AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 « J'aime quand tu me supplies, continue »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Tout vient à point à qui sait attendre
Tout vient à point à qui sait attendre
avatar
M. Adonis Pendragon

▻ Messages : 118
▻ Date d'inscription : 04/04/2017

MessageSujet: « J'aime quand tu me supplies, continue »   Mar 4 Avr - 20:54

Malefique " Adonis " Pendragon

Phrase d'accroche

▻ Conte d'origine : La légende du roi Arthur et la Belle au bois dormant 
▻ Nom du personnage de conte : Je suis née sous le nom de Morgana Pendragon, oui vous ne rêvez pas je suis bien la Morgana de la légende du roi Arthur, puis la plus cruelle des trahisons me poussa à fuir Camelot pour devenir Maléfique. 

▻ Lieu de naissance : Quelques part dans la forêt interdite
▻ Âge : Bientôt la quarantaine 
▻ Localisation actuelle : Storybrooke
▻ Occupation/métier : Reine des Ténèbres, mais sinon à Srorybrooke je suis anestésiste (hillarant n'est-ce pas ?)
▻ Orientation sexuelle : Hétérosexuelle enfin je pense.
▻ Statut matrimonial : Célibataire et pas prête à croire en ses conneries de véritable amour 
▻ Caractère : froide, solitaire, mauvaise, impartial, exigeante, rancunière,  impitoyable, combative, forte, curieuse, protectrice, féroce
▻ Groupe : Storybrookians.
▻ Feat. de l'avatar : Angelina Jolie mais aussi Camillia Luddington
Comment tu vis ?
À l'heure actuelle je vis très bien la situation. Je suis libre. Libre de vivre ma vie et libre de faire payer à Regina là disparition de Diablo et sa trahison. Dans cette ville je me suis fait connaître sous le nom d'Adonis mais je suis Malefique Pendragon la fille de Nyx.

▻ Que penses-tu de la situation de la contrée dans laquelle tu te trouves ? Cette contrée est insignifiante ! Je la déteste enfin non elle l'indiffère, mais pour l'instant je me cantonne à accepter la situation telle qu'elle est.

▻ En quoi la situation actuelle affecte-t-elle ton existence ? Sans cette malédiction de malheurs j'aurais été certainement moins bafouée cependant désormais j'ai droit à un second départ. Alors oui la situation m'affecte dans le sens que je me retrouve dans une ville qui ne m'attire pas mais j'en ferais pas une maladie. Je m'en accommode.

▻ As-tu choisi un camp ? Lequel et pourquoi ? En mon sens il n'y a qu'un seul camps valable et viable : le mien. Pourquoi ? Parce que c'est le seul qui ne m'a jamais trahi.

▻ Est-ce que tu sais utiliser la magie ? Mon dieu que cette question est stupide. Je suis Malefique ! Je suis la Fée Morgane ! ELa devrait suffit comme réponse mais si tu insiste alors en bref voilà ce dont je suis capable :

- Contrôler le feu - je le créé - je m'en nourrie
- Métamorphe - je suis capable de me transformer ou de transformer n'importe qui en ce dont j'ai envie. Personnellement j'adore me transformer en dragon.
- capacité de jeter des malédictions et c'est pas donné à tout le monde vous pensez que la malédiction de la maudite Aurore s'est créé toute seule ?
- Téléportation







Toi derrière l'écran.

▻ Pseudo :maat'
▻ Code du règlement : Pas besoin de ça pour moi   ▻ A quelle fréquence penses-tu mettre ton nez dans le livre de contes ? everyday
▻ Comment as-tu connu le forum? Qu'en penses-tu? Une idée pour l'améliorer ? aucune possibilité de ne pas l'aimer
▻ Souhaites-tu un parrain/une marraine ? non merci
Code:
<a class="imginfo"><a class="imginfo">[color=indianred]✘[/color] ANGELLINA JOLIE<span><table border="0" cellpadding="1" cellspacing="1" width="110"><tbody><tr><td align="center"><div class="titre3"> Maléfique Pendragon</div></td></tr></tbody></table></span></a>

_________________
Malefique Pendragon
Revenir en haut Aller en bas

Tout vient à point à qui sait attendre
Tout vient à point à qui sait attendre
avatar
M. Adonis Pendragon

▻ Messages : 118
▻ Date d'inscription : 04/04/2017

MessageSujet: Re: « J'aime quand tu me supplies, continue »   Mar 4 Avr - 20:54

I was Morgane Pendragon
L'amour est une chimère inventé par les hommes pour soumettre les femmes

L’origine de mon histoire est issue de l’amour charnel interdit entre Uther Pendragon et d’une déesse du nom de Nyx. Je ne dirais pas que mes parents se sont aimés, en mon sens leur histoire était uniquement dûe à des pulsions charnels, l’amour du risque et de l’interdit, rien de plus et d’ailleurs, je ne les ai jamais connu. Je fus abandonnée par ma mère le jour de ma naissance et bien entendu le roi Pendragon n’a jamais pris la peine de me reconnaitre. Dissimulée au regard des dieux ma mère me confia aux fées, c’est donc par ses dernières que je fus élevée dans le respect des plus parfaits de leur règle aussi agaçante soient elles. Cependant, bien que les fées soient réputées pour leur gradeur d’âme et leur remarquable adaptabilité je n’ai jamais réussi à me sentir à ma place avec ses dernières. En effet, contrairement à mes mères adoptives, je ne possédais pas une taille de lilliputienne, je n’étais pas capable de changer de taille comme bon me semblait.Je possédais la même taille qu’un humain lambda, des ailes magnifiques et des cornes imposantes.

