Partagez|

[FB] Pris la main dans le coffre (Jefferson Stewart)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

avatar
Killian Jones
▻ Messages : 497
▻ Date d'inscription : 25/01/2017
▻ Localisation : LES SEPT MERS

MessageSujet: [FB] Pris la main dans le coffre (Jefferson Stewart) Dim 19 Nov - 7:37

Pris la main dans le coffre
Feat Jefferson Stewart



Je n’avais rien vu venir.
Occupé à gérer l’écoulement de notre dernière prise, j’avais laissé au quartier maître le soin de prévoir le recrutement de quelques membres d’équipage car nous en avions perdu six lors du dernier assaut.
La vie de pirate n’est pas un long fleuve tranquille et si souvent on gagne, parfois l’on perd.
Nous avions passé par-dessus bord avec les derniers hommages les six corps de nos compagnons dans leurs derniers linceuls.

Sur l’île du croissant rouge, nous avions appontés.
Un seul port, une seule auberge, non loin de Dunbroch, cette île tirait son nom de sa forme et des coraux rouge qui teintaient ses eaux.
En cette journée ensoleillée de printemps, nous avions pu débarquer notre marchandise et l’échanger contre monnaie sonnante. Nous avions apporté à l’aubergiste certaines denrées qu’il nous avait commandées et ravi que nous ayons pu les obtenir, compte tenu de leur rareté, il avait été des plus généreux.
Six tonneaux de Rhum avaient donc regagné nos cales et là je ne rêvais que de regagner ma couche pour savourer un repos bien mérité quand le quartier maître m’interpella pour me présenter les nouvelles recrues.
Faisant bonne figure, j’échangeais avec eux quelques paroles. Leur posant les questions d’usages, d’où ils venaient, où ils avaient servis, leurs attentes. Rien qui ne leur ait été demandé auparavant par celui qui avait en charge la gestion de l’équipage mais ainsi, il pouvait vérifier qu’ils ne se contredisaient pas et je pouvais moi-même me faire une opinion sur eux par leur langage corporel.
Une fois ceci fait, je soulevais le point qu’il en manquait un. Peut-être déjà découragé à l’idée du travail à effectuer.
Sur le Jolly Roger, l’équipage était mixte mais il n’y avait pas de traîne-la-patte. Chacun faisait sa part et ceux qui ne s’en sentait pas capable ou qui ne voulaient pas donner de leur personne se voyaient débarqués.

Le quartier maître promis de se mettre à la recherche d’un nouveau matelot et personnellement, je pris congé, enviant la chaleur des peaux sur ma couche qui n’attendaient que moi.

La main sur la poignée de la porte de ma cabine, j’entendis un léger bruit, qui chassa instantanément, toute trace de fatigue de mon corps et de mon esprit. En alerte, tous mes sens me criaient que quelqu’un se trouvait dans mon espace privé.

Peu avaient eu le privilège d’y être invité et tous ici savaient que je détestais qu’on y pénètre à mon insu.

Sortant mon épée au clair, je fis jouer silencieusement la poignée pour ouvrir la porte doucement.
Je voyais une ombre qui à toute évidence fouillait la pièce.
Dans le double fond du coffre situé au pied de ma couche se trouvait l’encre de seiche que m’avait offerte Ariel. L’intrus était justement en train de se pencher dessus et de fouiller dans mes habits. J’arrivais juste à temps. Un peu plus il aurait pu découvrir la cachette.
M’approchant discrètement je glissais ma lame sous son cou et l’obligeais à se redresser.

« Holà matelot. Ne t’a-t-on jamais apprit les bonnes manières ? Sais-tu ce qu’on fait aux voleurs ? »

La réponse était évidente, on coupait la main gauche.
Je n’avais pas eu le temps de vérifier ce à quoi il avait touché, mais je comptais bien faire parler ce vilain larron.

« Qui es-tu et que cherches-tu ? »



(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jefferson Stewart
▻ Messages : 112
▻ Date d'inscription : 28/10/2017
▻ Localisation : Perdu dans ma tête, mais mon corps doit être à Storybrooke

MessageSujet: Re: [FB] Pris la main dans le coffre (Jefferson Stewart) Mar 6 Mar - 19:03


Ce qui ne fallait pas faire pour exercer son métier ! Un de mes informateurs m’avait averti de la présence d’un artefact presque légendaire à bord d’un bateau pirate dans la région des Sept Mers. Vous imaginez aisément mon impatience à mettre la main dessus ! Je pourrais même le rapporter à mon meilleur client, le Ténébreux. En général, il aimait bien ce genre de babioles magiques, même si, souvent, je les voyais trôner sur une étagère ou prendre la poussière derrière une vitrine. Je m’étais souvent demandé si quelqu’un serait un jour assez fou pour essayer de lui dérober ne serait-ce qu’une simple tasse à thé. Si c’était le cas, je lui souhaitais beaucoup de courage. Même moi, je n’étais pas assez fou pour l’envisager, cela en disait long, non ?

Toujours était-il qu’après quelques semaines de recherches et de préparation, j’avais réussi à apprendre où le bateau contenant mon butin allait accoster pour se ravitailler. Un petit saut de chapeau plus tard, je m’étais retrouvé sur l’île du Croissant Rouge, je m’étais grimé en vulgaire marin et je m’étais engagé sur le Jolly Roger. Bien sûr, je n’avais aucune intention de naviguer ou de travailler pour un pirate. J’étais un voleur, pas un meurtrier. Je n’aurais jamais pu tuer qui que ce soit, je préférais largement le frisson de dérober quelque chose à quelqu’un qui pourrait m’en empêcher. C’était ça, la vie que je voulais : voler des trésors et parcourir les différents mondes de la magie avec mon chapeau. Et j’étais très bon à cela, la plupart du temps.

Je n’avais pas vraiment l’habitude des bateaux, du roulis et des grincements omniprésents du bois, mais je m’adapterais. Une fois sur le navire, je commençai à faire semblant de me mettre au travail en attendant l’inspection du capitaine, mais une fois le contremaître retourné à ses occupations, je me faufilai tel un serpent dans les ombres. Je profitai de l’effervescence à bord pour rejoindre la cabine du capitaine et y entrer discrètement.

La cabine était décorée avec goût sans être trop criarde. Le rouge sombre donnait beaucoup de noblesse et de chaleur à la pièce. Si je n’avais pas été si pressé, je serais bien resté un peu plus longtemps pour profiter de ce confort. Quittant ma contemplation du lieu, je me mis à chercher le coquillage de Calypso. Il devait être bien caché, si le capitaine du navire était aussi prudent et intelligent qu’on le disait. Ne trouvant rien dans le reste de la cabine, je me résolus à chercher dans le coffre au pied de la couche. Il n’était même pas verrouillé, il n’y avait aucune chance qu’un artéfact soit caché là, si ? Par zèle plus que par conviction, je me mis à chercher dans les vêtements rangés dedans. Au bout d’un moment, je sentis une bosse sous un des habits et je souris.

Soudain, le froid d’une lame sur mon cou m’immobilisa et je levai les deux mains en signe de reddition. J’avais été stupide et arrogant, je me serais volontiers giflé. Ne jamais se laisser surprendre, par tous les Dieux ! Je me tournai vers le capitaine et me relevai lentement.


« - Je ne suis pas un expert des traditions maritimes, mais je suppose que cela n’implique pas une tasse de thé et des scones ?

C’est ça, Jefferson, provoque le capitaine pirate avec un crochet à la place de la main et qui te menace de son épée, tu as raison ! Malgré cette exclamation de ma conscience, je ne pouvais m’empêcher de sourire avec suffisance.

« - Mon nom est Jefferson et je suis à la recherche de fortune et de voyage. Et plus particulièrement d’un objet dont on m’a parlé : un coquillage qui aurait appartenu à la déesse Calypso. Désolé pour le désordre, je rangerai. »


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Killian Jones
▻ Messages : 497
▻ Date d'inscription : 25/01/2017
▻ Localisation : LES SEPT MERS

MessageSujet: Re: [FB] Pris la main dans le coffre (Jefferson Stewart) Ven 23 Mar - 11:19

Pris la main dans le coffre
Feat Jefferson Stewart



Une tasse de thé et des scones ? Non mais il se croyait où là ce bouffon ?
Ma lame appuya légèrement plus sur sa carotide. S’il continuait ainsi, je doutais qu’il ne puisse avaler quoi que ce soit d’autre.

Jefferson ? Cela éveillait une vague bribe de souvenir bien trop flou pour m’être utile.

« Ce coquillage ? Rien que ça ? »

Il ne manquait pas d’aplomb. En un autre moment j’aurai pu l’admirer voire même tenter de faire plus ample connaissances mais là j’étais fatigué.

« Vous n’allez rien ranger du tout. Asseyez-vous sur la chaise. »


J’aurais pu dire le coffre, mais j’avais peur que ses mains lestes ne subtilisent ce que j’avais de plus précieux ici. Cette encre destinée à ôter tout pouvoir au crocodile pour me permettre de l’éliminer.
Le lit lui aurait été trop confortable.  La chaise se trouvait à distance de la table et j’avais roulé  la veille la carte de nos itinéraires. N’était disposé sur le pan de bois qu’un verre d’étain, une bouteille de rhum et de quoi écrire ainsi qu’un sextant.

« Que savez-vous des pouvoirs de ce coquillage ? »

Moi-même j’en savais peu. Elle me l’avait offert car je l’avais aidé alors que je n’attendais rien en échange de mon geste. Elle m’avait semblé en difficultés, j’avais souhaité l’aider. Point.
Calypso avait été blessé par le comportement d’un pirate portant le même nom que moi. Naturellement, sans rien changer à ma façon d’agir, je lui avais montré que tous les pirates n’étaient pas des monstres avides de pouvoir.

« Qui vous envoie ? »


Je ne voulais pas que cet objet tombe en des mains malveillantes.
Même si je ne l’avais jamais utilisé, il restait le souvenir agréable d’une rencontre chère.

Observant le larron de pieds en cape, après l’avoir fait asseoir de force, j’abaissais ma lame sans la ranger. Placé entre lui et la porte, il n’avait pas d’échappatoires et je comptais bien le faire parler.

« Qu’est-ce qui vous fait penser que je détient cet objet magique ? »

Je n’avais pas jusqu’à présent fait mine d’infirmer ou de confirmer qu’il était en ma possession. Les seules informations données étaient que je connaissais son existence.
L’idée qu’il connaisse Calypso et qu’elle l’ait envoyé récupérer son bien m’effleura, mais je l’écartais rapidement.
Si elle s’était ravisée ou en avait eu besoin, je la pensais suffisamment intelligente pour venir me le réclamer en personne. Je lui avais fait comprendre que tous les Jones ne se valaient pas. Que tous les hommes n’étaient pas identiques. Que tous les pirates n’étaient pas des mécréants et des profiteurs.
Maintenant je savais aussi que la peur de blesser pouvait conduire parfois à des actes stupides et peut être avait-elle honte de devoir reprendre son présent. Si tel était le cas je me ferais un plaisir de la rassurer et de le lui rendre, mais au vu de l’individu devant moi, mon instinct m’incitait à croire que ses motivations étaient bien plus égoïstes.

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [FB] Pris la main dans le coffre (Jefferson Stewart)

Revenir en haut Aller en bas
[FB] Pris la main dans le coffre (Jefferson Stewart)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
" Pourquoi il ne faut pas mettre la main dans un engrenage?
" Pris la main dans le sac ( pv Killian )
" Prise la main dans le sac...[PV Sacha]
" Se promène par la main (pv Gael)
" CANICHES d'élevage Tous âges URGENT à placer - VAR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAPPY ENDINGS CHRONICLES :: Le monde des contes :: Les Terres du Centre :: Les Sept Mers-
Sauter vers: