Partagez|

Macaria ♅ C'est toi qui contrôle pas le contraire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
La foudre & la rose
La foudre & la rose

avatar
Juliette White-Queen
▻ Messages : 1994
▻ Date d'inscription : 16/01/2017

MessageSujet: Macaria ♅ C'est toi qui contrôle pas le contraire Jeu 25 Mai - 11:44


❝ Laisse moi t'aider ❞
- Macaria & Juliette -
Life's been blinding me from what I thought I'd see is there clarity in this insanity ? What's she want from me? Roads in front of me taking me astray Are you leaving me? Or are you leading the way?Can you hear what I'm saying? I need to know
Surveiller la fille de Thomas, voilà ce que j’avais promis à cet homme lors d’une soirée enivrée. Cela faisait plusieurs jours que je la regardais de loin cette jolie blonde aux yeux vert. Je l’avais vu rire, je l’avais vu regarder son petit-ami avec amour, elle semblait sereine. Elle semblait parfaitement heureuse, mais la peur se lisait dans son regard. Cette lueur, je la connaissais que trop bien. Dès que je l’avais aperçu j’avais été frappé par sa ressemblance avec celle que j’apercevais régulièrement dans ma glace le matin lorsque je me regardais. Je connaissais sa peur, elle n’avait pas peur d’une tiers personne, elle avait peur d’elle. Elle était sa plus grande crainte, la grande question était de savoir pourquoi. De quoi avait-elle peur ? Cette lueur était apparue chez moi le lendemain de ma première crise. La première fois où j’avais véritablement perdu le contrôle, le jour où j’avais réduis en cendre une grande partie de mon royaume en poussière uniquement suite à un excès de colère et de peur, un cocktail fatal en ce qui me concernait. Ce jour-là c’était Alfred et Roméo qui m’avait ramené à moi, tout aurait pu en rester là mais quand j’avais appris le nombre de vie que j’avais bouleversé ou brisé par mégarde mon regard avait changé. J’avais eu peur de mes capacités magiques, peur de faire du mal à ceux que j’aimais et notamment à Roméo, parce que je savais que contrairement à tout autre être humain il n’aurait jamais cherché à fuir face à ma perte de contrôle. Il avait toujours été le plus imprudent face à cela, Alfred entrait dans mon esprit, mais ne cherchait jamais à m’atteindre physiquement, Alice tentait de me contrôler en parlant mais tout comme Alfred elle avait toujours gardé ses distances, mon mari lui avançait tête haute, il défiait les éléments et ne reculait devant rien pour me ramener. Une partie de moi était persuadée que l’homme qu’elle regardait avec une profonde tendresse était lui aussi prêt à une telle folie pour elle. Cependant, je voulais en savoir plus. Thomas aurait-il été d’accord avec cela ? Aurait-il accepté que j’entre en contact direct avec sa fille ? Rien n’était moins sur. J’étais seulement son arme de défense pour lui, mais rien ne m’obligeait à lui dire ! Je pouvais aussi tenir ma promesse envers lui et satisfaire ma curiosité de l’autre ?  Oui les deux étaient parfaitement compatible me convainquais-je tout en regardant le café dans lequel la jeune fille travaillait. Ce dernier était presque désert, c’était le moment parfait pour un rencontre, et quand bien même que ce n’était pas le bon moment je ne pouvais pas rester planter là au beau milieu d’un trottoir à regard un point fixe telle une dégénérée. Je devais prendre une décision et même si je me posais beaucoup de question cette dernière avait été prise à l’instant même où j’avais franchi le seuil de mon appartement.

C’est donc après être entrée dans le café que je partais m’asseoir au bar pour commander un café latté, en réalité j’ignorais parfaitement ce que c’était mais c’était la première proposition que j’avais aperçu en entrant dans cette établissement, puis un peu de nouveauté ça ne pouvait pas me faire de mal. Ce ne fut pas Macaria qui prit ma commande, mais une de ses collègue une rouquine qui m’indiqua au passage l’endroit où se trouvait les petits coins, après un bref remerciement je me dirigeais vers le dit endroit en cherchant toujours la fille de Thomas des yeux. Elle était introuvable, enfin jusqu’à ce que je n’entre dans les toilettes des dames et que je n’aperçoive la buée sur les miroirs et la condensation contre la fenêtre. Visiblement, il faisait très chaud, refermant la porte derrière moi je demandais peut consciente que la responsable de tout cela était la femme que j’étais venue voir ;

« Est-ce que tout va bien ? »


code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________
— L'amour, c'est la fumée qu'exhalent les soupirs, attisé, c'est le feu dans les yeux des amants, contrarié, c'est la mer que viennent grossir leurs larmes.
@shakspeare
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Durnik De Sendarie
▻ Messages : 292
▻ Date d'inscription : 06/03/2017

MessageSujet: Re: Macaria ♅ C'est toi qui contrôle pas le contraire Jeu 1 Juin - 20:32

Je n'avais plus de nouvelles de mon père depuis quelques jours et je commençais vraiment par psychoter. Avait-il mis son plan en œuvre et du coup il était parti sans moi alors que je lui avais expliqué en long en large et en travers que ce n'était pas du tout ce que je voulais. Je ne voulais pas qu'il me quitte et pourtant cela ferait maintenant près de cinq jours que je n'avais pas de nouvelles de mon père et ça m'inquiétait. De plus je ne voulais pas trop embêter Sullivan avec cela du coup je devenais de plus en plus incontrôlable. J'avais déjà allumé beaucoup de feux dans mon appartement lors de mes soirées en solitaire. J'arrivais cependant à être plus calme quand je passais mes soirée avec mon petit ami. Cela me faisait d'ailleurs bizarre de me dire que j'avais un petit ami. J'aurais bien voulu pouvoir me confier à mon père mais il faisait la sourde oreille alors je ne pouvais rien y faire. Tout comme mon oncle que je ne croisais plus en ville. Je n'y comprenais plus rien.

Alors j'allais quand même travailler pour pouvoir manger et puis payer mon loyer. Je ne parlais jamais de mes problèmes d'argent à Sullivan ni à mon père parce que je ne voulais pas les inquiéter. J'avais surtout besoin de m'en sortir par moi même et je savais que si je leur en parlais ils voudraient m''aider ce que je ne voulais pas forcément ou du moins pas dans l'immédiat. Du coup je bossais toujours chez Sam... Sam mon patron trèèèèès sympa. Tellement sympa que je n'avais jamais envie de lui arracher la tête. Vous sentez l'ironie ? Et bien vous avez raison. C'est un connard qui n'arrêtait pas de me crier dessus ce qui n'arrangeait pas mes émotions. De ce fait, je perdais mes moyens rapidement et je faisais tomber plusieurs plateaux ce qui avait le don de faire gueuler mon patron. Au bout de cinq heures de travail, je n'en pouvais plus et après une énième engueulade de Sam, je me rendais aux toilettes pour pleurer. Je ne me contrôlais plus et je n'avais qu'une envie voir mon père ou mon amoureux arriver pour me réconforter.

« Est-ce que tout va bien ? »

Je rouvrais mes yeux et je regardais la jeune femme à travers le miroir. J'avais encore envie de pleurer. Je n'avais que envie de pleurer depuis un moment et puis il faisait chaud dans cette pièce et je savais que ça venait de moi. Je savais aussi que je pourrais pas me contrôler. C'était évident et elle devait partir si elle ne voulait pas finir rôtie comme un poulet.

« Vous devriez partir ! Je vais vous blesser. »

Mes mains étaient agrippées sur le rebord de l'évier et je baissais la tête laissant couler mes larmes tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
La foudre & la rose
La foudre & la rose

avatar
Juliette White-Queen
▻ Messages : 1994
▻ Date d'inscription : 16/01/2017

MessageSujet: Re: Macaria ♅ C'est toi qui contrôle pas le contraire Ven 2 Juin - 18:43


❝ Laisse moi t'aider ❞
- Macaria & Juliette -
Life's been blinding me from what I thought I'd see is there clarity in this insanity ? What's she want from me? Roads in front of me taking me astray Are you leaving me? Or are you leading the way?Can you hear what I'm saying? I need to know
La fille d’Hadès n’était pas facile à trouver, d’ailleurs je l’avais déjà perdu et une partie de moi prenait cela pour un signe. Peut-être que la dénommée Macaria n’avait pas besoin d’être protégé, peut-être était-elle capable de se protéger seule, après tout d’après son père elle avait mon approximativement mon âge et personnellement je n’aurais guère accepté d’avoir une baby-sitter. Je devais emmener le sujet de manière subtile sur le tapis et pour dire vrai je ne savais vraiment pas comment procédé. Mentir ? Je ne savais pas faire, je me ferais griller dès la première phrase. Toutes mes interrogations me firent légèrement paniquer je devais l’avouer, j’avais besoin de me rafraichir, c’est pour cette raison que je demandais à le femme qui a pris ma commande de m’indiquer les petits coins.

Lorsque j’entrais dans les toilettes des femmes avec précaution tout en demandant si tout allait bien que lorsque mon regard se posa sur la blondinette je comprenais que rien n’allait. La buée enfumait les miroirs et son visage était recouvert d’une fine pellicule de sueur tandis que ses mains tenaient fermement les rebords du lavabo comme si sa vie en dépendait. Elle perdait le contrôle et visiblement son don avait réussi à faire grimper la température en flèche. En entendant ma voix, la blondinette me conseilla de partir afin d’éviter que je ne la blesse avec un ton pressé et la voix brisée par les sanglots. J’avais l’impression de me voir. J’avais l’impression que cette femme c’était moi lorsque je ne parvenais pas à contrôler mes pouvoirs et que la bague prenait le dessus sur mon esprit. J’étais incapable de partir. Avançant à l’intérieur des toilettes je prenais le temps pour fermer la porte avant de m’avancer doucement vers elle pour ne pas l’effrayer tout en ajoutant avec une voix douce :

« Vous ne me ferez aucun mal et je le sais, je peux vous aider, laissez-moi vous aider … »

M’efforçant de sourire, je me rapprochais davantage avant de m’arrêter à moins d’un mètre d’elle tout en faisant naitre un air frais et doux qui luttait à faire disparaitre la buée que l’inconnue avait fait naitre. Je savais que pour l’aider je devais faire en sorte qu’elle me fasse confiance alors je brisais le silence avec toujours autant de douceur que précédemment :

« Je m’appelle Juliette White-Queen, j’ai moi aussi des pouvoirs magiques compliqués à contrôler j’ai déjà été dans votre situation. En ce qui me concerne mes pouvoirs sont généralement nourris par mes émotions. Au départ, j’étais incontrôlable, dangereuse, j’ai détruit la majeur partie de mon royaume, mais j’ai accepté l’aide qu’on m’offrait et j’ai fini par me contrôler. Laissez-moi vous aider, vous n’êtes pas l’instrument de vos pouvoirs. Vous êtes celle qui les contrôle, vous n’êtes pas un monstre, … »

Levant le bras dans sa direction je me risquais à poser ma main sur son épaule avant d’expirer légèrement pour ajouter.

« Comment vous appelez-vous ? »


code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________
— L'amour, c'est la fumée qu'exhalent les soupirs, attisé, c'est le feu dans les yeux des amants, contrarié, c'est la mer que viennent grossir leurs larmes.
@shakspeare
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Durnik De Sendarie
▻ Messages : 292
▻ Date d'inscription : 06/03/2017

MessageSujet: Re: Macaria ♅ C'est toi qui contrôle pas le contraire Dim 25 Juin - 19:41

« Vous ne me ferez aucun mal et je le sais, je peux vous aider, laissez-moi vous aider … »

Je ne savais pas comment réagir. Je sursautais à ses mots et je posais mes mains sur mes tempes. Je sentais des larmes de rage monter à mes yeux.

« Non vous vous trompez ! Il n'y a qu'une personne qui peut m'aider et elle m'a abandonné. »

Encore une fois. Il avait pourtant promis de ne plus jamais me laisser seule et pourtant je ne le voyais plus depuis quelque temps et j'avais peur et j'avais envie de mourir. Il m'avait encore une fois abandonnée comme quand j'étais encore au temple et ça me tuait. J'aimais mon père et je voulais qu'il soit dans ma vie et non pas qu'il ne passe que quand ça lui chante.

« Je m’appelle Juliette White-Queen, j’ai moi aussi des pouvoirs magiques compliqués à contrôler j’ai déjà été dans votre situation. En ce qui me concerne mes pouvoirs sont généralement nourris par mes émotions. Au départ, j’étais incontrôlable, dangereuse, j’ai détruit la majeur partie de mon royaume, mais j’ai accepté l’aide qu’on m’offrait et j’ai fini par me contrôler. Laissez-moi vous aider, vous n’êtes pas l’instrument de vos pouvoirs. Vous êtes celle qui les contrôle, vous n’êtes pas un monstre, … »

Elle avait tord. J'étais un monstre et je me sentais encore plus monstrueuse quand j'étais loin de mon père ou loin de mon petit ami qui arrivait à me contrôler. Je me sentais de plus en plus seule et... Je tournais mon visage vers elle pour la regarder et pour tenter de me calmer. Elle pouvait lire ma peur dans mes yeux mais le fait de croiser son regard m'aidait à me sentir mieux. Elle m'apaisait un peu...

« Comment vous appelez-vous ? »

Je fermais les yeux et je tentais de me concentrer afin de me calmer et de pouvoir lui répondre. Quand je sentais un peu la peur et la fureur s'apaisaient j'articulais avec difficulté mon nom. Je voulais être quand même cordiale avec Juliette.

« Je m'appelle Emy... Non Macaria. »

Je tentais de me concentrer et peu à peu la chaleur baissait. Cependant, je me sentais mal quand même. En avouant que je m'appelais Macaria et que donc j'étais la fille d'Hadès, j'avais senti mon cœur se calmer et ma colère un peu s'apaiser. Je me sentais mieux mais cette femme.... Elle voulait m'aider mais je ne comprenais pas pourquoi. Est-ce qu'elle connaissait mon père ?

« Merci de m'avoir aidé Juliette... »

Je lui souriais gentiment me sentant beaucoup mieux.
Revenir en haut Aller en bas
La foudre & la rose
La foudre & la rose

avatar
Juliette White-Queen
▻ Messages : 1994
▻ Date d'inscription : 16/01/2017

MessageSujet: Re: Macaria ♅ C'est toi qui contrôle pas le contraire Dim 2 Juil - 12:14


❝ Laisse moi t'aider ❞
- Macaria & Juliette -
Life's been blinding me from what I thought I'd see is there clarity in this insanity ? What's she want from me? Roads in front of me taking me astray Are you leaving me? Or are you leading the way?Can you hear what I'm saying? I need to know
L’angoisse de Macaria commençait à disparaitre lorsqu’elle croisa mon regard. Je tentais de l’apprivoiser comme je l’aurais fait avec une bête sauvage. J’avançais sur elle à pas de loup, main relevé pour lui montrer que je ne possédais rien qui ne puisse l’agresser. Je devais attiser sa confiance et une fois que ce lien serait établi je savais que lui faire reprendre le contrôle serait plus simple, ce malgré les résistances de la demoiselle. Parlant seule, je me présentais, dévoilant à cette femme ma nature magique, avant de lui demander simplement mon nom.

Macaria prenait sur elle, elle souffrait et elle avait peur et automatiquement mon cœur se serrait. Plus les minutes passaient et plus je me reconnaissais en elle. Après un bref silence, elle se présentait, hésitant sur son nom. Emy devait être son nom de maudite, songeais-je consciente que son nom dans le monde des contes était Macaria. C’était la fille de Thomas.

« Je suis enchantée de faire votre connaissance »

La chaleur émanant des paumes de main de la blondinette diminuait, je m’en apercevais à la manière dont le rougissement de ses dernières réduisait. Sans compter que la buée disparaissait sans que je n’intervienne. Les remerciements de la fille de Thomas, me parvenant je souriais un cours instant avant de reprendre la parole consciente que cette dernière devait se demander pourquoi est-ce que je voulais l’aider. C’était ce que je me serais demandé à sa place, c’était d’ailleurs la première question que je posais aux personnes qui avaient essayé de m’aider par le passé.

« C’est normal, comme je vous l’ai dit je connais la souffrance que provoque une perte de contrôle. Apprendre à contrôler ses pouvoirs est une tâche ardue et une activité à temps plein de tous les jours. Je sais que souvent on se sent monstrueuse et terriblement seule et je me suis toujours promis de ne jamais laisser une personne lutter seule… »

Hochant les épaules avec nonchalance, je souriais tendrement avant de demander toujours sur le même ton :

« Est-ce que vous vous sentez mieux Macaria ? »

Levant la main vers la fenêtre je laissais le vent l’ouvrir avant de laisser une brise printanière venir envelopper les toilettes du bar dans l’optique d’adoucir l’atmosphère, mais également de prouver à la fille de Thomas que je n’étais pas qu’une diseuse de bonne parole, qui dictait de bon sermon sans savoir réellement ce dont elle parlait.



code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________
— L'amour, c'est la fumée qu'exhalent les soupirs, attisé, c'est le feu dans les yeux des amants, contrarié, c'est la mer que viennent grossir leurs larmes.
@shakspeare
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Durnik De Sendarie
▻ Messages : 292
▻ Date d'inscription : 06/03/2017

MessageSujet: Re: Macaria ♅ C'est toi qui contrôle pas le contraire Mar 8 Aoû - 21:57

« Je suis enchantée de faire votre connaissance » 

Je l'étais également mais aucun son n'arrivait à sortir de ma bouche. J'avais l'impression d'être malpolie en ne réagissant pas comme il le fallait mais peut être qu'elle me pardonnerait. Elle semblait comprendre ce que je vivais et c'était peut être reposant de s'appuyer sur une nouvelle personne.

« C’est normal, comme je vous l’ai dit je connais la souffrance que provoque une perte de contrôle. Apprendre à contrôler ses pouvoirs est une tâche ardue et une activité à temps plein de tous les jours. Je sais que souvent on se sent monstrueuse et terriblement seule et je me suis toujours promis de ne jamais laisser une personne lutter seule… »

Je lui en étais reconnaissante mais en même temps je me sentais tellement mal que du coup je ne pouvais pas la remercier tout de suite. Je prenais juste plusieurs inspirations histoire de vraiment calmer les battements irréguliers de mon cœur.

« Est-ce que vous vous sentez mieux Macaria ? » 

Je haussais les épaules. Je ne me sentais pas franchement mieux mais bon je me sentais quand même un peu plus sereine. Il n'y avait que l'absence de mon père qui me faisait perdre autant la tête. Mon petit ami était merveilleux, j'avais un homme formidable. Après il y avait cet homme qui me faisait mettre hors de moi tout le temps. Mais il manquait mon père. C'était affreux.

« J'aimerais tellement qu'il est tenu sa promesse. »

Je tournais mon visage vers Juliette des larmes pleins les yeux. Mon père n'était plus là et il m'avait encore une fois abandonnée. Je ne voulais pas être faible mais je l'étais de plus en plus. Je m'étais fait à l'idée d'avoir un père et malheureusement il n'était plus là. Il me fuyait ou je ne sais pas quoi d'autre.

« Voudriez vous un café ? Je vous l'offre. »

Peut être que je pourrais la remercier ainsi et nous pourrions parler un peu plus librement que dans les toilettes de ce bar pour lequel je travaillais. Je lui souriais avant de passer mes doigts sur mes yeux et de sortir des toilettes en sa compagnie. Mon service venait de se finir et je vis le regard désapprobateur de mon patron. Je soupirais avant de m'asseoir à une table, Juliette en face de moi.

« Je me sens tellement seule parfois. »

Je soupirais une nouvelle fois.
Revenir en haut Aller en bas
La foudre & la rose
La foudre & la rose

avatar
Juliette White-Queen
▻ Messages : 1994
▻ Date d'inscription : 16/01/2017

MessageSujet: Re: Macaria ♅ C'est toi qui contrôle pas le contraire Sam 12 Aoû - 23:14


❝ Laisse moi t'aider ❞
- Macaria & Juliette -
Life's been blinding me from what I thought I'd see is there clarity in this insanity ? What's she want from me? Roads in front of me taking me astray Are you leaving me? Or are you leading the way?Can you hear what I'm saying? I need to know
La fille de Thomas recouvrait ses esprits et j’en étais pleinement heureuse. Depuis que j’étais entrée, j’avais oublié le serment que j’avais fait à son père de la protéger de son oncle. Naturellement je le ferais, mais pas pour respecter ma parole, je le ferais parce que c’était l’unique chose à faire face à cette fille qui me renvoyait avec brutalité mon image dans mes débuts. Elle me rappelait moi sous toutes mes coutures, peut-être qu’elle ne le savait pas, ou qu’elle ne me croyait pas, d’ailleurs c’était fort probable qu’elle ne me croyait pas, mais je la comprenais, cette souffrance, cette haine, cette peur, sa solitude, je la comprenais mieux que personne. La température baissait à l’instar que la lumière rougeâtre de ses paumes de main et je me sentais sourire avant de m’enquérir de son état. C’était important pour moi de savoir comment elle allait. En guise de réponse cette dernière hochais les épaules, des larmes plein les yeux et je posais ma main sur son épaule en signe de sollicitude tandis qu’elle m’apprenait qu’elle aurait apprécié qu’il tienne sa promesse, mais qui ? De qui parlait-elle ? Patientant en espérant qu’elle me donne l’identité de celui qui l’avait trahi, je gardais le silence tandis qu’elle me demandait si je désirais un café.

« A dire vrai je n’en ai jamais bu, mais ce serait un plaisir »

Confessais-je avec une légère honte, j’étais la reine de Wonderland, pour moi l’unique boisson chaude que je buvais était du thé, parfois lorsque j’avais le cœur à retomber dans mes souvenirs d’enfance, je buvais du lait chaud mais jamais je n’avais bu cette boisson dont les maudits semblaient raffoler dans cette ville, mais je restais ouverte d’esprit qui sait peut-être que j’allais aimer cela.

Alors que nous sortions des toilettes je remarquais le regard désapprobateur du gérant et je ne pus m’empêcher de le fusiller du regard, le mettant au défit de venir lui dire quelques choses, mais ce dernier se retourna vers ses autres serveur et grogna sur ses dernières avant de disparaitre dans une salle certainement interdite aux publics pendant que nous nous assîmes à une table assez éloigné des autres. Une fois assise, je l’entendais me dire qu’elle se sentait seule parfois et je pouvais la comprendre, posant ma main sur son avant bras je lui souriais tristement avant de répondre :

« Je sais Macaria, je sais toute les personnes qui possède des facultés comme la tienne le ressente, mais c’est faux. Je suis persuadée que tu possèdes des personnes qui t’aiment et qui te protège, j’en suis intimement persuadée. »

Je parlais bien entendu de son petit ami, je les avais vus ensemble et ils transpiraient l’amour à l’état pur, elle n’était pas seule, et je comptais bien savoir pourquoi elle se sentait aussi mal :

« Dites-moi qui vous a trahi Macaria ? Si vous ne voulez pas en parler je comprendrais, mais j’ai l’impression que c’est cela qui vous perturbe le plus… » 

code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________
— L'amour, c'est la fumée qu'exhalent les soupirs, attisé, c'est le feu dans les yeux des amants, contrarié, c'est la mer que viennent grossir leurs larmes.
@shakspeare
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Durnik De Sendarie
▻ Messages : 292
▻ Date d'inscription : 06/03/2017

MessageSujet: Re: Macaria ♅ C'est toi qui contrôle pas le contraire Lun 25 Sep - 9:53

Pour la remercier de m'aider je lui proposais de lui payer un café. Ce n'était pas grand chose mais c'était la seule chose que je pouvais lui offrir. Je ne gagnais toujours pas bien ma vie mais j'avais trouvé un stage chez un psychiatre et j'avais déjà hâte de rendre mon tablier pour bosser avec lui. Cependant je devais encore quelques semaines à mon patron alors je prenais mon mal en patience tout en tentant de calmer cette frustration qui était en moi. Juliette avait réussi à me calmer mais elle ne le pourrait peut être pas à chaque fois. Je ne serais bien que quand IL serait de retour.

« A dire vrai je n’en ai jamais bu, mais ce serait un plaisir » 

J'ouvrais de grands yeux. Elle ne connaissait pas le café ? Mais d'où sortait cette femme ? Elle ne devait pas être d'ici. D'ailleurs peut être qu'elle venait des pays des contes. Parfois je ne voulais pas croire qui j'étais et pourtant c'était l'explication la plus logique qu'on m'avait dite. C'était une bouffée d'oxygène que de voir quelqu'un qui pouvait me comprendre mais malgré tout j'avais cette impression d'être plus seule que jamais.

« Je sais Macaria, je sais toute les personnes qui possède des facultés comme la tienne le ressente, mais c’est faux. Je suis persuadée que tu possèdes des personnes qui t’aiment et qui te protège, j’en suis intimement persuadée. » 

J'haussais les épaules. Il y avait Sullivan bien entendu qui me soutenait. Nous étions de plus en plus proche et je l'aimais beaucoup. Lui aussi d'ailleurs.

« Mon petit ami oui pourrait me soutenir mais ce n'est pas de lui dont j'ai besoin. Lui il est là pas comme l'autre. »

Mes mains autour de ma tasse de café je voyais le liquide noir commencer par faire des bulles. Fermant les yeux pour me reprendre j'entendais la voix de Juliette au loin. Je rouvrais les yeux quand elle me posa une question assez dérangeante au final.

« color=purple][Dites-moi qui vous a trahi Macaria ? Si vous ne voulez pas en parler je comprendrais, mais j’ai l’impression que c’est cela qui vous perturbe le plus…[/color] » 

Ce n'était pas que je ne voulais pas en parler c'était que... Je n'arrivais tout simplement pas à croire qu'il avait osé me faire cela.

« Mon père... Il est parti sans moi alors qu'il m'avait promis de ne plus me laisser ! Je ne le croirais plus jamais. Il n'avait pas le droit de me laisser encore une fois. »

Je lui en voulais beaucoup, beaucoup trop pour tout dire.

« Je déteste être la fille d'un Dieu qui ne comprend pas que j'ai besoin de lui et qui préfère faire sa guéguerre avec son frère aîné. »

C'était ridicule comme comportement, totalement puéril de vouloir se venger d'un frère. Hadès avait déjà vu qu'il n'y avait pas de solution à ce conflit et au lieu de lâcher prise j'avais l'impression que c'était pire encore. C'était pire maintenant que je savais qu'il pouvait mourir et encore pire de savoir que je pouvais être en danger à cause de lui.
Revenir en haut Aller en bas
La foudre & la rose
La foudre & la rose

avatar
Juliette White-Queen
▻ Messages : 1994
▻ Date d'inscription : 16/01/2017

MessageSujet: Re: Macaria ♅ C'est toi qui contrôle pas le contraire Mer 27 Sep - 21:12


❝ Laisse moi t'aider ❞
- Macaria & Juliette -
Life's been blinding me from what I thought I'd see is there clarity in this insanity ? What's she want from me? Roads in front of me taking me astray Are you leaving me? Or are you leading the way?Can you hear what I'm saying? I need to know
Le fait que je ne connaisse pas le gout du café semblait étonner la demoiselle, qui ne pu s’empêcher de me regarder comme si je venais d’une autre planète. Comment lui en vouloir en travaillant ici, elle ne devait pas penser que sa bienfaitrice serait une femme non-maudite. Lui faisant un sourire désolé, je me gardais bien de répondre. Il n’était pas préférable d’agacé la demoiselle, surtout pas après la démonstration de force dont elle venait de faire preuve quelque minutes plus tôt. Certes, tout cela avait été involontaire, mais elle ne manquait pas de puissance donc une fois qu’elle aurait contrôlé ses capacités magiques elle serait capable de se défendre contre son oncle, pensais-je avec une certaine fierté. Rapidement le sujet bascula sur l’effet de solitude de cette dernière et je tentais de la convaincre que ce n’était pas le cas. Elle n’était pas seule. Elle avait son petit-ami, je les avais vu ensemble, cela se voyait qu’ils s’aimaient, il suffisait juste que Macaria se fasse un peu plus confiance pour s’en apercevoir. D’ailleurs elle vain rapidement à me parler de lui et je souriais avec douceur, en hochant la tête tout en enlaçant la tasse de café avec mes mains.

« L’amour aide beaucoup dans ses moments-là. »

Murmurais-je, tout en revoyant rapidement des souvenirs passaient dans mon esprit, tous représentaient Roméo en train de braver mes perturbations météorologique pour m’atteindre et me ramener avec lui. Rien ne pouvait l’arrêter pas même une tempête, son objectif était simple me ramener et il y était toujours arrivé. Je savais que Sullivan ferait de même pour Macaria s’il en avait l’occasion. Bien que j’espérais que ce jour ne vienne jamais. Le sujet, n’était pas celui là, je voulais savoir qui était cette personne qui avait trahi la blondinette. Une partie de moi espérait que ça ne serait pas son petit-ami, elle n’avait pas besoin de cela. C’est quand elle m’apprit que c’était son père que je manquais de m’étouffer. Ok, je savais qu’il était pas le père de l’année, mais il m’avait dit qu’il essayait de se racheter. M’avait-il menti ? Me demandais-je tout en laissant la demoiselle s’exprimer, prenant la fameuse tasse de café, je tentais de gouter cet étrange breuvage noir, quand elle m’apprit que son père était un dieu. Une fois de plus je manquais de m’étouffer avant que je ne repose la tasse sur la table pour demander :

« Attendez votre père est un Dieu ? »

Déjà depuis quand est-ce qu’ils existaient ceux là ? Ils faisaient la grève quand je les suppliais de nous venir en aide Roméo et moi ? Ou encore Rosaline et moi ? Et moi qui avait osé dire haut et fort que les dieux n’existaient pas ou qu’ils étaient foutrement incompétent devant un dieu. J’avais clairement honte de moi, mais j’espérais toujours qu’elle avait usé d’une métaphore. Malgré tout je demandais :

« Dieu de quoi ? »

Pitié qu’elle change de version ! Pitié faites que je n’avais pas promis de la défendre face à un dieu, j’étais loin d’être de taille pour cela…
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________
— L'amour, c'est la fumée qu'exhalent les soupirs, attisé, c'est le feu dans les yeux des amants, contrarié, c'est la mer que viennent grossir leurs larmes.
@shakspeare
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Durnik De Sendarie
▻ Messages : 292
▻ Date d'inscription : 06/03/2017

MessageSujet: Re: Macaria ♅ C'est toi qui contrôle pas le contraire Dim 15 Oct - 15:09

Quand je parlais de Sullivan j'avais toujours un large sourire aux lèvres. C'était parce que je l'aimais tout simplement. Et puis il fallait dire que mon petit ami était le meilleur petit ami du monde. Bon à vrai dire je n'avais pas eu beaucoup de petit ami avant mais c'était quand même le meilleur au monde à mes yeux.

« L’amour aide beaucoup dans ses moments-là. » 
« Oui en effet. »

C'était même la seule chose qui me faisait tenir pour le moment. C'était parce que j'avais Sullivan que je ne voulais pas partir dans les enfers à la recherche de mon père mais peut être qu'il serait temps pour moi d'y aller moi même ou alors de demander à quelqu'un de m'aider à le retrouver. Oui peut être que je devais prendre mon courage à deux mains et demander enfin de l'aide.

« Attendez votre père est un Dieu ? »

J'acquiesçais le nez dans mon café. Oui j'étais la fille d'un dieu et de pas n'importe quel dieu. Hadès le dieu des morts. Il était froid et cruel. C'était la description que j'avais toujours eu de lui et même si nos rencontres m'avaient prouvé l'inverse, je me sentais quand même trahi par son absence. Il me manquait  bien plus qu'il ne pourrait jamais le penser.  

« Dieu de quoi ? » 

Je mordais ma lèvre inférieure. Je n'étais pas certaine que ça soit une bonne idée de lui dire qui était réellement mon père. Mais après tout elle m'avait aidé alors... Oui je devais lui faire confiance.

« Hadès.... Le dieu des Enfers. »

Hadès, le plus grand dieu de l'Olympe, le plus craint surtout. J'avais envie que mon père soit content et qu'il puisse vivre normalement. Je voulais que mon père puisse être heureux tout simplement. J'avais envie qu'il puisse être fier de moi mais pour le moment ce n'était pas du tout le cas. Il avait juste disparu et je me sentais fautive.

« Il paraît qu'il y a d'autres membres de ma « famille » dans cette ville. »

Oui mon père m'avait dit qu'il y avait Poséïdon dans la ville et puis j'avais croisé aussi ma cousine Athéna... Mais il paraissait aussi que Zeus me cherchait pour me faire du mal et qu'il avait envoyé quelqu'un pour me chercher. Je ne savais pas quoi penser de tout cela mais si ça ne tenait qu'à moi j'aurai bien aimé les mettre autour d'une table pour qu'ils puissent régler leurs problèmes.... Mais quelque chose me disait que ça ne se passait pas comme cela entre les dieux de l'Olympe.

« C'est assez étrange de parler de tout cela. »

Je soupirais un peu tout en finissant ma tasse de café. Je ne savais pas du tout comment prendre toutes les informations que j'avais apprise en si peu de temps. Et je me confiais à une parfaite inconnue. C'était ça le pire. Elle aurait pu être une ennemie qui faisait semblant de m'aider mais je ne savais pas pourquoi j'avais l'impression de pouvoir lui parler tout simplement, comme si elle était déjà mon amie.
Revenir en haut Aller en bas
La foudre & la rose
La foudre & la rose

avatar
Juliette White-Queen
▻ Messages : 1994
▻ Date d'inscription : 16/01/2017

MessageSujet: Re: Macaria ♅ C'est toi qui contrôle pas le contraire Sam 21 Oct - 16:37


❝ Laisse moi t'aider ❞
- Macaria & Juliette -
Life's been blinding me from what I thought I'd see is there clarity in this insanity ? What's she want from me? Roads in front of me taking me astray Are you leaving me? Or are you leading the way?Can you hear what I'm saying? I need to know
Ce café autour de cette table se passait relativement bien. La discussion était rapidement venue sur poser sur l’amant de Macaria. Elle l’aimait et même si j’en avais jamais douté, j’étais heureuse de voir que je ne m’étais pas trompée. Heureusement, cet homme n’était pas celui qui lui avait brisé le coeur. La demoiselle finissait par m’apprendre que c’était son père qui était l’oeuvre de son chagrin. Si y avait eu que cela je n’aurais pas été plus affectée que cela. J’avais rencontré son père, il m’avait semblé sincère lorsqu’il m’avait parlé de sa fille et des problème de communication qu’il avait avec cette dernière. Non, ce qui m’ choquait c’était qu’elle l’avait qualifié de dieu. Je ne croyais plus en leur existence depuis mes vingt ans, âge où on m’avait condamné à la prostitution, mais je voulais être certaine de ce que j’avais entendu alors je lui en demandais davantage la peur au ventre. J’avais peur d’entendre que les dieux existaient réellement. Cependant, Macaria mit fin à ma torture en me donnant le vraie nom de son père, Hadès. Mon coeur s’arrêta au dessus du café. M’obligeant à respirer à nouveau je tentais de centrer mon attention sur la tasse contenant le breuvage inconnu. Buvant une petite gorgée de cette forte boisson. Comme si cela ne suffisait pas elle me disait que d’autres membres de sa famille était en ville, concordant pour la première fois avec les dires de Thomas, enfin d’Hadès.

« Les dieux existent … »

Murmurais-je toujours sous le choc avant de me reprendre en passant la main dans mes cheveux, tout en raclant délicatement ma gorge. M’humectant les lèvres, je prenais une longue inspiration avant de reprendre la parole quand elle m’apprit qu’elle trouvait cela étrange de parler de cela :

« Navrée, je n’arrange pas la situation en plus … »

Buvant une fois de plus le liquide brunâtre, je commençais à m’habituer au goût acre de cette boisson.

« J’ai passé tellement d’année à me convaincre qu’ils n’existaient pas que d’apprendre qu’ils existent est un léger choc. Je ne voulais pas vous mettre mal à l’aise… »

Finissant mon café, je me sentais trahi par son père. Il m’avait menti. Il m’avait fait juré de la protéger contre son frère, don contre un dieu. Comment être à la hauteur face à un dieu ? J’étais enragée intérieurement. Une fois de plus on s’était jouée de moi. Serrant mes lèvres l’une contre l’autre je demandais :

«  Pourquoi pensez-vous qu’il est parti guerroyer avec son frère ? Ca fait longtemps que vous ne l’avez pas vu ? »
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________
— L'amour, c'est la fumée qu'exhalent les soupirs, attisé, c'est le feu dans les yeux des amants, contrarié, c'est la mer que viennent grossir leurs larmes.
@shakspeare
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Durnik De Sendarie
▻ Messages : 292
▻ Date d'inscription : 06/03/2017

MessageSujet: Re: Macaria ♅ C'est toi qui contrôle pas le contraire Mar 24 Oct - 21:13

Elle semblait surprise, perdue et un peu apeurée sur certains aspects. J'avais quand même bien peur de la faire fuir mais elle ne bougeait pas. Je la laissais reprendre ses esprits faisant taire en moi mes craintes.

« Navrée, je n’arrange pas la situation en plus … » 

Je souriais maladroitement.

« J’ai passé tellement d’année à me convaincre qu’ils n’existaient pas que d’apprendre qu’ils existent est un léger choc. Je ne voulais pas vous mettre mal à l’aise… »
« Ce n'est pas grave. »

Elle ne serait pas la dernière à réagir comme cela. Et encore au moins elle ne m'avait pas prise en grippe de suite.

« Pourquoi pensez-vous qu’il est parti guerroyer avec son frère ? Ca fait longtemps que vous ne l’avez pas vu ? »

Elle ne devait pas connaître beaucoup la mythologie grecque pour ne pas savoir que Hadès fait la guerre à son frère Zeus. C'était clairement compliqué d'être dans une famille de dieu et encore plus quand on avait Hadès pour père. Tout le monde partait du principe que j'étais comme lui et du coup on avait souvent peur de moi alors que quand on me regardait on voyait parfaitement que j'étais incapable de faire peur à qui que se soit.

« Parce que mon père veut le trône de son frère et bien que je lui ai dit qu'il fallait qu'il arrête il ne le fera pas. Il est trop buté. Parfois j'aimerai ne pas être la fille d'un dieu ou alors avoir plus de pouvoir que tous les dieux pour pouvoir leurs dire qu'ils sont idiots et que la guerre ne résout rien. Et ça va faire presque un mois que je ne l'ai pas vu. »

Je souriais un peu. Elle était vraiment gentille mais je me rendais tout à coup compte que je l'avais accaparé pendant presque une heure et elle avait peut être d'autres choses à faire. Je soupirais un peu.

« Je devrais vous laisser partir. Vous devez avoir d'autres choses à faire... Mais nous pourrions échanger nos numéros de téléphone peut être ? »

Je sortais mon téléphone attendant de savoir si ça lui convenait ou pas. J'avais bien envie de garder le contact avec ma nouvelle amie, enfin avec mon unique amie pour tout dire.
Revenir en haut Aller en bas
La foudre & la rose
La foudre & la rose

avatar
Juliette White-Queen
▻ Messages : 1994
▻ Date d'inscription : 16/01/2017

MessageSujet: Re: Macaria ♅ C'est toi qui contrôle pas le contraire Sam 28 Oct - 9:37


❝ Laisse moi t'aider ❞
- Macaria & Juliette -
Life's been blinding me from what I thought I'd see is there clarity in this insanity ? What's she want from me? Roads in front of me taking me astray Are you leaving me? Or are you leading the way?Can you hear what I'm saying? I need to know
Les dieux existaient. Les dieux sont des enfoirés. Mon esprit tentait de ranger les informations, mais je bloquais sur la dernière. Le mal-être de Macaria se lisait dans son regard et je m’en voulais d’être celle qui l’avait fait naitre. Je devais passer outre et je devais également retrouver son digne de père, cet avorton qui m’avait fait promettre un chose irréalisable. Il s’était joué de la petit humaine en détresse émotionnelle, mais il allait rapidement comprendre de quel bois je me chauffais. Bafouant quelques piètres excuses, je tentais maladroitement de me rattraper avant de demander à la demoiselle pourquoi est-ce qu’elle pensait que son père était parti guerroyer. Je comprenais que la réponse était évidente dans son regard, mais elle me répondait avec patience. Visiblement tout était résumé à une guerre de territoire, une guerre du pouvoir. Pitoyable. Ainsi c’était donc ce qu’ils faisaient pendant que les humains qu’ils étaient censés protégés et aiguillés tout au long de leur courte vie implorait leur aide ? Des égoïstes ivre de pouvoir, j’étais déçue, mais pas tellement étonnée.

« J’espère qu’il reviendra pour que vous puissiez avoir une discussion avec lui, … »

Et au passage que j’ai moi aussi ma petite discussion avec ce gueux né avec une cuillère en or dans la bouche. Oui, c’était moi une princesse pure souche qui disait ça, certes j’avais eu la naissance heureuse, mais je n’avais jamais agit en me prenant pour une personne supérieur aux autres. Enfin si lorsque j’étais enfant. Cependant, j’avais vite abrogé cette attitude et merde j’étais pas une déesse ! J’étais une mortelle et j’avais le droit de les blâmer pour leur méfait. Peut-être que je pourrais même le foudroyer juste pour me détendre, après tout il était immortel non ? Non, non je ne devais pas songer à des choses aussi sombre et pervers. Je n’étais pas ce genre de reine. Je ne torturais pas les gens par pur désir de vengeance. Contrôlant mon esprit, j’expirais profondément avant que Maca me fasse revenir à l’instant présent, dans ce café pour dire qu’elle devrait me laisser partir. Fronçant les sourcils sous le coup de l’incompréhension, je la laissais poursuivre avant de décrypter ce qu’elle disait. Echanger nos numéros ? J’avais un numéro moi ? Une fois de plus je me mordais la lèvre sous le coup de l’incompréhension avant de reconnaitre le mot téléphone. Robin m’en avait donné un, seul hic je ne savais pas comment ça marchait. J’avais compris que quand cette horrible machine sonnait je devais appuyer sur le vert et que le nom de la personne qui m’appelait s’affichait sur l’écran, mais comment on faisait pour faire ça, mystère. Hochant la tête, je cherchais dans la poche de ma veste le fameux objet avant de le tendre à Macaria en ajoutant d’une voix honteuse.

« Je … Je vais te laisser faire. Pour tout t’avouer je suis ici que depuis quelques temps, je ne fais pas partie des maudits et je ne suis pas encore bien familiarisé avec ce genre d’objet… Pour être honnête, y a encore beaucoup de choses que je ne maitrise pas dans ce monde ...  »

Souriant avec un léger mal être, je voyais le givre s’accumuler sur la fenêtre signe que la température baissait rapidement dans le café et après un léger raclement de gorge je fermais les yeux pour inverser la tendance. Le gérant du café quand à lui commençait à râler sur sa chaudière, et bien que je ne connaissais pas ce mot, je comprenais que cela avait un rapport avec mon intervention involontaire sur la température de son établissement. Grimaçant sous le coup de la culpabilité je me cachais derrière ma chevelure avant de demander en un murmure :

« Vous comptez continuer à travailler avec ce bougre ? »
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________
— L'amour, c'est la fumée qu'exhalent les soupirs, attisé, c'est le feu dans les yeux des amants, contrarié, c'est la mer que viennent grossir leurs larmes.
@shakspeare
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Durnik De Sendarie
▻ Messages : 292
▻ Date d'inscription : 06/03/2017

MessageSujet: Re: Macaria ♅ C'est toi qui contrôle pas le contraire Sam 4 Nov - 16:21

J'en voulais énormément à mon père. Il n'y avait aucune raison pour moi à son départ. Il me devrait une bonne explication et il allait surtout devoir être convaincant sinon je pensais vraiment me mettre en colère après lui et je ne savais pas si je pourrais lui pardonner.

« J’espère qu’il reviendra pour que vous puissiez avoir une discussion avec lui, … » 

Je lui faisais un petit sourire. Elle était gentille avec moi. Je lui proposais alors de nous échanger nos numéros de téléphone afin de pouvoir garder contact.

« Je … Je vais te laisser faire. Pour tout t’avouer je suis ici que depuis quelques temps, je ne fais pas partie des maudits et je ne suis pas encore bien familiarisé avec ce genre d’objet… Pour être honnête, y a encore beaucoup de choses que je ne maitrise pas dans ce monde ... » 

Je lui souriais puis je prenais son téléphone pour entrer mon numéro de téléphone.

« Tu n'étais pas dans la malédiction de la méchante reine alors ? Tu n'as pas perdu tes souvenirs ? Pourquoi tu es venue ici alors ? Parfois j'aimerai retourner dans mon monde. »

Au moins là-bas j'avais mes racines et puis si je retournais en Grèce peut être que je pourrais retrouver mon père. C'était important pour moi de le retrouver juste pour pouvoir lui dire combien je le détestais et que je ne voulais plus jamais le revoir. Bien sur je ne savais pas si je serai vraiment capable de lui dire cela en face mais on ne sait jamais. Je finissais de rentrer mon numéro de téléphone avant de lui rendre l'appareil me perdant à nouveau dans mon café.

« Vous comptez continuer à travailler avec ce bougre ? »

Je baissais les yeux. J'en avais encore parlé à personne mais j'avais trouvé un stage chez un psychiatre et en plus je m'étais inscrite à la fac de médecine. J'avais tout fait pour y arriver. Maintenant que j'avais un peu d'argent j'en profitais mais... Si je m'arrêtais de travailler je n'en aurais pas longtemps et puis je ne pouvais pas compter sur mon père...

« En fait je me suis inscrite à la fac de médecine mais... Je vais devoir travailler encore un peu pour lui pour avoir de l'argent pour continuer mes études. »

Je ne voulais pas dépendre de Sullivan et puis comme je l'avais déjà dit je ne pouvais pas compter sur mon père vu qu'il avait disparu.
Revenir en haut Aller en bas
La foudre & la rose
La foudre & la rose

avatar
Juliette White-Queen
▻ Messages : 1994
▻ Date d'inscription : 16/01/2017

MessageSujet: Re: Macaria ♅ C'est toi qui contrôle pas le contraire Dim 5 Nov - 14:17


❝ Laisse moi t'aider ❞
- Macaria & Juliette -
Life's been blinding me from what I thought I'd see is there clarity in this insanity ? What's she want from me? Roads in front of me taking me astray Are you leaving me? Or are you leading the way?Can you hear what I'm saying? I need to know
Avouer mes défaillance n’était pas une chose simple. J’avais beau être une femme honnête, j’avais aussi un orgueil assez développer et de ce fait avouer des défaillances étaient particulièrement compliqué pour moi. Forte heureusement Macaria avait eu la délicatesse de ne pas se moquer ou tout simplement de faire la moindre remarque sur mes fameuses faiblesse. Je la regardais pianoter avec agilité sur le cellulaire, et comme à chaque fois je me retrouvais épatée devant sa dextérité, mais je ne relevais pas. Cette dernière me rendait l’étrange objet qui restait un véritable secret pour moi. Face à la question de Macaria je souriais, mon esprit s’assombrissant un instant avant de laisser un soupir s’échapper de mon corps :

« Non, la malédiction de la méchante reine s’est étendue sur toutes la forêt enchantée. J’étais dans la forêt de Sherwood quand elle a été lancé. Une forêt voisine à la forêt enchantée mais je n’ai pas été toucher … Donc non je n’ai pas perdue mes souvenirs, tout est restée intact dans mon esprit »

Marquant une pause, je prenais une grande inspiration avant de jouer avec la tasse de café vide. La seconde partie de l’histoire était plus compliqué à aborder sans compter qu’elle ne savait pas tout de moi, elle ignorait que j’étais la reine blanche. Avait-elle entendue parler d’elle ?

« Je suis venue dans ce monde pour retrouver mon mari. Il s’est fait piéger par la malédiction, j’ai passé vingt-huit ans à le rechercher. Gouverner notre royaume sans lui, passer devant nos portraits tous les jours, c’était devenu une véritable torture. Je n’en pouvais plus. Dès que l’occasion s’est présenté, j’ai confié mon royaume à mes conseillers et je suis partie pour le retrouver… »

Lui souriant gentiment, j’inspirais profondément avant d’ajouter ;

« Tu sais notre monde n’est plus comme tu l’as laissé, la majeure partie de ce dernier est sous les glaces et l’autre moitié lutte contre l’invasion de cette dernière… Vous veniez de quelle contrée vous ? »

Demandais-je avant de faire tourner le fond de café dans la tasse tout en écoutant le patron de la demoiselle s’énerver sur sa chaudière. Bien que j’ignorais ce qu’était ce nouvel appareil j’avais compris que c’était dû aux fluctuations de température, passer du chaud au glaciale (par ma faute) tout ceci était assez complexe. Cet homme me sortait par les yeux et ça faisait que quelques heures que j’étais dans cet établissement. Ecoutant la réponse de cette dernière, je ne pus m’empêcher de sourire avec fierté. Cette femme était une battante.

« Les études sont onéreuses ? »

M’humectant les lèvres, je regardais le patron de cette dernière avant de me mordre la lèvre :

« Cet homme ne m’inspire rien de bon, il s’énerve pour un rien »
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________
— L'amour, c'est la fumée qu'exhalent les soupirs, attisé, c'est le feu dans les yeux des amants, contrarié, c'est la mer que viennent grossir leurs larmes.
@shakspeare
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Durnik De Sendarie
▻ Messages : 292
▻ Date d'inscription : 06/03/2017

MessageSujet: Re: Macaria ♅ C'est toi qui contrôle pas le contraire Lun 20 Nov - 22:36

Je l'écoutais m'expliquer d'où elle venait et qui elle était. Je me délectais de tout ce qu'elle me disait et je tentais de noter un maximum de choses dans mon esprit pour ne pas paraître bête lors d'une de nos prochaines rencontres. Je lui souriais en écoutant son discours et par moment j'avais un air mélancolique comme si je pouvais comprendre tout ce qu'elle me disait. Je m'identifiais à elle même si elle était plus âgée que moi. Je voulais connaître un amour aussi fort que ce qu'elle vivait. Je voulais connaître ça moi aussi et pour le moment je le vivais simplement à travers elle.

« Je peux peut être t'aider ! Si tu as une photo.... Ou plutôt un portrait de lui on pourrait le chercher ensemble. »

Je lui souriais. Je voulais sincèrement l'aider. Je voulais la remercier et pour moi c'était le seul moyen d'y arriver. Enfin c'était un des seuls moyens. Je devais l'aider pour la remercier d'avoir été aussi gentille avec moi.

« Tu sais notre monde n’est plus comme tu l’as laissé, la majeure partie de ce dernier est sous les glaces et l’autre moitié lutte contre l’invasion de cette dernière… Vous veniez de quelle contrée vous ? »

Je baissais les yeux. J'avais l'impression de parler d'une vie qui n'était pas du tout la mienne. Je ne me sentais pas du tout de cette vieille époque. Je me sentais mieux dans ce monde qui était pour moi le mien.

« De la Grèce antique. »

Je baissais les yeux. Non définitivement c'était le meilleur endroit pour moi. Je me sentais à ma place ici à Storybrooke. Je préférais largement rester dans cette ville. Au moins ici je pouvais faire tout ce je voulais ou du moins tenter de le faire.

« Les études sont onéreuses ? » 

C'était peu de le dire. Les études dans ce monde étaient vraiment chères et j'avais enfin réussi à payer mon inscription. J'étais vraiment heureuse d'avoir réussi et malgré cette situation un peu particulière pour moi.

« Extrêmement onéreuse. »

C'était le problème ici aux Etats-Unis mais bon je ne reviendrais pour rien au monde dans la Grèce Antique. Plus jamais.

« Cet homme ne m’inspire rien de bon, il s’énerve pour un rien » 

Je regardais mon patron hurler sur la chaudière et je soupirais. Je passais ma main nerveusement sur ma nuque. Oui ce n'était pas nouveau qu'il était un gros idiot mais bon heureusement pour Juliette elle ne connaissait pas vraiment se rustre.

« Si je pouvais trouver un autre travail je le ferai vraiment. »

Je soupirais profondément. C'était difficile dans ce moment mais je m'en sortais ou du moins je commençais par m'en sortir financièrement parlant. Je lui souriais puis une idée me vient en tête. Pourquoi ne pas lui proposer de venir dîner un soir chez moi. C'était la seule chose que je pouvais bien lui offrir.

« Tu voudrais venir dîner à la maison un de ces soirs ? Histoire de te remercier vraiment pour ce que tu as fait pour moi. »

Je lui étais vraiment reconnaissante. Elle était la seule en ville qui ne me jugeait pas sur les méfaits de mon père qui me jugeait juste pour ce que j'étais moi. J'étais vraiment contente de l'avoir rencontré. Vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
La foudre & la rose
La foudre & la rose

avatar
Juliette White-Queen
▻ Messages : 1994
▻ Date d'inscription : 16/01/2017

MessageSujet: Re: Macaria ♅ C'est toi qui contrôle pas le contraire Sam 25 Nov - 12:02


❝ Laisse moi t'aider ❞
- Macaria & Juliette -
Life's been blinding me from what I thought I'd see is there clarity in this insanity ? What's she want from me? Roads in front of me taking me astray Are you leaving me? Or are you leading the way?Can you hear what I'm saying? I need to know
La fille du feu était prête à m’aider à retrouver mon mari enfin si j’avais une photo ou un portrait à lui montrer. Laissant échapper un léger rire, je lui sourirais tristement, j’étais effondrée depuis que je l’avais perdu, mais en me retrouvant dans cette ville j’avais encore plus l’impression que j’étais paumée.

« Là et le problème, je n’ai rien pris avec moi. Je ne savais pas que la solution que je cherchais depuis vingt-huit ans allait se présenter à moi le jour où je suis arrivée en ville. Mais j’apprécie ta proposition c’est vraiment très gentil, mais tu dois avoir autre chose à faire entre tes études et ce boulot et aussi l’apprentissage du feu … »

Ajoutais-je tout en baissant le ton sur mon évocation de ses pouvoirs. Naturellement nous en étions venues à parler d’où nous venions et quand elle m’apprit qu’elle était de la Grèce Antique je tentais de le positionner sur ma carte mentale. Je n’étais jamais allée dans cette partie du monde, et pour cause je savais que c’était la terre d’où les dieux étaient issus et mon incapacité à croire en eux m’avait poussé à croire que ses terres n’étaient que mythe. Hochant la tête, je lui souriais, cette terre avait dû être cruelle avec elle, sinon pourquoi réagissait-elle ainsi ? Me questionnais-je sans chercher à la torturer davantage, si un jour elle voulait m’en parlerait, elle le ferait, du moins c’est ce que j’espérais. Aussi pour changer de sujet, je lui demandais si les études étaient onéreuses, une question qui pouvait paraitre stupide, mais en ce qui me concerne tout m’avait toujours été payés et dus alors oui j’avais encore un peu de mal avec la notion de dépense. Au vu de sa réponse je baissais les yeux, travailler pour avoir de l’argent pour unique but de payer ses études, je trouvais cela dur.

« J’espère que tu trouveras autre chose, dans un lieu plus sain que celui-là et un peu plus en rapport avec tes études … As-tu penser à aller voir Regina Mills, la marie de la ville tente de se racheter une conduite, elle pourrait t’aider sans contrepartie. »

Mon idée lancée, je lui souriais avant de jouer avec ma tasse, en mon sens cette idée était bonne. Regina était la reine de cette ville et il était certain que s’il y avait bien une personne au monde qui pouvait trouver du job à qui le voulait vraiment. Elle était la femme de mon meilleur-ami, je pouvais même tenter d’en parler à Regina, si Macaria me le demandait bien entendue.

« Ce serait avec plaisir Macaria, mais tu n’as pas à te sentir redevable, vraiment »

code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________
— L'amour, c'est la fumée qu'exhalent les soupirs, attisé, c'est le feu dans les yeux des amants, contrarié, c'est la mer que viennent grossir leurs larmes.
@shakspeare
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Durnik De Sendarie
▻ Messages : 292
▻ Date d'inscription : 06/03/2017

MessageSujet: Re: Macaria ♅ C'est toi qui contrôle pas le contraire Dim 10 Déc - 18:33

Juliette semblait avoir des soucis importants elle aussi. Elle m'avait aidé alors je voulais l'aider à mon tour, enfin si je le pouvais bien évidemment.

« Là et le problème, je n’ai rien pris avec moi. Je ne savais pas que la solution que je cherchais depuis vingt-huit ans allait se présenter à moi le jour où je suis arrivée en ville. Mais j’apprécie ta proposition c’est vraiment très gentil, mais tu dois avoir autre chose à faire entre tes études et ce boulot et aussi l’apprentissage du feu … » 

Je lui souriais en prenant sa main.

« Je veux quand même t'aider. Je ne sais pas ce que je pourrais faire mais je veux t'aider comme tu m'as aidé aujourd'hui. »

Ce n'était pas négociable. Je tiendrais bon. Il était normal que je veuille l'aider. Après tout elle n'avait pas hésité à le faire alors qu'elle ne me connaissait même pas à la base.

« J’espère que tu trouveras autre chose, dans un lieu plus sain que celui-là et un peu plus en rapport avec tes études … As-tu penser à aller voir Regina Mills, la marie de la ville tente de se racheter une conduite, elle pourrait t’aider sans contrepartie. » 

J'ouvrais de grands yeux. Ce n'était pas dans les habitudes de Madame le maire de faire cela mais bon je faisais confiance à Juliette donc elle ne me dirait pas de mauvaises informations.

« Je vais aller la voir alors. »

C'était très gentil à elle de m'aider ainsi. Elle avait vraiment le cœur sur la main. Elle était une bonne personne et j'étais vraiment heureuse de l'avoir trouvé. Enfin au final c'était elle qui m'avait trouvé.

« Ce serait avec plaisir Macaria, mais tu n’as pas à te sentir redevable, vraiment »

Je lui souriais grandement.

« Non ça me fait plaisir ! »

Je prenais alors mon téléphone qui vibrait dans ma poche. C'était Sullivan qui m'appelait. Il devait être arrivé devant le café et m'attendait pour rentrer à la maison. Pour une fois qu'il était à l'heure ! Je me levais de la banquette puis je m'approchais de Juliette pour la prendre dans mes bras. Je lui dis alors dans un dernier au revoir :

« Je t'appelle pour l'heure du dîner ! »

Avant de quitter définitivement le café et de sauter dans les bras de mon merveilleux petit ami.
Revenir en haut Aller en bas
La foudre & la rose
La foudre & la rose

avatar
Juliette White-Queen
▻ Messages : 1994
▻ Date d'inscription : 16/01/2017

MessageSujet: Re: Macaria ♅ C'est toi qui contrôle pas le contraire Dim 17 Déc - 10:13


❝ Laisse moi t'aider ❞
- Macaria & Juliette -
Life's been blinding me from what I thought I'd see is there clarity in this insanity ? What's she want from me? Roads in front of me taking me astray Are you leaving me? Or are you leading the way?Can you hear what I'm saying? I need to know
Macaria insistait pour m’aider et je lui souriais gentiment. Cette femme me ressemblait plus qu’elle ne le pensait, j’espérais simplement que la vie serait plus clémente que celle que j’avais mené. Elle contrôlerait sa magie. Qu’importe la promesse que j’avais faite à son père, j’en faisais désormais une affaire personnelle et je retrouverais son père pour lui dire ce que je pense de sa manipulation. Un jour je devrais lui avouer la vérité et j’espérais que ce jour-là elle parviendrait à me pardonner. Hochant la tête en signe d’accord, je n’ajoutais rien de mieux, je ne voulais pas parler de mon mari disparu. Ce sujet était au centre de mes préoccupation, mais je devais avouer que plus je l’abordais, plus je piétinais et plus mon cœur se remplissait de noirceur et de déception. Je voulais simplement être libéré de cela. Pour ce faire, je reportais mon attention sur le bougre de patron qui se tenait en face de moi et qui me rappelait un homme que j’avais croisé sans pour autant que je sache qui il était. Lui offrant la piste de Regina, je détournais mon attention du gougeât qui vociférait pour tous et n’importe quoi et je souriais à Macaria quand elle me promettait d’aller voir Regina. Hochant la tête en signe d’accord, je finissais par accepter à mon tour son invitation.

« J’apporterais du vin alors ! »

Répondais-je avec un sourire entendu, j’avais remarqué que c’était ce que faisait les gens de cette ville lorsqu’ils se rendaient chez une personne. Le téléphone de Macaria vibra et je sursautais. Cette chose n’était vraiment pas naturelle, pensais-je en grimaçant un instant avant de me ressaisir. Cette dernière sauta sur ses pieds me prit dans ses bras pour me promettre de m’appeler pour l’heure du diner avant de déguerpir en sautant dans les bras de Sullivan. Les regardant un cours instant je me levais de ma place avant d’être interpelé par le patron. Mon regard se posant sur ce dernier, je le fusillais du regard avant que les images de mon passé ne s’emparent de mon esprit mettant en sourdine ce qu’il me disait. C’était l’amant de Mary, le dernier homme à avoir abusé d’elle, le propriétaire de l’épée avec laquelle elle s’était éventrée. Je le revoyais me lancer un regard furieux avant d’hurler sur la mère maquerelle parce que son épée était souillée du sang d’une pute.

« Ne vous approchez pas de moi ! »

Lâchais-je avec sévérité, le ciel s’assombrissant derrière moi, et le ciel grondait de fureur, la puissance chatouillait mes doigts et j’ajoutais :

« Osez toucher ou malmener Macaria et je jure que je ferais de votre vie un enfer ! »

Sur ses mots je m’en allais et disparaissais au pas de course.

code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________
— L'amour, c'est la fumée qu'exhalent les soupirs, attisé, c'est le feu dans les yeux des amants, contrarié, c'est la mer que viennent grossir leurs larmes.
@shakspeare
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Macaria ♅ C'est toi qui contrôle pas le contraire

Revenir en haut Aller en bas
Macaria ♅ C'est toi qui contrôle pas le contraire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAPPY ENDINGS CHRONICLES :: Refermer le livre et rêvasser :: Anciennes fiches (rps, liens, partenariat...)-
Sauter vers:
Nos amours de 2017
On ne vous remerciera jamais assez pour être vous et pour faire vivre ce forum tous les jours avec nous.