Je pense que se sont mes différences qui m’ont poussé à connaitre mes origines, mes véritables origines et ceux malgré les nombreuses réprimandes de la fée nourricière, la fée qui avait tenté de m’élever comme sa propre fille avec sa sœur la fée de l’habitat.
Alors que j’entrais dans ma onzième année de vie, je tentais de remonter le fils de mon histoire sans prendre la moindre pause ou le moindre repos. Ce fut la fée nourricière qui se livra la première aux aveux en refusant catégoriquement de me dévoiler l’identité de ma mère. Me contant qu'elle m'avait retrouvé sur le bord d’un ruisseau flottant dans un panier d’osier à la surface emmitouflée dans un drap de soie noire. Mensonge ou vérité ? Je n’en saurais jamais rien. Malgré tout, la fée finissait par me révéler le nom de mon géniteur Uther Pendragon. Un homme qu’elle me décrivait comme étant cruelle, infidel, déloyal, sans cœur et dénudé du moindre intérêt. Un portrait peu élogieux qui ne mit pas fin à ma quête. Je voulais savoir qui il était et s'il était le monstre qu'on me décrivait je tenais à m'en rendre compte par moi-même.
C'est donc sans prévenir personne que je prenais mon envol au beau milieu de la nuit à travers les royaumes à la recherche de l’homme grâce auquel j’avais vu le jour.
Cet Homme, je n’ai jamais pu l’approcher, mais j’avais fini par découvrir que la fée qui m’avait élevé avait raison sur un point, le roi était loin d’être un exemple de vertus, il tuait sans vergogne et usait des femmes comme si elles n'étaient qu’un puéril objet de consommation avant de les jeter aux oubliettes dès qu’il avait obtenu ce qu’il désirait d’elles.

Ce fut pendant une de mes balades dans le monde des humains autour du royaume du roi qui obsédait mes pensées que je rencontrais Arthur, un jeune avorton bien décidé à devenir le roi de Camelot. En voyant ce jeune garçon plein de vie, de rêve et d’espoir j’avais senti mon cœur battre plus fort dans ma poitrine. J’étais comme aimantée à ce dernier, je l’avais suivi pendant une journée entière restant dans son ombre, tétanisé par la peur que mon apparence le fasse fuir. Le lendemain j’avais recommencé à espionner ce jeune garçon, riant à ses histoires silencieusement, ma main étouffant mes rires avant que ce dernier ne demande à ses amis de rentrer aux villages, leur promettant de les rejoindre avant de tourner sur lui-même les yeux dansant dans l’immensité de la forêt :
« Montre-toi, je te ferais pas de mal n’ait pas peur !
- Je n’ai pas peur
- Alors montre-toi !
- C’est toi qui auras peur
- Nulle crainte un jour je serais roi de Camelot et les rois n’ont peur de rien »

Cette réflexion me faisant échapper un léger rire, je lui demandais de fermer les yeux avant de sortir de l'ombre et de l’autoriser à ouvrir ses paupières. Contre toute attente, plutôt que de me traiter de monstre ou de s’enfuir en courant comme je l’avais craint pendant plus de vingt-quatre heures, Arthur se contenta de sourire, avant de s’approcher de moi pour me demander si mes ailes et mes cornes étaient réelles. Une fois qu'il eut entendu mon affirmation il me demanda si j’étais une sorcière. Une question à laquelle je n'avais pas de réponse. Je n'étais pas uen sorcière en mon sens, car je possédais des attributs différents d'elles, mais je n'étais pas une fée pour les mêmes raisons. J'étais seulement moi, Morgane, celle que ses camarades appelaient parfois Maléfique uniquement parce qu'ils jugeaient que mon incapacité à me émtamorphoser en un liliputien comme eux étaient dû à une malédiction. Arthur écouta mes réponses avec attention et avait entretenu la discussion jusqu'au couché du soleil. Avant de s'en aller vers le village se dernier avait décrété que ma condition était géniale et me donna rendez-vous pour le lendemain. Les jours passant nous devinrent amis.
Une fois que ce dernier m’eût apprivoisé et convaincu que ses amis pouvaient eux aussi me rencontrer et m’accepter comme j’étais. Sans compter que ce dernier était fatigué de mentir à Guenièvre, la fille qu’il aimait depuis toujours, alors pour lui faire plaisir j’acceptais son deal.

Les années passèrent et je n’avais jamais quitté Camelot, aidant Arthur dans sa quête guidé par un vieux fou prisonnier d’un arbre qui semblait parler uniquement à ce dernier. En grandissant, mon attachement envers Arthur ne fit qu’empirer j’en venais même à développer des sentiments plus important à son égard. Des sentiments qui n’étaient pas partagés, ou du moins pas comme je le voulais. Il aimait Guenièvre et ça je le savais depuis toujours. Un jour alors que j’atteignais ma seizième année et qu’Arthur atteignait presque son but dans la quête d’Escalibur suivant toute les pistes qui s’offraient à lui j’étais partie. Je devais m’éloigner de cet homme au regard enivrant. Cet homme qui faisait battre mon cœur et qui par conséquent était capable de le briser. Le pouvoir qunil avait sur moi le faisait peur alorsbon jour j'ai tenté de m'en aller loin de lui, j'ai réellement essayer de m'en aller mais dans un désir péril et presque désespérant j'avais volé au dessus du village dans l'espoir de le voir encore une fois, en vain. Ce n'était pas Arthur que je trouvais mais plutôt des chasser qui tentèrent de m'abbatture comme si je n'étais qu'un vulgaire gibier. Naturellement, je m'étais défendue mais en ce temps là je n'osais pas de la magie sur les humains. Une preuve de faiblesse qui blessa mon aile droite. Le sang s'échappant de ma plus fidèle alliée j'avais poussé un cris de souffrance avant de me poser de force à l'oree de la forêt. Une fois à terre j'avais tente de retirer cette maudite flèche mais dès que je la touchais j'avais l'impression qu'elle me blessait davantage. Des lames avaient j'allais de mes yeux avant que ma solitude ne soit rompue par Arthur qui a bout de souffle avait posé ses mains sur mon visage souffrant. Ce fut lui qui arracha la flèche de mon ailes m'arrachant un nouveau hurlement de souffrance avant qu'il ne me cache dans une cabane abandonnée craignant que les chasseurs ne me retrouvent. Une fois dans cet abris de fortune, il me demanda ce qui me prenait de voler si bas les jours de la récolte des impôts avec tout les gardes du roi Pendragon dans le village. Bien entendu je n'avais aucune explication à lui donner, mes sentiments n'étaient pas partagés je m'étais déjà fait tirer dessus par naïveté je n'allais pas plus me ridiculiser devant lui. Plutôt que la réalité j'avais haussé les épaules avant de murmurer de faibles excuses tout en le remerciant d'être venu à mon secours, des remerciements qu'Arthur balaya en un mouvement de main avant d'avouer qu'il avait eu peur que je sois morte. Ses propos firent bondit mon cœur dans ma poitrine tandis que je le regardais incrédule, ce fut le moment qu'il avait choisi pour m'embrasser. Un baiser qui dans le fruit de la passion ou du désespoir j'ignore encore comment je dois prendre cet instant s'approfondissait s'imcant plus loin que ce que je n'étais jamais allée. Nos peaux nues et chaude glissait l'une contre l'autre tandis que nos souffles sacadés rythmer le silence de la forêt. À l'époque j'avais trouvé que ce soir était le plus beau de toute ma vie, je pensais qu'il m'aimait plus elle Guenievre, je pensais qu'il m'aurait choisi, mais il n'en fut rien. Il était mon amant caché et Guenievre celle aunil aimait au grand jour me brisant ainsi le cœur à chaque fois qunil posait sa main sur elle. Les mois passèrent et ce petit jeu perdurait jusqu'au jour où mon ventre s'était arrondi. J'étais enceinte et Arthur savait pertinemment que cet enfant était de lui. C'est à cet instant précis que notre histoire s'était détériorée. En apprenant ma grossesse Arthur m'a hurlé aux visage crachant que je ne devais point révéler le nom du père sous aucun prétexte sous peine de mettre son idylle avec sa Guenievre chérie en péril. Fidèle au père de mon enfant j'ai accepté de me taire me terrant comme une hermine dans un abri de fortune pendant qu'Arthur recherchait encore et toujours Escalibur devenant chaque jour plus sombre lorsqu'il se retrouvait face à une impasse. De mon côté je me raccrochais à l'idée qu'en voyant sa progéniture dans mes bras il reviendrait vers moi et avouerait notre relation aux monde. Il n'en fut rien. Mon fils naquit et bien qu'Arthur ait été présent il ne l'avait pas touché, ne m'avait pas touché évitant mon regard avant de disparaître pour ne revenir qu'une semaine plus tard pour demander de porter Modred dans ses bras. Naïve j'avais accepté si j'avais su comment se terminerait cette visite j'aurais certainement duo avec le fruit d mon amour à sens unique loin de Camelot. Arthur me vola mon enfant pour le confier à une femme d'une beauté similaire à la mienne, le regard froid et un sourire narquois sur les lèvres qui se présenta sous le nom de Morgause. Cette dernière tua Modred sous mes yeux sans qu'Arthur ne réagisse avant de me bannir de Camelot. 




_________________
Malefique Pendragon
Revenir en haut Aller en bas

Tout vient à point à qui sait attendre
Tout vient à point à qui sait attendre
avatar
M. Adonis Pendragon

▻ Messages : 118
▻ Date d'inscription : 04/04/2017

MessageSujet: Re: « J'aime quand tu me supplies, continue »   Mar 4 Avr - 20:55

I was Maléfique



La magie de Morgause me mena tout droit dans le royaume que tout le monde connait pour être celui de la Belle au bois dormant. Apparaissant dans la forêt derrière le château, le cœur brisé et l'esprit encore étourdi par les évènements qui venaient de se passer. Le plus perturbant pour moi c'était que j'étais incapable de me rappeler du nom des personnes qui avaient causé ma souffrance. Je me souvenais de leur visage, de leur action, mais je ne parvenais pas à mettre un nom sur eux. L'unique nom qui me restait était celui de Mordred, ce fils qui était mort de la main de son père. Voilà l'acte le plus cruelle que ma tante m'eut fait. Je fus retrouvée par le prince Stéphane qui était en train de chasser dieu sait quel animal. Tendrement et digne d'un véritable prince charmant, ce dernier vint à ma rescousse sans s'offusquer de mon apparence peu commune. Il me demanda comment j'en étais arrivé-là et face à mon récit perturbé par ma perte de mémoire il m'offrit l'hospitalité dans le plus grand secret dans la maison de campagne d'un de ses serviteurs qui était chargé de veiller sur moi.Voilà comment je suis devenue Maléfique, la douleur m'empêchait de reprendre mon nom de naissance. Ironie du sort n'est-ce pas ? J'ai choisi le nom que l'on m'avait donné pour me rabaisser afin d'en faire une force. Les mois passèrent et mon amitié avec le prince Stéphane se pérennisait, il m'apprenait à vivre sans me préoccuper de mon passé. Grâce à lui je recommençais à voir la vie sous un angle moins sombre et moins douloureux jusqu'à ce que le roi n'apprenne mon existence. Un accident ? Je ne pense pas, cela instant il donna un ultimatum à son fils me tuer et avoir le trône ou me laisser vivre et renoncer au pouvoir. Le choix que fuit Stéphane n'égala pas mon amitié à son égard. Comme Arthur avant lui Stéphane me planta une dague dans mon cœur déjà bien fragilisé de la pire des manières. Incapable de me tuer il me drogua et me coupa les ailes pour les mener sur le lit de mort de son père en guise de preuve de ma mort. A mon réveil, au beau milieu de la nuit, tout ce qui avait composé mon identité était mort, une douleur infâme me coupa le souffle, avant que je ne constate l'absence de mes ailes. Un cri de douleur s'échappant de mes lèvres, je tentais de me mettre debout, mais j'échouais lamentablement. Mon équilibre était compromis sans mes ailes, face contre terre, je sentais des sanglots secouer mon corps, un seul désir emplissant mon esprit : mourir.

« Ne songe plus jamais à cela ma fille »

Relevant la tête, je regardais la femme qui se trouvait face à moi, bras croisé, mon portrait craché sans les cornes. Cette dernière m'aidant à me relever elle changea une branche de bois en une imposante canne qu'elle me mettait en main avant de s'occuper des blessures de mon dos, les guérissant en un mouvement de main :

« Qui êtes-vous ?
- Je suis ta mère, celle que tu as cherché pendant des années en vain. J'attendais le bon moment pour me présenter à toi, mais je refuse de te donner mon nom. Tu as été abusé et je suis fatiguée de te regarder te faire abuser. Je suis venue pour te rendre la mémoire et m'assurer que cette fois tu as compris la leçon. L'amour n'existe pas. Ne te laisse plus jamais corrompre par ce dernier sous aucun prétexte. Tu es ma fille. Tu es plus forte que ce que tu crois. Rétablit toi et venge toi sur ceux qui on abusé de toi.
- Pourquoi aujourd'hui ?
- C'était le bon moment voilà tout !»

Cette dernière enlaçant mon visage de ses mains, elle m'embrassa sur le front et mes souvenirs réapparurent comme par magie. Je me souvenais du nom de ceux qui m'avait fait souffrir. Une larme roulant sur ma joue, elle fut rapidement essuyer par ma mère avant que cette dernière n'ajoute.

« Il y a une autre chose que tu dois savoir Morgane, Arthur est ton frère. Il est le fils d'Uther Pendragon, et il a trouvé Escalibur. »

Voilà comment j'en suis venue à vouer une haine sans pareil à l'homme que tout le monde connait comme étant le roi Phillippe. Ce roi qui aime à se faire passer comme une personne droite, juste, honnête et intègre. Cet imposteur dissimule aux plus profond de son âme une noirceur pire que la mienne, il m'avait volé mes ailes, mes plus précieuses alliés, Arthur m'avait volé mon fils, mais pour une raison qui ne regardait que moi je ne pouvais m'en prendre à lui alors je m'étais fait la promesse de détruire la vie du roi Stéphane en lui retirant ce a quoi il tenait le plus au monde. Au début, j'avais pensé à lui prendre sa femme, mais j'avais fini par décrété que ce n'était pas assez cruelle, et j'ai compris qu'est-ce qui pouvait être pire que la mort elle-même : Le sommeil éternel.

J'ai passé plusieurs années à confectionner cette malédiction attendant le bon moment pour l'utiliser et ce jour avait fini par arriver. Un jour le roi Stéphane et sa piètre de femme eurent un enfant, une petite fille.  L'enfant qui allait devenir mon escalibur. C'est une année avant la naissance de l'enfant que je rencontrais Diablo, un corbeau qui s'était fait capturer par des chasseurs. Dissimulée derrière les arbres j'assistais à la scène en temps normal je n'aurais pas perdu de temps à sauver la vie d'un volatile, mais la vivacité de ce dernier m'avait touché. D'un simple geste de la main je lui avais offert une forme humaine et à cette simple vue les chasseurs du roi disparurent. Ce fut mon plus fidèle allié, un ami sans faille qui avait une foi aveugle en moi. Il devint rapidement mon la personne la plus précieuse dans ma vie, bien que j'aimais au grand jamais je ne lui ai adressé le fond de cette pensée. Ce fut donc à Diaval que je donnais la mission de surveiller le château dans l'attente du nouveau née annonçait naïvement par la grossesse de la reine à leur peuple. Neuf mois passèrent et durant ce laps de temps je mis au point ma malédiction aidé silencieusement par la déesse Nyx qui m'appris à créé le monde parallèle dans lequel toute personne touché par mon charme du sommeil éternel étaient envoyé. Un monde où le chaos étaient représenté par les flammes et reflétant dans les esprits de mes victimes sous la forme de leur plus grande peur. Fière de ma création, je fus fin prête quelque jours avant le baptême d'Aurore, cet enfant prodigue qui avait mis tout un peuple en joie. Une fête à laquelle je ne fus pas invitée ? Un oubli qui m'amusa plus que ce qu'il m'offusqua, sans compter que ce n'était pas parce que je n'avais pas de carton d'invitation que je n'allais pas me rendre à cette cérémonie qui allait être le baptême le plus spectaculaire de la forêt enchanté. Une heure après le début de cette fête
Je fis donc mon entrée de manière magistrale accompagnée par Diablo ensemble nous volâmes au dessus de la foule dans un nuage violet pendant que trois fées avec lesquelles j'avais grandi se trouvaient au dessus du berceau, tentant en vain de protégé le nourrisson de mon gourou. Ignorant ses petits êtres insignifiants, je me présentais à la reine avant de saluer mon ancien ami tout en avançant vers sa fille, une lueur malsaine dans le regard tandis que Diablo s'était posé sur le spectre que ma mère m'avait créé. Dans un même mouvement de politesse je félicitais le roi Stéphane pour avoir rassemblé tous le beau monde de la forêt enchantée avant de jouer les femmes bafouées face à l'oubli de  ce dernier de m'avait fait envoyé une invitation. A ses mots la Reine s'empressa de s'excuser déclenchant ainsi un fou rire malveillant de mes lèvres avant de lui accorder mon pardon en me proposant de prouver ma bonne volonté en offrant à son enfant un don merveilleux. Une proposition que Stéphane refusa immédiatement sans la moindre délicatesse mettant fin à toutes mes fausses bonnes manières. Lui assainissant un regard noir je le soumettais au silence avant d'envoyer les trois gourdandines de fées loin du berceau qu'elles tentaient de protéger du haut de leur dix centimètres. Une fois à hauteur du berceau je regardais le frit de l'amour entre le roi et la reine avec une moue malfaisante sur le visage, jetant un regard vers celui paniqué de mon ancien ami, je souriais avant de mettre fin au suspens insoutenable que j'avais instauré depuis plusieurs minutes.

« La princesse en grandissant aura la grâce et la beauté, chacun l'aimera et lui sera dévoué. Mais ma volonté est telle qu'avant l'aube de ses seize ans, elle se piquera le doigt à la pointe d'une quenouille et en mourra. »

A ses mots l'assemblé poussa des cris horrifiés tandis que le roi se levait se jetant à mes pieds tels le gueux qu'il avait toujours été, me suppliant de revenir sur ma décision. Son attitude me produisant autant de satisfaction qu'un breuvage haut de gamme, je le laissais se ridiculiser encore quelques minutes avant d'ajouter main en l'air accompagné par le croissement de mon corbeau :

« Comme je l'ai dis, la princesse se piquera le doigt à la pointe d'une quenouille mais elle ne mourra pas elle rombera dans un sommeil éternel que seul un baiser d'amour sincère pourra briser. Ce sortilèges durera éternellement et ne pourra jamais être brisé. »


Seize années passèrent, des années durant lesquels le roi Stéphane banissaient tous les rouets du royaume mettant ainsi un grand nombre de son peuple sur la paille dans l'unique but de venir contrer ma malédiction une attitude qui m'amusa au plus haut point.

Le jour de l'anniversaire d'Aurore arriva enfin et je refaisais mon entrée dans la place publique, envoutant la princesse je remettais sur pieds un rouet et m'arrangeait pour que la demoiselle aux cheveux d'or et à la beauté  epoustouflante se pique le doigts et tombe dans un sommeil éternel. Ma revanche était prise et la détresse du roi me délectait. Désormais, je devais êmpêcher tous les bon samaritain de venir sauver les fesses de la gamine et pour se faire j'avais mis mon meilleur allié sur le coup : Diablo. Dans un second mouvement, j'avais entouré le chateau de ronce afin d'éviter les mauvaises surprises. Malheureusement, après une année de sommeil, les maudites fées finirent par ramener un prince vaillant et terriblement agaçant lui aussi. Aidé par les trois fées ce dernier parvint à sauver Aurore et les fées pértifièrent mon précieux ami pour l'empêcher de venir me prévenir. La malediction brisé, je sentais mon coeur se serrer et soudainement je retombais dans les tréfonds de mon âme. Mon échec cuisant me faisant perdre mes pouvoirs et me faisant entré dans une dépression certaine. La seule chose que je reprenais avec moi avant de partir vers mon antre, fut la statue de Diablo.

Les mois passèrent et mon état prsychologique ne s'améliorait pas le moins du monde seul un arbre brûlait encore de mes flammes magiques, j'avais mis cela sur le compte de l'oeuvre de ma mère, à mes yeux je n'étais plus capable de rien. Ce fut dans cet état lamentable que je fis la rencontre de la jeune Reine Regina, venue dans l'espoir d'apprendre comment mener sa vengeance contre Blanche-Neige. Un espoir qui me fit tordre de rire, enfin un rire déesepéré, elle voulait une leçon sur la vengeance, j'avais était incapable de mener la mienne jusqu'au bout. Je n'étais pas la bonne personne pour l'aider et je ne le ferais pas, j'étais uniquement capable de
m'injecter régulièrement des gouttes de mon Charme du Sommeil afin d'atténuer ma douleur. C'est pour cette raison que je congédiais Regina sans plus de ceremonie.

Téméraire, la fille de la reine de coeur revient pourtant à la charge, furieuse d'apprendre que la Princesse Aurore, était sur le point de se marier et d'avoir à son tour sa fin heureuse. Ses nouvelles me firent ni chaud ni froid, et d'ailleurs que voulait-elle que j'y fasse ? Je n'avais plus de pouvoirs, une excuse que Regina contrcara en me menant face à l'arbre qui était éternellement en train de brûler. Regina voulait que j'absorbe les flammes de ce dernier, en agaçante apprentie elle ne me lâcha pas tant que je n'avais pas tenter. C'est donc pour avoir deux minutes de paix que j'essayais de faire ce qu'elle m'avait demandé et que par le plus grand des miracles j'y parvenais, retrouvant un peu ses pouvoirs. Malheureusement nous fûmes surprises par le Roi Stéphane, qui venait s'assurer avec ses hommes qu'aucun mal ne sera fait à sa fille pour son mariage. Après une confrontation verbale fatiguante, je tentais alors de me transformer en dragon, sans succès. Un nouvel échec qui toucha mon orgeuil au plus haut point, échouer face à mon ennemi m'avait mis dans une colère sombre alors que nous nous faisions arrêter par les soldats du roi.

Sur le chemin vers le palais, Regina brûla ses liens grâce à sa magie, puis commença à se rebeller avec la fougue qu'offrait la jeunesse. Son entrain et sa foi inneluctable en moi me poussa à lui venir en aide, et je réussissais enfin à mener ma transformation, et attaquait à mon tour le Roi, en prenant garde de ne pas le tuer. Je voulais qu'il assiste à la mort de sa fille pour la seconde fois. Regina m'avait fait renaitre, regonflé à bloc je rendait visite à la Princesse Aurore en personne dans sa chambre, et la plongeais rapidement dans un sommeil éternel sous le regard fiere de Regina. Consciente que sans elle je n'y serais pas parvenu je me décidais à lui céder mon Charme et acceptait de lui inculquer les rudiments de la magie une fois que le Prince Philippe fut mis hors jeu, pour ce faire je lui faisais subir une nouvelle malédiction : celle du Yaoguai et afin de m'assurer aucun baiser ne puisse venir mettre un terme à une des deux malédictions je l'exilais du royaume afin de l'éloigner d'Aurore.

Une fois de retour chez moi, je rendais sa grandeur à Diablo eninversant le sortilège de la fée et tout aurait pu être parfair. Ensemble nous apprenions la magie à Regina. L'avenir s'éclaircissait à mesure que le roi Stéphane dépérissait à l'idée que sa fille chérie d'amour était tranquillement en train de dormir pour l'éternité et il savait que cette fois ça serait plus complexe à briser étant donné que son prince charmant était porté disparu.

Une fois formé Regina parti mettre sa vengeance à l'oeuvre et Diablo et moi nous trouvâmes de nouvelle occupation, incapable de le retrouver j'en déduisais qu'il était mort. Automatiquement, je mettais celà sur le compte du roi Stéphane, mais avant que j'eus le temps de me remettre de la douleur de sa disparition mon apprentie me planta un couteau dans le dos en m'arrachant le coeur. Vicieuse elle me fit oublié cette mégarde et le laissa à ma nouvelle petite histoire de vengeance.



_________________
Malefique Pendragon
Revenir en haut Aller en bas

Tout vient à point à qui sait attendre
Tout vient à point à qui sait attendre
avatar
M. Adonis Pendragon

▻ Messages : 118
▻ Date d'inscription : 04/04/2017

MessageSujet: Re: « J'aime quand tu me supplies, continue »   Mar 4 Avr - 20:55

I am Adonis
Phrase d'accroche




Comme un grand nombre d'habitants de la forêt interdite, qu'ils soient issus de cette région où en voyage j'ai été prise par le sort noir. Le jour où j'ai vu le nuage j'ai compris que Regina avait mis en marche la dernière étape de son plan de vengeance, seulement contrairement à tous les autres maudits je n'ai jamais perdu la mémoire. Pendant vingt huit longues années je fus retenue prisonnière dans les sous sols de la ville plus précisément en dessous de la bibliothèque, contrainte de garder le cœur de la ville. Certain diront que j'aurais pu m'enfuir, ils n'ont pas totalement tord seulement mon ancien apprenti avait mon cœur en otages et dehors j'ignorais tout de ce qui se trouvait. J'avais perdu Diablo. J'avais échoué à tellement de degrés que j'avais honte de ce que j'étais. Grâce au cœur de la ville j'avais encore un peu de ma magie et je pouvais surveiller de loin les agissements de Regina dans l'optique de me venger parce que oui la méchante reine m'avait doublé, elle avait joué à un jeu dans lequel elle se pensait supérieur, elle pensait que l'élève avait dépassé le maître mais un jour elle s'en mordrait les doigts ! Je le jurais devant dieu un jour elle regretterait son acte et un jour je sortirais d'ici je devais simplement attendre le bon moment. J'étais même pas sûr que Regina n'avait pas scellé les entrées et sorties de ma prison par la magie.

Ce fut donc des années bien monotones qui passèrent où même la principale responsable de ma solitude ne prit même pas la peine de venir m'honorer d'une de ses visites. Imaginez ma surprise lorsqu'une humaine passa les portes de ma prison. Automatiquement j'avais pense qu'elle venait pour le cœur de la ville alors j'avais pris ma forme de dragon et la dénommée Emma se mit en tête de me tuer. Ce fut ce moment là que je choisissais pour mettre en place mon plan d'évasion cette femme m'avait prouvé qu'aucune barrière magique n'empêchait l'entrée au sous-sol et si elle sortait rien ne m'empêcherait de fuir à mon tour. Voilà pourquoi j'ai fait croire à la sauveuse qu'elle m'avait tué.

Une fois qu'Emma fut sortie de mon antre je m'étais empressée de guetter ses faits et gestes conscience que cette dernière allait faire ce pour quoi elle était née. C'était le moment rêver pour moi de m'en aller. Patiente j'attendais que la sauveuse se décide enfin à embrasser son fils en lui offrant ce maudit baisé d'amour sincère. Ce satané baiser qui déverrouillait toutes les malédictions aussi puissantes soient-elles. C'est donc en maudissant chaque infime partie de ce baiser même si au final c'était grâce à lui que je pouvais sortir de mon sous sol miteux et que je pouvais désormais mettre mon plan de vengeance à l'œuvre.

Ma première action lorsque je me retrouvais dans la bibliothèque fut de changer mon apparence, me rajeunissant ainsi d'une bonne décennie. Ne gardant que les yeux comme unique et même rapprochement avec celle que j'étais. Mes cornes n'étaient plus, ma chevelure noire ébène éclaircie d'une teinte. Vous l'aurez compris j'étais différente et ce dans l'unique vœu que mon ancien apprenti ne puisse pas me reconnaître.

Ma seconde action fut de disparaître de la bibliothèque en une fumée verte afin de me retrouver dans une ruelle sombre voisine à l'hôpital de Storybrooke. Le chaos régnait dans la rue, les maudits tentaient de remettre de l'ordre dans leurs idées. Tout était absolument parfait, mieux que je ne l'espérais même. C'est grâce à e chaos ambiant que j'ai pu mettre en place la troisième phase de mon plan à savoir me faire une place dans cette ville.

Pour cela j'entrais dans l'hôpital cherchant le directeur de ce dernier qui bien entendu était au même endroit que la veille à la même heure (quel ennui !) mais passons, l'avantage avec les personnes prévisibles c'est qu'au moins je n'eus pas de mal à le trouver et à lui arracher le cœur pour l'obliger à m'embaucher en temps qu'anesthésiste. Je trouvais l'idée parfaite étant donnée mes activités passées. Le cœur du dirigeant je l'ai conservé et j'en use encore très souvent pour obtenir ceux dont j'ai besoin. Ce fut ce dernier qui m'acheta un logement. C'est d'ailleurs là-bas que son cœur se trouve protégé par un sortilège que seul mon sang peut ouvrir.

Plusieurs mois sont passés depuis mon évasion et je m'amuse à regarder Regina tenter d'obtenir l'absolution des autres maudits. J'attends le bon moment pour lui faire payer ses erreurs et si y a bien une chose que Regina m'a appris c'est à être patiente.




_________________
Malefique Pendragon
Revenir en haut Aller en bas

Apple Queen
Apple Queen
avatar
Regina Mills

▻ Messages : 1499
▻ Date d'inscription : 15/01/2017
▻ Localisation : La mairie de Storybrooke

MessageSujet: Re: « J'aime quand tu me supplies, continue »   Mar 4 Avr - 23:09

Re re bienvenue
On va encore avoir des liens de folie ma chérie !
Bon courage pour finir cette fiche. T'façon tu seras pas validée malefique
Luv U.

_________________
 
Love is not a weakness
L'Amour n'obéit à aucune règle, c'est ce qui le rend si imprévisible.
© Miss Pie
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hannah R. Braid

▻ Messages : 159
▻ Date d'inscription : 18/03/2017

MessageSujet: Re: « J'aime quand tu me supplies, continue »   Mar 4 Avr - 23:53

Re-bienvenue jump
Revenir en haut Aller en bas

Oy ! Ten thousand years can give you such a crick in the neck !
Oy ! Ten thousand years can give you such a crick in the neck !
avatar
Isaac Wish

▻ Messages : 75
▻ Date d'inscription : 14/03/2017

MessageSujet: Re: « J'aime quand tu me supplies, continue »   Mer 5 Avr - 10:40

Re-bienvenue sur le forum !!! Et j'adore tellement Angie en Maléfique !!! J'approuve à 100% !!!!

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Freya Nightmare

▻ Messages : 220
▻ Date d'inscription : 23/02/2017

MessageSujet: Re: « J'aime quand tu me supplies, continue »   Mer 5 Avr - 13:40

Re-Bienvenue ma belle


Comme d'hab, tes créations sont aux top *-*, et un lien sera non-négociable bien entendu !

_________________
Sois fier de ce que tu es
Revenir en haut Aller en bas

Tout vient à point à qui sait attendre
Tout vient à point à qui sait attendre
avatar
M. Adonis Pendragon

▻ Messages : 118
▻ Date d'inscription : 04/04/2017

MessageSujet: Re: « J'aime quand tu me supplies, continue »   Jeu 6 Avr - 12:03

Merci à vous et toi regina fait pas trop ta maligne elle va bien se jouer de toi notre Maléfique ^^

De toute façon je veux un lien avec vous tous les amis ♥

_________________
Malefique Pendragon
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Allan de Dale

▻ Messages : 71
▻ Date d'inscription : 21/03/2017

MessageSujet: Re: « J'aime quand tu me supplies, continue »   Ven 7 Avr - 20:33

Youhouuu ma tante !!!

Bienvenue et à trés vite. Tu n'échapperas pas à un lien avec ton neveu préféré !
Revenir en haut Aller en bas

Tout vient à point à qui sait attendre
Tout vient à point à qui sait attendre
avatar
M. Adonis Pendragon

▻ Messages : 118
▻ Date d'inscription : 04/04/2017

MessageSujet: Re: « J'aime quand tu me supplies, continue »   Sam 8 Avr - 9:45

Préféré ? Heu pas tant ta mère je la croise je la transforme en cookie et je la mange !

Mais le lien spas de problème :coeur:

_________________
Malefique Pendragon
Revenir en haut Aller en bas

➵Roi des pécores et pécorounet pour les intimes➵
➵Roi des pécores et pécorounet pour les intimes➵
avatar
Robin de Locksley

▻ Messages : 508
▻ Date d'inscription : 15/01/2017
▻ Localisation : Storybrooke, Maine

MessageSujet: Re: « J'aime quand tu me supplies, continue »   Dim 9 Avr - 22:11

Je suis impardonnable ! Même pas fichu de venir accueillir ma demie soeur comme il se doit

_________________
❝ Take me back to the night we met❞

Revenir en haut Aller en bas

Tout vient à point à qui sait attendre
Tout vient à point à qui sait attendre
avatar
M. Adonis Pendragon

▻ Messages : 118
▻ Date d'inscription : 04/04/2017

MessageSujet: Re: « J'aime quand tu me supplies, continue »   Dim 9 Avr - 22:22

T'inquiète pas ❤️
On va dire que c'est parce que tu ignores que tu as une superbe sœur Wink

_________________
Malefique Pendragon
Revenir en haut Aller en bas

Admin
avatar
Storybook

▻ Messages : 271
▻ Date d'inscription : 15/01/2017

MessageSujet: Re: « J'aime quand tu me supplies, continue »   Lun 17 Avr - 19:38

Congratulations
Que la couleur soit !
Et voilà tous tes efforts ont payé, tu fais à présent partie de notre petite communauté, il y a plusieurs choses qui pourraient t'être utiles afin de devenir le padawan parfait. Tout d'abord tu peux aller ouvrir une fiche de liens afin de connaitre tes camarades ou au contraire tes ennemies du monde. Pour regrouper tes petites aventure tu pourras créer ta fiche de sujets
Si tu as besoin d'une maison ou de toute autre lieu, tu peux très bien en faire la demande par ici.

Voila, maintenant tu connais les clés d'un bon démarrage pour les jeunes padawans. Bon jeu à toi !

Revenir en haut Aller en bas
http://storybook-chronicles.forumactif.com

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: « J'aime quand tu me supplies, continue »   

Revenir en haut Aller en bas
 
« J'aime quand tu me supplies, continue »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (+) LENNON-SKY • T'as voulu jouer, t'as perdu mais t'inquiètes j't'aime quand même
» (M) Louis Tomlinson - Nous nous détestons mais je t'aime quand même
» Un ami, c'est quelqu'un qui sait tout de toi, et qui t'aime quand même.(Ashen)
» Sitôt rentrée sitôt repartie (mais je vous aime quand même) [Du 07/07 au 13/07 officiellement mais probablement jusqu'à début août]
» On dit que quand on aime on ne compte pas, pourtant je compte chaque seconde depuis que vous êtes parties (Talya)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAPPY ENDINGS CHRONICLES :: Dévorer les chapitres :: Chapitre 1: se présenter :: Présentations validées-
Sauter vers: