AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 [FB] Une perle, un rêve, les prémices du changement… EMMA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

avatar
Killian Jones

▻ Messages : 208
▻ Date d'inscription : 25/01/2017

MessageSujet: Re: [FB] Une perle, un rêve, les prémices du changement… EMMA   Lun 19 Juin - 9:50

Le temps semblait assourdit, comme ralenti, à la limite du sommeil et je me disais que si cette nuit devait durer toujours, je n’en serais pas chagriné.
Je l’observais manger son morceau de pomme, ses dents blanches croquant la chair juteuse, le suc du fruit faisant briller ses lèvres, les rendant plus encore attirantes.
Déjà, j’imaginais la douceur de sa bouche sur  la mienne, j’en oubliais de manger, de parler, de respirer.
Sa voix, à travers la question sur le crocodile, me tira de ce doux moment d’égarement.
Un léger toussotement, cacha maladroitement mon malaise alors que je réunissais mes idées.

« Un point faible ? »

Oui, bien sûr. Tout le monde a un point faible. Le mien avait été longtemps la disparition de Milah. Mon regard s’égara sur son portrait sur le mur. Au lieu d’y lire un quelconque reproche, j’y lu la douceur, la bonté qui était sienne de son vivant. Comme un encouragement.

« Il a arraché le cœur de sa femme et l’a écrasé entre ses doigts, il a abandonné son fils, choisissant le pouvoir pour devenir le ténébreux… Il n’y a nulle pitié à attendre de sa part. »

Là, n’était pourtant pas sa question.

« Son point faible… »

Je me passais une langue brûlante sur ma lèvre supérieure, la bouche soudain asséchée comme si j’avais traversé un désert.

« Une dague sur laquelle est gravée son nom. Elle détient tout son pouvoir selon son fils. »

Je l’avais sauvé des eaux. J’aurai pu faire la paix avec mes démons s’il était resté à mes côtés. Pour Milah. Je l’aurai éduqué comme mon propre fils.
La découverte du portrait de sa mère, trop tôt, avait créé un malentendu et butté il n’avait plus rien voulu entendre me forçant à le livrer à Peter Pan pour sauver mon équipage et mon navire.

« Il ne fait confiance à personne donc elle ne doit pas être très loin de lui. »

Lentement, je pris un morceau de pain et de fromage, mon attention portée sur la perle cherchant un signe. Une explication en ce joyau craché par les eaux.

Reposant ma dague sur la table, je me rapprochais d’elle et lui prit la main.
Mes prunelles cherchant les siennes. Mes doigts entourant les siens comme un doux cocon protecteur, mon crochet soutenant sa paume.

« Promets-moi que si le danger est trop grand tu abandonneras. Tu fuiras. Sans te retourner. Sans tenter l’impossible. »

Je regrettais déjà ce marché. Une boule serrant ma gorge.

« Je ne veux pas te perdre. »

Mes yeux s’agrandirent sur l’énormité que je venais de dire.
Elle n’était pourtant pas à moi.
Pourtant c’était comme si.
J’étais en train de me ridiculiser. Mon cœur battait plus vite. Plus fort.
L’envie de baiser ses lèvres devenait oppressante. Accablante.
Afin de calmer le feu brûlant en moi, je portais ses mains à mes lèvres pour y déposer un baiser appuyé. Comme si je voulais m’imprégner et mémoriser son odeur. Comme si voulais que ma bouche posée sur le dos de sa main m’empêche de dire d’autres paroles que je pourrais regretter.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

avatar
Emma Swan

▻ Messages : 263
▻ Date d'inscription : 15/01/2017

MessageSujet: Re: [FB] Une perle, un rêve, les prémices du changement… EMMA   Ven 30 Juin - 13:24


Une perle, un rêve, les prémices du changement...
Killian & Emma

Bien sûr que le monstre recherché avait un point faible. Tout le monde en avait un. Certains en avaient plusieurs, mais tout le monde en avait au moins un. Même le plus puissant et le plus intouchable des hommes. Aussi, j'attendis patiemment qu'il m'explique que son crocodile n'avait d'amour pour personne et que personne ne pouvait se révéler être sa faiblesse. Les pires étaient toujours comme ça. Aucune attache, aucun remords à faire du mal aux gens, même à leur propre famille. Mais ils avaient quand même un talon d'Achille, quoi qu'ils en disent. L'amour de l'argent, l'ego, les belles femmes... Quelque-chose pouvait toujours venir ruiner leur petite mécanique bien huilé. Il suffisait de connaître LE point faible.

Je glissais un rapide regard vers le portrait, les pièces du puzzle se mettant en place alors que je voyais la douleur dans ses yeux. « C'est elle », soufflais-je, pour moi-même, la réalisation frappante. Pourquoi il détestait tant ce sorcier. Pourquoi son désir de vengeance était si fort. « Sa femme, qu'il a tué. C'est celle que tu aime... » Aime... Aimais... La nuance était floue, parce que tout son amour pour elle coulait encore dans chacun de ses regards, chaque fois qu'il n'avait pas les yeux directement rivé sur moi. Même dans un rêve où l'homme était censé me désirer, il en aimait une autre. Logique. Qui pourrait n'aimer que moi ? Qui pourrait m'aimer, tout simplement ?

Puis il parla enfin du vrai point faible. Un dague détentrice de tout son pouvoir. Drôle de chose, mais après tout, allez trouver la logique dans un rêve... Je hochais la tête, enregistrant l'information. « Je la trouverais. »

Mais avant que je ne puisse faire un mouvement pour me relever ou bouger, il attrapa ma main et je restais là, posant les yeux sur lui, attendant de voir ce qu'il voulait. Contre toute attente, il ne me supplia pas d'y arriver, mais me demanda d'être prudente et de fuir si le danger était trop grand. Presque suppliant, à sa surprise première, il assura ne pas vouloir me perdre. Je devais fuir. En toute logique, je devais fuir, dire qu'il était fou, qu'il ne me connaissait pas et ne pouvait pas nourrir ce genre de craintes à mon égard, mais si c'était un rêve, c'était tout aussi logique d'illogisme que le reste. Face à ma non réaction, il apporta ma main à sa bouche, posant ses lèvres sur ma peau, déclenchant un frisson qui s'échappa jusqu'au creux de mes reins. Je fermais les yeux, une seconde, deux, trois, faisant durer l'instant rien qu'un petit peu, avant de revenir à la réalité.

« Tu es en train de te fourvoyer », dis-je finalement, rouvrant les yeux, glissant lentement des doigts hors des siens. « Tu ne veux pas que j'échoue. » Je devais rationaliser, parce que tout le reste ferait trop mal. « Et tu ne veux peut-être pas que je meurs pour un truc que tu considérerais comme ta faute... » Je me levais finalement, m'éloignant, retournant près du hublot qui me permettait de voir l'île que j'avais tant rêvé de rejoindre étant enfant, pour ne plus jamais être seule. « Mais je n'ai pas cette importance là... pour personne... » Ça faisait tellement mal de le dire, à chaque fois. C'est pour ça que je préférais être seule. Les désillusions étaient trop fortes... A chaque fois.
made by black arrow

_________________
Tu sais, j'y pense souvent. À toi, à ce que t'as été, ce que t'es et j'imagine ce que tu seras. Tu sais je fais tourner les images en boucle, je les connais par cœur maintenant, on croirait le refrain de ma chanson préférée...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Killian Jones

▻ Messages : 208
▻ Date d'inscription : 25/01/2017

MessageSujet: Re: [FB] Une perle, un rêve, les prémices du changement… EMMA   Jeu 6 Juil - 8:47

Oui. Il n’y avait eu qu’une femme qui avait tant compté à mes yeux. Milah.
J’avais jusqu’à présent toujours cru que rien ne me la ferait oublier et pourtant en la présence d’Emma je me sentais totalement autre. Différent. Je ressentais dans mon cœur une chaleur bienfaisante qui m’avait désertée depuis des décennies. Se pouvait-il qu’elle soit celle qui me permette de guérir ma blessure vivace, d’avancer et de laisser enfin ce passé destructeur derrière moi ?
J’avais eu beau passer de bras en bras, de couches en couches, pour satisfaire mes désirs et ceux des femmes entre mes bras, elles n’étaient là que pour me faire oublier quelques instants ma douleur, son souvenir, mon amour.

Oui c’était elle, mais même si le temps utilisé n’était pas juste, je ne me sentais pas la force de la corriger de peur qu’en utilisant le passé, son visage, ses souvenirs s’étiolent et disparaissent.
Pas encore.

Mon revirement soudain, de peur qu’il ne lui arrive quelque chose, mon geste, mon baiser sur ses mains produisirent une réaction à laquelle je ne m’attendais pas. Elle ferma les yeux, semblant ressentir quelque chose d’indescriptible. Je sentais en moi la même chose, comme un courant de chaleur qui parcourait ma colonne vertébrale, comme une puissante force qui nous unissait.
L’instant magique dura mais ne fut pas assez long, je l’aurai souhaité éternel.

Elle se détacha de moi trouvant des excuses étrangères  à la vérité.
J’observais sa chevelure couronnée du halo lunaire qui semblait rappeler l’irréalité de cette nuitée. J’observais son dos qui s’éloignait et c’était la brûlure d’un poignard qui s’enfonçait dans mon cœur.
En deux pas je la rattrapais et j’entourais de mes bras sa taille, posant mon menton sur son épaule pour murmurer à son oreille.

« Je suis un Pirate. La culpabilité n’a rien à voir avec ce que je ressens. »

Mon geste pouvait être dangereux. Je la sentais capable de me donner un coup de coude pour se dégager, de me frapper, de se rebeller contre cette promiscuité malvenue, néanmoins j’étais persuadé que si je ne faisais rien j’allais la perdre.
Regardant moi aussi à travers la fenêtre l’île au loin, que nous n’atteindrions pas avant la fin de la nuit, je lui murmurai avec tous les accents de la vérité de mes propos.

« Je ne sais pas ce qui se passe mais TU es importante à mes yeux. C’est fou. »

Etais-ce l’effet de la pierre ? Etait-ce nos cœurs qui se reconnaissaient ?
Me redressant, je m’écartais juste assez pour la forcer doucement à se retourner vers moi pour qu’elle puisse voir la droiture de mon regard.

« Milah est morte. Je l’aimais. Je ne le nierais jamais. Mais j’ai l’impression… »

Je me tus quelques secondes, captivé par la beauté de son visage, de ses yeux de sa bouche.

« Non, je sais que tu mérites d’être aimée, protégée et choyée comme elle l’a été. »

Je brûlais de poser mes lèvres sur les siennes. De clore ainsi toute contestation possible.
Mais partageait-elle seulement la moitié de mes sentiments ?
Ou n’étais-je qu’un moyen d’arriver à ses fins pour qu’elle puisse rentrer chez elle ? Dans ce monde si lointain et étranger qui n’était pas le mien.

Avec un sourire et un clin d’œil complice, je mis fin à cette tension en plaisantant.

« Quoique je sois persuadé que pour la protection tu pourrais m’en remontrer… »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

avatar
Emma Swan

▻ Messages : 263
▻ Date d'inscription : 15/01/2017

MessageSujet: Re: [FB] Une perle, un rêve, les prémices du changement… EMMA   Jeu 6 Juil - 19:43


Une perle, un rêve, les prémices du changement...
Killian & Emma

Son toucher semblait si réel. J'en frissonnais, alors que ses doigts et son crochet, entouraient ma taille, mon maigre pyjama et sa cape pour seule barrière entre nos peaux. Son menton sur mon épaule... Son souffle contre ma joue... Cela n'arrangeait rien de mes affaires. Et alors que mon instinct premier était de m'échapper de ses griffes, je me fondais finalement dans ses bras, continuant de regarder dehors, immobile, alors qu'il me soufflait qu'il n'avait aucune culpabilité, pirate oblige. J'imaginais sans mal les mots se rapporter à toute autre chose que le marcher que nous venions de passer et je ne comprenais pas pourquoi sa simple proximité me faisait tant d'effet. C'était un inconnu. Un pirate. Un rêve... Je n'aurais pas dû être tellement surchauffée par sa présence et si certaine que tout cela avait l'air trop réel.

Il semblait aussi perdu que moi, ne comprenant pas cette attirance presque immédiate envers moi-même, cette femme apparu magiquement sur son navire, comme un rêve venant briser une solitude qui ne semblait que trop réciproque à la mienne. Je plongeais dans son regard, alors qu'il me tournait vers lui, essayant, une fois de plus, de déceler le mensonge au travers de la vérité. Mais il n'y avait rien. Que l'honnêteté pure et l'incompréhension commune. Que l'attirance et la peur de ce que cela pouvait vouloir dire. Son regard dériva une fois de plus vers mes lèvres et le feu ressentit plus tôt revint à la charge. Et si je cédais ? Juste une fois... Juste une nuit... Ce n'était qu'un rêve, après tout, non ? Qui pourrait me juger coupable d'avoir cédé à un drôle de rêve torride plutôt qu'à un triste rêve pathétique et misérabiliste sur une survie solitaire ?

Les mots suivants me firent perdre tout sens des réalités. J'avais beau être une réaliste, une solitaire, consciente que j'étais seule et le serait toujours, je restais une femme. Une maudite femme qui ne rêvait juste que d'être aimé. Et c'était tout ce qu'il disait penser que je méritais. Être aimée, protégée, choyée... Compter pour quelqu'un à ce point... Au point où cette femme avait compté pour lui... J'avalais durement ma salive, résistant encore à l'envie de l'embrasser. A l'envie d'oublier, de perdre totalement tout sens du peu de réalité qu'il me restait.

Il assura que j'étais capable de m'occuper de moi-même. Je l'avais fait toute ma vie. J'avais au moins le mérite de pouvoir le montrer rien que dans ma manière d'être. Même ici, aussi pauvre de toute puissance, dans mes vêtements de nuits et au plus démunie face à une situation que je ne maîtrisais absolument pas. « Quand bien même... », soufflais-je, me forçant à ne pas baisser le regard, mais incapable de continuer de soutenir le sien. « Rien de tout ça n'est réel... » Dieu, la partie la plus pragmatique de moi-même ne voulait vraiment pas quitter le navire – mauvais jeu de mot, okay. Je secouais lentement la tête, de gauche à droite, avant qu'un sourire de dépit ne vienne peindre mes lèvres. « Je ne peux pas prendre le risque de te croire... » Pas quand le retour à la réalité serait si dure. « Parce que dès que tu te réveilleras... ou moi... ou nous... tu réaliseras que je suis à mille lieux d'elle », soufflais-je, comme excuse pathétique, pointant le portrait de sa défunte femme. « Tu réaliseras que je n'ai rien d'intéressant, hormis mes compétences pour t'aider à retrouver ton crocodile. » Tu réaliseras que je ne vaux rien, pour personne..., songeais-je, ne pouvant dire les mots à voix haute.
made by black arrow

_________________
Tu sais, j'y pense souvent. À toi, à ce que t'as été, ce que t'es et j'imagine ce que tu seras. Tu sais je fais tourner les images en boucle, je les connais par cœur maintenant, on croirait le refrain de ma chanson préférée...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Killian Jones

▻ Messages : 208
▻ Date d'inscription : 25/01/2017

MessageSujet: Re: [FB] Une perle, un rêve, les prémices du changement… EMMA   Sam 8 Juil - 23:44

J’aurais pensé qu’elle allait me rejeter, j’en avais eu peur.
Au contraire, elle semblait partager ce que je ressentais. Son corps frémissant sous l'étreinte de mes bras. Je ne voulais plus la lâcher, je sentais son odeur, sa chaleur qui m’enivrait mieux que le meilleur des Rhums.

Pourtant toute bonne chose a une fin. Et une pluie de paroles que je n’aurai pas voulu entendre appesantie soudainement l’atmosphère de la cabine.

Un autre se serait laissé convaincre. Aurait tiré un trait sur cette histoire se contentant de satisfaire les accords du marché pour les deux parties.
D’un sourire je tentais de la rassurer. Je pris entre mon pouce et mon index son menton pour le redresser vers moi. Avec douceur, je pris la parole sûr de la véracité de mes propos qui ne pouvaient que la convaincre.

« Si ce n’est pas réel, c’est le plus doux des rêves et saches que j’ai l’habitude de faire de mes rêves une réalité. »

J’avais toujours fait en sorte d’atteindre mes buts, quels que soient les moyens employés. Et j’avais bien l’intention de continuer.
Je trouverai le moyen pour tuer le crocodile avec ou sans son aide, car je ne voulais pas qu’elle soit blessée.
Le fantôme de Milah semblait lui peser. J’eu l’envie de décrocher son portrait, mais je ne voulais pas rompre le contact physique.
Déposant un baiser sur son front, je murmurais.

« Ne cherche pas à te comparer à une personne qui n’est plus. Elle est morte. Tuée par ce monstre. Il ne peut y avoir de rivalités entre vous. Et cesse de te minimiser. Pourquoi n’aurais-tu pas droit toi aussi au bonheur ? »

Je ne comprenais pas cette piètre opinion qu’elle avait d’elle-même. Elle si belle, si intelligente. Elle devait avoir vécu de terribles évènements et avoir peu baigné dans la tendresse et l’amour pour entretenir une telle confiance en elle. J’étais décidé à changer cela.
D’un baiser sur sa joue droite, sans relâcher mon étreinte ni son menton, je ravivais son attention et plongeais de nouveau mon regard dans le sien.

« Et s’il n’y avait pas réveil. Si tu n’avais pas de moyens de rentrer dans ton monde, cela sera-t-il si terrible ? »

Un nouveau baiser sur son autre joue pour rééquilibrer. Je sentais son souffle sur ma peau, mon cœur assourdissant battait une cadence infernale dans ma poitrine.

« Si ce n’est pas réel, pourquoi ne pas vivre cette nuit pleinement ? »

Mes lèvres se posèrent sur les siennes, tel un papillon se pose au cœur d’une fleur pour la goûter. Je désirais ce baiser depuis ce qui me semblait une éternité.
Et Elle ? Etait-ce son désir ou étais-je allé trop loin ?
Les quelques secondes que durèrent notre contact me laissèrent un goût de trop peu. Mais je ne voulais pas aller plus avant sans son accord.

« Emma Swan. Tu as beaucoup de valeurs à mes yeux. Je ne sais d’où te viens cette mésestime de toi, mais si tu n’as pas rencontrée de personnes dignes de t’aimer, saches que cela va changer. »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

avatar
Emma Swan

▻ Messages : 263
▻ Date d'inscription : 15/01/2017

MessageSujet: Re: [FB] Une perle, un rêve, les prémices du changement… EMMA   Lun 10 Juil - 9:42


Une perle, un rêve, les prémices du changement...
Killian & Emma

Son toucher m'électrisait. Il y avait longtemps que je n'avais pas ressenti ça. Bien sûr j'avais désiré. La plus grande partie de mes relations intimes depuis Neal n'étaient basées que sur le désir et l'attirance physique et je devais reconnaître que le pirate qui se tenait devant moi avait tous les atouts pour m'attirer plus que de raison, mais il n'y avait pas que cela. Il y avait la façon dont il me regardait, la façon dont son corps semblait si bien connaître le mien, comme une sorte de chose naturelle et irréelle... Et tellement agréable. C'était agréable de ne pas se poser de questions. De se laisser guider par l'instinct, le désir, le besoin et l'envie. Je frissonnais à l'évocation de son habitude de faire de ses rêves une réalité, comprenant le sous-entendu et les implications.

Je baissais les yeux, frissonnant toujours à chacun de ses baisers, alors qu'il faisait tout pour maintenir le contact visuel. « Je me pose la question depuis toujours », soufflais-je, ne voulant pas montrer ma faiblesse et combien j'étais malheureuse, ayant le sentiment d'échouer lamentablement. Le bonheur m'avait toujours fuis, depuis ma naissance. Tout ce que j'avais pu prendre de lui m'avait été si vivement arraché qu'il n'en était resté que plus de douleur par la suite. Le bonheur était destiné à me faire mal, encore et toujours. Voilà la seule leçon que j'en avais tiré avec les années. Même ce rêve étrange et trop réel ne semblait avoir été conçu que pour me faire plus de mal et me faire me sentir encore plus seule et misérable au réveil.

A un moment, il émit l'hypothèse qu'il n'y ait pas de réveil. Que cette situation, jamais ne prendrait fin, me demandant s'il serait si terrible de rester là. Non. Bien sûr que non. Mais si tel était le cas, alors cela voudrait dire que ce qui se passait là était la vie après la mort... ou le délire du comateux. Était-ce ça ? Avais-je définitivement plongé dans un sommeil dont je ne me réveillerais jamais ? Ou la folie, peut-être. Peut-être que toutes les épreuves subies depuis toujours avaient finalement eu raison de... ma raison. Peut-être que j'étais définitivement devenue folle et que j'étais en pleine crise psychotique... Le délire était agréable, si tel était le cas, mais d'expérience, les gens qui se trouvaient dans la rue, à hurler que la fin du monde était proche ou que des petits lutins leur parlaient, n'avaient pas l'air extrêmement heureux...

Le goût de ses lèvres coupa toute pensée cohérente, alors que son toucher et son baiser, se révélait bien trop réel pour un simple rêve. Et puis merde. Quand bien même ? Je n'avais pas envie d'y penser. J'avais passé une énième soirée seule, j'approchais de mes vingt-six ans et j'étais toujours seule. Pas de famille, pas d'amis, pas d'amoureux, pas de collègues. Je n'avais rien. Je ne manquerais à personne, comme je le lui avais dit. Si le rêve éternel ou la folie avait ce goût-là, alors autant en profiter tant que ça avait encore un tant soit peu le goût d'un doux paradis.

Quand Crochet se recula, parlant avec une tendresse qui ne m'avait plus été accordé depuis Neal, je lâchais tout, attrapant sa tête entre mes mains et le rapprochant volant un nouveau baiser, plus profond, plus intense. Je ne voulais plus penser. Je ne voulais plus chercher la logique et l'illogique. J'avais voulu son étreinte si fort, sans même m'en rendre compte, mais maintenant qu'il m'avait touché de façon si intime, j'avais l'impression que je n'avais rien souhaité d'autre depuis que j'avais croisé son regard. Il avait raison. Cette situation pouvait durer une heure, ou dix ou toute une vie, il n'en demeurait pas moins que je ne pouvais rien faire, sinon en profiter.

Un peu trop brutalement, un peu trop fiévreusement, je me pressais contre lui, étonnée d'à quel point son corps semblait m'envelopper de la bonne façon. Etait-il bon amant à ce point, pour savoir comment tenir une femme de sorte qu'elle pense que rien d'autre ne puisse être aussi bon pour elle ? Je m'étais posé la question, bien sûr. Depuis la seconde où mes yeux s'étaient attardés une seconde de trop sur sa bouche et que le désir physique avait commencé à prendre naissance en moi. Quel genre d'amant était-il ? Doux et aimant ou puissant et plein de fougue ? Égoïste ou partageur ?
made by black arrow

_________________
Tu sais, j'y pense souvent. À toi, à ce que t'as été, ce que t'es et j'imagine ce que tu seras. Tu sais je fais tourner les images en boucle, je les connais par cœur maintenant, on croirait le refrain de ma chanson préférée...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Killian Jones

▻ Messages : 208
▻ Date d'inscription : 25/01/2017

MessageSujet: Re: [FB] Une perle, un rêve, les prémices du changement… EMMA   Sam 15 Juil - 14:43

Son corps répondait à mon corps. Fiévreusement. Sensuellement.
Ils se réchauffaient mutuellement et bientôt nos habits furent une barrière inacceptable.

Avec douceur, attentif à la moindre réticence de sa part qui aurait mis un terme à la consécration de notre désir charnel, je commençais à faire glisser le long de ses épaules ma cape, pour pouvoir l’embrasser dans le creux de son cou.
La soulevant, je la portais comme si elle ne pesait rien jusqu’à ma couche.
Ma cape demeurée seule et désertée au sol.

L’installant, je l’embrassais encore et encore sur ses joues, sur son visage, sur sa bouche, assoiffée de son odeur, du goût de sa peau.

Avec tendresse, j’entrepris de dévêtir le haut de son corps puis j’ôtais moi-même ma chemise avant de me positionner au-dessus d’elle, son  pantalon et le mien toujours nous séparent d’un contact peau à peau.

Je la dévorais du regard. J’avais une envie folle de la prendre, de me sentir en elle, de partager avec elle une danse passionnée mais pas sans son accord.
Cessant de parcourir de mes lèvres  chaque parcelle de son corps, je lui demandais doucement.

« Es-tu prête à aller plus loin ? Si c’est trop rapide pour toi, j’attendrai. Je veux que tu sois heureuse. »

En quelques mots tout était dit.
Je ne ferai que ce qu’elle désirerait. Je ne voulais pas lui prendre ce qu’elle ne voulait pas m’offrir.

Avec lenteur, j’explorai chaque centimètre de son corps. De mes doigts. De mes lèvres. De mon souffle.
Je voulais lui donner du plaisir. Qu’elle se sente aimée, désirable. Unique. Car à mes yeux elle l’était.
D’un sourire je la rassurai. Il n’y aurait nul jugement. C’était sa nuit.

Bon amant je le suis. Le bien-être et la jouissance de ma partenaire fait toujours partie de mon propre plaisir. Violer un bout de viande, vivant ou pas n’est pas pour moi. Je sais que des hommes prennent du plaisir à violenter une femme mais je ne le comprends pas. Je ne le conçois pas.
Pour moi l’acte sexuel est un acte d’amour. L’union de deux corps, de deux êtres, de deux âmes et même lorsque ce n’est pour obtenir la jouissance, il est pour moi nécessaire que ma partenaire prenne aussi du plaisir. Même lorsqu’il s’agit d’une fille de joie.
Toute femme peut avoir du plaisir même sans aller jusqu’à l’orgasme, il suffit qu’elle se sente reconnue, importante, vivante aux yeux de son partenaire.
Il suffit qu’elle ait la sensation d’exister pour lui.

J’attendais sa réponse avant d’aller plus loin, pour ne pas par maladresse lui faire regretter cette nuit.

Un rayon lunaire se glissa par la fenêtre et fit briller fugitivement la perle sur la table.
Mon cœur se serra un bref instant. La crainte que ce moment magique ne cesse. Qu’elle ne disparaisse comme elle était apparue dans ma cabine. Et si ce n’était qu’un rêve ?
Si cet état de grâce était terminé.

Mon bras avec mon crochet près de son visage, de ma main je voulu écarter une mèche de ses cheveux pour l’embrasser de nouveau sur les lèvres et me rassurer de la réalité de sa présence.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

avatar
Emma Swan

▻ Messages : 263
▻ Date d'inscription : 15/01/2017

MessageSujet: Re: [FB] Une perle, un rêve, les prémices du changement… EMMA   Dim 16 Juil - 23:02


Une perle, un rêve, les prémices du changement...
Killian & Emma

Tout cela était à la fois si bon et si effrayant. Je n'avais jamais été regardé comme ça. Jamais été si cajolée. Crochet, le pirate gentleman... C'était à la fois délicieux, drôle et vraiment effrayant. Parce que ce qui faisait plus mal encore que le rejet, c'était la fin. Avoir tant cru compter, être importante, être protégé et se retrouver de nouveau seule. Et je le serais, seule, à la fin, je le savais. Le Capitaine Crochet, sur un bateau près d'une île mystérieuse qui ressemblait au Pays Imaginaire. Cela prendrait fin et la solitude n'en serait que plus pesante...

Pourtant, je le laissais faire, je prenais plaisir à me retrouver contre lui, sous l'assaut de ses baisers fermes et attentifs, sous la coupe de ses doigts caressants et tendres, à la recherche de plus de contact, de plus de plaisir, me surprenant moi-même à trifouiller les boutons de son veston, de sa chemise, de tout ce qui pouvait faire barrière au contact de sa peau chauffée contre la mienne en feu. Semblant ressentir la même chose, il ne tarda pas à se dévêtir lui-même, après m'avoir ôté mon propre haut.

Soudainement soucieux, il me demanda mon accord pour aller plus loin et je ris sous cape, hochant simplement la tête. Heureuse ? Heureuse était sans doute un mot bien trop fort, mais il n'y avait pas de question de rapidité à se poser. J'avais couché avec des types après moins de temps et moins de conversation que cela. A bien des égards, ça avait presque été aussi complet qu'un rencard. Faire connaissance, manger ensemble, se chercher pour finir à moitié nu dans le même lit. J'avais pour habitude de n'avoir des rencards que pour le travail et chercher mes partenaires sexuels là où il serait le plus simple de trouver un homme qui ne poserait pas trop de questions, m'emmènerait partout ailleurs que chez moi (personne ne rentrait chez moi) et dormirait assez profondément pour que je puisse quitter dans la nuit sans jamais plus reprendre de contacts. Je n'étais pas une romantique. Je ne l'étais plus. Depuis longtemps. Ironiquement, Crochet le semblait bien plus que moi...

Un rayon de lune vint frapper la perle et je sentis quelque-chose remuer au fond de moi. Non, non, non, non..., gémis-je intérieurement, ayant peur que ça soit le signal de la fin du rêve. Je ne voulais pas partir maintenant. Je ne voulais pas me réveiller maintenant. J'avais tout ce que je voulais. Dans ce rêve, un sentiment de bien être bien trop rare. Pas d'abandon, pas de solitude, pas de souffrance. Juste du bien-être. Pourquoi ne pouvais-je pas en profiter encore un peu ?

Désespéré de pouvoir rester, de ne pas me réveiller, je tendis le coup, essayant de capturer les lèvres du pirate, de rester ancré là, par un baiser passionné...

Mais ma bouche ne rencontra jamais celle de Crochet. Les yeux clos, les muscles tendus, je finis par me laisser retomber sur le matelas, ouvrant les yeux, pour ne rien trouver au-dessus de moi. Rien que le vide, mon haut à côté de ma tête, le corps surchauffé et cette démangeaison dérangeante entre mes cuisses. Je fermais une nouvelle fois les yeux, soupirant. Le rêve était terminé. J'étais de retour dans la réalité. Seule et insatisfaite. De frustration, je poussais un son, à mi-chemin entre le gémissement et le grondement. Fait chier... Et en prime, je n'avais même plus sommeil. Je savais que je ne me rendormirais pas.

La nuit allait être longue...
made by black arrow

_________________
Tu sais, j'y pense souvent. À toi, à ce que t'as été, ce que t'es et j'imagine ce que tu seras. Tu sais je fais tourner les images en boucle, je les connais par cœur maintenant, on croirait le refrain de ma chanson préférée...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Killian Jones

▻ Messages : 208
▻ Date d'inscription : 25/01/2017

MessageSujet: Re: [FB] Une perle, un rêve, les prémices du changement… EMMA   Sam 22 Juil - 10:45

Appuyé sur mon bras terminé de mon crochet près de son visage, de mes doigts j’avais voulu écarter une mèche de ses cheveux pour l’embrasser de nouveau sur les lèvres mais tel un nuage de fumée, elle s’était évaporée sous mes doigts comme si elle n’avait jamais existé.

« NON ! »

J’avais hurlé.
Je serrais de mon poing les draps froissés où elle avait été.
L’instant d’avant elle était là, l’instant d’après elle n’y était plus.
Une vague de rage me submergea ainsi que l’envie de tout détruire dans ma cabine et déjà j’avais le crochet levé pour l’abattre sur l’oreiller  et l’éventrer lorsque l’image de son doux visage me revint à l’esprit.
Tournant la tête mon regard glissa du portrait de Milah à la perle.

C’était la seconde femme que j’aimais et la seconde que je perdais.
Etait-ce un jeu ?
Si c’était le cas il était cruel et malvenu.
Et qui tirait les ficelles ?

Le visage crispé par la frustration et la douleur de cette perte insupportable je me sentais déchiré.

Où était Emma ? A Boston ?  Et où était Boston ? Le pays de Wendy Darling ?
Peter Pan aurait peut-être la réponse à ma dernière question. Et avec elle la clé pour la retrouver.
Il était inconcevable que je tire un trait sur ce qui venait de se passer.
Quelles heures de douceur, une parenthèse dans ma quête de vengeance. Je n’abandonnais nullement l’idée de faire payer le crocodile pour ses crimes mais pour le moment toutes mes pensées étaient dirigées vers la disparition d’Emma.

Par la fenêtre à l’horizon le ciel s’éclaircissait. Le jour allait se lever.  Etait-ce cela qui l’avait fait disparaître ? L’arrivée de l’Aurore ?

« Maudite perle ! »

J’avais grogné entre mes dents, regrettant immédiatement mes paroles.
Et si cela influençait sur le retour d’Emma. Se pourrait-il que la perle soit susceptible ?
Peut-être étions nous condamnés à nous voir uniquement la nuit ? Je pourrai m’en contenter si cela voulait dire que nous allions nous retrouver et ensuite cela ouvrait la possibilité de trouver un moyen pour changer cela. Par la magie, par l’intervention d’un dieu. Tout se marchande. Tout à un prix.

Me relevant, je retournais près du coquillage, observant ce cadeau empoisonné qu’avait rejeté la mer et qui me narguait.
Elle ne semblait pas avoir pris vie. Inerte. Un vulgaire grain de sable couvert de la bave solidifiée d’une huitre.
Délaissant le joyau que j’avais envie de passer par-dessus bord, je revins vers ma couche et saisit l’oreiller que je portais à mon nez.

Non, je n’avais pas rêvé. C’était son odeur à elle qui imprégnait le tissu.  
Revenant à la table, j’observais nos verres, les restes du léger repas que nous avions partagés, autant de reliefs d’un instant magique sur lequel je refusais de tourner la page.
Je tournais en rond dans ma cabine comme un lion en cage.

Ramassant au sol la cape que je lui avais prêtée, je la posais sur mes épaules nues. Me blottissant dans la laine comme elle l’avait fait. J’avais l’impression de ressentir encore un peu de sa chaleur.
Illusion ? Réalité ?
J’avais froid soudain. Le froid de la solitude. Et elle ? Que ressentait-elle ?

Je ne l’abandonnerai pas.

Remontant sur le pont lentement comme le fantôme de ce que j’avais été quelques minutes auparavant, je rejoignis la proue du Jolly Roger m’abîmant dans les tons feu et or du lever du soleil à l’horizon droit devant nous.

J’avais maintenant deux objectifs tuer le crocodile et retrouver Emma.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [FB] Une perle, un rêve, les prémices du changement… EMMA   

Revenir en haut Aller en bas
 
[FB] Une perle, un rêve, les prémices du changement… EMMA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Minecraft, la perle du moment *_*
» Perle D'Amour ♥
» PERLE douce canichette 10 ans sur le bon coin...
» Perle ♀ Espionne
» Lucas : l'autre perle Brésilienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAPPY ENDINGS CHRONICLES :: Le monde des contes :: Les Terres du Centre :: Les Sept Mers-
Sauter vers: