AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Petit-Jean, je suis heureuse de te revoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Elle voulait une vie normale résultat c'est pikachu reine de la météo
Elle voulait une vie normale résultat c'est pikachu reine de la météo
avatar
Juliette White-Queen

▻ Messages : 1254
▻ Date d'inscription : 16/01/2017

MessageSujet: Petit-Jean, je suis heureuse de te revoir   Mar 11 Juil - 21:50


❝ je suis heureuse de te revoir ❞
- Petit Jean & Juliette -
Life's been blinding me from what I thought I'd see is there clarity in this insanity ? What's she want from me? Roads in front of me taking me astray Are you leaving me? Or are you leading the way?Can you hear what I'm saying? I need to know
J’en avais retrouvé Roméo, mais rien ne s’était passé comme je l’avais imaginé. Pourtant ce n’était pas faute d’en avoir créé des scénarios dans mon esprit. Cependant celui là je ne l’avais pas vu venir. Comment aurais-je pu imaginer qu’on puisse arracher le cœur de ma mari et pire que ce dernier ne se rappelle plus de moi. Jamais je n’aurais pu imaginer cela, ni même me préparer à la souffrance que cela allait me procurer. C’était la pire des tortures. C’était une torture psychologique, le voir à quelques centimètres de moi, entendre sa voix, sentir son odeur, sentir ses lèvres sur les miennes, sentir les bras autour de mon corps, il avait ravivé chacune des cellules de mon corps. Il avait réveillé l’ancienne Juliette, mais en me réveillant il avait ouvert involontairement un gouffre de souffrance immense qui menaçait de me faire perdre la raison une bonne fois pour toute, et ainsi me faire devenir le plus grand fléau de cette ville. J’avais peur de devenir ce fléau. J’avais peur de devenir l’ombre de moi-même, peur de me perdre et de laisser mes émotions prendre le dessus pour me faire engloutir par ma tristesse. Couverte de peur, je me retrouvais donc à enfreindre la promesse que j’avais faite à Regina en lui promettant de ne pas user de ma magie de manière trop exubérante dans cette ville. Je me retrouvais donc en train de voler dans les airs de la ville accompagné par Dawn, retenant mes larmes avec véhémences tandis que je me dirigeais vers la forêt à la recherche de l’unique endroit dans cette ville capable de limiter la casse dans mon cœur. Le camp des merry-man, je voulais voir Robin. Je voulais l’entendre me rassurer. Je voulais qu’il me jure que tout allait bien se passer. Je voulais qu’il me prenne dans ses bras comme aurait pu le faire Tybalt, mais j’avais également besoin de savoir que Petit-Jean allait bien. A eux deux, ils avaient réussi à combler le vide qu’avait engendré la mort de mon cousin.

Après vingt minutes de vol, j’atterrissais en face du chalet de Robin avant de frapper à la porte de ce dernier, mon cœur battant douloureusement dans ma poitrine tandis que ma gorge me brulait. Dawn glatissait derrière fois, tenant dans ses serres mon pendentif qui me rendait avant de se poser sur mon bras tandis que je perdais une larme et que des pas se dirigeaient dans ma direction.

code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________
one love, two heart

C'EST DRÔLEMENT DANGEREUX DE S'ATTACHER À QUELQU'UN, C'EST INCROYABLE CE QUE ÇA PEUT FAIRE MAL. RIEN QUE LA PEUR DE PERDRE L'AUTRE EST DOULOUREUSE. C'EST MOCHE DE GUETTER UN SIGNE DE QUELQU'UN POUR SE SENTIR HEUREUX.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Little John

▻ Messages : 108
▻ Date d'inscription : 16/01/2017

MessageSujet: Re: Petit-Jean, je suis heureuse de te revoir   Lun 17 Juil - 22:46


❝ je suis heureuse de te revoir ❞
- Petit Jean & Juliette -
Life's been blinding me from what I thought I'd see is there clarity in this insanity ? What's she want from me? Roads in front of me taking me astray Are you leaving me? Or are you leading the way?Can you hear what I'm saying? I need to know

Petit Jean s'était retrouvé avec beaucoup de choses à assimiler. La fin du sortilège. Son arrivée dans cette ville. D'apprendre que son frère de Coeur avait emménagé dans la même demeure que la méchante reine. Sur le moment, les événements s'étaient enchaînés de telle sorte qu'il n'avait eue le temps de s'y attarder. Maintenant que le calme était revenu, l'Agrabien avait, malheureusement, tout le loisir d'accuser le choc. Il avait largement le temps de sentir la culpabilité l'envahir, de se rappeler chaque actions et chaque paroles prononcées sous l'emprise du miroir. Il ne servait à rien de ressasser les actions passées, mais que pouvait-il faire d'autres ? Il se sentait plus inutile que jamais, ici. Un sentiment qui émoussait la joie de retrouver ces amis. Avait-il pris la bonne décision en les suivant à Storybrooke ? N'aurait-il pas été plus juste de rester et d'essayer de réparer ces erreurs. La guerre n'était pas finie. Ingrid avait toujours des alliés, des personnes n'ayant pas besoin d'un miroir magique pour lui prêter allégeance, sans parler de ces monstres créés avec sa magie. Que se passait-il pendant que lui s'adaptait tant bien que mal à ce nouveau monde ? Il ne pouvait s'empêcher d'y penser.

Robin lui avait donné gracieusement le chalet qu'il avait occupé lors de son arrivée en novembre et lui avait aussi montrer ce qu'il devait absolument savoir concernant le fonctionnement de la ville. Certaines choses continuaient à lui échapper, de sorte que Petit Jean n'osait errer dans cette Storybrooke sans être accompagné. Ce n'était pas la première fois qu'il devait s'adapter à un nouvel environnement. Sauf que, bien que diriger par des coutumes et possédant un climat différent, il restait suffisamment de point commun entre Agrabah et la Forêt Enchanté pour éviter de se sentir complètement perdu. Par exemple, il ne s'était toujours pas adapté au style vestimentaire de la ville et préférait pour l'instant concerver ces habits de leur monde d'origine. Cette impression qu'il ressentait chaque fois qu'il contemplait la ville le poussait de nouveau à se poser beaucoup trop de questions concernant la justesse de ces actions.

En retournant sur ces pas, il vit une personne devant la porte du chalet qui était à présent le sien. "Si c'est Robin que vous veniez chercher, il n'habite plus ici." Annonça-t-il en continuant de s'approcher. Il fut surpris en découvrant l'identité de la visiteuse. "Juliette ?" S'étonna-t-il. D'un coup, son coeur s'alourdit devant ces derniers souvenirs concernant la reine. Ses paroles, son attaque en traître. "Justement, j'avais des excuses à..." Il s'interrompit en remarquant la larme qui avait couler. "Quelque chose ne va pas ?" Demanda-t-il, inquiet. Question stupide, bien sûr, on ne versait pas de larme lorsque tout allait bien. Petit Jean pouvait se montrer très maladroit lorsqu'il était question de sentiment, mais sa maladresse renforçait son attitude protectrice.

code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________
Don't let me go
I need your help, I can't fight this forever. I need a savior to heal my pain when I become my worst enemy. (⚡️) northern lights.
Revenir en haut Aller en bas

Elle voulait une vie normale résultat c'est pikachu reine de la météo
Elle voulait une vie normale résultat c'est pikachu reine de la météo
avatar
Juliette White-Queen

▻ Messages : 1254
▻ Date d'inscription : 16/01/2017

MessageSujet: Re: Petit-Jean, je suis heureuse de te revoir   Mar 18 Juil - 22:19


❝ je suis heureuse de te revoir ❞
- Petit Jean & Juliette -
Life's been blinding me from what I thought I'd see is there clarity in this insanity ? What's she want from me? Roads in front of me taking me astray Are you leaving me? Or are you leading the way?Can you hear what I'm saying? I need to know

« Si c’est Robin que vous veniez chercher, il n’habite plus ici »

Cette voix venant de derrière moi me fit sursauter tandis que je réprime un cri de surprise tout en étant accompagnée d’une rafale de vent qui enveloppe mon corps tout en soulevant mes cheveux, prêt à tout pour me protéger. Robin n’était plus là ? Mais où était-il ? Avec Régina forcément, pensais-je avec une légère décéption tout en me retournant dans un même mouvement je sentais un piètre sourire étirer mes lèvres tandis que je reconnaissais Petit-Jean face à moi. Ce dernier prononçait mon nom, sa voix trahissant son étonnement, avant d’ajouter qu’il avait des excuses à me faire. Non, il n’avait pas besoin de me demander des excuses, je ne lui en voulais pas le moins du monde, je n’eus pas le temps de lui offrir la rédemption qu’il s’arrêta une fois encore pour me demander si quelques choses n’allaient pas.Il avait certainement vu la larme, devinais-je légèrement honteuse, consciente que cette preuve de faiblesse allait le mettre dans tous ses états. S’il y avait bien une chose que Petit-Jean ne supportait pas c’était de savoir les personnes qu’il aimait souffraient. Il n’avait pas besoin de cela pour l’instant. Descendant les deux marches qui séparaient la porte d’entrée du sol, je m’efforçais à sourire avant de mentir avec beaucoup de maladresse :

« Tout va bien, j’avais seulement besoin de prendre l’air. »

Me retrouvant face à lui je le prenais dans mes bras, retenant mes sanglots une fois de plus avant de le libérer. En réalité, le savoir prêt de moi avait légèrement réduit ma peine de cœur, sans compter que depuis que nous étions rentrés je voulais le retrouver, mais je n’avais pas trouvé le temps d’y parvenir.

« Je suis heureuse de te trouver Petit-Jean, je voulais venir te voir depuis que nous sommes rentrés mais je n’en ai pas trouvé le temps. »

Laissant un sourire naitre sur mes lèvres je demandais en me raccrochant comme à une bouée de sauvetage au faible moment où je pouvais penser à autre chose qu’à l’échec cuisant que je venais de vivre avec mon mari :

« Alors dit moi, comment est-ce que tu trouves la ville des maudits ? Elle est étrange n’est-ce pas ? »

Demandais-je en un murmure, avant de reprendre en passant ma main sur le cuir de ses vêtements d’époque :

« Si tu veux, quand tu seras prêt je pourrais t’aider à trouver d’autre vêtement »



code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________
one love, two heart

C'EST DRÔLEMENT DANGEREUX DE S'ATTACHER À QUELQU'UN, C'EST INCROYABLE CE QUE ÇA PEUT FAIRE MAL. RIEN QUE LA PEUR DE PERDRE L'AUTRE EST DOULOUREUSE. C'EST MOCHE DE GUETTER UN SIGNE DE QUELQU'UN POUR SE SENTIR HEUREUX.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Little John

▻ Messages : 108
▻ Date d'inscription : 16/01/2017

MessageSujet: Re: Petit-Jean, je suis heureuse de te revoir   Ven 28 Juil - 19:52


❝ je suis heureuse de te revoir ❞
- Petit Jean & Juliette -
Life's been blinding me from what I thought I'd see is there clarity in this insanity ? What's she want from me? Roads in front of me taking me astray Are you leaving me? Or are you leading the way?Can you hear what I'm saying? I need to know


Le sentiment de culpabilité ou la honte ressentie face à ces actions passées fit rapidement place à l'inquiétude en remarquant la larme sur la joue de Juliette. Petit Jean estimait ne pas être le meilleur pour réconforter le coeur d'une femme. Il était avant tout un soldat. Il enviait l'habitabilité de langage du ménestrel de leur groupe, Allan. L'Agrabien regretta de ne pas être aussi doué que son ami avec les mots, ce qui ne l'empêchait pas de faire de son mieux avec ces tentatives maladroites et de s'inquiéter pour ces amis.

Le mensonge qu'il reçut en réponse était peu convainquant, néanmoins, Petit Jean sentit que sa visiteuse ne voulait pas parler de ces problèmes et respecta cette décision. Il se contenta de hocher gravement la tête, toujours la mine soucieuse, afin de faire comprendre qu'il ne poserait pas de question, mais qu'il serait là si jamais Juliette changeait d'avis. Avant qu'il n'ait le temps de reprendre la parole, Juliette avait fini de combler la distance qui les séparait pour le prendre dans ces bras. Pris par surprise, l'Agrabien rendit tout de même cette étreinte et tapota doucement le dos de la demoiselle en un signe de réconfort maladroit avant qu'elle ne s'écarte.

"Tu n'as pas à t'en excuser, c'était à moi, normalement, à faire le premier pas. Les événements se sont tellement enchaînés que je n'en ai pas eu le temps. J'aimerais m'excuser pour ce qui s'est passé sur les terres gelées. Ce que j'ai fait... Ce que j'ai dit."
Commença-t-il, la mine sombre devant ce souvenir.

Juliette changea de sujet avec un sourire. Elle parla de la ville des maudit et Petit Jean se massa la nuque en émettant un mince sourire. "Oh ça, oui, le mot étrange convient parfaitement. Je n'ai jamais vu une ville comme celle-ci. Tout y est déroutant. Robin est d'une grande aide, mais je doute de m'y faire totalement." Avoua-t-il, un peu penaud. Son sourire resta alors que sa visiteuse toucha le cuir de ces habits, sans aucun doute sa tenue tranchait avec le style de ce monde. "Quand je serais prêt..." Répéta-t-il sur un ton songeur, soupesant cette phrase avec une moue pensive. "Je ne sais pas si je suis prêt à adopter les tenues de ce monde étrange... J'ai peur que cela signifie que j'arrête le combat. C'est idiot, je sais, mais c'est si déroutant." Son regard s'attarda sur le décor paisible. "Tout est si calme ici, en paix, alors que chez nous, Ingrid est toujours là avec ces rêves de conquête." Il était bien placé pour le savoir.

Il soupira et paru gêné d'avoir assombri l'ambiance. "Pardonne-moi. Je t'embête avec mes doutes." S'excusa-t-il avec un mince sourire. "Tu voulais voir Robin ? Il a déménagé chez sa nouvelle promise, mais je peux peut-être t'aider ?" On pouvait sentir l'ombre d'un reproche au sujet du déménagement, mais Petit Jean avait trop de respect envers son frère de coeur pour le dire ouvertement.


code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________
Don't let me go
I need your help, I can't fight this forever. I need a savior to heal my pain when I become my worst enemy. (⚡️) northern lights.
Revenir en haut Aller en bas

Elle voulait une vie normale résultat c'est pikachu reine de la météo
Elle voulait une vie normale résultat c'est pikachu reine de la météo
avatar
Juliette White-Queen

▻ Messages : 1254
▻ Date d'inscription : 16/01/2017

MessageSujet: Re: Petit-Jean, je suis heureuse de te revoir   Lun 31 Juil - 22:43


❝ je suis heureuse de te revoir ❞
- Petit Jean & Juliette -
Life's been blinding me from what I thought I'd see is there clarity in this insanity ? What's she want from me? Roads in front of me taking me astray Are you leaving me? Or are you leading the way?Can you hear what I'm saying? I need to know
Les bras de Petit-Jean se replièrent maladroitement sur mon corps et je mon cœur s’apaiser un cours instant tandis que j’inspirais son odeur pour me rassurer. J’étais au bord du précipice, j’avais tout donné en matière de contrôle en faisant face à mon mari amnésique et je me sentais défaillir de plus en plus. Depuis que nous étions revenus des Terres du Nord, je n’avais pas eu l’occasion de rendre visite à Petit-Jean et en le trouvant chez Robin je me surprenais honteusement de ne même pas connaitre l’endroit où se trouvait mon amie. J’étais réellement une amie en carton. Cette révélation me fit l’effet d’un coup de poing en plein visage, alors je me retrouvais à m’excuser pour tous mes méfait tandis que Petit-Jean me tapotait l’épaule avant que je ne m’écarte par moi-même. Autant l’un que l’autre nous n’étions pas bien brancher embrassade, donc je pouvais comprendre son mal-être. Une fois face à lui j’apercevais la culpabilité et les remords envahir ses traits avant que se dernier me repousse mes excuses pour me faire les siennes avant de parler sombrement des méfaits qu’il avait commis dans notre monde. Il avait essayé de me tuer deux fois, la première en ordonnant à ses soldats de me transpercer avec leur flèche et la seconde plus directement en tentant de me tuer par derrière. Heureusement Robin avait vu son ami et avait paré son attaque pour moi me sauvant ainsi la vie.

« Ce n’était pas toi, tu étais sous l’emprise d’un sortilège. Je t’ai pardonné au moment où le miroir a été brisé »

Expliquais-je en un sourire avant de baisser les yeux honteuses pour confessais :

« Tu sais si Regina n’avait pas arraché mon cœur pour me soumettre à sa cause je vous aurais tous tué, je sais combien le miroir peux manipuler l’esprit en utilisant nos plus grands regrets… Je jure que je ne t’en veux pas alors pardonne toi, d’accord ? »

Je tenais vraiment à ce qu’il comprenne que ce n’était pas lui, il était l’objet de force plus forte que lui, le plus important désormais c’était qu’il était libéré et en sécurité à Storybrooke. Désireuse de savoir comment il vivait son arrivé en ville je le questionnais sur ses impressions :

« Comme je te comprends, … »

J’étais pas à mon aise dans cette ville aussi, cependant plus le temps passait et plus je sentais que cette ville n’était pas aussi terrible. Elle était étrange. Elle me malmenée et naturellement je comptais bien la quitter dès que toutes mes affaires seront réglées et notamment quand je saurais quoi faire avec mon mari. Pour l’heure, j’apprenais à vivre comme les maudits, en portant leur vêtement, en renonçant à mon titre et en tentant de contrôler mes pouvoirs. J’espérais que Petit-Jean ferait de même et je lui proposais mon aide quand il serait prêt. Je savais que cela serait dur et j’étais loin, très loin d’avoir l’envie de le brusquer alors quand il me parla de ses doutes j’hochais la tête en signe de compréhension avant de mordre ma lèvre inférieur. Une fois de plus ce dernier s’excuse et je secouais la tête avant de répondre :

« Non, je t’en pris tu ne m’embêtes pas c’est moi qui me suis immiscer … »

M’humectant les lèvres, j’hochais les épaules face à sa question des larmes noyant mes yeux sans pour autant s’écouler tandis que le ciel s’assombrissait soudainement et que je me mettais à jouer avec mes cicatrices. Étrangement savoir Robin avec Regina ne me rassurait pas le moins du monde, elle était dangereuse, elle était amie avec la meurtrière d’Alice. Le dernier cri de Rosaline résonnant dans mon esprit, j’entendais le ciel gronder avant que Dawn ne fonce sur moi pour forcer un passage sur mon bras, me ramenant ainsi à l’instant présent tandis que je murmurais honteuse :

« Je perds pied Petit-Jean… »

Mon visage à moitié dissimulé derrière mon rapace, je sentais une larme rouler sur mes joues tandis que Dawn ne frottait sa tête contre mon visage, avant qu’un rire désespéré ne s’échappe de ma gorge :

« J’y arrive plus et Robin était la première personne à laquelle j’ai pensé pour m’aider, il a toujours compris, … »


code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________
one love, two heart

C'EST DRÔLEMENT DANGEREUX DE S'ATTACHER À QUELQU'UN, C'EST INCROYABLE CE QUE ÇA PEUT FAIRE MAL. RIEN QUE LA PEUR DE PERDRE L'AUTRE EST DOULOUREUSE. C'EST MOCHE DE GUETTER UN SIGNE DE QUELQU'UN POUR SE SENTIR HEUREUX.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Little John

▻ Messages : 108
▻ Date d'inscription : 16/01/2017

MessageSujet: Re: Petit-Jean, je suis heureuse de te revoir   Sam 5 Aoû - 23:55


❝ je suis heureuse de te revoir ❞
- Petit Jean & Juliette -
Life's been blinding me from what I thought I'd see is there clarity in this insanity ? What's she want from me? Roads in front of me taking me astray Are you leaving me? Or are you leading the way?Can you hear what I'm saying? I need to know


À défaut d'être habile avec les mots, Petit Jean pouvait au moins servir d'épaule sur laquelle s'appuyer en cas de détresse. C'était la moindre des choses après avoir tenté de tuer à deux reprises son interlocutrice. D'ailleurs, il put enfin présenter des excuses digne de ce nom, après une première tentative avortée en voyant la larme coulée sur la joue de Juliette. Curieusement, le fait que ces amis lui pardonnent aussi facilement ces actes n'était pas une source de soulagement pour lui, au contraire, il ne pouvait s'empêcher de ressentir un pincement au coeur, comme s'il se jugeait indigne de leur indulgence.

"C'était moi. Une part de moi profondément enfui. Il fut un temps où j'aurais agi et parler ainsi. Le sortilège n'a rien créé, il n'a fait que déterrer un passé que j'espérais oublier." Avoua-t-il en serrant les poings. "Mon serment balayé en un seul regard dans le miroir."

Concentré sur son propre trouble, il en avait oublié que ces amis avaient aussi été touchés par le sortilège du miroir avant que ce dernier ne fût brisé. L'aveu de Juliette le lui rappela. L'Agrabien s'en voulut de se complaire dans ses remords alors qu'il n'était sans doute pas le seul à en éprouver. "J'essayerais." Promit-il avec un mince sourire. "Alors fais en autant. Après tout, c'est toi qui l'as brisé. Je devrais plutôt te remercier au lieu de m'excuser." Continua-t-il, dans une tentative de chasser ces derniers remords afin de rendre la conversation un peu plus agréable.

Son interlocutrice y arriva bien mieux que lui en évoquant la ville. Petit Jean n'avait jamais rien vu de pareil, pourtant, il pouvait se vanter d'avoir traversé plusieurs royaumes très différents les uns des autres. Dire que Robin s'était parfaitement acclimaté aux coutumes locales ! Cela inspirait le respect, tout en inquiétant un peu. Il ne lui en avait pas encore parler, et son frère de coeur semblait tellement heureux ici qu'il n'osait pas aborder le sujet, mais l'Agrabien redoutait que Robin ne se détourne de leur cause au profit de la paix qu'offrait ce monde. Il avoua à moitié cette crainte auprès de sa visiteuse en déclarant qu'il avait certaines réticences à se séparer de son armure de cuir.

Ce n'était décidément pas dans ces habitudes d'être d'humeur aussi sombre, il en présenta de nouveau ses excuses, réalisant qu'il s'écartait certainement des raisons de cette visite. Petit Jean informa ensuite de la localisation de Robin. Bien qu'il désapprouvait cette relation qu'il avait découverte entre l'ancienne reine et son frère de coeur, il ne le dit pas clairement. Il préféra demander s'il ne pouvait pas aider Juliette, même s'il n'était pas la personne qu'elle était venue chercher à la base.

L'Agrabien leva la tête alors que le ciel s'assombrit. Un détail bien plus révélateur sur les sentiments qui traversait sa visiteuse que les larmes qui noyaient ses yeux. Il fit un geste vers Juliette, mais retira vivement sa main lorsque Dawn plongea vers sa maîtresse. Petit Jean écouta avec une expression grave sur le visage les paroles de Juliette. Il posa doucement sa main sur son épaule lorsqu'elle eut fini. "Asseyons-nous." Proposa-t-il avec un mélange de douceur et de fermeté que lui seul pouvait faire. Il s'installa sur les marches du chalet et invita Juliette à l'imiter. "Il y a des domaines où je ne peux égaler Robin, c'est un fait, mais, cela ne m'a jamais empêcher d'essayer ! Si tu veux m'en parler, je ferais de mon mieux pour t'aider, ou nous pouvons aller le chercher ensemble." Proposa-t-il sans l'ombre d'une hésitation.

code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________
Don't let me go
I need your help, I can't fight this forever. I need a savior to heal my pain when I become my worst enemy. (⚡️) northern lights.
Revenir en haut Aller en bas

Elle voulait une vie normale résultat c'est pikachu reine de la météo
Elle voulait une vie normale résultat c'est pikachu reine de la météo
avatar
Juliette White-Queen

▻ Messages : 1254
▻ Date d'inscription : 16/01/2017

MessageSujet: Re: Petit-Jean, je suis heureuse de te revoir   Dim 13 Aoû - 0:09


❝ je suis heureuse de te revoir ❞
- Petit Jean & Juliette -
Life's been blinding me from what I thought I'd see is there clarity in this insanity ? What's she want from me? Roads in front of me taking me astray Are you leaving me? Or are you leading the way?Can you hear what I'm saying? I need to know
Petit-jean était à sa manière comme Robin, il lisait en moi comme dans un livre ouvert, certes il était plus brutal, plus crue mais il savait lire entre les lignes. Il savait récolter les indices et les rassembler entre eux pour arriver à un verdict exact. Ce dernier voyait que la culpabilité d’avoir manqué de tous les tuer dans ce château de glace me rongeait. J’avais honte d’avoir rompu mon serment pour retourner ma veste et obéir au miroir. Depuis que mon cœur m’avait été rendu je n’avais de cesse à me demander si je serais parvenue à tuer de sang froid mes amis. J’aurais pu les tuer, si j’avais accompli cette horreur je ne m’en serais jamais remise, face aux mots de mon ami je souriais tristement avant de répondre :

« Ce n’était pas un acte héroïque, c’était un acte irréfléchis qui aurait pu tous vous tuer, je ne mérite aucune félicitation et je n’en attends pas une. »

Prenant son poing dans mes mains, je me contentais de lui sourire, j’avais déjà tout dis à ce sujet, il devait arrêter de songeais à cette histoire, il devait cesser de tournait et retourner cette histoire dans tous les sens, il devait se pardonner tout comme moi il avait raison et pour lui prouver que j’étais moi-même capable de l’écouter j’ajoutais :

« Mais si tu essaie de te pardonner j’essayerai de faire de même, je te le jure. »

J’en convenais c’était une légère tentative de manipulation, je jouais sur mon amour pour moi pour le forcer à faire ce que j’attendais de lui, mais ce mal était nécessaire. Finalement l’agrébien me demandais s’il pouvait m’aider, même s’il n’était pas la personne que j’étais venue chercher, une nouvelle fois, je sentais mes larmes mouiller mes yeux tandis que j’avouais honteuse que je perdais littéralement pied. Je perdais le contrôle de mon élément. Mon esprit était trop abimé pour faire face au nouveau mur devant lequel je devais me battre. J’étais fatiguée. La main de mon ami se posa sur mon épaule avec sollicitude avant que ce dernier ne me suggère de nous assoir avec ce ton qui n’appartenait qu’à lu, un doux mélange entre l’autorité et la douceur. Caressant Dawn, j’hochais la tête et attendais que ce dernier ne s’exécute avant de faire pareil, encore un vieux résidu de mes cours de bonne conduite. Patiemment, ce dernier me demanda plus d’explication avant de me proposer de m’accompagner pour aller chercher Robin et aussitôt je secouais la tête avec empressement :

« Ô non je n’irais pas chez Regina, je ne l’ai pas revu depuis qu’elle a eut l’audace de voler mon cœur et je ne compte as la voir de si tôt. Robin est avec elle et je ne souhaite pas qu’il s’aperçoive de mon animosité envers elle, je ne veux pas le faire souffrir, il m’a dit qu’il savait ce qu’il faisait et je compte bien lui faire confiance… »

M’humectant les lèvres, je déposais un tendre baiser sur le pelage de mon rapace avant de demander à Dawn de voler de ses propres ailes en un geste de bras impérial avant de tourner la tête vers Petit-Jean :

« J’ai retrouvé mon mari »

Soufflais-je avec douleur avant de perdre une larme et de terminer :

« Il ne se souvient de rien, je ne sais pas comment réparer la situation, tout est de ma faute »

Prenant ma tête en étaux dans mes mains je poussais un énième soupir tandis que le ciel s’assombrissait à mesure que les derniers cris de Rosaline raisonnaient dans mon esprit couplé à ceux que j’avais laissé s’échapper de ma gorge lors de cette nuit maudite où j’avais perdu mon bébé. Je ressentais encore la souffrance de ma fausse couche et la haine que je ressentais envers Cora et Freya.


code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________
one love, two heart

C'EST DRÔLEMENT DANGEREUX DE S'ATTACHER À QUELQU'UN, C'EST INCROYABLE CE QUE ÇA PEUT FAIRE MAL. RIEN QUE LA PEUR DE PERDRE L'AUTRE EST DOULOUREUSE. C'EST MOCHE DE GUETTER UN SIGNE DE QUELQU'UN POUR SE SENTIR HEUREUX.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Little John

▻ Messages : 108
▻ Date d'inscription : 16/01/2017

MessageSujet: Re: Petit-Jean, je suis heureuse de te revoir   Lun 4 Sep - 22:23


❝ je suis heureuse de te revoir ❞
- Petit Jean & Juliette -
Life's been blinding me from what I thought I'd see is there clarity in this insanity ? What's she want from me? Roads in front of me taking me astray Are you leaving me? Or are you leading the way?Can you hear what I'm saying? I need to know


Ils ressentaient la même honte d'avoir cédé au miroir, les mêmes remords. Petit Jean était soulagé d'avoir pu évoquer ce sujet avec quelqu'un qui avait ressenti la même chose que lui. S'il avait cherché à se complaire dans son malheur, il aurait pu déclarer que, grâce à Regina, Juliette n'avait pas commit l'impensable. Cette éventualité ne lui effleura pas l'esprit, car, premièrement, une telle déclaration apporterait du crédit à une action de la méchante reine, et, malgré tout ce qu'avait pu lui dire Robin, il préférait se couper la langue plutôt que de donner raison à Regina, ensuite, Petit Jean n'était pas du genre à abaisser l'importance des malheurs des autres par rapport aux siens.

"Ne demandons ni félicitation ni pardon, alors." Répondit-il avec gravité. "Mais ce n'est pas arrivé, nous n'avons pas tué nos amis, et le miroir ne fera plus aucune victime. Alors essayons de nous en réjouir plutôt que de penser à ce qui aurait pu arriver." Continua-t-il avant de poursuivre sur une promesse sur le fait de se pardonner soi-même. Il garda sous silence les vies qu'il avait prises sous les ordres de la reine des glaces. Il n'était plus question de lui. Sa mine sombre s'éclaira dans sourire alors que sa visiteuse jura d'essayer. Bien qu'il ne jura pas lui-même, il acquiesça pour témoigner qu'il allait également essayer tout en tapotant doucement la main de Juliette, comme s'il voulait lui transmettre un peu de sa force. Elle avait réussi à inverser la situation, lui faisant passer du rôle de la victime à celui qui apportait du réconfort.

Après une aparté plus que bienvenue sur l'étrangeté de ce monde, l'Agrabien lui demanda finalement s'il pouvait l'aider, malgré le fait qu'il n'était pas la personne qu'elle était venu chercher. Petit Jean ne put s'empêcher de lever la tête vers le ciel alors que sa visiteuse perdait le contrôle de sa magie. La surprise passée, il posa une main sur l'épaule de son amie, soucieux. Il proposa de s'asseoir avec un mélange d'autorité et de douceur dont il avait le secret. Petit Jean s'installa sur les marches et invita Juliette à en faire de même. Ensuite, il proposa d'aller chercher ensemble Robin, si ces conseils n'étaient pas suffisants.

"Ah, moi qui pensais être le seul à éviter la méchante reine." Commenta-t-il avec une pointe de soulagement. Il secoua légèrement la tête. "Je ne comprends pas le choix de Robin, mais ne dit-on pas que le coeur à ces raisons que la raison ignore ?" Il poussa un soupir trahison son incompréhension. Lorsqu'il avait appris la nouvelle concernant la méchante reine qui se rachetait une conduite, il avait eu l'impression que le monde était devenu fou en son absence.

Juliette relâcha son aigle et Petit Jean observa le vol de l'oiseau en silence. Il ne s'attendait certainement pas à l'annonce qui allait suivre. "Il était ici ?" Demanda-t-il, plus pour briser le silence que pour obtenir une réponse à sa question purement rhétorique. L'Agrabien se doutait que quelque chose empêchât cette nouvelle d'en être une bonne. Il ne tarda pas à avoir sa réponse.

"Je... J'ai cru comprendre que c'était le cas pour tout les habitants de la ville avant que la malédiction ne soit brisée, comment se fait-il que se ne soit pas son cas ?" Demanda-t-il maladroitement.

Le ciel s'assombrissait de nouveau. Il était à deux doigts de faire une boutade concernant le fait qu'ils seraient peut-être mieux à l'intérieur, dans une tentative hasardeuse de détendre l'atmosphère, mais, il se retenu juste à temps. À la place, il saisit doucement, mais fermement les poignets de Juliette afin qu'elle cesse de cacher son visage dans ses mains. "On trouvera une solution." Jura-t-il solennellement. "Dis-moi tout, pourquoi est-ce ta faute ?"

code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________
Don't let me go
I need your help, I can't fight this forever. I need a savior to heal my pain when I become my worst enemy. (⚡️) northern lights.
Revenir en haut Aller en bas

Elle voulait une vie normale résultat c'est pikachu reine de la météo
Elle voulait une vie normale résultat c'est pikachu reine de la météo
avatar
Juliette White-Queen

▻ Messages : 1254
▻ Date d'inscription : 16/01/2017

MessageSujet: Re: Petit-Jean, je suis heureuse de te revoir   Mar 5 Sep - 20:50


❝ je suis heureuse de te revoir ❞
- Petit Jean & Juliette -
Life's been blinding me from what I thought I'd see is there clarity in this insanity ? What's she want from me? Roads in front of me taking me astray Are you leaving me? Or are you leading the way?Can you hear what I'm saying? I need to know
Tout était décidé, nous ne demanderons ni pardon, ni félicitation, pour se concentrer sur les bienfaits de nos actions qu’importe le moyen d’échapper à nos faiblesses. Nous avions besoin d’en parler, nous ne savions pas tellement comment expier nos péchés, ni même comment nous pardonner nous même. C’était pourtant pas tellement compliqué mais nous n’étions pas des personnages faciles à cerné, c’était sans doute ce qui nous avait rapproché en dehors de la confiance aveugle que Robin pouvait nous porter autant à l’un qu’à l’autre. Lorsque Petit-Jean s’étonna de ma propre méfiance envers Regina je riais de bon coeur avant d’hausser les épaules face au diction qu’il avait utilisé :

« Je suis la mieux placée pour savoir que le coeur à ses raisons que la raison ignore, … Je n’arriverais jamais à blâmer Robin pour avoir écouter son coeur, j’espère seulement qu’il ne se trompe pas, je veille de loin à cela, … »

Assis sur les marches, je me retrouvais une fois de plus terrasser par mes émotions guère bénéfique. Comment se pardonner ? Comment accepter l’inacceptable ? J’en savais foutre rien. Mon second frère de coeur s’étonna de la présence de mon mari dans cette ville et j’hanchais la tête tristement. Si ce n’était pas le cas je ne serais pas là ! Pensais-je, sans pour autant lui dire. Il n’avait pas besoin d’en savoir davantage ni de subir les foudres de ma mauvaise humeur, il se blâmait assez comme ça. Sans compter que je perdais assez pieds comme cela le ciel était plus couvert et orageux de minutes en minutes tandis que mes mains serraient ma tête avec puissance et désespoir pendant que je me blâmais de tous mes méfaits. De son côté, Petit Jean essayait de comprendre, il posait des questions censées et nécéssaire et pris ses poignets entre mes mains pour me forcer à le regarder. Mes yeux brillants de larmes, je levais les yeux honteuse, tandis qu’il me demandait seulement des réponses sur le pourquoi de ma culpabilité. Après quelques secondes de silence, je m’humectais les lèvres avant de me replonger dans la pire après-midi de ma vie pour raconter l’histoire qu’il avait partiellement entendu et que j’avais complété une fois le sort noir lancé :

« L’après-midi où ma cadette a été tué, j’ai perdu le contrôle de ma magie, la foudre à fendu le ciel et les tornades faisaient rage dans tout le pays tant cette vision m’a été insupportable. L’énergie et le chocs que j’avais créé en hurlant.m’a fait perdre mon bébé pendant que j’essayé de réunir la tête de Rosaline avec son corps. »

M’arrêtant un instant je séchais mes larmes d’un geste de la main avant de prendre une inspiration saccadé pour poursuivre le regard voilé par le douloureux voile des souvenirs :

« Quand j’ai pris mon fils mort entre mes bras, ce fut le coup de trop, j’étais remplie de rage, la souffrance de mon corps était insoutenable et mon coeur brisé. Je perdais beaucoup de sang, j’ai pensé à me laissé mourir mais l’image du monstre qui avait retiré la vie de Rosaline s’est rappelé à mon esprit. Je ne pouvais pas le laisser gagner alors j’ai usé de la foudre pour briser le cordon ombilical qui me retenait encore à mon fils, avalé une potion capable de réparer toutes les blessures physique avant de donner une potion à Dawn pour que je puisse je monter. APrès avoir placé mon fils sur le corps de Rosaline je me suis enfuie »

Nouvelle pause pendant laquelle je me raclais la gorge et je continuais :

« Je me suis lancée à la poursuite du monstre et j'ai fini grâce à Belle par croisé votre chemin, mais pendant ce temps là le mage de l’esprit avait appris à mon mari du fléau qui nous avait frappé. Le temps qu’il arrive sur les lieux du crime j’étais déjà partie, il est rentré en rapatriant les corps, les a enterré dignement, et il est parti avec une partie de nos hommes à ma recherche en usant de ses pouvoirs pour tenter de me retrouver. Quand le sort noir à été lancé il était sur les terres enchantées et on a été séparé par deux mondes »

L’histoire raconté, je séchais mes larmes avant d’expliquer :

« Si j’étais retournée au château rien de tout ça ne serait arrivé ! Il n’aurait pas perdu son coeur et sa mémoire ! Il n’aurait pas été embraqué dans cette ville ! Nous serions restés ensemble… »

Secouant la tête, j’en oubliais même le simple fait que si j’avais fait cela nous ne nous serions pas rencontré, pour l’instant cela était infime pour moi. Relevant la tête, je demandais :

« Oses dire que ce n’est pas ma faute ? Tout est de ma faute, ma haine et mon désir de vengeance m’a bien puni… Je suis une piètre femme, comment veux-tu régler ça ? Je lui ai promis de retrouver son coeur mais je sais même pas qui aurait pu lui retirer ! Pourquoi lui faire ça ? »

code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________
one love, two heart

C'EST DRÔLEMENT DANGEREUX DE S'ATTACHER À QUELQU'UN, C'EST INCROYABLE CE QUE ÇA PEUT FAIRE MAL. RIEN QUE LA PEUR DE PERDRE L'AUTRE EST DOULOUREUSE. C'EST MOCHE DE GUETTER UN SIGNE DE QUELQU'UN POUR SE SENTIR HEUREUX.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Petit-Jean, je suis heureuse de te revoir   

Revenir en haut Aller en bas
 
Petit-Jean, je suis heureuse de te revoir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» je suis content de te revoir (réglisse)
» Je suis tellement heureuse de vous revoir! [PV: Luna]
» Bonjour,je suis nouvelle,alors petite présentation:
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» Nouvelle tête

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAPPY ENDINGS CHRONICLES :: Storybrooke & le monde sans magie :: Les habitations :: Les chalets des Merry-men-
Sauter vers: