres. Du vin fraichement récoltés de nos vignes, des sauces raffinée et gouteuse…. » Tu te stoppes subitement en comprenant que tu n’aurais plus droit à ce genre de repas hédoniste. « Je…Enfin …Voilà » inspirant grandement tu reprends une autre bouchée de ce poulet plutôt bien cuisiné pour de la cuisine local. « Est-ce qu’un capitaine mange toujours dans les meilleures auberges ou alors traine avec ses …. Les hommes avec qui tu étais sont tes amis ou tes domestiques d’ailleurs ? » C’est vrai qu’ici les relations humaines son différentes. Il est capitaine donc supplante les autres hommes non ?  

Surprise par son rapprochement tu le regardes un peu figée. Mais ta question passe un peu inaperçu face à la sienne, il pose la question qui fâche, enfin pas dans le sens mauvais du terme. « Mes projets…. » C’est vrai que c’est bien beau de vouloir la fin d’un homme mais encore faut-il avoir une ligne de conduite. «À vrai dire, je ne me suis pas posé la question sérieusement. Tout ce que je sais c’est que je veux endurcir mes pouvoirs en trouvant une personne dont j’ai grandement entendu parler depuis quelque temps. Elle instaure une vraie terreur autour d’elle. Elle sera surement capable de m’apprendre plein de chose pour la suite de ma vengeance. » Baissant la tête tu comprends que cela va être long pour arriver à ton but. « Cela doit te paraitre grotesque de partir à l’aventure d’une vengeance avec comme seul socle stable de trouver une personne capable de m’aider » redressant une mèche de cheveux noir tu abandonne presque ton plat. « Pour tout te dire, je pars à l’aveuglette dans cette histoire. Tout ce que je sais c’est que je ne trouverais pas le repos tant que Poséidon ne ressentira pas la même souffrance qu’il m'a infligée. Je suis parti sans réfléchir, je n’avais pas le choix, je n’avais plus rien….. » Tortillant ta cape du bout des doigts tu fais une analyse de toi-même dans ton esprit « je me rends compte que c’est pathétique ce que j’essaie de faire maintenant »



© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Killian Jones

▻ Messages : 126
▻ Date d'inscription : 25/01/2017

MessageSujet: Re: {FB} L’exception à la règle.    Sam 10 Juin - 13:48

Lorsqu’elle fait mention que cela lui redonne confiance envers les mortels, je ne peux m’empêcher de la mettre en garde encore une fois.

« Pas trop quand même. Tous les mortels ne te voudront pas du bien. Il est avisé de rester sur ses gardes. »

C’est ce qui m’a sauvé la peau de nombreuses fois. Ne pas faire confiance. Toujours rester en alerte à l’écoute de cette petite voix au fond de soi qui se nomme l’intuition.

Je la vois hésiter encore à manger  et prendre ses couverts. Elle semble incapable de se laisser aller. N’ayant pas envie de la forcer à faire quoi que ce soit, je continue à manger avec mes doigts sans souligner qu’elle est libre d’en faire autant.
Quoi qu’il en soit, au niveau goût cela semble lui plaire et oui, je ne doute pas que cela soit bien mieux que les soupes et ragoût d’autres tavernes et auberges. Celle-ci a mon choix car je connais le patron et je sais que ses cuisines et ses chambres sont  propres et que la nourriture est bonne.

Sincèrement, je réponds à ses remerciements.

« Avec plaisir. »

Je n’aime pas dire de rien. Cela me donne l’impression de minimiser l’acte accompli. Comme si cela n’avait pas d’importance. Comme si cela n’était rien.
Chaque action que je fais est importante. J’essaie toujours d’être en accord avec moi-même et si je dois déroger à cette règle c’est toujours pour une bonne raison.

« Je suis content de partager ce repas avec toi. Fais-toi plaisir. Profites. »


Il est important qu’elle se fasse du bien.
La vie est courte. Quoi qu’une Océanide est peut être immortelle ?
Je n’en sais pas tellement sur elle en fait.

A l’énoncé des mets qu’elle mangeait et à voir ses yeux briller, j’imagine les regrets et la tristesse qui doit émailler son quotidien.
Je profite de ses questions pour changer rapidement de sujet.

« Non. Un Capitaine va où sa bourse le lui permet, mais j’ai ici mes habitudes. Et les hommes que tu as vus avec moi sont mon équipage. Pas des domestiques. J’essaie d’être aussi juste que possible et nous répartissons les prises de manière équitable. »

Reprenant un peu de vin, en parcourant la salle du regard, je reprends l’air un peu absent.

« En fait ces hommes et ces femmes qui naviguent à bord de mon Navire sont ce qui peut le plus s’approcher de ce que l’on nomme ‘ami’ »


Même si je ne leur fais pas entièrement confiance.
Ayant été trahi trop souvent, je ne me permets plus ce luxe. Mes yeux se posent de nouveau sur elle.

«  C’est pourquoi il nous arrive de manger et boire ensemble, sur le Jolly Roger, dans une taverne, n’importe où, où l’on puisse mettre un tonneau de rhum en perce. »

A son tour, elle s’ouvre à moi au sujet de sa vengeance, puis semble très vite regretter ses paroles.
Je pose ma main sur la sienne et tente de la rassurer.

« Non. Cela n’a rien de pathétique. C’est même extrêmement courageux. »

Comment pourrais-je juger négativement son besoin de vengeance.

« Si tu es déterminée, tu y parviendras. »

De l’index, je remonte son menton pour qu’elle puisse lire dans mes yeux ma sincérité.

« Je poursuis moi-même une vengeance qui paraît irréalisable. Ce n’est peut-être pas un dieu que je cherche à tuer mais le Ténébreux. Il s’agit de la créature la plus maléfique que je connaisse. Dotée de pouvoirs inimaginables et d’une cruauté et d’un vice sans limite. »

Mon ton s’est durcit, ma mâchoire s’est contractée, la fureur opère sur tout mon corps une tension à la limite du raisonnable mais à chaque fois que je parle ou que je pense au crocodile, il en est ainsi.

« Je ne sais même pas où il se trouve, il me file entre les doigts comme une anguille. Alors de nous deux qui est le pathétique ? »

Je ne pense nullement l’être, mais elle non plus. Je veux juste lui en faire prendre conscience.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Calypso

▻ Messages : 58
▻ Date d'inscription : 07/03/2017
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: {FB} L’exception à la règle.    Mar 27 Juin - 11:36

L’exception à la règle.
Killian Jones & Calypso
After the gates of prophecies A million light years away from me Straight for the eye of destiny Reaching the point of tears. ▬ WOODKID

Malgré ton aveu de retrouver une certaine confiance envers les mortels il te donne un coup de grâce en te mettant en grade de ne pas tomber dans la naïveté de croire cela pour tous les mortels de ce monde. Il n’a pas tort d’un côté, mais maintenant tu es sur deux chaises, savoir faire la différence n’est pas encore dans tes cordes, alors autant se méfier de tout le monde du coup si on suit son point de vue. Tu laisses la faim t’emporter et mange comme jamais, celons ton point de vue, comme dix. Le vin passe aussi mais tu n’es pas allé jusqu’au débordement. Son remerciement te touche au plus profond, un vrai sourire plein de sincérité s’affiche sur tes lèvres rosées. « Je suis heureuse de te revoir aussi et de partager ce moment agréable en ta compagnie » un peu gênée tes joues se tintent de rouge et malheureusement sur ta peau de porcelaine cela se voit rapidement. Le repas se passe doucement, comme deux vieux amis qui se retrouvent après un long périple. « Non. Un Capitaine va où sa bourse le lui permet, mais j’ai ici mes habitudes. Et les hommes que tu as vus avec moi sont mon équipage. Pas des domestiques. J’essaie d’être aussi juste que possible et nous répartissons les prises de manière équitable. » L’écoutant attentivement tu es toujours curieuse de connaitre les rites et les coutumes de ce monde étrange. « Alors ces hommes se soumettent par eux même à ton autorité ? » Oui, car c’est assez étrange de devenir le sou fifre de quelqu’un, quoi qu’en y pensant, tes domestiques sont pour certains un « équipage » pour certains ils ont choisi de te servir. Alors si ça se trouve tu as enfin avait aussi un équipage !

Il t’explique pour terminer que ce sont ce qui se rapproche de ce qu’il appelle « ami » tu ne comprends pas encore le terme et le sens de ce mot, avoir un ami ? Qu’est-ce que c’est un ami ? À quoi cela sert ? Tu n’oses pas demander de peur de sembler encore plus ridicule que pour le coup des domestiques. Heureusement pour toi il passe à autre chose, enfin cela te concerne encore puisqu’il t’avoue ne pas trouver ton aventure pathétique. Ce qui te soulage un peu. En même temps tu ne sais pourquoi tu prends à cœur tout ce qu’il te dit. Comme si c’est paroles avait un véritable impact sur ta vie. Après tout il te la sauver, alors la moindre des choses c’est de donner du crédit et de l’intérêt à son expérience dans ce monde. Déterminé c’est peu dire, tu es prête à tout à ce moment T pour réussir ta vendetta. De toute façon tu n’as personne qui t’attend derrière, ni aucun foyer ou retourner. Alors autant terminée, ta vie avec une vengeance bien réussit.

Il vient à t’avouer que lui-même chasse une chimère, un monstre, un odieux personnage au vu de la ténacité de ses propos et le changement d’expression sur son visage. Tu restes muette surprise mais aussi fascinée de voir que vous avez plus de points communs que tu ne le pensais. Reposant ta cuillère tu le regardes dans les yeux « quelqu’un m'a dit il y a quelques minutes que c’est en rien pathétique de vouloir chasser ses démons » essayant de lui montrer que tu peux aussi être là pour lui tu souris un peu. Mais en le voyant tu comprends vite que c’est une vielle blessure qui ne se referme pas, en pointant son crochet tu fais vite le rapprochement « c’est lui qui t’a fait cela ? » Venant toucher du bout des doigts le métal froid de ce crochet. « En voyant tes yeux je comprends aussi que ce n’est pas seulement une histoire de main volée… Il a fait pire n’est-ce pas ? »

Tu ne veux pas le pousser à dire ce qu’il ne veut pas, il te l’expliquera s’il le souhaite, tu n’en dis pas plus et reprends une gorgée de vin en apposant un regard plein de chaleur et de bienveillance sur sa personne. Il t’a écouté, alors c’est la moindre des choses d’être à son écoute maintenant.



© Gasmask

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: {FB} L’exception à la règle.    

Revenir en haut Aller en bas
 
{FB} L’exception à la règle.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'exception à la règle [Laetonia Hosidia Livia]
» Énième recensement des armes d'exception.
» Règle sur la bataille navale.
» [Comté] Économie - Le prestige (Règle officielle)
» Règle vol forge world

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAPPY ENDINGS CHRONICLES :: Le monde des contes :: Les Terres du Centre :: Les Sept Mers-
Sauter vers: