HAPPY ENDINGS CHRONICLES
Besoin d'une raison de nous rejoindre ? Cliquez sur lecture et vous verrez !




 

Partagez
 

 Robin ☾ Le coeur à ses raisons que l'alcool éteint

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar


Invité
MessageSujet: Robin ☾ Le coeur à ses raisons que l'alcool éteint
Dim 19 Nov - 10:48

sadness, hangover, friendship
feat Robin De Locksley
Le voir dans les bras de cette femme avait été plus douloureux que tout le reste. Je l’avais vu lui sourire, replacer une mèche de cheveux avant qu’il ne l’embrasse sur le front pour ensuite s’en aller chacun de leur côté. Mon cœur s’était brisé. J’avais juste eu le temps de retenir Dawn par un simple ordre de la pensée pour ensuite m’en aller dans mon appartement. C’est dans ce dernier que la première phase attaqua, j’avais pleuré avant de m’arrêter subitement pour exploser de rire. Dans ma crise de fou rire, je m’étais retrouvée en train de démonter ma chambre. Mon lit avait été retourné de fond en comble avant que des images de notre dernière nuit d’amour ne revienne me hanter. J’étais encore capable de le sentir en moi, de sentir sa peau contre la mienne son souffle sur ma peau, perdant une larme je me dirigeais vers la cuisine et ouvrait toutes les armoires pour en extraire des bouteilles d’alcool que je buvais sans la moindre cérémonie. Malheureusement, avec Louise nous n’étions pas de grande consommatrice et rapidement je tombais en rupture de stock et je m’armais d’un pot de glace avant de prendre la tangente par la fenêtre de ma chambre via le ciel. L’ivresse commençait à me gagner et mon euphorie rendait mon vol compliqué, je gagnais en altitude, en perdait c’était variable, mais je m’en fichais.  

Rapidement, je me laissais atterrir, mes pieds foulant la terre ferme, dont la nuit commençait à faire son apparition. Mangeant ma glace tranquillement, je me repérais grâce à l’odeur du port qui commençait à naitre dans mes narines. Comme souvent, je sentais mon nez se froncé cette odeur était vraiment spéciale. Mon pot de glace était dévoré à la moitié de sa contenance et je sentais mes esprits s’éclaircir à nouveau et la tristesse me serrer une fois de plus le cœur. Non. Il était exclu que je me laisse avoir par les pleurs. J’étais fatiguée de pleurer, au diable les pleurs.

Mon chemin croisant celui d’un bar, je m’y engouffrais et ignorais le regard intrigué des ivrognes du coin qui reluquait ma tenue de haut en bas. Levant les yeux au ciel, je m’approchais du bar et demandais d’une voix parfaitement intelligible :

« Une bouteille de vin blanc ! »

Le serveur fronçant les sourcils, je sentais mon agacement monter en flèche, s’il y avait bien une chose à ne pas faire quand j’étais dans cet état c’était me contrarier. Le fusillant du regard j’ajoutais avec autorité :

« S’il vous plait, merci ! »

sa tenue:
 
☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
Robin de Locksley
▻ Messages : 1992
▻ Date d'inscription : 15/01/2017
▻ Localisation : Précédemment aux enfers, dans le Tartare. Il se trouve à présent à NY


Robin de Locksley
MessageSujet: Re: Robin ☾ Le coeur à ses raisons que l'alcool éteint
Dim 19 Nov - 22:32

sadness, hangover, friendship
feat Robin De Locksley
« Tu seras malheureux, toujours, quelles que soient les décisions que tu seras amené à prendre » La voix de Cora résonnait encore dans sa tête tandis que son image infâme avec dans l'une de ses mains, son cœur, ne le quittait plus. L'archer, assit sur son banc et fixait inlassablement le lac qui se trouvait face à lui, comme si agir ainsi lui permettrait de trouver une solution à tous ses problèmes. Mais rien ne venait à lui, si ce n'est le désespoir et la sensation de s'enfoncer chaque jour un peu plus. Il avait « choisi » Marianne à Regina, un choix malheureusement non dicté par son cœur. Mais il aimait Marianne, pas de la même façon certes, mais cela n'en demeurait pas moins de l'amour. Toutefois, malgré son retour d'entre les morts, il ne parvenait à être heureux. Son sourire avait perdu de son naturel et son regard azur de son pétillant. Marianne avait beau faire, elle semblait perdre patience de voir son époux ainsi. Même le petit Roland se laissait gagner par la tristesse en voyant son père quitter leur chambre au Granny's pour regagner l'école où il continuait à enseigner, sans conviction. Oui, Robin était éteint, totalement.

Deux cygnes firent leur apparition et allèrent à la rencontre de l'un comme de l'autre. Si Roland eut été présent, nul doute qu'il aurait sautillé partout en voyant les oiseaux faire leur apparition. Mais il n'était pas là, Robin était seul. Une solitude qui commença à peser sur son moral déjà bien entamé. D'autant plus que la nuit commençait à tomber, rendant l'observation plus hasardeuse encore. Robin quitta son banc et releva le col de son manteau gris avant de s'éloigner du parc afin de retrouver la civilisation. Durant sa marche, il passa près du port et y observa les pêcheurs qui rentraient leur filet. Puis il reprit sa route et fut attiré par le néon d'un bar, non loin de là. Il n'y était jamais venu et poussé par l'attrait de la curiosité, il se décida à y entrer. À peine eut-il pénétré les lieux, que les regards de quelques habitués se posèrent sur lui. Il préféra n'y prêter aucune attention et marcha d'un pas pressé jusqu'au comptoir où le barman s'enquit de sa commande. Hésitant, car pas encore tout à fait au point sur les alcools le voleur lança avec lassitude « - Ce que vous avez de plus fort ! » L'homme s'éloigna aussitôt pour aller préparer la commande tandis que l'archer prenait place sur l'un des tabourets à disposition. Regina n'approuverait certainement pas ce genre d'endroit, ni la conduite du voleur qui s'apprêtait à boire plus que de raison ce soir. Il espérait naïvement se vidait la tête en s'enivrant et s'octroyait ainsi quelques minutes, voire quelques heures de répit. Le barman revint alors avec un double whisky qu'il posa devant le malheureux. C'est alors qu'une voix familière sortit l'ancien voleur de Sherwood de sa torpeur. Quelle ne fut pas sa surprise en découvrant, à sa gauche, une jeune demoiselle qu'il ne connaissait que trop bien.

« - Juliette ?! » lança-t-il de façon rhétorique, avant de prendre son verre et de s'approcher de sa meilleure amie. « - Qu'est-ce que tu fais ici ? » À en juger par sa gestuelle, la demoiselle avait déjà sombré dans l'ivresse. « - Tu es saoule ? » tenta l'archer avec hésitation. « - Ca va ? » tenta-t-il ensuite avec appréhension.



☾ anesidora


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité
MessageSujet: Re: Robin ☾ Le coeur à ses raisons que l'alcool éteint
Lun 20 Nov - 19:11

sadness, hangover, friendship
feat Robin De Locksley
« Si je peux me permettre il n’est pas très recommandé pour une femme de trainer seule dans ce genre de lieux » Me murmura le serveur en me tendant la bouteille de vin blanc que j’avais commandé. Une fois de plus je le fusillais du regard, avant de regarder autour de moi. Si j’avais été sombre j’aurais certainement été légèrement désappointé d’être reluqué comme un morceau de viande, mais en cet instant précis j’en avais rien à faire. Ils voulaient m’approcher ? Ils devraient dans un premier lieu combattre mes éléments avant de poser un seul doigt sur moi. Laissant échapper un léger rire, je reportais une fois de plus mon attention sur le serveur et saisissais la bouteille qu’il tenait toujours avant de mettre fin à ses envies de sauveur en carton :

« Qu’ils essaient de m’approcher, ils seront bien reçus »

Les tuer ? En aurais-je été capable. Oui, c’était certain. C’était parfaitement plausible. Il y avait sans doute une part de moi qui espérait cela. Non, en fait c’était certain que j’attendais qu’une personne ne viennent à commettre un acte qui pourrait justifier une attaque de ma part. J’étais à fleur de peau, j’avais besoin d‘oublier mais chaque seconde passer seule avec mes pensées me poussaient un peu plus face à cette solitude et cette culpabilité qui m’empêcher de respirer. Le serveur avait quant à lui l’air de chercher si mes mots étaient verdict ou seulement lancé dans le vent. Prenant la bouteille, je m’efforçais de lui sourire avant d’ajouter avec mauvaise humeur :

« Vais-je réellement être contrainte de vous demander un verre et l’ouverture de cette bouteille ? »

Le quadragénaire secoua la tête en signe de négation et s’exécuta avant de repartir en lançant une serviette sur son épaule pour servir d’autre client certainement plus agréable que moi. Seule avec ma bouteille, je commençais à boire le verre que le serveur m’avait servi avant qu’une voix familière m’appelle. Retenant un bref sursaut je répondais tout en tournant lentement la tête en provenance de la voix :

« Juliette est momentanément indisponible, merci de revenir plus tard »

Reconnaissant Robin, je me sentais grimacer en reconnaissant Robin juste à côté de moi. Sa question me forçait à réfléchir : étais-je saoule ? Il était fort probable que la réponse était oui, mais je n’avais pas l’intention d’y répondre. D’ailleurs si ce dernier était là pour me sermonner il allait gouter à la douceur d’une tempête qui l’emporterait autre part. Sa seconde question quant à elle me fit éclater de rire. Reprenant mes esprits je finissais mon verre d’une traite avant de remplir une fois de plus ce dernier en répondant d’une voix lente et dénudée de la moindre émotion :

« Je suis au top de ma forme Robin, si t’es là pour me sermonner tu peux partir,... Pas envie d’entendre le moindre laïus sur ce qui est bien ou mal »


sa tenue:
 
☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
Robin de Locksley
▻ Messages : 1992
▻ Date d'inscription : 15/01/2017
▻ Localisation : Précédemment aux enfers, dans le Tartare. Il se trouve à présent à NY


Robin de Locksley
MessageSujet: Re: Robin ☾ Le coeur à ses raisons que l'alcool éteint
Mar 21 Nov - 22:44

sadness, hangover, friendship
feat Robin De Locksley
Robin n'était plus sûr de rien et en avait marre de réfléchir, de se demander pourquoi, comment sans qu'aucune réponse ne se fassent entendre. Il était fatigué de subir cette morne quotidienneté dénuée de bonheur, épuisé de lutter alors que le combat était perdu d'avance. Et oui, il avait choisi la facilité en pénétrant ce bar et en optant pour l'option beuverie, lui qui jadis optait pour cette option en compagnie de ses camarades, pour fêter quelque chose. Le moins, que l'on puisse dire, c'est que ce soir son cœur n'était plus à la fête. D'ailleurs son cœur n'était plus là tout court. « Voilà pour vous, un double whisky ! » lança le barman en posant devant lui un verre épais laissant paraître un liquide ambré que Robin connaissait. Il faut dire qu'il avait déjà eut l'occasion de tester en étant lui-même derrière un bar. Une époque pas si lointaine qui semblait malgré tout à des années-lumières de celle-ci. Poussant un bref soupir, il ne prit pas la peine de remercier le barman qui s'éloigna pour servir des clients un peu plus enjoués. Le regard rivé sur le liquide ambré, l'ancien compagnon de Regina hésita à avaler cul-sec et alors que le verre s'apprêtait à frôler sa lèvre inférieure, son attention se focalisa sur la voix d'une jeune demoiselle qui n'était autre que Juliette. Sans réfléchir, il prit le contenant et s'approcha de sa meilleure amie plus atteinte que lui dans le désespoir et l'ivresse de toute évidence.

« - Tu uses de leurs formules contemporaines maintenant ? » Sans même lui demander la permission, il prit le tabouret à sa gauche et s'y assit avant d'enfin s'enfiler le verre qu'il tenait encore, d'une traite. « - J'en déduis que tu es ivre ! » Il fit signe au barman de lui préparer un autre qu'il espérait plus corser. « - Je trouve leur alcool trop doux ! Ça ne vaut pas celui de Frère Tuck hein !? » tenta-t-il pour détendre l'atmosphère, mais de toute évidence la Juliette qu'il ne connaissait que trop bien, semblait indisponible pour l'instant. « - Bah figure-toi que moi non plus je ne suis pas au top de ma forme. J'avais d'ailleurs prévu de me boire un nombre incalculable de verre histoire d'amoindrir tout ça. Sois donc rassurée, je n'ai nullement l'intention de te sermonner, je vais même t'accompagner tiens ! J'en ai ma claque des grands discours et de l'héroïsme. Ça ne mène à rien ! » Le barman déposa le nouveau verre face à Robin qu'il l'avala cul-sec « - Il m'en faudra plus. Remplissez le verre ! » Le barman leva un sourcil, pas sûr d'avoir compris la demande de son étrange client. « Entier ? »

« - Ouais un verre entier ! Soyons fous ! Donc revenons à nos moutons ma très chère Juliette. Qu'est-ce que tu fiches ici ?! »


☾ anesidora


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité
MessageSujet: Re: Robin ☾ Le coeur à ses raisons que l'alcool éteint
Mer 22 Nov - 19:04

sadness, hangover, friendship
feat Robin De Locksley
J’usais des formules contemporaines, il avait raison. J’avais entendu plus d’une fois cette réplique en tentant de joindre des clients. Elle m’avait rendu dingue plus d’une fois mais j’avais clairement très bien assimilé son utilité et en l’occurrence, la situation actuelle collait parfaitement à la situation. Par contre Robin lui n’avait pas compris que je le congédiais temporairement ailleurs, au contraire il s’asseyait sur le tabouret vacant sur ma gauche et se permettait en plus de déduire que j’étais ivre. Fronçant le nez je levais les yeux au ciel et prenais possession de ma glace pour en manger davantage. Mon repas du soir, c’était certain. Riant à la remarque de Robin je sentais le souvenir de l’alcool de Frère Tuck me revenir en mémoire :

« Ça c’est sûr, tu te souviens la première fois que j’en ai vu j’ai cru que j’allais m’étouffer »

Les souvenirs de cette première soirée au camp des Merry Men, me revenant à l’esprit je laissais échapper un soupir. Certes, j’avais littéralement touché le fond quand je m’étais retrouvé là-bas, mais il était certain que j’y avais passé de bon moment. Malgré sa tentative d’apprivoisement, je ne perdais pas les pédales et le congédiais une fois pour toute si son intention était de jouer mon preux chevalier. Mais contre toute attente, il m’apprenait qu’il en avait assez de ce rôle. Tournant le visage vers lui, je sentais une vague d’inquiétude me saisir avant d’être éradiquer par mon envie de glace. Le serveur revenant vers nous avec la commande de Robin, il lui remplissait son verre avant que je ne l’interpelle.

« Laissez-nous la bouteille, on en aura besoin ! »

Le regard du barman fut une fois de plus interrogatif et je lui répondais avec un air déterminé tout en enfournant une cuillère dans ma bouche. Quand est-ce que cet homme comprendrait que je n’avais pas besoin de baby-sitter ? Songeais-je avec agacement avant que Robin me demande ce que je foutais ici. Laissant échapper un léger rire je lâchais ma glace qui était désormais quasiment fondu au profit de mon verre que je buvais d’une traite avant de répondre :

« J’ai vu mon mari dans les bras d’une blonde. »

Le dire à voix haute faisait encore plus mal que de le penser et résultat des courses je riais. M’humectant les lèvres j’ajoutais en posant ma main sur le bras de mon meilleur ami :

« Mais ne t’en fais pas je gère, le ciel se déchainera pas ce soir ou s’il le fait ça sera pas de mon fait ! Et toi qu’est-ce qui t’emmène ? »

Remplissant mon verre une fois de plus, je ne le lâchais pas du regard avant de frapper dans mes mains pour signifier à tout le monde que j’avais eu une idée ! D’ailleurs tous les regards se tournèrent vers nous et je les ignorais en me mettant sur mes deux pieds avec une légère maladresse :

« Attention, tu as droit qu’à une seule réponse et après on ne parle plus des problèmes ! Plus de Roméo ou Romain c’est la même personne de toute manière, plus de Régina, plus de Marianne, plus de Roland, plus de reine blanche, plus d’archet ! Juste nous : toi et moi, Robin et Juliette »

Tendant la main pour conclure le pacte, je lui souriais avec un air enfantin avant de le reprendre en riant :

« Et les bouteilles ! J’ai failli oublié les bouteilles, alors on a un deal ? »



sa tenue:
 
☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
Robin de Locksley
▻ Messages : 1992
▻ Date d'inscription : 15/01/2017
▻ Localisation : Précédemment aux enfers, dans le Tartare. Il se trouve à présent à NY


Robin de Locksley
MessageSujet: Re: Robin ☾ Le coeur à ses raisons que l'alcool éteint
Sam 25 Nov - 0:41

sadness, hangover, friendship
feat Robin De Locksley
Juliette allait mal, c'était évident, tout comme lui, mais Robin était quand même heureux de retrouver son amie. « Heureux » n'en demeure pas moins un grand mot en de telles circonstances. Mais n'est-ce pas toujours bon à prendre ? Sans demander la permission, l'archer sans cœur s'installa donc à côté de la reine déchue, verre en main, alors qu'elle avait opté pour un pot de glace déjà bien commencé. Robin devait lancer la conversation, il le savait, mais ne devait pas rentrer trop rapidement dans les détails. Il opta donc pour une approche subtile, la nostalgie et le rappel des breuvages de frère Tuck semblait être le souvenir adéquat pour cette occasion. « - Si je m'en souviens ? Tu plaisantes ! Bien sûr que je m'en souviens. Tu as voulu nous prouver à tous, que tu pouvais boire ce breuvage. Nous étions autour du feu, en cercle et tu t'es levé pour dévaliser Tuck. Petit Jean doutait de toi, mais j'étais persuadé que tu le ferais. Il t'en faut bien plus pour être impressionnée. » Chacun se mit à soupirer, l'une blasée, l'autre alourdit par l'amertume et la nostalgie d'une époque révolue. À son retour, le barman, se fit gratifier d'une nouvelle demande de Juliette « Toute la bouteille ? » demanda-t-il circonspect « - On paiera ne vous en faites pas ! Je suis un homme d'honneur ! » Il attendit cependant que le jeune homme s'éloigne pour mettre à mal son titre « - Mais ça, c'était avant. » laissa-t-il entendre dans un murmure alors que Juliette consentait enfin à lâcher son pot de glace pour délester son verre de la quasi-totalité de son contenu. Robin en fit de même avant de les resservir et de tendre l'oreille pour écouter ce que son amie avait à lui dire.

« - Quoi ? » fut sa première réaction. Pour dire vrai, il peinait à imaginer Roméo dans les bras d'une autre femme et l'entendre de la bouche même de Juliette sonnait tellement faux tout comme son attitude. « - Non arrête, ne joue pas les dures avec moi. Tu peux tout me dire, tu sais. Vide ton sac, comme on dit ! » Mais pris à son propre piège, il devait lui aussi se prêtait au jeu, histoire de rééquilibrer un peu la balance. Juliette remplit son verre à nouveau, bien décidée à le vider. Puis elle se mit à frapper des mains. « - Juliette, qu'est-ce que tu fais ? » demanda l'archer presque gêné de voir tous les regards convergeaient vers eux. « - Assis-toi pour commencer ! » dit-il en lui prenant gentiment le bras, histoire qu'elle puisse prendre appui sur lui. « - Ok ! Et bien pour la faire courte, j'ai choisi Marianne à Regina, par amour…par devoir… j'en sais rien. » Il récupéra la bouteille, se servit un verre avant de l'avaler cul sec « - Cette vie est pourrie. Quoique je fasse, je n'arrive pas à être heureux. C'est comme une malédiction. Mais ce soir, j'ai décidé de boire avec toi. Et tu sais quoi ? On va s'amuser, on va vider cette satanée bouteille et oublier toutes ces personnes qui nous minent le moral. Torchons nous la gueule ! » Il présenta son verre pour qu'elle vienne claquer le sien « - Que la soirée commence ! »


☾ anesidora


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité
MessageSujet: Re: Robin ☾ Le coeur à ses raisons que l'alcool éteint
Sam 25 Nov - 17:56

sadness, hangover, friendship
feat Robin De Locksley
Les souvenirs de notre première soirée ensemble revenait sur le tapis et nous rîmes malgré nos humeurs maussades. Cette soirée faisait partie des meilleurs, même si c’était mon orgueil qui avait fait le plus gros du travail. Comme toujours, je n’avais pas supporter qu’une bande d’hommes osent douter de mes compétences par pur valeur machiste. Un bon souvenir que nous refermèrent en un soupir mutuel mais motivée par des sentiments différents, j’étais plus blasée et Robin amer et nostalgique. C’était sans doute nos degrés d’alcoolisation différent qui créaient cette disparité, mais qu’importe.

Le sujet de ma venue ici arriva et je lui exposais les faits rapidement, le cœur lourd. Je n’osais pas le regarder de peur de lire une quelconque émotion chez lui qui fasse flanché la ligne de conduite que je m’étais donnée. D’ailleurs, je lui exposais ma stratégie calmement avec un détachement qui faisait froid dans le dos, et qui semblait inquiéter Robin qui quant à lui ne jouait pas du tout dans le même délire que moi. Il me demanda de vider mon sac et je posais mon verre avec une léger brutalité faisant au passage gronder le ciel de rage, avant que je ne prenne la parole avec dureté :

« Vider mon sac et pour dire quoi ? Tu aurais préféré que je tue cette blonde ? J’y ai songé figure toi mais après tout c’est de ma faute. C’est moi qui ait perdu notre enfant et qui est partie sans laisser la moindre trace pour assouvir ma vengeance. C’est moi qui l’ai laisser enterrer notre fils seul ! Je l’ai bien cherché finalement ! Si je n’avais pas fait ce choix, nous aurions jamais été séparé, il aurait jamais perdu la mémoire et il aurait toujours son cœur ! Et je refuse de me complaire dans les larmes, alors laisse-moi me complaire dans l’alcool ! »

Mon laïus terminé, je remplissais à nouveau mon verre afin de lui prouver que j’étais bien décidé à continuer sur ma ligné quoi qu’il advienne. J’avais pris ma décision et il savait que malgré les apparences c’étaient la plus raisonnable de toutes étant donné que c’était celle qui m’empêchait d’avoir du sang sur les mains. Reprenant mes esprits, je libérais le ciel de mon emprise en une inspiration profonde, avant de retourner la question de Robin contre lui. Naturellement, ce dernier se plia à l’exercice et je me sentais grimacer.

« L’amour c’est de la merde ! Je ne sais même pas pourquoi je me suis attachée à ça pendant des années ! »

Soyons, honnête la Juliette qu’il connaissait été endormie sous une bonne dose d’alcool et de tristesse. Ce n’était pas le moment qu’il tente de me demander des conseils en matière de sentiments, mais fort-heureusement ce dernier était dans le même état d’esprit que moi.

D’ailleurs il accepta ma proposition et me proposa son bras pour m’aider à me rassoir sur le tabouret avant que le serveur ne revienne mettre son grain de sel entre nous pour venir me dire de commander une pizza. Comme depuis mon arrivée je l’envoyais piètre ailleurs mais ce dernier protesta et insista lourdement jusqu’à ce que je lui dise de prendre ce qu’il voulait.

« Je me demande s’il ne se prendrait pas pour mon père lui »

Lâchais-je à l’attention de Robin avant de lever mon verre pour le faire claquer contre celui de Robin en répétant avec un air espiègle et joyeux :

« A nôtre soirée ! »

Buvant cul sec mon verre, je m’humectais les lèvres pour ne pas en perdre une seule goutte avant que je ne remplisse à nouveau nos verres avant de demander :

« A ton avis qu’est-ce que les gens d’ici font dans ce genre de situation ? »

sa tenue:
 
☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
Robin de Locksley
▻ Messages : 1992
▻ Date d'inscription : 15/01/2017
▻ Localisation : Précédemment aux enfers, dans le Tartare. Il se trouve à présent à NY


Robin de Locksley
MessageSujet: Re: Robin ☾ Le coeur à ses raisons que l'alcool éteint
Jeu 30 Nov - 21:25

sadness, hangover, friendship
feat Robin De Locksley


Était-il surpris de voir Juliette agir de la sorte ? Oui ! Mais pouvait-il se résoudre à lui sortir un discours emplit de bonnes valeurs pour tenter de la ramener sur le droit chemin ? Non ! Pour dire vrai, Robin n'avait plus envie de porter ce rôle et de réciter tel un mantra auquel il ne croyait plus, son code d'honneur. Il était amer en plus d'être malheureux et semblait bien incapable de le cacher et puis Juliette était ivre. Elle ne se souviendrait probablement de rien le lendemain et puis elle était sa meilleure amie, en de telles circonstances, il pouvait prendre le risque de se laisser aller, voir de se torcher la gueule en toute quiétude. C'est bien ce qu'il avait l'attention de faire. « - Ouais vide ton sac ! N'est-ce pas l'expression la plus adéquate en de telles circonstances ! » Une initiative qu'il regretta en entendant l'invective de Juliette, qui grâce à l'alcool, parlait sans concession. « - Wow ! Je doute que le meurtre la solution. On en sait tous les deux quelque chose hein ! Quant à ta culpabilité, en toute honnêteté, je la trouve trop lourde à porter. Ok, nous avons tous nos défauts, tu as sûrement merdé à un moment donné. Je ne t'apprends rien en t'affirmant que personne n'est parfait. Faire des erreurs, c'est le propre de l'être humain. Moi aussi, j'ai une liste longue comme le bras. Déjà, je n'aurais jamais dû imposer ma vie à Marianne. J'aurais dû choisir le confort d'une famille, aux désirs d'aventures et aux grandes causes. Ouais, j'aurais dû être égoïste, mais en faisant ça, je n'aurais jamais été celui que je suis devenu, mais pire encore, je n'aurais jamais rencontré Regina. »

Il se tue aussitôt, conscient d'être sur une pente glissante. « - On va oublier ça ! Tu as raison, il ne faut pas se complaire dans les larmes ce soir. L'alcool me semble être la meilleure des alternatives. » Il est vrai que pour oublier, la boisson s'y prêter, mais parviendrait-elle à agir sur le long terme et balayer totalement les malheurs qui égrainaient leur vie? Les deux amis s'accordèrent malgré tout à se resservir pour étancher une soif intarissable ce soir. Le ciel qui dehors se teintait d'obscurs couleurs, annonçant un désastre à venir, perdit de son intensité au moment où Juliette se reprit. Robin se prêta totalement au jeu de la confession quitte à balancer des vérités douloureuses. Il fallait soigner le mal par le mal. « - Je n'irais pas dire ça, mais disons que c'est… trop complexe, trop douloureux, trop… toujours et encore dans l'excès. L'amour ça fait mal…Non en fait tu as sûrement raison. L'amour, c'est de la merde ! » Une fois de plus, il porta son verre à ses lèvres, le délestant ainsi de quelques gorgées avant de pousser un long soupire. L'alcool ne faisait pas encore assez effet à son goût. Il réitéra donc à nouveau l'action et se laissa emporter. Lui-même n'était plus celui dont on louait la bravoure, le sens de la justice et les valeurs. Ce Robin-là, désespéré, perdu, aigri vaincu, avait pris la place de l'autre.

« - Oui à notre soirée ! » réitéra-t-il en lançant un regard noir au barman « - Quoi vous voulez ma photo peut-être ? » L'homme qui ne voulait plus attirer l'attention, préféra laisser les deux s'enfilaient gaiement leur bouteille. Dans le pire des cas, si cela venait à s'envenimer, il n'hésiterait pas à contacter le shérif Swan, voir madame le maire en personne, puisqu'il s'agissait de son « ex » Loin de toutes ces considérations, Robin avala son verre d'une traite et quitta son tabouret pour se diriger vers le juke-box non sans mal. L'alcool commençait à faire son effet et rendait sa démarche incertaine. « - Viens Ju ! On va danser un peu ! C'est ce que vont les gens d'ici dans ce genre de situation…enfin je crois » Il sortit quelques pièces de la poche de son jean et suivi les instructions de la machine. « - Je te laisse choisir la musique ! Fais-toi plaisir ! » Il s'écarta pour lui faire de la place et la laissa ainsi choisir la musique sur laquelle ils s'apprêtaient à danser sous les regards intrigués de la plupart des clients.



☾ anesidora


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité
MessageSujet: Re: Robin ☾ Le coeur à ses raisons que l'alcool éteint
Mer 6 Déc - 18:10

sadness, hangover, friendship
feat Robin De Locksley


Robin me suggérait de vider mon sac et je l’envoyais bouler. On ne pouvait pas dire que j’avais l’alcool bien joyeux en cet instant, mais je me laissais aller à la méchanceté et à la vérité crue sans chercher à l’enjoliver. Il voulait savoir, il allait le savoir, d’ailleurs au vu de se tête il ne se doutait pas le moins du monde que j’en avais autant sur le cœur. Naturellement, en son sens le meurtre n’était pas une solution et je me retenais pour ne pas lever les yeux au ciel. Trop facile de dire cela, mais imaginait-il le mal que cela m’avait fait de la voire cette blonde dans les bras de mon mari ? La tuer m’aurait fait le plus grand bien, d’ailleurs si elle était encore en vie ce n’était pas grâce à ma mythique générosité, non en réalité j’avais peur qu’un éclat de foudre ne touche Roméo. Même si ce dernier me brisait le cœur en m’offrant un tel spectacle je ne pouvais me résoudre à lui faire du mal. Ne relevant pas, j’écoutais les remords de Robin. Pour le coup il en avait lui aussi gros sur les épaules, et vidait son sac en s’affligeant ses anciennes décisions qu’il jugeait égoïstes. Une moue désolée sur le visage, j’écoutais avant de réprimer un soupir en entendant son évocation de Regina. Décidément elle était dans toutes les discussions cette femme. Remplissant son verre, je le poussais vers lui avant de lever le mien :

« A nos vies merdiques alors ! »

Trinquer à une chose aussi déprimante était assez amusant, d’ailleurs pour dire vrai j’étais même pas triste. La tristesse m’avait quitté, j’étais dans une douce lassitude, rien ne pouvait m’atteindre, encore un bénéfice de l’alcool. La dernière fois que j’avais bu autant remontait il y a bien longtemps dans la sombre et luxuriante maison des cygnes. L’ivresse me permettait de tenir lorsque tout devenait trop douloureux, je ne m’en étais jamais vraiment vanté. Même Ariel et Rosaline était ignorante de cette immonde manière que j’avais trouvé pour déconnecter. Lorsque Robin m’apprenait que j’avais raison, je lui jetais un regard espiègle accompagné par un sourire resplendissant lorsque je lui murmurais avec une sincérité dénudée du moindre sarcasme :

« Naturellement que j’ai toujours raison, ai-je déjà eu tord ? »

Riant à ma propre ânerie, je me retenais d’énumérer le nombre de fois où je m’étais royalement planté. Offrant un clin d’œil à Robin, je cherchais ma bouteille d’un geste de la main avant de la trouver pour m’en servir pour remplir mon verre tout en décrétant que l’amour était un véritable poison qui ne servait strictement à rien. Le regard cherchant la délimitation de l’alcool dans cette dernière, je grimaçais en fronçant les sourcils, cette tâche était assez ardue. Mais je n’étais pas au bout de mes peines, je reposais ma bouteille en applaudissant mon meilleur ami qui avait envoyé boulet l’homme qui s’était improvisé comme étant mon ange gardien. Robin avala par la suite son verre d’une traite avant de se lever en vacillant légèrement, une fois de plus je riais avant que ce soit mon tour de me lever et que je me vautre littéralement sur lui m’accrochant à son épaule hilare. Me redressant en gardant la prestance d’une reine, je prenais son bras et nous marchâmes tous les deux avec une délicieuse hésitation qui me firent glousser avant que je ne lui murmure au creux de l’oreille :

« La prochaine fois je nous fais voler, tu verras ça sera amusant »

Déposant un baiser sur sa joue je me retournais face au juke-box et m’accrochait à ce dernier pour tenir l’équilibre pendant que Robin me permettait de choisir ce que je voulais mettre. Lui lançant un regard légèrement déconfite je me reprenais, ok je ne m’y connaissais pas en musique mais je pouvais laisser le hasard choisir pour moi. Apercevant un icone qui m’inspirait portant le titre : LYKKE LI – GET SOME, je cliquais dessus avant de me retournais victorieuse vers Robin pour lui faire une légère révérence tout en montant le son au maximum aux premières notes de musique qui me parvint. Un sourire radieux je revenais vers Robin en me déhanchant de manière inédite aux rythmes de la musique riant de la simple idée que je devais ressembler à un pantin ridicule. Qu’importe, je n’en avais strictement rien à faire. La chanson se finissant je laissais apparaitre une nouvelle mine boudeuse avant que mon regard ne se pose sur un drôle d’objet qu’on m’avait nommé micro une fois. M’approchant de lui le pas vacillant, je le touchais du bout des doigts avant de siffler le barman avec excellence. Ce dernier se retournant vers moi, me fit signe que non et j’entendais la foudre gronder dehors avant que la porte ne s’ouvre à cause d’une puissante rafale de vent :

« On ne me dit pas non ! »

Faisant baisser la température du bar en une fraction de seconde le barman compris rapidement que j’étais responsable de tout cela et céda à ma requête avant de me rejoindre :

« Très bien, tu sais comment ça marche ? »

Secouant la tête avec un air enfantin, ce dernier m’expliqua et j’écoutais studieuse avant de déposer un baiser sur la joue de mon sauveur qui s’en alla en soupirant avant que je ne dise à Robin :

« A toi de choisir ! »


☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
Robin de Locksley
▻ Messages : 1992
▻ Date d'inscription : 15/01/2017
▻ Localisation : Précédemment aux enfers, dans le Tartare. Il se trouve à présent à NY


Robin de Locksley
MessageSujet: Re: Robin ☾ Le coeur à ses raisons que l'alcool éteint
Jeu 14 Déc - 15:56

sadness, hangover, friendship
feat Robin De Locksley


Boire n'était pas une solution, loin de là ! D'ailleurs, avant de trouver la solution, encore fallait-il éluder le problème ? « Ce n'est pourtant pas compliqué ! Une vieille connasse, accessoirement mère de la femme que j'aime plus que tout, m'a arraché le cœur pour se venger de moi. » Oui, cela paraissait si simple et pourtant aucun mot ne sortit de la bouche de Robin, Cora y avait œuvré, et même s'il luttait de toutes ses forces pour outrepasser cet ordre, il n'y parvenait jamais. « - Ouais, tu l'as dit Juliette ! À nos vies merdiques ! » réitéra-t-il presque avec conviction cette fois. Trinquer, boire, finir son verre, le remplir. On recommence ! Pas de limite, boire sans soif, l'ivresse les accapara très vite et curieusement, pour Robin son malheur se fit plus léger encore et sa peine moins grande. L'ivresse aidant, il continua à vider son verre presque frénétiquement pour ne pas perdre cet agréable sentiment de légèreté. Demain, le réveil sera dur, c'est évident, mais à quoi bon se soucier du futur dès lors, autant profiter de l'instant présent, tant qu'on le peut encore.

« - Rire ça fait tellement de bien ! » lança-t-il presque naïvement. À l'entendre, on aurait pu croire que cela faisait une éternité que ses zygomatiques n'avaient point fait d'efforts. « - Je pourrais aisément de lister toutes les fois où tu as eu tort. Non attends j'ai mieux ! Je pourrais écrire plusieurs tomes avec tout ce que j'ai en tête. Mais ce soir, on remet les ardoises à zéro et je décrète solennellement * il leva son verre en l'air * que ta voix est celle de la raison. Mais juste ce soir hein ? Faut pas pousser Granny dans les orties. » Robin ria à son tour à sa bêtise, pas peu fière d'avoir transformé une expression moderne qui plus est. L'absorption du verre faite, nos deux valeureux amis, optèrent pour une autre activité non sans difficulté au vu de leur état d'ébriété bien avancé. « - Attends tu nous fais voler ? Genre comme des oiseaux ? Ou voler comme tu sais le truc qu'on faisait jadis pour aider les plus pauvres. Oublie, ce n’était pas drôle » Il insista bien sur « drôle » l'effet se faisait comique, tant l'archer était ivre. Ajoutons à cela leur démarche plus qu'incertaine qui les mena toutefois jusqu'au juke-box. « - Tu vois, j'ai toujours su que j'étais l'épaule sur laquelle tu pouvais t'accrocher, là j'en ai la preuve. Robin des bois, une épaule de choix ! » Les regards continuaient à se braquer sur les deux ivrognes, qui eux, se foutant royalement du peuple, se livrèrent à une bien étrange chorégraphie. « - Tu ressembles au mieux à un crabe quand tu danses. Ce n’est pas comme ça qu'on fait » Se souvenant des mouvements des danseurs du Libertease, l'ami Robin tenta un déhanché non sans difficulté.

« - Il faut bouger le popotin comme ça. Regarde ! » L'envie était là, mais la démonstration pas fructueuse. Il faut croire que tout le monde ne peut être danseur(s)e au Libertease. Toute bonne chose ayant une fin, la chanson s'acheva, laissant nos deux danseurs amateurs sur le carreau. « - Non ! Non ! Non ! On ne peut pas s'arrêter en si bon chemin. » Juliette se saisit alors du micro et commença à le tripoter provoquant ainsi quelques larsens qui eurent raison de la patience du barman qui lui signe de ne pas toucher. Dehors, la foudre se mit à gronder « - Ah ça c'est clair, il ne faut pas lui dire non à la demoiselle » L'homme finit alors par s'approchait non sans appréhension et expliqua à la demoiselle le fonctionnement de l'engin qu'elle tenait encore en main. « - Ah ouais ok c'est pour chanter ! Ca me rappelle nos grandes fêtes dans les tavernes où on chantait tous à n'en plus finir. C'était marrant. » À son tour, Robin se pencha donc sur le juke-box « - Ah trop fort !!! » Son nom venait d'apparaître sur l'écran « - Je suis un personnage de Disney ! » hurla-t-il tout fier alors que les premières notes du « Oo De Lally » se firent entendre.

Robin Hood and Little John walkin' through the forest
Laughin' back and forth at what the other'ne has to say
Reminiscin', This-'n'-thattin' havin' such a good time
Oo-de-lally, oo-de-lally, golly, what a day
Never ever thinkin' there was danger in the water
They were drinkin', they just guzzled it down
Never dreamin' that a schemin' sherrif and his posse
Was a-watchin' them an' gatherin' around
Robin Hood and Little John runnin' through the forest
Jumpin' fences, dodgin' trees an' tryin' to get away
Contemplatin' nothin' but escape an' fin'lly makin' it
Oo-de-lally, oo-de-lally, golly, what a day
Oo-de-lally, oo-de-lally, golly, what a day



☾ anesidora


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité
MessageSujet: Re: Robin ☾ Le coeur à ses raisons que l'alcool éteint
Dim 17 Déc - 15:34

sadness, hangover, friendship
feat Robin De Locksley
Rire faisait tellement de bien, hochant la tête en signe d’accord, je ne relevais pas. Il était vrai que cette remarque pouvait paraître pathétique, rire nous savions faire, même en étant malheureux. Mais rire avec insouciance, ça nous ne savions pas faire. L’alcool nous avait fait lâcher prise, littéralement si bien que j’avais même oublier comment marcher avec dignité. A si ma mère me voyait elle serait éplorée de voir sa fille agir telle une gueuse de bas niveau. Malgré la mauvaise foi de Robin qui disait qu’il pouvait écrire un livre du nombre de fois que je m’étais plantée dans ma vie, je buvais la fin de mon verre. Je ne relèverais pas, sans doute parce qu’une part de moi savait qu’il avait en partie raison et que je me voilais la face, mais qu’importe, pour marcher jusqu’au jukebox je m’accrochais à son épaule avant de rire à sa blague.

« Je nous ferais voler comme des oiseaux tu verras c’est marrant ! »

Ou pas d’ailleurs, s’il était comme mon mari il n’aimerait pas, mais je repoussais cette pensée, ce soir Roméo n’existait plus. Je n’étais plus Juliette Montaigu Capulet, j’étais simplement Juliette et qu’importe ce que mon entourage en dirait. Forte-heureusement, Robin détourna mon attention en mettant en avant le fait qu’il était envers et contre tout l’épaule contre laquelle je pouvais m’appuyer en toutes circonstance. Riant à sa remarque, j’acquiesçais avant de répondre d’une voix pâteuse :

« Ouep ! Et tu sais pourquoi ? Parce qu’on n’a jamais couché ensemble ! Je suis sûre que ça aide ! »

La musique que j’avais choisi complètement au hasard remplissait la pièce et je me mettais à danser, enfin danser était un bien grand mot sans compter que la remarque de Robin sur ma ressemblance au mieux à un crabe mit fin à ma tentative avant que je le regarde tenter son truc en riant avant de demander :

« Comme ça ? »

Mimant à la perfection se dernier je riais face aux ridicules de la situation et la chanson se coupa, avant que je ne trouve un micro et que je ne mette en route ma tyrannie avec le barman le menaçant ouvertement de le faire griller s’il me refusait quoi que ce soit. Robin ne tenta même pas de m’arrêter au contraire il m’encourageait presque en me donnant raison. D’ailleurs je venais à mes fins et ce fut au tour de robin de choisir la chanson et c’est en un hurlement de stupéfaction qu’il mit la chanson de sa vie. Applaudissant, je repartais vers le bar en volant plus simple mais pas pour autant moins dangereux pour prendre nos fonds de bouteille. Revenant au milieu de la chanson je chantais avec lui et la chanson pris fin. Applaudissant, je tendais sa bouteille à Robin en ajoutant :

« Santé »

Buvant comme une guerrière au goulot de la bouteille je la reposais et en choisissais une autre que Louise avait écouté une fois ou deux à l’appartement :

« Tu vas pouvoir bouger ton popotin sur ça »

Oh, baby, baby
Oh, baby, baby
Oh, baby, baby
How was I supposed to know
That something wasn't right here?
Oh, baby, baby
I shouldn't have let you go
And now you're out of sight, yeah
Show me how you want it to be
Tell me, baby,
'Cause I need to know now, oh, because...
My loneliness is killing me (and I)
I must confess, I still believe (still believe)
When I'm not with you I lose my mind
Give me a sign
Hit me, baby, one more time
Oh, baby, baby
The reason I breathe is you
Boy, you got me blinded
Oh, baby, baby
There's nothing that I wouldn't do
It's not the way I planned it
Show me how you want it to be
Tell me, baby,
'Cause I need to know now, oh, because...
My loneliness is killing me (and I)
I must confess, I still believe (still believe)
When I'm not with you I lose my mind
Give me a sign
Hit me, baby, one more time
Oh, baby, baby
Oh, baby, baby
Ah, yeah, yeah
Oh, baby, baby
How was I supposed to know?
Oh, pretty, baby
I shouldn't have let you go
I must confess
That my loneliness
Is killing me now
Don't you know I still believe
That you will be here
And give me a sign
Hit me, baby, one more time
My loneliness is killing me (and I)
I must confess, I still believe (still believe)
When I'm not with you I lose my mind
Give me a sign
Hit me, baby, one more time
I must confess that my loneliness
Is killing me now
Don't you know I still believe
That you will be here
And give me a sign
Hit me, baby, one more time
☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
Robin de Locksley
▻ Messages : 1992
▻ Date d'inscription : 15/01/2017
▻ Localisation : Précédemment aux enfers, dans le Tartare. Il se trouve à présent à NY


Robin de Locksley
MessageSujet: Re: Robin ☾ Le coeur à ses raisons que l'alcool éteint
Ven 5 Jan - 1:30

sadness, hangover, friendship
feat Robin De Locksley


L'alcool commençait à faire effet ne rendant l'ivresse que plus grisante encore et les problèmes demeuraient des problèmes, un peu plus supportables qu'ils ne l'étaient quelques minutes auparavant. Leur démarche était quant à elle très hasardeuse tant ils avaient bu. Le barman commençait même à regretter d'avoir contribué à étancher leur intarissable soif. Le mal étant fait, il ne pouvait que prier pour que son établissement ne subisse aucun dégât ou que dans le pire des cas, il n'ait pas à contacter Madame le Maire. Sa réputation serait faite et il n'avait vraiment pas besoin de ça en ce moment. Robin et Juliette voguèrent donc jusqu'à ce qui leur fit office de piste de danse. Sans se poser de questions et parce qu'elle semblait ne plus avoir peur du ridicule, la jeune demoiselle tenta d'épouser le rythme. C'était hasardeux, mais pas désagréable à regarder. Robin le savait, il ne serait capable de se mouvoir et préférait se ridiculiser à chanter, plutôt que d'offrir aux quelques clients présents, un ballet désastreux. Toutefois, malgré le premier refus et après avoir comparé Juliette à un crabe, il osa esquisser un ou deux mouvements, l'alcool aidant, il réitéra son entreprise, sans l'appréhension, cette fois, d'être jugé. À vrai dire, il s'en foutait maintenant. La danse expédiait, nos deux complices passèrent au chant après une petite explication en bon et due forme de l'utilisation du micro. Un objet dont la familiarité échappait à Robin, qui intriguait, tenta d'écouter avec attention les explications que l'on venait de lui fournir conservant l'utilisation de l'objet. L'archer découvrit aussi qu'il existait une chanson vantant sa gloire, du moins celle de l'archer rendu célèbre par un certain Walt Disney. Mettant chacun du cœur, Juliette et Robin achevèrent leur improbable duo pour se désaltérer, Juliette ayant profité d'une petite accalmie pour ramener de quoi étancher leur soif.

Les applaudissements retentirent. Ils n'avaient plus de public, juste eux et savaient malgré tout se contentaient de cela. Juliette insista un peu plus sur les applaudissements avant de tendre sa bouteille à Robin qui ne put s'empêcher de rire. « - On était mauvais, vraiment très mauvais ! » Il délesta la bouteille d'une puis de deux gorgées qui lui réchauffèrent à nouveau la gorge. Il rendit à nouveau la bouteille à son amie, qui se délesta de ses manières pour boire elle aussi au goulot. Au diable les convenances ! « - Allez je me suis ridiculisé, maintenant c'est à toi ! » Mais il lui faudrait encore un peu de boisson pour tenir le choc. Il attrapa de ce fait sa bouteille pour la ramener à lui tandis que Juliette s'emparait du micro et de l'espace invitant son meilleur ami, si l'envie lui prenait, à bouger son popotin. « - Je ne bouge mon popotin que pour les grandes occasions ! » Les premières notes de la chanson résonnèrent et une fois encore, Robin ne put s'empêcher de faire le pitre et de se prêter au jeu du lâcher prise. Il était bien, tellement qu'il ne vit pas tout de suite les regards insistants sur Juliette investit dans sa chanson. « - S'il pleut, il ne sera pas difficile de trouver la coupable » Mais il en fallait plus pour ébranler la Capulet qui continuait malgré tout à livrer sa performance. Les mâles en rut en profitèrent pour se rapprocher et reluquer d'un peu plus près la chanteuse ivre d'un soir.

« - Vous faites quoi là ? » lança Robin à l'un des nouveaux arrivants. Un autre se permit de siffler copieusement Juliette. « Pas mal la chanteuse ! Elle ne nous ferait pas un show spécial si on lui offre quelques billets supplémentaires ? » Ce genre de types était légion dans les bars et en travaillant au Libertease, Robin en avait côtoyé quelques-uns. Il comprenait donc où ils voulaient en venir en évoquant les billets et les shows privés. Ni une ni deux, l'archer se précipita sur le malotru et lui offrit une belle droite qui le délesta au passage d'une molaire. La soirée prenait à présent une toute autre tournure et nul doute que le pauvre barman allait devoir prendre une décision pour mettre un terme à l'affrontement.





☾ anesidora


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité
MessageSujet: Re: Robin ☾ Le coeur à ses raisons que l'alcool éteint
Ven 5 Jan - 11:59

sadness, hangover, friendship
feat Robin De Locksley
Je riais à m’en donner mal au ventre, finalement nous aurions dû succomber à l’alcool depuis bien longtemps, visiblement cela nous réussissait bien. Robin chantait et je tentais de danser comme il avait tenté de me l’enseigner. A mon humble avis je me plantais royalement, mais qu’importe, au refrain je volais pour aller chercher les bouteilles en ignorant le regard des hommes qui nous reluquaient. Quand sa chanson fut finie, je tendais sa bouteille à Robin avant de boire la mienne au goulot, rien de bien classe mais on avait bien dit à bas la royauté ? Robin décréta que c’était mon tour et je lui tendais ma bouteille presque terminée avant de prendre son micro :

« Même pas peur »

Lâchais-je en riant avant de chercher maladroitement une chanson pour en trouver une que Louise mettait régulièrement : Britney Spears – One more time. Naturellement, je le mettais et j’attaquais la chanson en chantant assez faux, qui avait dit que les princesses et les reines devaient toutes être des as du micro ? D’ailleurs, Robin eu la délicatesse de me faire la remarque en mettant en avant un proverbe de ce monde sur la pluie. Lui offrant un clin d’œil, je m’humectais les lèvres et continuais. S’il voulait qu’il pleuve il suffisait de demander. Finissant ma chanson pendant que Robin se déhanchait en beau diable, je ne m’apercevais même pas que les autres hommes du bar s’étaient rapprochés. En réalité j’y voyais bien flou, et tout sauf Robin était loin. Ce n’est que lorsque mon meilleur ami, demanda ce qu’il était en train de faire, que je m’apercevais que la population du bar s’était déplacée pour se retrouver autour de moi. Posant le micro je fusillais l’homme qui m’avait sifflé du regard avant que ce dernier ne sous entendent de me payer.  En quelques mots il m’avait ramené entre les murs de la maison des cygnes, une prostituée c’était ça qu’il voulait que je sois ? Robin sauta littéralement à la gorge de ce dernier en lui assainissant un coup de poing magistral qui lui fit perdre une molaire.

« Robin ! »

Lâchais-je avant qu’un autre homme me prenne par le bras pour que je reporte mon attention sur lui. Personne n’avait le droit de me toucher, la foudre frappant le ciel, je le fusillais du regard avant de saisir ma bouteille pour lui exploser par la figure.

« Personne ne me touche espèce de pourriture. »

Les autres hommes du bar riaient et je cherchais Robin du regard, le voyant en position délicate avec l’homme qui m’avait pris pour un objet de revente, je levais la main vers eux et envoyais l’ivrogne à l’autre bout de la pièce, avant de me ruer vers Robin pour vérifier qu’il allait bien. Malheureusement en plein milieu de mon ascension je fus arrêtée par un colosse et un ventru qui ne voulaient qu’une chose : moi. J'étais un peu dans la merde là, à choisir j'aurais préféré que ça m'arrive à l'air libre c'était plus simple pour utiliser mes pouvoirs. Serrant les dents, j'entendais des souffles me parvenir dans mon dos, j'étais entourée de requin et je lâchais d’une voix pâteuse certes, mais ferme :

« Laissez-moi passer ou je vous foudroie tous un par un ! »

L'homme que j'avais gentiment assumé avec ma bouteille se releva la gueule en sang en beuglant :

« Si je te choppe salope t'es morte »

Bon cette fois j'étais vraiment dans la merde, entendant le ciel gronder sa fureur, je devais me concentrer pour être sûr qu'au moment où j'en aurais besoin il serait là. Mais bon avec tout l'alcool que j'avais ingéré je n'étais pas totalement sur que mes performances magiques seraient excellente.
☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
Robin de Locksley
▻ Messages : 1992
▻ Date d'inscription : 15/01/2017
▻ Localisation : Précédemment aux enfers, dans le Tartare. Il se trouve à présent à NY


Robin de Locksley
MessageSujet: Re: Robin ☾ Le coeur à ses raisons que l'alcool éteint
Sam 6 Jan - 0:29

sadness, hangover, friendship
feat Robin De Locksley


Un peu de légèreté, voilà ce qui manquait à Robin qui malgré l'ivresse, se délectait comme il se doit de son lâché prise. Il ne pensait plus à rien si ce n'est à l'instant présent. La frivolité dira-t-on était au centre de ses préoccupations, ça et cette bouteille qu'ils se partageaient à deux faisant fi des verres portant mis à disposition. Foutue modernité ! Au diable les convenances ! Juliette s'amusait elle aussi comme une petite folle, laissant de côté l'amertume et le désespoir qui émanait d'elle avant d'être rejointe par son meilleur ami. Elle avait même laissé son pot de glace s'est dire ! Peut-être qu'une autre âme en perdition en trouverait une quelconque utilité, bien qu'il soit fort à parier qu'il ne reste pas grand-chose à savourer de ce pot. Les joues quelque peu rougies par l'ivresse, Robin continuait à hocher la tête, le sourire aux lèvres. Juliette massacrait littéralement la chanson, si bien que l'archer espérait pour la chanteuse, qu'elle ne soit plus de ce monde, pour s'éviter tant de souffrance auditive. Malgré tout, la demoiselle n'en demeurait pas moins drôle, elle savait qu'elle n'était pas la nouvelle star de demain, mais se fichait pas mal de la fausseté de sa voix. Robin finissait même par s'en accommoder, rentrant totalement dans le délire en se prêtant au jeu de la danse et sachant pertinemment qu'il était aussi doué que Juliette derrière un micro. Il ne put d'ailleurs s'empêcher de rire à s'en décoller les poumons avant que la situation ne prenne un tout autre tournant.

Les babines retroussées face à la vision « angélique » d'une Juliette complètement torchée, les mâles en rut venaient de quitter leur petit territoire près du comptoir pour se rapprocher de la scène improvisée où lady Capulet assurait le show. L'attitude des gaillards titilla très vite la patience de Robin qui malgré l'ivresse, n'était pas encore assez embrouillé pour ne pas voir où voulait en venir les odieux bad boys en carton qui s'imaginaient intouchables, car en nombre. Celui qui faisait office de leader ne tarda pas à lorgner Juliette puis lança les hostilités en osant l'infériorisé en la comparant à une prostituée. Sans réfléchir, parce qu'il n'était plus en mesure de le faire, l'archer se rua sur lui et fit parler son meilleur crochet. « - Ce n'est pas comme ça qu'on parle à une lady espèce de trou de cul ! » Une molaire en moins et un peu sonné, le leader à deux balles laissa ses camarades prendre le relais. Robin se tourna pour capter le regard de sa meilleure amie qui venait d'écraser sa bouteille sur la tête de l'un des malotrus. L'archer se laissa déconcentrer et ne vit pas son assaillant revenir sur lui pour le charger. Par chance, la chanteuse d'un soir mit un terme à la charge du gros ballot en l'envoyant valser contre le mur.

« - C'était un sacré vol plané ! » lança l'archer « - Je vais bien t'inquiète… » Mais il ne put se résoudre à terminer, car déjà, d'autres adversaires se présentèrent à eux, dont un molosse pourvu d'une carrure semblable à celle de Petit Jean. Il avait à ses côtés, un gars au physique peu avenant, bien décidé à s'emparer ce qu'il ne pouvait avoir, Juliette. Robin confronté au colosse lui adressa ces quelques mots « - Ok tu as beau faire deux têtes de plus que moi, tu es quand même un gars normal » L'audace de l'ancien voleur sembla déplaire à l'armoire à glace qui rétorqua sèchement « Je vais te casser la gueule et … » Robin ne lui laissa pas le loisir d'achever sa réplique et envoya un coup de pied dans les joyeuses du type qui laissa entendre un cri mettant un terme à sa virilité. « - Je te l'ai dit, tu es un gars normal ! » Oui, l'attaque était traîtresse, mais efficace. Le molosse perdit l'équilibre et rejoignit le sol, plié en deux, les mains sur ses bijoux de famille. « - Hey ! » lança notre héros en se précipitant vers les requins qui entouraient son amie. L'homme sur lequel Juliette avait éclaté sa bouteille, revint dans la partie, la gueule en sang, mais bien décidé à « chopper cette salope pour la tuer » Ni une ni deux, Robin récupéra le plateau de l'un des serveurs pour ensuite le faire voler jusqu'à la tête du bourru qui s'étala à terre telle une grosse fiente de pigeon venu souiller le sol. « - Une salope ? C'est comme ça que vous parlez d'une femme ? » L'archer s'attira aussitôt la foudre des autres hommes, alors que dehors, l'orage commençait à gronder. « On va te casser la gueule ! » Robin se mit face à eux, profitant ainsi de l'occasion pour se rapprocher de sa meilleure amie « - Trois c'est jouable non ? » Les poids serrés, l'archer se préparait à castagner les assaillants « - On leur rendra service en le refaisant le portrait ! » Il était loin de se douter que le barman avait osé braver ses appréhensions en appelant « du renfort »

☾ anesidora


Revenir en haut Aller en bas
Regina Mills de Locksley
▻ Messages : 6324
▻ Date d'inscription : 15/01/2017
▻ Localisation : The dark castle in the Enchanted Forest


Regina Mills de Locksley
Apple Queen
MessageSujet: Re: Robin ☾ Le coeur à ses raisons que l'alcool éteint
Sam 6 Jan - 23:38

sadness, hangover, friendship
feat Robin, Juliette & Roméo


Jamais Regina n’aurait pensé que se retrouver célibataire puisse lui faire aussi mal. Cependant, après avoir gouté au grand amour, avoir trouvé son âme sœur, se faire larguer par cette personne alors que peu avant l’homme en question lui promettait un avenir idyllique, ça avait de quoi plomber le moral. Pour palier ses idées noires, madame le maire s’enfermait dans le travail, essayant de faire malgré tout bonne figure devant Henry et CJ. Eux aussi souffraient du départ de Robin et Roland. Certes, probablement moins que la femme qui avait dû faire une croix sur le grand amour de sa vie sans vraiment avoir de réelle raison, mais tout de même. L’ancienne reine essayait de se raisonner, de se forcer à arrêter de chercher une vraie raison à ce départ, mais force était de constater qu’elle n’en voyait pas. Elle avait toujours sur elle cette petite bague en brindille que l’archer lui avait fabriqué en guise de bague de fiançailles pour lui faire sa demande en mariage improvisée, et chaque fois qu’elle la regardait, l’émotion l’étreignait. Elle était parvenue à se résoudre à l’enlever, non sans mal, mais elle l’avait toujours avec elle accrochée à une chaine, posée sur son coeur, tel un talisman qu’elle ne pouvait s’empêcher de regarder de temps à autre.

Ce soir-là, la maire de Storybrooke travaillait encore tard, ne se souciant pas de l’heure. Les enfants avait eu droit à un coup de fil les prévenant qu’elle rentrerait tard, qu’ils pouvaient se faire réchauffer des restes ou encore se faire livrer à manger. Romain, son garde du corps, était là, attendant patiemment l’heure où elle lui dirait qu’il pouvait y aller. A la vérité, à présent qu’elle avait retrouvé ses pouvoirs, Regina n’avait plus vraiment besoin de ses services, mais qui croirait en ses bonnes intentions si elle virait arbitrairement un employé aux bons et loyaux services qui, comme tout le monde, avait besoin d’un travail. Par ailleurs, l’ancienne méchante reine n’avait jamais fait le rapprochement entre son garde du corps et le fameux Roméo que cherchait si activement Juliette, la meilleure amie de Robin. Il faut dire que Regina avait ôté tant de cœurs, à l’instar de sa mère Cora, qu’elle avait bien du mal à se souvenir de l’identité de chacun de ceux à qui elle avait pu nuire.

Soudain, le téléphone de son bureau sonna. Qui donc pouvait espérer pouvoir lui parler à une heure pareille ? Soupirant, la belle brune décrocha et entendit au bout du fil la voix d’un homme quelque peu angoissé, sans compter les bruits de casse.

« Mme Mills, je vous en prie venez, c’est votre petit ami, il… il est devenu fou, il est avec une certaine Juliette, et ils se battent avec mes autres clients, ils… »
-Ce n’est p… OK j’arrive.

Elle raccrocha précipitamment et se leva, invitant du regard Romain à la suivre. Au vu des bruits qu’elle avait entendus, elle craignait pour la santé de Robin et celle de son amie. Elle n’avait pas envie de les retrouver avec des membres brisés. Aussi, face à l’urgence de la situation, elle décida de les téléporter jusque devant l’entrée du bar que l’homme au téléphone avait cité. Une fois la fumée violette dissipée, elle put voir les éclair qui tonnaient au-dessus de l’établissement.

-Pas de doute, on y est, marmonna-t-elle.

Sans attendre, elle entra en poussant avec force les portes du bar. Ceux qui étaient tout près de la porte la virent et s’arrêtèrent net, reconnaissant la méchante reine. Cette dernière chercha du regard celui qu’elle aimait toujours malgré la peine qu’il lui avait faite et le vit aux prises avec trois hommes.

-Robin ! cria-t-elle comme si elle sermonnait Henry.

Avançant d’un pas déterminé vers ce petit groupe de quatre hommes en proie à l’ivresse, elle en avait oublié la présence sur ses talons de Romain. Le regard réprobateur, elle fusilla visuellement les assaillants de Robin.

-Hors de ma vue avant que je ne vous transforme en cafards !

Alors que l’un d’eux, un peu plus éméchés que les autres, tenta de la ramener, elle le poussa sans le toucher, avec un coup de revers magique qui expédia les trois malotrus contre le mur opposé, ce qui les fit bien vite déguerpir comme les courageux qu’ils étaient. Regina regarda le barman qui, inquiet, attendait la suite des événements.

-Je vous prie de bien vouloir les excuser. Je viendrai demain pour vos réparations et un dédommagement.

Puis, elle tourna son regard vers Robin et Juliette (que Roméo avait probablement rejoint).

-Je peux savoir ce qui vous a pris ?!

Elle secoua la tête, dépitée de voir Robin ainsi.

-Non, laissez tomber. Allez, venez, on va vous ramener.

Sans attendre, elle attrapa Robin par le bras, laissant le soin à son garde du corps de faire sortir à son tour la miss tonnerre.


☾ anesidora


 
Things won't be the same

©️ Miss Pie

Robin ☾ Le coeur à ses raisons que l'alcool éteint 61963209_1050498598675051_5079187470520680448_n
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité
MessageSujet: Re: Robin ☾ Le coeur à ses raisons que l'alcool éteint
Lun 8 Jan - 16:39

La soirée était des plus compliquées pour moi. Je ne me sentais pas à mon aise et encore moins depuis ma discussion avec Neilina. Nous avions dû d'un « commun accord » mettre un terme à notre relation et cela m'avait beaucoup coûté. Je n'avais pas vraiment voulu cette situation mais nous n'avions pas le choix, enfin je voulais le croire. Nous ne pouvions pas faire autrement. C'était le plus dur dans cette histoire : ne pas avoir de choix. Parfois, je me disais que je n'aurai jamais voulu savoir que j'avais une femme ou même je me disais que ma perte de mémoire était une bonne chose et par moment je voudrais récupérer mes souvenirs pour arriver enfin à faire mes propres choix.

Après cette discussion horrible et légèrement houleuse, je m'étais rendu à la mairie où se trouvait encore Madame le maire. Madame Mills. Elle était certainement la seule personne dans cette ville à être de mon côté. J'avais une totale confiance en elle et je pourrais donner ma vie pour elle. Bien sûr c'était mon travail mais je la considérais presque comme une amie. Enfin, elle m'avait donné du travail et ce soir mon travail consisterait à lui tenir compagnie pendant une grande partie de la soirée.

Elle était assise à son bureau tandis que je faisais les cent pas dans le bureau prêt à tout bien que je doutais qu'elle ait réellement besoin de moi. Depuis la levée de la malédiction je me sentais différents. Je n'avais plus de but dans ma vie. Je me levais le matin, j'allais au travail et je tentais de comprendre ce qu'il m'était arrivé pour que je perde ainsi la mémoire. S'en était presque devenu une obsession.

Le téléphone de le mairesse se mit à sonner. Je levais un sourcil et quand je vis son expression sur son visage je ne me faisais pas d'illusion. Il y avait un problème et elle devait de régler. Elle raccrocha et elle me demanda de la suivre. J'acquiesçais et je la suivais. Je sentis tout à coup mon téléphone se mettre à vibrer dans ma poche. Je le sortais et je vis un numéro inconnu s'afficher. Je n'eus pas le temps de répondre. La méchante reine nous téléporta jusqu'à devant un bar. Lorsque la fumée s'estompa enfin, je pus rouvrir les yeux. Les téléportations me donnaient toujours le mal de mer. Nous rentrions tous les deux dans le bar, le reine devant moi. Je regardais tout autour de moi. Je fus assez surpris de LA voir ici.

« Juliette ?... JULIETTE ! »

Je sentais mes poings se serraient et la terre se mit immédiatement à trembler sous mes pieds. Regina fit le ménage rapidement mais un homme était encore trop proche de ma Juliette. Mais pour qui se prenait-il ? Il n'était pas son mari et personne ne pouvait toucher MA FEMME ! Cette colère en moi. Elle était bien trop profonde en moi pour ignorer son origine. Cette colère je l'avais toujours au fond de moi. Je la ressentais parce qu'il avait sa main sur son bras. D'ailleurs mon poing attérit rapidement dans le nez du malotru.

« Ne t'avise plus de la toucher. »

Je n'avais pu que vociférer cette phrase à son encontre avant de me retourner vers Juliette. Je posais ma main tendrement sur son bras et je la prenais dans mes bras quelques secondes avant de la repousser doucement. Je ne pus me retenir de lui dire sur un ton colérique :

« Qu'est-ce que tu fous ici ? Et c'est qui ce gusse ?! » dit-je en désignant Robin du doigt.

Voyant que la maire s'approchait de nous je reprenais contenance. J'étais encore en service et je ne pouvais pas ne pas me contenir. D'ailleurs je fermais les yeux une seconde pour contenir ma rage et faire en sorte que la terre arrête de trembler.

« Madame Mills a raison. Rentrons. »

Je prenais le bras de mon épouse et si elle résistait je n'hésiterai pas à la porter comme un sac à patate. Cette idée me fit sourire. Je le faisais souvent avant. C'était de bons souvenirs au final.

HJ : désolé pour le gusse robinounet ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité
MessageSujet: Re: Robin ☾ Le coeur à ses raisons que l'alcool éteint
Lun 8 Jan - 18:30

sadness, hangover, friendship
feat Robin De Locksley
Le vent avait tourné. Notre jovialité avait été mise à mal par les alcooliques du bar qui n’avaient pas su rester tranquillement dans leur coin. A peine avais-je finis mon dramatique show musical qu’ils vinrent mettre leur grain de sel dans la seconde salle du bar. Le plus débile du lot s’amusa à me rabaisser en me traitant de prostitué, ou plutôt en sous-entendant que je pouvais éventuellement devenir sa catin. Automatiquement ses mots me ramenèrent dans le désert, et dans la maison des cygnes. La fusillant du regard je n’eus pas le temps de le foudroyer comme le cœur le voulait que Robin fonçât sur ce dernier pour lui offrir une bonne raclée. C’est pendant ce laps de temps qu’un autre alcoolique s’empara de mon bras me faisant sortir de mes gongs. Personne ne me touchait sans permission. Ce n’était pourtant pas compliqué ! Sans réfléchir, je lui écrasais ma bouteille vide par le visage, le sonnant pendant un temps, avant de reporter mon attention sur Robin qui avait perdu son avantage. Appelant le vent à ma rescousse, je repoussais le gros malabar à l’autre bout du bar et fut féliciter par Robin qui s’empressa de me rassurer avant que nous ne tentions de nous rejoindre. Un nouveau mur humain bourrée d’hormone se mit entre nous. Sans que je puisse y faire quoi que ce soit, je fus au milieu d’un cercle d’homme répugnant et je les intimais de me laisser passer s’ils ne désiraient pas finir foudroyer. Une menace des plus sincère. Ils venaient de saper ma soirée ! L’homme que j’avais assommé se releva en m’insultant et me jurant une mort certaine et Robin passa la seconde en mettant KO un gros colosse d’une tête de plus que lui avant de repousser ma première victime. Ce dernier reprenant place à côté de moi, je remarquais que notre taux d’alcoolémie avait largement baissé.  

« On a combattu pire ! »

Répondais-je, en levant les paumes de main prête à user de mes capacités quand Regina entra en trombe dans le bar pendant que Robin m’affirmait qu’on lui rendrait service en leur donnant une leçon. La suite de l’histoire passa rapidement, Regina fit le ménage avant que la voix de mon mari ne résonne à deux reprises dans le bar :

« Merde »

Lâchais-je avant de tenter de me retourner vers la provenance de cette dernière et qu’une main poisseuse de se saisisse de mon bras pour ajouter avec fierté et que la terre ne se mette littéralement à trembler sous nos pieds :

« T’es à moi poup… »

Il n’eut jamais le temps de finir sa phrase que Romain se précipita sur lui pour lui faire gouter la douceur de son poing dans son nez, ramassant mon bras pile au bon moment j’étais bouche bée. Qu’est-ce qu’il foutait là ? Mon cerveau marchait au ralenti, j’entendais Regina crier sur Robin que je tenais par sa chemise comme une enfant tenant son père. La main de Romain vint sur mon bras et ce dernier m’attira vers lui pour me prendre dans ses bras. L’espace d’un instant j’en oubliais la raison de ma tristesse, ce n’est que lorsqu’il me lâcha pour s’adresser à moi avec un ton colérique que je reprenais conscience des faits. Mon regard se durcissant, je reculais vers Robin avant de lâcher avec cruauté unique émotion qui me permettait de contrôler la profonde souffrance et tristesse que je subissais à cause de lui.

« Je n’ai pas de compte à te rendre ! Va voir ailleurs si j’y suis »

L’image de lui avec l’autre femme me revenant en mémoire, je me retrouvais légèrement planquée derrière Robin, vu que Regina avait déjà tirer sur son bras et que Romain m’avait moi aussi saisi.

« Non.  Robin le laisse pas m’emmener…»

Fut l’unique réponse qu’il eut droit, il voulait rentrer mais rentrer où ? A l’entendre nous avions un foyer en commun. Voyant un sourire naitre sur son visage, je n’avais pas de mal à comprendre ce qu’il avait en tête et j’ajoutais :

« T’avises même pas de faire ça ! »

Serrant la mâchoire je le défiais du regard, s’il fut un temps où s’était un jeu entre nous qu’il me porte comme un sac à patate pour que je le suive docilement, il n’y aurait pas le moindre rire qui s’échapperait de ma gorge s’il le faisait. Ce temps était révolu.

☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
Robin de Locksley
▻ Messages : 1992
▻ Date d'inscription : 15/01/2017
▻ Localisation : Précédemment aux enfers, dans le Tartare. Il se trouve à présent à NY


Robin de Locksley
MessageSujet: Re: Robin ☾ Le coeur à ses raisons que l'alcool éteint
Dim 14 Jan - 22:53

sadness, hangover, friendship
feat Robin De Locksley


L'ivresse avait semblerait-elle délestée Robin et Juliette d'un trop-plein de réflexion. Désormais, les poings se substituaient à la parole. Une baston était en cours et quelle baston ! Les rustres moins échaudés que leurs adversaires d'un soir, prenaient chers, c'est le moins que l'on puisse dire. Robin s'amusait, bien que le divertissement soit peu orthodoxe. De toute façon, ce soir, rien ne l'était alors à un délit prêt. Pourquoi, pour une fois, ne pas s'amuser, sans se soucier des conséquences ? Le monde allait-y s'arrêter de tourner pour si peu ? Robin regarda son poing gauche, ses phalanges bien rougies le mettaient en garde. « - Bien sûr que nous avons combattu pire ! » lança-t-il gaiement à Juliette à ses côtés avant qu'une nouvelle salve d'assaillants ne se jette sur eux. Malheureusement pour les deux amis, ils n'eurent guère le loisir de perfectionner leur jeu de jambes et pour cause, la porte venait de s'ouvrir, entrainant au passage, les regards curieux d'une bonne partie des assaillants. Le « merde » prononcée presque en même temps par Juliette et Robin, n'annonçait rien de bon pour la suite. En effet, Regina venait de faire son apparition, suivit d'un type inconnu au bataillon, qui attisa instantanément les ardeurs de l'archer « - C'est qui lui ? » qui continuait malgré tout à rester proche de Juliette.

La voix de Regina résonna alors dans tout l'établissement. Le ton était ferme comme si elle s'adressait à l'un des enfants pour le sermonner. « - C'est bon, pas besoin de monter sur tes grands chevaux ! » Elle ne laissa ensuite aucune alternative aux assaillants qui suite aux menaces déguerpirent instantanément. « - Et voilà ! On s'amusait bien ! Pourquoi tu as tout gâché ? » Un autre malotru, un peu plus alourdi par l'alcool osa braver l'interdit, mais se retrouva très vite expédié contre le mûr d'en face. « - Génial ! » lança Robin en frappant des mains sans conviction. « - Et après ton petit numéro, tu nous proposes quoi ? » De son côté, Juliette était aux prises avec l'homme, qui venait d'envoyer une belle droite à l'un des admirateurs de la demoiselle. « - Hey ! » lança Robin se faisant ainsi remarqué de Romain qui se demanda dès lors qui était « ce gus » qui se présentait à lui. « - Qui je suis ? Je te retourne la question ?! Je suis Robin de Locksley » Il fit même une petite révérence rendue maladroite par le trop-plein d'alcool absorbée. « - Le meilleur ami de Juliette non mais attends… » Il redevenait lucide, du moins l'espace d'un instant. « - J'y suis, tu es son Roméo. C'est ça ? » Il trouva appui sur le regard de Juliette qui n'en menait pas large, tandis que Regina, après s'être entretenue avec le gérant des lieux, cherchait à présent à avoir quelques explications.

« - Tu veux savoir ce qui nous a pris ? Bah, on a bu et on s'est éclaté ! Ce n'est pas interdit à ce que je sache non ? » Et alors qu'il tentait de s'exprimer, le dénommé Romain s'approcha à nouveau de Juliette pour la prendre par le bras, une initiative qui déplut à la demoiselle. Aussitôt, Robin se délesta à son tour de l'entrave de Regina et s'approcha de son amie pour la protéger d'un danger qui n'en était pas un. « - Hey, elle ne veut pas te suivre, alors tu l'as lâches ok ? Foutez-nous la paix hein ! On n'a pas besoin de vous deux. On s'amusait là et vous avez tout gâché ! » Oui, il agissait comme un gamin et s'exprimait non sans difficulté à cause de son état d'ébriété plus qu'avancé, mais il n'avait certainement pas envie que la soirée prenne fin, lui voulait s'amuser, se vider la tête et chasser de son esprit tout ce mal qui le rongeait progressivement, mais sûrement. Mais plus encore, il voulait oublier Regina et en de telles circonstances cela semblait compliqué.


☾ anesidora


Revenir en haut Aller en bas
Regina Mills de Locksley
▻ Messages : 6324
▻ Date d'inscription : 15/01/2017
▻ Localisation : The dark castle in the Enchanted Forest


Regina Mills de Locksley
Apple Queen
MessageSujet: Re: Robin ☾ Le coeur à ses raisons que l'alcool éteint
Mar 16 Jan - 13:57

sadness, hangover, friendship
feat Robin, Juliette & Roméo


Regina s’attendait au pire lorsqu’elle avait eu au bout du fil le gérant du bar qui l’avait suppliée de passer malgré l’heure tardive. Et elle avait eu raison. Elle avait peine à en croire ses yeux. Jamais encore elle  n’avait vu Robin dans un tel état. Déjà le voir ivre était peu reluisant pour lui, mais en plus se battre comme un vulgaire voyou et en plus se vanter d’apprécier ça ! Cogner sur d’autres hommes bourrés, le héros de Sherwood en était-il vraiment réduit à cela ? Mais pourquoi ? Que diable s’était-il passé pour qu’il se mette dans un tel état ? Déçu de voir son ex arriver pour mettre un terme à ce qu’il qualifiait d’amusement, Robin ne manqua pas de le faire savoir. Regina lui lança un regard lourd de reproches.

-Pourquoi ? Parce que d’une part, cela n’amuse que toi, et d’autre part, le brave gérant du bar ne trouve pas non plus cela très drôle. Où tu te crois, bon sang ? Je ne te reconnais pas, Robin !

L’ancienne méchante reine venait de balancer contre le mur le dernier malotru qui était trop soûl pour réaliser à qui il avait à faire et avait tenté de continuer à mettre à mal Robin, et ce dernier sembla s’en offusquer.

-Mon petit numéro ? Tu te moques du monde, tu oses me dire ça alors que tu viens de mettre à sac ce bar ?! Je propose que tu rentres chez toi désaouler, et estime-toi heureux que je ne vous envoie tous les deux en cellule de dégrisement ! C’est une honte d’avoir un tel comportement !

Robin alors s’empressa de mettre son grain de sel dans la conversation de Juliette et Romain qui… qui s’avérait être le fameux Roméo ? Ce fut la remarque de l’archer qui mit la puce à l’oreille de Regina qui alors n’avait pas réalisé. Depuis le début, elle avait l’objet des recherches de Juliette sous le nez sans l’avoir réalisé ! Elle se sentit bien idiote de n’avoir pas fait le rapprochement plus tôt… Il faut dire qu’elle avait arraché tellement de cœurs par le passé qu’il était difficile de se rappeler le nom et l’histoire de chacun quand ceux-ci n’étaient que des pions insignifiants. Bouche bée durant une poignée de secondes, le temps de réaliser ce qu’elle avait fait, elle se reprit rapidement avant que quiconque ne remarque ces quelques secondes de trouble.

Après avoir rassuré le propriétaire des lieux qui commençait dès lors à rassembler les chaises, puisque les clients avaient tous déguerpi suite à l’arrivée des « renforts », madame le maire retrouva le petit groupe de trois et eut des explications de la part de Robin. Elle aurait sans doute préféré être sourde que d’entendre de pareilles absurdités. Elle était atterrée un peu plus à chaque parole que prononçait celui qu’elle aimait toujours.

-J’ai vraiment du mal à croire à tes propos. Sache néanmoins que si, troubler l’ordre public est interdit. Que ça te plaise ou non, ce genre de comportement n’est pas légal.

Mais il insistait et s’enfonçait. Alors que Romain… Roméo voulait raisonner son épouse et sans doute la ramener, Robin voulut s’en mêler. Regina le prit fermement par les épaules et épingla son regard dans le sien.

-Maintenant ça suffit. Ecoute-moi. Tout le monde va se calmer, et nous allons vous ramener. Et arrête de dire que vous vous amusiez et qu’on a tout gâché ! Tu penses à ton fils ? C’est ce genre d’exemple que tu veux être pour Roland ? Réfléchis à ça, plutôt que de te conduire comme un enfant !

Elle secoua la tête, déçue et souffrant de le voir ainsi. Elle qui le pensait heureux désormais d’avoir retrouvé la mère de son fils, elle le trouvait ivre dans un bar à se battre comme un bandit. Regina soupira.

-Allez, tout le monde en voiture, c’est un ordre !

Sans leur laisser le choix, elle les embarqua par magie dans sa Mercedes et démarra pour déposer dans un premier temps Juliette et Roméo. Les deux ivrognes de la soirée étaient à l’arrière, ceintures bouclées et de temps à autre, Regina jetait un œil sur Robin par le biais du reflet du rétroviseur. La voiture garée devant chez Romain, madame Mills laissa le soin à son garde du corps de ramener sa femme. Avant qu’il ne descende, elle réalisa que c’était elle qui avait son cœur et qu’il faudrait qu’elle le lui rende.

-Romain… Il nous faudra parler, demain par exemple.

Elle était loin de se douter qu’elle ne le reverrait pas de si tôt avec ce qui l’attendait. Elle redémarra une fois que les tourtereaux furent descendus, pour ramener Robin aux chalets des Joyeux Compagnons. Elle peinait toujours à comprendre ce qui avait pu le pousser à agir ainsi.

-Ecoute… Je sais que tu ne voulais plus me voir, et crois-moi, je suis venue uniquement parce que cet homme me l’a demandé. Mais tu sais, si quelque chose ne va pas, tu peux m’en parler.

Ceci disant, elle arrêta la voiture devant le chalet des Locksley.


☾ anesidora


 
Things won't be the same

©️ Miss Pie

Robin ☾ Le coeur à ses raisons que l'alcool éteint 61963209_1050498598675051_5079187470520680448_n
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité
MessageSujet: Re: Robin ☾ Le coeur à ses raisons que l'alcool éteint
Sam 27 Jan - 17:34

La situation commençait très clairement à m'échapper et au vu du comportement de ma femme cela n'allait pas me calmer. Elle se cacha derrière Robin et cela eu le don de m'énerver encore plus. Jamais elle n'avait fait cela. Mon cerveau me disait que je devais lui faire peur et je détestais cela. Je ne voulais pas qu'elle ait peur de moi. J'avais renoncé à tout pour elle et je ne supporterais pas qu'elle se méfie de moi. C'est à ce moment là que Robin me prit de haut. Non mais il commençait à me chauffer sérieusement celui là !

« Effectivement je suis son « Roméo » et je n'ai pas d'ordre à recevoir de toi. »

Je ferai ce que je voudrais et bien sur qu'elle allait me suivre. S'il m'empêchait de récupérer ma femme il aurait des problèmes. Personne ne m'avait jamais empêcher de retrouver ma femme et il n'allait pas être celui qui y arriverait.

« Elle me suivra. Ne me donne pas de raison de te frapper. »

Je jugeais du regard jusqu'où pouvait aller Robin et d'un côté j'espérais sincèrement qu'il me donne l'occasion de le frapper juste parce que j'avais besoin d'évacuer la rage que je pouvais ressentir au fond de moi même. Mais Regina reprit rapidement les choses en mains et elle nous ordonna à tous de monter dans sa voiture. Une partie de moi lui en voulait de ne pas m'avoir donné l'occasion de remettre à sa place le roi des pécores mais d'un autre côté je la remerciais de son intervention. J'étais déjà bien assez perturbé par les souvenirs qui me revenaient en tête.

« Vous avez raison Madame Mills. Allons y. »

Je prenais le bras de mon épouse et je la faisais monter dans la voiture de la maire dès que je pus. Je supportais mal de la voir dans cet état. Je montais à côté de la maire et mon visage se ferma. Le trajet fut long, très long même. Je ne savais pas quoi dire. Je fus soulagé de voir ma maison apparaître sous mes yeux. J'allais descendre de la voiture quand Regina me retient avec une phrase que je jugerais d'énigmatique.

« D'accord. » répondais-je tout simplement.

Je souriais à ma patronne avant de descendre de la voiture tout en aidant Juliette à tenir le coup. Quand je me rendis compte qu'elle n'était pas apte à marcher toute seule, je la prenais machinalement comme un sac à patate sur mon épaule. Je la menais dans ma demeure et je l'amenais directement dans ma chambre histoire qu'elle puisse se reposer. Elle s'était déjà endormie sur mon épaule. Je l'allongeais sur le lit puis je la bordais.

« Dors ma Juliette. Dors. »

J'embrassais son front tendrement avant de partir dans le salon et de m'installer dans mon canapé histoire de profiter un peu de cette soirée plus que chaotique. Je mis de nombreuses minutes avant de réussir à calmer les battements de mon cœur. Je ne comprenais pas pourquoi j'étais aussi mal mais demain nous aurons une discussion Juliette et moi que je pensais assez houleuse.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Robin ☾ Le coeur à ses raisons que l'alcool éteint

Revenir en haut Aller en bas
 
Robin ☾ Le coeur à ses raisons que l'alcool éteint
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Robin ☾ Le coeur à ses raisons que l'alcool éteint
» SUJET TERMINE - L'alcool, les bêtises, toi et moi. [Allie]
» Amy of Leeds : Reine de Coeur, à vous l'honneur !
» [Terminé] Robin des bois ? Non...
» 04. Le chocolat ne peut réparer un coeur brisé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAPPY ENDINGS CHRONICLES :: Refermer le livre et rêvasser :: RP abandonnés/ Supprimés-
Sauter vers: