HAPPY ENDINGS CHRONICLES
Besoin d'une raison de nous rejoindre ? Cliquez sur lecture et vous verrez !




 

Partagez|

L'alcool n'a jamais rien résolu... Mais la sobriété non plus ! [Pv Romain]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant

avatar
Aeline Axley
▻ Messages : 301
▻ Date d'inscription : 04/08/2017
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: L'alcool n'a jamais rien résolu... Mais la sobriété non plus ! [Pv Romain] Lun 11 Déc - 14:58

L'alcool n'a jamais rien résolu...
Mais la sobriété non plus !
On a tous nos limites.
D'aussi fort qu'on soit, tout le monde craque, à un moment ou un autre et je n'échappais pas à la règle. J'avais trop encaissé, trop retenu, etouffé, depuis trop longtemps. A présent, tout semblait entouré de noir. Je ne voyais plus la moindre issue, ni la plus infime des lueurs d'espoir. J'étais confrontée à ce que j'avais refusé et rejeté depuis des mois à présent : la disparition de mon frère. Ou, si j'en croyais la serveuse, de mes frères.
Leurs visages défilèrent : Mael tout d'abord. Ce complice de la première heure, celui auprès de qui j'avais grandi. Celui qui m'avait sauvé la vie, plus d'une fois, qui m'avait mis une épée entre les mains et m'avait appris, malgré mes gémissements de petite fille, à m'en servir. Celui qui, toujours, avait anticipé l'instant terrible où il ne serait plus là et qui avait, de toutes ses forces, tout mis en oeuvre pour que je ne me retrouve ni démunie ni à la merci de qui que ce soit. Je lui devais plus que la vie. Je lui devais d'être celle que je suis. Ou plutôt, que j'étais.
Parce que, pour l'heure, je ne ressemblais guère à personne...
Et puis ce Robin, celui que j'avais passé des semaines à épier. Celui qui portait le médaillon que la reine des glaces m'avait désigné comme étant, je cite, "celui qui me permettra de retrouver mon frère". Celui que j'avais rencontré, une fois, mais qui m'avait paru si familier bien que je ne l'ai jamais encore vu. Ces ressemblances, ces goûts en commun, tout aurait pu me pousser dans le sens des paroles de la serveuse, même ma tâche de naissance, qu'elle affirmait exister aussi sur son corps à lui. Mais j'avais besoin de preuves, de temps et de je ne sais quoi d'autre encore.
Sauf que je ne les avais pas. Robin avait disparu. Il n'était pas le seul et cela avait fait grand bruit dans la ville, mais je me fichais des autres. Lui seul détenait la clef de la vérité et elle m'avait fait un cruel pied de nez. J'avais, de concert avec quelques uns, tout mis en oeuvre pour les retrouver. Usant de mes talents de traqueuse, de mes astuces de guerrière aguerrie, mais j'avais bien dû me rendre à l'évidence : face à la magie, j'étais inutile... Et démunie.
J'avais tenu bon, quelques jours de plus, avant de sombrer dans l'apathie du terrible "à quoi bon ?". Et ce soir, je me laissais aller. J'avais déniché deux bouteilles de vin (dérobé serait plus juste) puis j'avais retrouvé l'abri relatif qu'offrent les bois. A l'aune du jour déclinant, j'avais regardé le temps défiler en même temps que les feuilles que le vent emportait vers d'autres horizons. Peu à peu, je m'étais laissée emporter par le doux mensonge de l'alcool.
Assise sur une vieille souche, devant un feu que je maintenais maladroitement à présent, je me prémunissais du froid et de mes démons, dans le clair-obscur. Et c'est là que je l'aperçus.
Au début, je me demandais si ce n'était pas mon esprit qui me jouait des tours en créant ce grand type, plus roux que les feuilles, musclé à la perfection, et avec un sourire tendre et avenant, quand il croisa mes yeux. Pour une fois, dans ma vie, je refusais de me méfier. Blasée, j'en conclus que, s'il était mauvais, ce n'était sans doute pas une mauvaise chose qu'il prenne ma vie. Je n'en avais plus vraiment l'utilité de toute façon.
S'il était gentil, eh bien il tromperait ma solitude, même si cela ne devait durer que quelques instants. Cela faisait si longtemps que j'étais seule. Je me demandais combien de jours, d'heures, de minutes, s'étaient écoulées depuis la dernière fois où Maël m'avait prise dans ses bras, parce qu'aucun autre ne l'avait fait depuis. Cela me flagella le coeur et je sentis monter en moi des larmes de rage et d'impuissance que je refoulais par une respiration précipitée et une gorgée supplémentaire de vin.
Je ne dis pas un mot, fatiguée de toujours tout devoir prendre en main. Qu'il parte ou reste, c'était sa décision.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Force & honneur
Force & honneur

avatar
Romain Whitechappel
▻ Messages : 200
▻ Date d'inscription : 23/04/2017

MessageSujet: Re: L'alcool n'a jamais rien résolu... Mais la sobriété non plus ! [Pv Romain] Sam 30 Déc - 22:27

Je ne savais pas pourquoi j'étais aussi nerveux. Je n'avais rien fait de mal après tout. Je n'avais que coucher avec ma femme donc en soit je n'avais rien fait de mal. Mais j'avais tout de même l'impression d'avoir fait du mal à Neilina ce que je ne supportais pas vraiment. J'aimais beaucoup Neilina. Elle avait toujours eu sur moi un effet bénéfique et je ne me voyais pas lui dire adieu malgré le fait que j'avais l'impression que tout ce que me disait Juliette était que le strict minimum de la vérité. Je me disais que je devais l'aimer comme un fou pour accepter tout ce qu'elle avait subi et encore plus quand j'avais appris qu'elle m'avait abandonné lors de l'enterrement de notre enfant. Je devais vraiment l'aimer plus que ma propre vie... Et même si c'était un sentiment noble je ne voulais pas me retrouver enfermer dans ces sentiments. Il fallait que je remette toutes mes idées en place !

C'était pourquoi j'avais décidé d'aller faire un tour dans la forêt histoire de me changer les idées et puis aussi pour aller parler à mes amis les arbres. Depuis que j'avais trouvé mon pouvoir de contrôle de la terre j'avais entendu des voix dans ma tête celle des arbres et ils étaient vraiment de bons conseils. Du coup je me promenais dans la forêt et je me laissais guider par eux jusqu'à ce que je tombe pratiquement nez à nez avec une jeune femme qui semblait être dans une mauvaise passe. Je levais les yeux au ciel. Je n'avais pas envie d'aider quelqu'un pour le moment mais une force en moi me poussait à ne pas la laisser seule dans cet état dans la forêt. Je m'approchais alors doucement d'elle, déjà pour ne pas lui faire peur mais surtout pour éviter tout projectile si jamais elle comptait me canarder.

« Bonsoir. »

Je m'approchais d'elle en souriant. Ce n'était pas inhabituel de trouver des feux dans la forêt depuis l'arrivé des « migrants » à Storybrooke mais je ne l'avais jamais remarqué elle et pourtant elle ne semblait pas être une personne à oublier bien au contraire.

« Je peux m'asseoir ? »

J'attendais qu'elle me donne son aval avant de m'asseoir sur une souche à côté d'elle. Elle semblait mal en point et sur le point de pleurer. L'alcool qu'elle tenait à la main ne devait pas aider à avoir les idées claires de toutes les façons.

« Je m'appelle Romain. Puis-je vous aider ? »

Je m'attendais à me faire renvoyer boulet mais peut être que j'aurai une bonne surprise au final qui sait.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Aeline Axley
▻ Messages : 301
▻ Date d'inscription : 04/08/2017
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: L'alcool n'a jamais rien résolu... Mais la sobriété non plus ! [Pv Romain] Jeu 4 Jan - 18:54

L'alcool n'a jamais rien résolu...
Mais la sobriété non plus !
Visiblement, il n'avait pas l'intention de me tuer. Je ne savais pas si je devais m'en réjouir ou enrager. A défaut, je restais immobile en le laissant approcher, ce qu'il fit prudemment. Il semblait redouter que je ne l'agresse et je me demandais si ma réputation me précédait ou si, simplement, mon allure suffisait à inspirer la méfiance. Je savais bien que j'aurais dû faire des efforts pour m'intégrer un peu plus et coller aux us et coutumes locales. Sauf que je n'y arrivais pas. Ce n'était pas moi.
Encore que, me direz-vous, ce soir je ne savais pas vraiment qui j'étais...

_ Ouais, il est génial ce soir... ironisais-je en réponse à sa salutation.

C'était méchant, mais c'est souvent ainsi quand on souffre. On devient égoïste et agressif. Il ne broncha pourtant pas et me demanda la permission de s'assoeir.

_ Si le coeur vous en dit, je vous en prie, répondis-je d'un ton blasé.

C'était le mieux que je pouvais faire pour l'instant. En plus, j'avais été polie pour le coup, il n'avait pas à se plaindre. A présent qu'il était plus près, je me laissais aller à le regarder. Il était vraiment beau et musclé. Sa voix avait un timbre particulier et ses yeux donnaient envie de se fondre dedans. Oui, ça avait l'air bien de s'évader dans ces prunelles bleues. Il se présenta et jusque là tout allait bien, puis il me demanda s'il pouvait m'aider.
En temps normal je l'aurais envoyé bouler avec perte et fracas. Je ne suis pas le genre de femme qui a besoin d'aide, pas celle qu'on sauve, qu'on couve et qui se pâme devant son beau chevalier. Non, moi je prends les choses en main, je me défends toute seule et JE propose mon aide !
Enfin, ça, c'est en temps normal. Ce soir là, je n'étais guère en état de faire quoi que ce soit. Et je ne parle pas de l'alcool. J'étais moralement à plat, alors je ne fracassais pas le nez de l'importun. Je me tournais vers lui et le regardais droit dans les yeux.

_ Vous voulez m'aider ? Et pourquoi feriez-vous ça ? Vous ne me connaissez pas...

Ca, c'était un brin "je t'envoie bouler" aussi je me repris et me raclais la gorge tout en me tournant pleinement vers lui.

_ Je m'appelle Aeline.

Ce n'étaient pas des excuses, mais je n'étais pas prête d'en faire. D'ailleurs, à présent que je lui faisais face, je n'y pensais même plus. Cédant, pour une fois, à l'impulsion de l'instant, je me penchais sur lui et, sans lui laisser le temps de réfléchir, je l'embrassais à pleine bouche, en y mettant toute la passion du désespoir.
J'avais besoin de me prouver que j'étais encore en vie...
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Force & honneur
Force & honneur

avatar
Romain Whitechappel
▻ Messages : 200
▻ Date d'inscription : 23/04/2017

MessageSujet: Re: L'alcool n'a jamais rien résolu... Mais la sobriété non plus ! [Pv Romain] Sam 6 Jan - 21:30

Je m'étais approché d'elle lentement comme si je craignais qu'elle puisse me sauter à la gorge et qu'elle me tue. C'était possible bien sur mais en même temps vu son état je pourrai la maîtriser rapidement. Cependant je ne pouvais pas prendre de risque. Il fallait quand même que je reste en un seul morceau pour ma femme. C'était étrange de penser comme cela.

« Je ne vous connais pas mais ce n'est pas une raison pour ne pas vouloir vous aider. »

Je ne pouvais pas laisser une demoiselle seule dans la forêt. Ce n'était pas raisonnable surtout vu tout ce qu'il passait en ce moment en ville. Quand elle se présenta je lui souriais avant de lui donner moi aussi mon identité.

« Romain. Romain Whitechappel. »

Je lui souriais gentiment. Au moins elle n'avait pas voulu me frapper pour m'être mêlé de ce qui ne me regardait pas... Cependant je ne m'étais pas du tout attendu à

« Je ne pense pas qu'on devrait... Vous avez bu et... Dans d'autres circonstances je n'aurai certainement pas dit non. Mais là je préfère attendre que vous soyez de nouveau vous même. Et puis je suis marié. »

Certes je n'avais plus mon alliance à mon doigt mais je savais que j'étais marié et je ne pouvais pas aller batifoler chez toutes les femmes même si techniquement là c'était elle qui m'avait sauté dessus. Enfin ce n'était pas une raison. Il fallait que je me reprenne et que je reste un homme convenable. Aeline ce soir non. Je suis désolé mais non.

« Je vous raccompagne chez vous Aeline ? »

Je lui souriais. Je ne savais pas si elle accepterait ma suggestion mais si elle passait son temps à me sauter dessus je ne savais pas comment je pourrais réagir. Enfin tout était compliqué maintenant. Elle était très mignonne mais je préférai les brunes... Comme Juliette. Je souriais un peu à cette pensée.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Aeline Axley
▻ Messages : 301
▻ Date d'inscription : 04/08/2017
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: L'alcool n'a jamais rien résolu... Mais la sobriété non plus ! [Pv Romain] Dim 7 Jan - 18:38

L'alcool n'a jamais rien résolu...
Mais la sobriété non plus !
Il me servit l'argument niais au possible en réponse à mon interrogation. Il ne voyait pas pourquoi il n'aurait pas dû m'aider sans me connaître. A croire que toute cette foutue ville s'était passé le mot pour me taper sur les nerfs et prétendre ne rassembler que des bonnes personnes accueillantes au possible. Je savais pourtant qu'il n'en était rien. Déjà parce que le pur altruisme n'existe pas (bien que certains se défendent en matière d'idiotie totale...) mais, surtout, parce qu'il n'existe pas autant de gens bien sur cette terre, quelle qu'elle soit.
Non mais c'est vrai quoi ! De qui se moquait-on ?

_ Je vous préviens, si vous enchaînez en me disant que vous êtes une sorte de preux chevalier qui se plaît à juste aider les personnes je vous pète le nez ! De toute façon, je n'ai pas besoin d'aide...

Bon c'est vrai que, présentement, je n'en donnais pas vraiment l'impression mais il ne faut pas se fier aux apparences. J'aurais pu l'étriper si je l'avais voulu... Avec unpue plus de mal que d'ordinaire, certes, mais je ne doute jamais de moi ! Le jour où je commence, je pense que ce sera le dernier.
Pour adoucir la conversation je m'étais présentée et il en avait fait de même. C'est marrant mais je ne le voyais pas trop s'appeler Romain. Je l'aurais pris pour un James, Jamie, ou un truc dans le genre. Certainement à cause de ses cheveux roux...  Very Happy
Ensuite, tout s'était enchaîné et je m'étais retrouvée à l'embrasser. Il était plutôt habile, dois-je lui concéder. Certains hommes auraient complètement perdus leurs moyens devant cet "assaut". Je l'avais déjà vu. Je n'avais d'ailleurs pas donné suite parce que s'ils ne suivaient pas dès le début, comment aurais-je pu espérer une suite satisfaisante ?
Sans que je ne sache trop pourquoi ni comment, d'un coup, j'avais envie de lui. Je pensais la cause acquise. Honnêtement, vous m'avez vue ? Qui résisterait ? Eh bien lui, visiblement, puisqu'il me repoussa avec douceur mais fermeté. J'enrageais aussitôt.

_ Tu... Tu te fous de moi ?? m'insurgeais-je quand il argua que je n'étais pas dans mon état normal. Je n'ai plus quinze ans, je sais très bien ce que je fais ! Et si tu t'inquiètes de mon honneur, ne t'en fais pas il s'est envolé depuis un moment déjà

Il ajouta qu'il était marié, je répondis aussi sec.

_ Mais je m'en fous moi que tu sois marié !

Bon, ce n'était sans doute pas la chose à dire mais, comme il l'avait dit et comme je refusais à le reconnaître, je n'étais pas entièrement moi-même. En général, je respecte ces liens là. Je suis plutôt du genre à broyer les parties des maris volages avant de les dénoncer à leurs dames. Mais pas ce soir.
Etre quelqu'un de correct ne m'avait rien apporté de bien, alors pourquoi continuer ? Pourquoi conserver cette foutue morale ?
Tandis que je divaguais, il me proposa de me ramener chez moi. Je ne sais pas pourquoi, je sais encore moins comment, mais cela me fit craquer. Entre le rire hystérique et un torrent de larmes, je lui tournois le dos pour lui épargner ce triste spectacle.

_ Chez moi ? Mais je n'ai pas de chez moi ! Il n'y a plus rien ! Plus personne !

Oui, hystérique est sans doute le mot. Il faut dire, à ma décharge, que j'avais vu tous mes compagnons d'armes disparaître, ces derniers mois. Puis mon frère. J'avais rejoint les rangs d'une armée maléfique, quitté mes terres natales, pour me retrouver dans ce pays étrange et étranger. Enfin, Robin, celui-là qu'on m'avait affirmé être mon jumeau, avait disparu à son tour.
Je ne saurais jamais si c'était vrai ou non.
Alors je craquais. Qui pourrait m'en blâmer ?


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Force & honneur
Force & honneur

avatar
Romain Whitechappel
▻ Messages : 200
▻ Date d'inscription : 23/04/2017

MessageSujet: Re: L'alcool n'a jamais rien résolu... Mais la sobriété non plus ! [Pv Romain] Lun 8 Jan - 17:09

Elle semblait détester les chevaliers. Je souriais. Elle n'était visiblement pas tomber sur la bonne personne. Je ne pouvais pas rester impuissant face à une femme en détresse. Je n'étais pas comme cela.

« Alors je ne vous aiderai pas. Je vous tiendrais juste compagnie. »

Si elle savait que j'étais un roi. Je souriais en coin. Elle semblait être une guerrière. Elle semblait être une femme forte mais elle avait dû souffrir pour être dans un état pareil.

« Je ne profiterai pas de toi comme ça. »

Je la désignais. Non et non. Je n'étais pas un profiteur et encore moins un homme qui abuse d'une femme en état d'ivresse. Je n'étais pas comme ça loin de là.

« Et moi pas ! Je ne m'en fous pas ! »

J'étais en colère qu'elle s'en fiche. Je ne pouvais pas ! Je ne pouvais pas tromper Juliette ! Enfin c'était impossible ! C'était... Etrange. Pourquoi pensais-je ainsi alors que j'avais encore un doute sur le fait qu'elle soit réellement ma femme ? Enfin, après tout, elle n'avait pas à s'en faire sur cette question mais bon soit elle était vraiment méchante soit elle était juste bien bourrée et je préférais croire que c'était la seconde option qui était la bonne. Cependant, je ne m'étais pas du tout attendu à ce qu'elle se mette à pleurer tout d'un coup. Je me sentais tout à coup mal à l'aise et une envie soudaine de m'enfuir loin d'ici. Cependant, je ne pouvais pas être un poltron alors quand elle me tourna le dos je posais une main sur son épaule pour tenter de capter son attention, ce qui n'était pas forcément malin.

« Je peux te proposer mon canapé. Tu ne vas pas dormir dehors. Ou l'on peut te prendre une chambre à l'hôtel. Et non je ne viendrais pas avec toi. »

Je souriais gentiment. J'avais tenté un peu d'humour mais je ne voulais pas qu'elle puisse le prendre mal alors je continuais de la consoler comme je le pouvais. Je voulais être un homme bon et serviable et surtout être quelqu'un sur qui l'on pouvait compter.

« Où c'était ?.... Je veux dire.... Où c'était chez toi ? Je peux t'aider à y retourner... Ou alors je peux t'aider à t'intégrer ici si tu veux. »

Je voulais vraiment l'aider mais je ne savais pas si je trouvais les bons mots avec elle. J'espérais que oui ou que je pourrais la consoler un peu. Je voulais qu'elle puisse avoir une épaule sur qui compter, du moins ici en ville. Je savais combien l'on pouvait être perdu si nous n'avions personne. Peut être qu'au final j'étais un vrai chevalier.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Aeline Axley
▻ Messages : 301
▻ Date d'inscription : 04/08/2017
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: L'alcool n'a jamais rien résolu... Mais la sobriété non plus ! [Pv Romain] Lun 8 Jan - 21:13

L'alcool n'a jamais rien résolu...
Mais la sobriété non plus !
Il était loin d'être bête. Derrière ce joli minois se dissimulait un esprit et un instinct pas mauvais du tout. Au lieu de tenter de me convaincre que j'avais besoin d'aide, il botta en touche et me proposa de me tenir compagnie. Cela me fit sourire, sincèrement. Le regardant dans les yeux, je lui tendis ma bouteille qui n'était pas vide.

_ De la compagnie, je ne refuse pas. Une gorgée ? C'est loin d'être un grand cru mais j'ai connu des piquettes nettement pires que ça. C'est, disons, parfaitement buvable.

Je ris un peu, me demandant si ma description, somme toute honnête, le tenterait ou l'inciterait à passer son chemin. Il n'y avait pas de piège dans ma proposition. C'était simplement ce que l'on fait, dans le monde dans lequel j'avais appris à évoluer : partager son alcool est une marque de respect. Je ne le ferais pas avec tout le monde. Mais sans doute que les choses étaient différentes de là d'où il venait. Un mercenaires comme ceux avec qui j'avais évolué pendant des années n'aurait fait qu'une bouchée d'une femme seule, dans la forêt, et un brin avinée.
Le pire c'est que j'avais proposé et qu'il avait refusé ! C'était bien ma veine...
Il était clair qu'il tenait à son épouse. C'était limpide rien qu'à la façon qu'il eut de s'insurger contre l'idée que cela importait peu. Il eut même un léger mouvement de recul, faible mais visible pour qui sait regarder. Contrairement à nombre de mes compagnons d'armes, j'avais appris à décoder les messages corporels que lancent les gens sans y réfléchir. Il ne voulait pas tromper son épouse et je ne pouvais pas faire grand chose pour le faire changer d'avis. Peut-être qu'en le travaillant longuement au corps je serais parvenue à ces fins, mais je n'en avais pas vraiment envie. Je respectais le respect qu'il avait pour son épouse. Elle avait de la chance. J'espérais pour lui qu'elle le savait.
Ensuite, tout s'emballa et je me retrouvais entre larmes et rire, mais un rire faux, glacé et glaçant, un brin hystérique sans doute. D'aucun aurait pris ses jambes à son cou et je n'aurais pas cherché à le retenir. Je n'avais pas l'habitude de tomber les masques en présence de quelqu'un, d'un étrange encore moins. En un sens, j'aurais presque voulu qu'il parte, pour me laisser entière à ma douleur.
Pourtant, quand je sentis sa main chaude et tendre se poser sur mon épaule, je ne peux pas prétendre que cela ne me fit pas du bien. Les yeux clos, l'espace d'une seconde, je pus presque imaginer que c'était Maël, mon frère, mon compagnon de toujours, qui était là pour me rassurer. Alors, les yeux toujours clos pour ne pas briser l'illusion, je m'étais tournée et j'avais fini dans ses bras. Il n'y avait rien d'autre qu'un besoin dans mon geste, mes mains se contentèrent de se cramponner autour de sa taille, très fort. Les sanglots me secouèrent un moment encore, surtout quand je dus me résoudre à l'évidence que l'odeur, la taille, le toucher, rien n'était Maël, mais je ne lâchais pas immédiatement.
J'eus peur, un instant, de ne jamais m'en relever si je m'effondrais totalement.
Puis, doucement, le torrent se tarit. Quelques soubresauts, encore, et l'accalmie. Alors je réalisais où je me trouvais et ce que je faisais et, malgré le fait que je l'avais embrassé, que j'avais méprisé son refus de me céder quelques instants auparavant, ce contact me mit mal à l'aise ; sans doute parce qu'il avait trahi une plus grande intimité que s'il avait simplement partager ma couche.
Je sais d'expérience qu'on peut partager son corps, mais rien d'autre, quand on le veut. Or, là, cet étranger venait de voir une part de moi que peu de personnes connaissent. J'en étais retournée, honteuse même. Mes compagnons d'armes se seraient moqués des jours durant de voir la grande guerrière pleurer comme une enfant, se sentir mieux d'être, simplement, bercée par des bras d'homme. D'être vulnérable...
J'en étais là quand il me proposa de loger chez lui ou une chambre, en tout bien tout honneur précisa-t-il. Un léger rire me saisit, preuve de mon malaise et, en essuyant mes yeux qui me piquaient, je choisis de m'en sortir par un trait d'humour. C'était la dernière de mes armes.

_ Je vais finir par prendre personnellement le point d'honneur que tu mets à me repousser, tentais-je un peu misérable. J'ai compris, ta vertu est sauve. Même si tu ne sais pas ce que tu rates.

La provocation revenait, comme un moyen de mettre un peu de distance. Je l'avais fait aussi, inconsciemment, physiquement. Mais je ne m'étais pas trop éloignée. Je ne voulais pas passer pour une ingrate non plus. Et puis, pour la nuit, j'avais besoin d'un ami, que je le veuille ou non.
Je cherchais quoi répondre à son offre. J'étais très tentée par une nuit au chaud, mais je craignais un peu le réveil du lendemain, devoir me sentir redevable n'est pas une chose que j'aime éprouver. Il enchaîna en me demandant d'où je venais. Je ne voyais aucune raison de lui mentir ou de botter en touche. Dans un sens, il avait mérité un brin d'honnêteté.

_ De la Forêt Enchantée, répondis-je, sans plus parvenir à le regarder en face. Mais je n'ai aucune raison d'y retourner, plus personne ne m'attend. J'ai fait partie de l'armée de la reine des glaces et elle a trompé mon désespoir en me promettant l'impossible. Du coup, je me suis retrouvée ici. Et juste au moment où je voyais le bout du tunnel, Robin a disparu. Alors, tu vois, je n'ai nul part où aller et pas plus de choses à faire ici.

Je songeais que j'aurais dû mourir dans les rangs de la reine ou, mieux, aux côtés de mon frère, Maël. S'aurait été tellement plus simple. A défaut de mieux, je marchais vers la bouteille qu'il avait reposée un peu plus tôt. Un pis aller en vaut bien un autre...
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Force & honneur
Force & honneur

avatar
Romain Whitechappel
▻ Messages : 200
▻ Date d'inscription : 23/04/2017

MessageSujet: Re: L'alcool n'a jamais rien résolu... Mais la sobriété non plus ! [Pv Romain] Sam 27 Jan - 17:03

Je ne pourrais pas la convaincre de me suivre alors je pouvais jouer sur le fait que je pouvais lui tenir compagnie. Sur ce point là je n'étais pas une mauvaise personne. J'arrivais quand même beaucoup plus à cerner les gens et je voulais l'aider c'était aussi simple que cela. Je n'étais peut être pas le meilleur pour cette mission mais je ferai de mon mieux pour lui redonner le sourire.

« Une gorgée alors. »

Je ne pouvais quand même pas tout le temps refuser ce qu'elle me proposait et puis une gorgée de vin n'allait pas me faire de mal bien au contraire. Je voulais vraiment qu'elle puisse arriver à me faire confiance et peut être que je devrais rentrer dans son jeu pour une fois. Je prenais la bouteille qu'elle me tendait pour boire une gorgée du breuvage. Il n'était pas mauvais son vin bien que un peu âpre à mon goût. Mais bon pour l'utilisation qu'elle en faisait elle n'en avait pas besoin d'un meilleur. Je buvais une seconde gorgée avant de me reculer quand elle me fit une nouvelle fois des avances.

Détrompez-vous elle était vraiment magnifique. Je n'aurai pas dit non si je n'avais pas été marié mais je n'étais pas ce genre d'homme et je ne voulais surtout pas le devenir. J'étais un homme droit et même si je faisais des erreurs je voulais toujours être dans le droit chemin. Par exemple : tout le monde avait tourné le dos à la maire à la levée de la malédiction. Moi non. Elle était ma patronne mais aussi comme une amie au fur et à mesure des années et puis elle n'avait pas été si mauvaise avec moi. Elle m'avait donné une bonne situation et de quoi vivre dans ce monde. Oui elle avait fait les choses dans le dos de tout le monde mais je ne pouvais pas m'en plaindre. Voilà pourquoi je ne m'arrêtais jamais aux faits d'une personne et Aeline qui était présente ne pouvait pas être juste cette femme perdue. Elle semblait plus forte que cela. Je lui proposais alors de lui prendre une chambre d'hôtel ou même de venir dormir sur mon canapé. Elle semblait piquer que je refuse une nouvelle fois sa proposition de coucher avec elle. Bon à vrai dire je préférais que ça soit bien clair entre nous deux.

« Oh si je devine. Mais cette discussion j'en suis certain n'aurait pas eu lieu si tu avais été sobre. »

Je lui faisais un clin d'oeil avant de me lever et de lui tendre une main. Elle pouvait bien entendu refuser mon aide mais je ne pensais pas que ça serait dans son intérêt. Elle semblait vraiment perdue et pour une fois il fallait qu'elle arrive à faire confiance et à accepter les mains qu'on lui tendait. Je changeais de juger en lui demandant d'où elle venait.

« Je suis navrée de ce qu'il t'ait arrivé. Mais tu sais ce monde... Il permet de tout recommencer à zéro et ça fait du bien crois moi... Ici on peut être qui on a toujours rêvé d'être. »

Je lui souriais tout en lui tendant vraiment ma main et en saisissant la sienne pour l'aider à se lever.

« Allez vient on va aller chez moi. Tu ne me devras rien et si tu veux t'enfuir par la fenêtre demain matin tu pourras. »

Je pouvais bien me positionner en tant qu'ami maintenant. Elle semblait en avoir vraiment besoin.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Aeline Axley
▻ Messages : 301
▻ Date d'inscription : 04/08/2017
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: L'alcool n'a jamais rien résolu... Mais la sobriété non plus ! [Pv Romain] Lun 12 Fév - 11:39

L'alcool n'a jamais rien résolu...
Mais la sobriété non plus !
Il but quelques gorgées. Pas que ça change quoi que ce soit pour moi, j'avais abandonné l'espoir d'oublier mes soucis dans ses bras. Je ne suis pas du genre à abuser des gens ni à les enivrer pour les affaiblir. Et puis, il avait sans doute raison, c'était mieux ainsi.
Même si j'aurais vraiment eu besoin de me poser dans ses bras, ne serait-ce que pour me reposer un peu...
Il argua que cette conversation n'aurait pas eu lieu si je n'avais pas bu, j'eus un sourire amusé.

_ Tu sous-estimes ton corps, mon cher...

J'accompagnais ma réplique d'un coup d'oeil ostensiblement appréciatif. Après tout, il n'y avait pas de mal à reluquer un peu la marchandise, tant que je ne tentais pas d'y toucher. Et puis, c'était juste pour le charrier un peu, je n'avais pas l'intention d'insister, mais bon je n'allais pas non plus chasser mon naturel. Or, c'est ainsi que je me comporte quand je suis attirée par un homme, je ne fais pas comme les donzelles qui se pâment et prétendent être timides ou faibles. Je ne suis ni l'un ni l'autre, je suis comme je suis et un homme fait avec... Ou sans.
Il se leva et me tendit la main, tout en s'avouant désolé pour moi. Parce que c'était trop frais et trop douloureux, je bottais en touche et détournais le regard pour ne pas répondre. Que lui dire ? Que cela n'avait plus le moindre sens pour moi ? Que je n'avais pas envie de recommencer à zéro ? Que je ne m'en sentais pas la force ? Que j'étais plus bas que terre et que je n'aspirais plus qu'à sombrer ?
Non, bien-sûr que non...
Sa main tendue m'incita à y glisser la mienne et je me retrouvais sur mes jambes sans trop savoir comment. Il m'informa que nous allions chez lui et me proposa de m'enfuir si je le voulais, affirmant que je ne lui devrais rien. Je tanguais sur mes jambes autant que sur mes certitudes et le suivis avec une docilité qui ne me ressemblait guère.
Pour briser le silence que je supportais pas, je repris la parole, cherchant à faire la conversation.

_ Ta femme ne va pas tiquer que tu en ramènes une autre chez vous ? D'autant que je n'ai pas le profil de la donzelle en détresse...

J'avais ma tenue de guerrière et je portais mon épée sur le côté, comme toujours. En l'état, elle ne me servirait guère puisque je ne saurais la manier habillement, mais, en tous les cas, elle attestait qu'en temps normal je pouvais me défendre. Une vague pensée m'amena vers les Merry-Men. Je n'avais pas même pensé à me réfugier à leurs côtés. Ils m'auraient renvoyé à mon propre tourment, à savoir la perte de mon frère.
Le fait de marcher me faisait du bien mais, tout à la fois, me faisait réaliser mon état. Il me faudrait manger pour éponger un peu tout ça et boire beaucoup d'eau.
Comme pour me trahir, mon estomac gronda et me détourna l'esprit, suffisamment pour que je butte sur une pierre. Je me serais étalée de tout mon long s'il n'avait pas eu le réflexe de me rattraper.
Serrant les dents, je marmonnais.

_ Je fais vraiment pitié...

Oui, j'étais tombée bien bas... Heureusement, je n'étais pas seule.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Force & honneur
Force & honneur

avatar
Romain Whitechappel
▻ Messages : 200
▻ Date d'inscription : 23/04/2017

MessageSujet: Re: L'alcool n'a jamais rien résolu... Mais la sobriété non plus ! [Pv Romain] Dim 25 Mar - 18:09

Encore une fois Aeline me lança un de ses regards de braises qui disons le allait finir par me faire craquer. Je veux dire j'aime ma femme enfin je pense l'aimer mais je m'étais juré de lui rester fidèle alors je ne craquerai pas. Je toussotais un peu gêné tout de même qu'elle me regarde ainsi et je sentis une légère rougeur monter à mes joues. Je finissais par lui dire :

« Je ne veux pas en savoir plus. »

Tout en détournant un peu, souriant légèrement niaisement. Elle avait de la réparti cette femme et d'un côté elle aurait pu me plaire. Juliette aussi était capable de parler comme cela. D'ailleurs, Aeline souleva un point important. Juliette n'allait pas aimé qu'elle vienne à la maison dormir. Il fallait que je la prévienne en amont. Même si je ne lui donnais pas le choix au moins elle ne pourrait pas dire que je ne l'avais pas prévenu. Je sortais mon téléphone de ma poche pour le montrer à Aeline.

« Je vais lui envoyer un texto. Elle comprendra. Tu sais on essaie toujours d'aider les autres du mieux qu'on peut. Et puis il va sûrement pleuvoir cette nuit, je ne peux pas te laisser là. »

Je lui souriais avant de pianoter rapidement sur mon écran pour envoyer le texto à Juliette puis je fus rappeler à l'ordre quand elle trébucha contre une pierre. Elle se rattrapa à un arbre et je soufflais soulagé qu'elle ne se soit pas faite mal.

« Tu sais, on a tous fait pitié un jour dans notre vie. Il faut juste savoir se relever et tu en es capable je suis sûr. »

J'inclinais légèrement ma tête avant de la conduire à ma voiture. Une fois à bord, j'allumais le moteur et je roulais jusqu'à ma maison. Il se faisait déjà tard. En descendant de la voiture, je consultais mon téléphone et je remarquais que Juliette ne m'avait pas répondu. Bon au moins, elle avait reçu le sms, on verrait après. Je sortais les clés de mon cuir puis j'ouvrais la porte de ma maison.

« Bienvenue chez moi Aeline... »

Je passais devant elle pour la conduire dans le salon et là je me retrouvais face à une Juliette en petite tenue qui m'attendait sur le canapé. Ma mâchoire se décrocha un peu puis je me tournais vers Aeline gênait.

« Je te présente ma femme.... Juliette. »

J'enlevais mon cuir pour le tendre à ma femme puis je m'approchais de Juliette pour lui murmurer :

« Avant de criser et de hurler, je suppose que tu n'as pas consulté ton téléphone. »

Je sortais mon propre téléphone et je lui montrais le texto. Puis je l'embrassais sur la tempe avant de me diriger vers la cuisine tout en disant à Aeline de s'installer. J'allais sortir de quoi manger du frigo et je le posais sur la table basse. Je me sentais toujours assez gênais et encore plus quand je me disais que j'aurai pu passer une soirée de folie avec ma femme. Elle me ferait presque regretté de l'avoir aidé là Aeline. Et puis vu l'ambiance... Je me disais que j'avais peut être fait une connerie alors je gardais mon nez baissé vers les victuailles pour ne pas voir les regards désapprobateurs des deux demoiselles.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Aeline Axley
▻ Messages : 301
▻ Date d'inscription : 04/08/2017
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: L'alcool n'a jamais rien résolu... Mais la sobriété non plus ! [Pv Romain] Mer 28 Mar - 11:43

L'alcool n'a jamais rien résolu...
Mais la sobriété non plus !
Je trouvais plutôt amusant de constater que celui qui s'était présenté tel un chevalier sauver, le genre beau prince, sûr de sa force et de son courage, ce bel homme qui n'était a priori pas puceau (puisque marié...), soit aussi facile à perturber.
Si j'avais été quelqu'un de vaniteux, j'aurais pu me regorger de voir l'effet que je lui faisais, bien malgré lui, mais je me demandais surtout si, jamais, cet homme avait véritablement pris son pied. Pourquoi être aussi gêné face à une chose somme toute naturelle et agréable ? Mon éducation n'y était pour rien.
J'avais grandi dans une famille aimante et simple ; du moins jusqu'à ce que mes parents (que je savais à présent adoptifs...) soient assassinés et que mon frère (qui l'était également, même si je ne m'y faisais vraiment pas) se retrouve seul avec moi. Il m'avait parlé assez crument de la chose, pour me préparer à ce qui pouvait arriver et me faire comprendre que mon attitude pouvait provoquer des réactions auprès des autres mercenaires. Il s'agissait de détails techniques, pas de sentiments.
Cela avait, sans doute, conditionné mon approche de la sexualité qui avait constitué, un temps, une soupape de bien-être, un moyen de passer du bon temps et de relâcher la pression. Ce dont j'aurais bien au besoin ce soir, mais je n'y reviendrais pas. A moins, bien-sûr, que l'épouse de ce cher Romain ne soit pas une oie blanche et qu'elle saisisse l'opportunité de passer un bon moment en ma compagnie. Ce ne serait pas le premier couple dont je partageais le lit...
Sa femme, Romain l'évoqua brièvement. Il la prévint au moyen de cet appareil étrange qui permettait aux gens de communiquer ici. Je n'en avais pas, naturellement. Déjà parce que je n'avais personne à joindre, mais aussi parce que je n'aurais sans doute jamais vraiment confiance dans ce genre de choses. Je n'avais rien répondu à sa remarque sur la pluie, même si j'aurai pu arguer que j'avais campé sous la neige pour ainsi dire tous les hivers depuis mes douze ans. Sa remarque sur la pitié me fit serrer les dents mais je ne répondis rien cette fois non plus. Que dire ?
Parfois le silence est le meilleur allié.
J'observais avec curiosité la maison, que je trouvais immense, et me laissais guider. Je redoutais un peu la rencontre avec sa femme, juste parce que je me méfie toujours des femmes. Elles sont plus fourbes, plus complexes et plus promptes à juger et médire. Je sais de quoi je parle, j'en suis une. L'avantage des hommes, c'est qu'ils sont plus francs, en majorité. Plus idiots, plus simples, plus bourrus, mais plus francs. Je le suivais dans le salon et, alors qu'il se figeait complètement, j'ouvris grands les yeux pour ne pas perdre une miette du spectacle qui s'offrait à moi.
Le moins que l'on puisse dire, c'est que Romain avait une très belle femme...
Dire qu'il était gêné serait un euphémisme, il nous présenta tout de même et j'affichais un grand sourire satisfait. Je lui laissais le temps de... Se retirer prudemment après un léger baiser, avant de prendre la parole. La soirée prenait un tour divertissant !

_ Nous nous sommes déjà rencontrées, lançais-je sans me retenir de rire. Mais ta princesse était nettement plus habillée...

Il semble logique que Juliette souhaite rapidement se couvrir, je ne perdis pas l'occasion de me moquer plus avant.

_ Ne te rhabille pas pour moi, il faut bien te concéder que tu as un corps magnifique.

S'il s'était agi de n'importe qui d'autre, j'aurais fait preuve de respect, mais là.. C'était juste impossible !
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
La foudre & la rose
La foudre & la rose

avatar
Juliette White-Queen
▻ Messages : 2286
▻ Date d'inscription : 16/01/2017

MessageSujet: Re: L'alcool n'a jamais rien résolu... Mais la sobriété non plus ! [Pv Romain] Mer 28 Mar - 20:24


L'alcool n'a jamais rien résolu... Mais la sobriété non plus !
ROMAIN WHITECHAPPEL & AELINE AXLEY
⋅ ◆ ◈ ⟐ ◈ ◆ ⋅
J’avais bien reçu le message. Il voulait que je lui prouve que je tenais à lui et que je le voulais lui et pas ce qu’il représentait dans mon ancienne vie. Il avait envie que je le séduise à nouveau. Je m’étais creusée la tête un long moment. Par le passé j’avais jamais eu besoin de lui prouver quoi que ce soit, ni même de le séduire, je ne savais même pas comment m’y prendre. J’avais donc fini par pousser la porte d’Elise avec plusieurs idées. Si y en avait bien une dans cette ville qui savait comment re-séduire son mari c’était bien elle. Il s’avérait qu’une des idées que j’avais eu mais que j’avais décidé de ne jamais mettre en œuvre n’était pas entré dans une oreille de sourde. Elle m’avait convaincu de le faire, elle m’avait aidé à choisir la tenue parfaite et de fils en aiguille j’avais pris mon courage à deux mains. Après tout s’était mon mari, qu’est-ce que je pouvais bien risquer ? Rien ! Enfin par rien sauf une nuit de folie et le bonheur de l’avoir surpris.

Voilà comment j’avais fini vêtue d’un ensemble sexy dans sa maison. Etre insensible aux températures pouvaient avoir un avantage certain dans ce genre de situation vu que j’avais pu traverser la ville à pied en couvrant mon corps d’une veste longue beige et noire sans frissonner ou avoir peur de tomber malade. Une fois chez lui, j’avais rangé ma veste sur le porte manteau, avant d’aller checker mon apparence dans le miroir. Finalement, j’arrivais à me trouver jolie malgré mes cicatrices. Royale, je partais l’attendre dans le canapé où me verrais directement en entrant. Théoriquement, il ne devrait pas trop tarder, en attendant l’instant présent je réfléchissais à ce que je pourrais lui faire pour le rendre fou. Tout un plan s’était dessiné dans ma tête, et quand j’entendais la clé tourner dans la porte j’étais gonflée à bloc. Me levant, je l’appelais :

« Bonsoir mon am… »

M’arrêtant net quand je l’entendais annoncer la bienvenue je le voyais arriver suivi de près par une blonde et pas n’importe laquelle : Aeline. Mes yeux envoyant des éclairs, je sentais mon cœur se serrer et une décharge de colère me saisir tandis que je serais les dents. Qu’est-ce qu’elle foutait là ? Romain avançant vers moi je le fusillais en lançant doucement pour que seul lui l’entende mais avec acidité :

« Tu comptes me faire ce coup tous les trois jours pour tester ma patience ? »

Ce dernier me demanda de rester zen et eut droit à un regard foudroyant une fois de plus, il avait déjà de la chance que je n’ai pas foudroyé sa maison. Combien de femme il avait emmené ici ?

« Et tu voulais que je le mette où ce truc de malheurs ? »

Répondais-je au tact au tact avec un regard appuyé, j’étais moitié nue, il n’y avait pas la place pour l’objet rectangulaire. Ce dernier me tendait son téléphone et je lisais le message qu’il m’avait envoyé :

« Elle a vraiment l’air d’être en difficulté en effet »

Répondais-je toujours froide, tout en acceptant son cuir que je resserrais sur mes épaules pendant qu’il sortait des choses de son frigo :

« Ô toi tu la fermes je ne t’ai pas sonné ! »

Rejoignant Romain dans la cuisine, je sortais les plats a emporté chinois que j’avais emporté pour les mettre avec ce qu’il sortait toujours silencieuse. Les questions fusaient dans mon esprit et je tentais de les calmer en partant dans sa chambre pour retirer sa veste. Fouillant dans son placard je dénichais une chemise que j’enfilais et revenais au salon toujours de très mauvaise humeur. Si elle le touchait je le jurais je la tuerais.

code by bat'phanie

_________________
— L'amour, c'est la fumée qu'exhalent les soupirs, attisé, c'est le feu dans les yeux des amants, contrarié, c'est la mer que viennent grossir leurs larmes.
@shakspeare
Revenir en haut Aller en bas
Force & honneur
Force & honneur

avatar
Romain Whitechappel
▻ Messages : 200
▻ Date d'inscription : 23/04/2017

MessageSujet: Re: L'alcool n'a jamais rien résolu... Mais la sobriété non plus ! [Pv Romain] Mer 4 Avr - 17:52

Je ne m'attendais pas du tout à avoir Juliette chez moi et encore moins dans une tenue aussi  affriolante. Si j'avais su j'aurai déposé Aeline à l'hôtel mais je ne savais pas et en grand couillon que je suis je l'avais invité chez moi en tout bien tout honneur cela va sans dire. Je ne voulais plus faire souffrir Juliette et c'est pour cela que je lui avais envoyé un sms. Je m'attendais à la voir débarquer dans la soirée juste pour vérifier mais je ne m'attendais pas à la voir déjà chez moi et surtout aussi peu vêtue à croire qu'elle n'avait pas eu mon sms... Ce qui visiblement était le cas. Je lui expliquais alors la situation en lui montrant ensuite le sms que je lui avais envoyé.

« Non je ne compte pas te faire ça tous les jours. »

Comment pouvait-elle croire cela ? Non mais je rêvais. Elle me prenait pour qui ? Un lapin ? Une partie de moi regretta de ne pas avoir saisi l'occasion avec Aeline dans la forêt au moins Juliette aurait eu une véritable raison de m'en vouloir au lieu de se faire des films comme d'habitude – oui la mauvaise foi masculine est parfois très impressionnante. J'entendais le rire de Aeline dans mon dos et je sentais que ça allait tourner au vinaigre.

« Aeline s'il-te-plait. »

Je lui faisais un regard entendu mais je n'étais pas certain d'arriver à calmer les ardeurs des deux femmes qui semblaient se haïr. Je soupirais un peu avant d'aller dans la cuisine. Je ne tardais pas à être rejoint par Juliette et même si elle ne passa que fugacement dans la cuisine mais j'arrivais à attraper son bras pour l'embrasser à l'abri du regard de Aeline. J'essayais de faire durer le baiser assez longtemps pour qu'elle comprenne que ça me faisait plaisir de la voir. Je la lâchais et lui lançais un regard entendu.

« Tu es sublime. »

Je laissais un instant mes mains parcourir son corps avant de la laisser filer dans la chambre. Juliette était en colère et d'un côté je l'étais aussi. J'aurai aimé que nous soyons seuls mais j'avais noté l'effort qu'elle avait fait pour me plaire. Je retournais dans le salon avec les plats et j'en tendais un à Aeline afin qu'elle puisse manger.

« Je te déferrai le canapé pour que tu puisses dormir tout à l'heure. »

Je voulais me montrer prévenant et gentil avec Aeline même si j'avais senti qu'il y avait des tensions entre elle et ma femme. Quand je vis Juliette revenir dans le salon, je lui faisais une place sur le canapé où je me trouvais et je posais ma main machinalement sur sa jambe quand elle fut à côté de moi.

« Je vous propose qu'on mange. Je t'ouvrirais le canapé lit après Aeline pour que tu puisses te reposer. »

J'essayais d'écourter le plus rapidement cette soirée parce que :

- petit un : j'avais une femme qui avait fait un effort pour moi et j'espérais encore au fond de moi pouvoir sauver la soirée et la revoir dans les sous vêtements qu'elle portait tout à l'heure

- petit deux : je ne voulais pas d'un combat dans mon appartement et encore moins d'un crêpage de chignon entre les deux femmes.

Bien sur je ne me doutais pas que ma prochaine question mettrait surement le feu aux poudres.

« Vous vous connaissez comment ? »

Je prenais mon plat à emporter et j'en mangeais un bout tout en attendant une réponse de leur part.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Aeline Axley
▻ Messages : 301
▻ Date d'inscription : 04/08/2017
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: L'alcool n'a jamais rien résolu... Mais la sobriété non plus ! [Pv Romain] Jeu 12 Avr - 17:51

L'alcool n'a jamais rien résolu...
Mais la sobriété non plus !
Je m'amusais beaucoup de la situation et, même si Romain me demanda de faire baisser la pression, je n'étais pas d'humeur à ne pas m'amuser de l'instant. Après tout, je n'avais plus rien à perdre, puisque plus rien à cacher, et j'avais un peu trop bu pour m'en soucier. Je les regardais faire un moment, amusée, et je choisis de m'affaler prudemment dans le canapé. Mon pas n'était pas très assuré et il valait mieux que je sois assise.
Affaler est bien le terme puisque je me calais au fond du canapé et je plaçais mon poing contre ma joue et m'assurais une position plus stable. Ensuite, je n'ai plus eu qu'à attendre et je me retrouvais avec un plat entre les mains. Pinçant les lèvres, dubitative quant à la rapidité qu'il eut de cuisiner, je me mis à manger sans attendre, trop ivre sans doute pour prendre la peine de lui demander comment il avait fait.
Je mâchais tranquillement tandis que Juliette prenait place à son tour. Heureusement, Romain s'était placé au centre et il formait une barrière entre nous. Il tenta de faire la conversation. Parce que j'étais tout de même mieux ici, au chaud, que dans ma cabane, même si je n'allais certainement pas l'avouer, je répondis à sa question.

_ Ta princesse a décidé de me faire suivre par son piaf pour essayer de découvrir ce que je voulais à..., lançais-je d'un ton plutôt satisfait.

Au moins jusqu'à ce qu'arrive le prénom qui reflétait la cause de mon état. Après avoir ravalé ma salive, je parvins à finir ma phrase.

_ A... Robin...

L'appétit coupé, d'un coup, je posais le plat sur la table basse devant moi et me calais plus encore au fond. Pour ne pas montrer davantage ma faiblesse, j'optais pour la provocation. Elle était souvent ma dernière arme.

_ D'ailleurs, tu avais raison princesse. Je voulais lui voler son médaillon. Mais ça n'a plus d'importance, maintenant qu'il a disparu...

Si j'avais été dans un autre état, j'aurais sans doute envisagé que Robin pouvait, potentiellement, revenir et donc qu'il aurait mieux valu ne pas dévoiler mes intentions malhonnêtes. Mais c'était trop demandé en cet instant.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
La foudre & la rose
La foudre & la rose

avatar
Juliette White-Queen
▻ Messages : 2286
▻ Date d'inscription : 16/01/2017

MessageSujet: Re: L'alcool n'a jamais rien résolu... Mais la sobriété non plus ! [Pv Romain] Jeu 12 Avr - 19:07


L'alcool n'a jamais rien résolu... Mais la sobriété non plus !
ROMAIN WHITECHAPPEL & AELINE AXLEY
⋅ ◆ ◈ ⟐ ◈ ◆ ⋅
J’étais ivre de rage. Je me sentais ridicule. Mon orgueil et ma jalousie était piquée au plus haut point. J’avais l’impression que dès qu’on faisait un pas en avant, on finissait par en faire quatre en arrière. Je ne pouvais plus vivre ainsi. J’en avais marre de vivre dans ce chaos perpétuel qui me brisait le cœur un peu plus chaque jour. En plus il osait faire le mec vexé. Si y en avait un d’entre nous qui avait le droit de râler s’était moi. Aeline prenait son pied en plus ! Elle riait et moi j’avais envie de lui arracher la tête. Je prenais la veste de mon mari sans pour autant le remercier. Je devais me calmer. Je ne pouvais pas partir en claquant la porte. Je ne pouvais pas le laisser avec cette sauvageonne. J’étais persuadée qu’elle avait déjà essayé de lui mettre le grappin dessus. Il était hors de question qu’elle touche à mon mari. Et si elle l’avait déjà eu ? Non, non je devais arrêter d’y penser. Je devais rester calme. Le rejoignant à la cuisine toujours aussi enragée, je sortais ce que j’avais acheté pour nous et le posais sur son plateau sans un mot. Alors que j’allais partir ce dernier m’attrapa le bras et m’entraina contre son torse avant de m’embrasser m’empêchant ainsi de protester. Malgré ma colère, je lui rendais son baiser, oubliant presque la présence d’Aeline. Il me lâcha et le charme dut rompu. Ce dernier me complimenta et je souriais tristement, malgré les frissons qui me parcouraient le corps :

« Merci, dommage que ça serve à rien »

J’étais dégoutée. L’embrassant brièvement je replaçais les manches de sa veste contre mon torse et rompais son étreinte en m’en allant dans sa chambre. Fermant la porte dans mon sillon, je me retenais pour ne pas pleurer de rage et lui pris une chemise que je savais assez longue pour me servir de robe. Certes la robe était courte, mais au moins j’étais un peu plus vêtue. Qu’est-ce que j’étais con. Revenant sur mes pas je les voyais dans le salon assis l’un en face de l’autre avec chacun un plat en main. Automatiquement Romain se décala pour me faire une place à côté de lui et je m’y rendais bien que j’eusse songé à lui mettre un vent pour me venger. Sa main se posa sur ma cuisse et je souriais brièvement par pur habitude. Il voulut connaitre la manière dont on s’était rencontré Aeline et moi et je soupirais en jouant avec mes pattes avant que la sauvageonne me devance en m’appelant encore une fois princesse. La fusillant du regard, j’allais répliquer quand elle balança sa bombe.

« J’étais avec lui y a trois jours, il n’a pas disparu il essaie juste de s’acclimater au retour d’une femme qu’il croyait morte ! Il a besoin d’avoir la paix alors laisse le en paix ! »

J’étais en plein dénie. Mais en même temps je savais que c’était vrai. Robin n’avait pas disparu, si c’était le cas je serais déjà en train de le chercher.

« Je suis allée voir sa femme hier, elle m’a dit qu’il était parti dans la forêt. »

Prenant une grosse inspiration, je tentais de mettre de l’ordre dans mes pensées, je devais y croire. Je serais la première au courant si mon meilleur ami disparaissait.

« Et je savais que j’avais raison, t’es une pitoyable menteuse ! »

Me forçant à manger, je sentais des milliers de question envahir mon esprit. Il fallait que je sache, mon regard oscillant entre mon mari et Aeline, je finissais par demander :

« Comment vous vous êtes rencontré ? »

code by bat'phanie

_________________
— L'amour, c'est la fumée qu'exhalent les soupirs, attisé, c'est le feu dans les yeux des amants, contrarié, c'est la mer que viennent grossir leurs larmes.
@shakspeare
Revenir en haut Aller en bas
Force & honneur
Force & honneur

avatar
Romain Whitechappel
▻ Messages : 200
▻ Date d'inscription : 23/04/2017

MessageSujet: Re: L'alcool n'a jamais rien résolu... Mais la sobriété non plus ! [Pv Romain] Sam 14 Avr - 23:58

Juliette était en colère. Je pouvais le lire dans ses yeux. Mais elle n'était pas qu'en colère. Elle était déçue. Je ne savais pas si c'était parce qu'elle ne voulait pas me croire quand je lui disais que je ne voulais rien avec Aeline mais en tout cas elle était déçue et je commençais par m'en vouloir qu'elle ressente ça. J'aurai voulu moi aussi pouvoir passer une bonne soirée avec elle surtout quand je m'étais rendu compte qu'elle était venu pour qu'on passe une soirée plutôt romantique tout les deux. Sauf que j'avais joué au preux chevalier et j'avais ramené cette fille en détresse chez moi. Je pouvais dire adieu à ma soirée amoureuse avec Juliette.

Malgré tout, j'essayais de garder un peu d'espoir mais visiblement Juliette n'était pas cet avis. Alors que nous étions encore tous les deux dans la cuisine, je lui dis en souriant :

« ça servira peut être tout à l'heure. »

J'espérais mais visiblement elle n'était plus dans l'ambiance. Elle m'embrassa brièvement avant de partir dans la chambre se changer. Moi j'allais du coup déposer les plats sur la table et j'invitais Aeline à manger. Et là je posais une mauvaise question. Comment elles se connaissaient. Si j'avais su je me serai abstenu. Vraiment. Par contre ça commençait doucement à me courir sur le haricot qu'on parle toujours de Robin.

« Encore ce Robin ! Ça m'aurait étonné. »

Je fronçais les sourcils. Il était toujours dans les mauvais coups et il était beaucoup trop proche de Juliette et de toutes les femmes de cette ville. Je ne savais vraiment pas ce qu'elles lui trouvaient toutes. Cependant à mesure que je les entendais parler de Robin je sentis la terre trembler un peu. J'en avais ras-le-bol que ma Juliette parle toujours de ce maudit Robin. Et après elle me reprochait des trucs.

« Mesdames je vous prie de ne pas vous énerver sinon je vais devoir vous séparer. »

Je ne voulais pas en arriver là. Adieu la sérénité d'une soirée à la maison... Et ça n'allait pas en s'arrangeant.

« Je suis allé me promener en forêt. Tu sais combien j'aime les arbres... Aeline était dans la forêt seule, elle buvait et n'allait pas bien. Avant qu'elle ne se mette trop dans l'embarras je lui ai proposé de venir ici. »

Il n'y avait pas besoin d'en ajouter. De toutes les façons c'était ce qu'il s'était passé. Si Aeline lui parlait du baiser qu'elle m'avait donné nul doute que Juliette en viendrait aux mains avec elle et j'aimerai éviter de devoir séparer deux femmes qui se battent. Je préférerai pouvoir aller me reposer un peu et si possible avec mon épouse. Je prenais un autre plat chinois et je commençais à le manger rapidement. J'avais super faim mais j'avais surtout envie de calme et de sérénité... Comment ça c'est incompatible !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Aeline Axley
▻ Messages : 301
▻ Date d'inscription : 04/08/2017
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: L'alcool n'a jamais rien résolu... Mais la sobriété non plus ! [Pv Romain] Dim 22 Avr - 18:34

L'alcool n'a jamais rien résolu...
Mais la sobriété non plus !
La tournure que prenait les choses n'était pas idéale. Après l'amusement puis la moquerie, je me retrouvais sur un terrain houleux qui me forçait à me confronter aux émotions auxquelles j'avais voulu échapper en buvant mon vin. Ces émotions, je n'étais pas la seule à en avoir visiblement, puisque la princesse refusa tout bonnement d'envisager la réalité. Je n'insistais pas, ce n'était pas un combat que j'avais envie de mener. Si elle souhaitait se voiler la face, ce n'était pas mon problème, ni à moi de la raisonner.
De son côté, Romain semblait plutôt agacé que Robin soit impliqué. Inutile d'être sortie de la cuisse de Jupiter pour comprendre que c'était de la jalousie. Mon cerveau imbibé d'alcool nota le ton sur lequel il l'avait dit. Je compris aussitôt qu'il y avait là une faille à exploiter, au cas où elle me chercherait encore. Ce n'était pas pour elle que je tâchais de me calmer, mais pour Romain qui n'avait fait que chercher à m'aider. La vexer, l'agacer, m'empailler avec elle, oui. Le mettre dans la panade... Pas nécessaire.
Il voulut nous inciter à calmer le jeu mais la remarque acerbe de Juliette m'en décida autrement. Mes bonnes résolutions s'envolèrent aussi rapidement que mon calme. Elle me cherchait ? Elle allait me trouver !
Je n'étais sans doute pas au meilleur de ma forme, mais je n'allais quand même pas la laisser m'insulter de la sorte ! J'avais toujours mes poings.

_ Qui est la plus pitoyable des deux, franchement, princesse ? Et d'où te vient cette passion pour Robin ? Tu admettras qu'il y a un truc qui cloche... Si j'avais un mari comme le tien, je passerais moins de temps à lécher les bottes d'un autre. Si tant est que tu te contentes de ces bottes...

C'était méchant, j'en avais bien conscience, surtout pour Romain, mais bon elle m'avait cherché. Et puis, j'assortis ma remarque d'une œillade appréciative pour lui.

_ Désolée beau gosse, tu admettras qu'elle me cherche, lui lançais-je d'ailleurs.

Puis elle lui demanda comment nous nous étions rencontrés et il répondit en donnant plus de détails que je ne l'aurais voulu. Je soupirais avant de reposer mon plat désormais vide.

_ Je pense qu'on peut tous se mettre d'accord sur le fait que, si on avait su que tu étais là princesse, on aurait agi différemment...

J'avais volontairement opté pour un ton tendancieux. Franchement, je ne comprenais pas ce qu'il pouvait bien lui trouver. Elle était hystérique, prétentieuse, odieuse par moments et, surtout, une chieuse de première. Pourquoi se compliquait-il la vie avec une nana pareille ? Elle avait sans doute des arguments au lit pour l'y garder, mais cela ne ferait qu'un temps.
Quant à son attitude envers Robin, quoi qu'elle en dise, elle était bien louche...
Ma conclusion mentale fut que Romain avait eu bien tort de refuser mes avances, quand nous étions seuls dans la forêt. Il aurait passé une bonne soirée, moi aussi, et l'autre hystérique serait encore en train de poireauter sur le canapé...
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
La foudre & la rose
La foudre & la rose

avatar
Juliette White-Queen
▻ Messages : 2286
▻ Date d'inscription : 16/01/2017

MessageSujet: Re: L'alcool n'a jamais rien résolu... Mais la sobriété non plus ! [Pv Romain] Lun 30 Avr - 9:11


L'alcool n'a jamais rien résolu... Mais la sobriété non plus !
ROMAIN WHITECHAPPEL & AELINE AXLEY
⋅ ◆ ◈ ⟐ ◈ ◆ ⋅
Quelle soirée pourrie, être en face d’Aeline me plaçait automatiquement en mode connasse. Je la détestais, je n’arrivais pas à la tolérer, et pour une reine dont le principal atout était son ouverture d’esprit et sa tolérance à toute épreuve, je devenais l’ombre de moi-même, la Juliette impératrice et imbuvable de Vérone quand on voulait me marier de force. Heureusement, la main de Romain sur ma cuisse me permettait de ne pas trop vriller automatiquement j’avais enlacé mes doigts aux siens.

« Ça va tu t’éclates ? »

Lançais-je pendant qu’un éclair fendait le ciel. Elle s’était aperçue que Romain ne pouvait pas encaisser Robin et du coup elle jouait sur cette corde. Lançant un regard vers mon mari qui était tendu comme un arc, je sentais les fourmillements dans mes doigts s’amplifier.

« C’est mon meilleur ami, tout le monde n’a pas besoin d’écarter les cuisses pour avoir des connaissances masculines ! »

Je posais le plat que j’avais pris, des nausées de colère avait eu raison d’un appétit déjà bien absent. Comment les Merry-men pouvaient ils l’apprécier ? Ça me dépassait, mais d’une force incommensurable. Le pompom fut quand elle insinua qu’il était prévu qu’il couche ensemble. Mon cœur se serra et le ciel tremblait à nouveau tandis que le vent frappait les vitres de la maison. Mon esprit me forçait à le revoir avec cette blonde qu’il avait quitté. Sentant des larmes se bloquer dans ma gorge je lâchais la main de Romain pour la passer dans mes cheveux avant de me lever :

« C’est pour ça qu’il a voulu me prévenir que t’étais là ? T’es ridicule garde ton venin pour d’autres personnes ! Et arrête d’insulter mon mari ! »

Lâchais-je avant de me lever pour partir à la salle de bain d’un pas tranquille, alors qu’au fond je n’avais qu’une envie tout briser. J’avais beau me dire qu’elle mentait je n’arrivais pas à lui faire entièrement confiance et ça me tuait. Me laissant tomber le long de la porte, je sentais les larmes que je retenais couler sur mes joues alors que j’étouffais mes pleures dans le creux de ma main. Je restais ainsi un petit moment, jusqu’à ce que je parvienne à me calmer et après avoir bien vérifier que la porte était verrouillée je partais me passer de l’eau glacé sur le visage. Le plus intelligent serait sans doute de m’en aller et les laisser tous les deux, mais la simple perspective de faire cela me plongeait dans les ténèbres. Je n’y arriverais pas. Pourquoi ne s’était-il pas contenté de la mettre dans un hôtel ? Pourquoi la ramener chez lui ? Là où il voulait que je vive. Toutes ses questions n’avaient de cesse de me torturer et je finissais par ouvrir la fenêtre pour m’assoir dessus, les jambes dehors les mains serrant ma tête tandis que le vent fouettait mon visage et que Dawn venait se poser sur mes genoux inquiet. Je le caressais en lui parlant par la pensée. J'avais pas envie qu'on nous entende.


code by bat'phanie

_________________
— L'amour, c'est la fumée qu'exhalent les soupirs, attisé, c'est le feu dans les yeux des amants, contrarié, c'est la mer que viennent grossir leurs larmes.
@shakspeare
Revenir en haut Aller en bas
Force & honneur
Force & honneur

avatar
Romain Whitechappel
▻ Messages : 200
▻ Date d'inscription : 23/04/2017

MessageSujet: Re: L'alcool n'a jamais rien résolu... Mais la sobriété non plus ! [Pv Romain] Lun 7 Mai - 16:40

Je ne savais pas comment la situation avait pu m’échapper aussi rapidement. Je continuais à manger tranquillement mon plat avant de sentir Juliette se crisper. Moi-même je me crispais aux paroles de Aeline. Ça me pinçait le cœur. Je voyais ce Robin comme un rival. J’en voulais énormément à Juliette de l’avoir comme ami mais je m’en accommodais parce que je ne pouvais pas contrôler toutes les fréquentations de ma femme. En revanche je détestais qu’on joue sur cette corde sensible. Je sentais la colère envahir l’emplacement de mon cœur.

« Assez toutes les deux ! »

Je fronçais les sourcils. Je ne voulais pas qu’elles se fâchent ainsi. Je n’avais pas fait venir Aeline ici pour que ça se passe comme cela. Mais le pire c’était quand je vis mon épouse se lever pour partir dans la salle de bain. J’entendais la porte claquer et une partie de mon âme se brisa. Je sentais mes mains se serrer et mes mâchoires également.

« Aeline, je suis peut être quelqu’un de gentil mais ma patience à des limites ! »

Je la regardais droit dans les yeux avant de soupirer et de me lever de mon fauteuil. Je levais les bras vers le plafond d’un geste désespéré. Je ne savais pas pourquoi je me mettais toujours dans des situations aussi folles. Je me plantais devant la porte de la salle de bain puis je toquais doucement. N’entendant pas de réponse, je posais ma main sur la poignée de la salle de bain et je l’ouvrais. Je vis alors Juliette sur le rebord de la fenêtre. Mon sang ne fit qu’un tour.

« Putain Juliette ! Qu’est-ce que tu fous ! »

Je m’approchais d’elle rapidement et je la rattrapais pour la trainer – parce qu’il n’y avait pas d’autres mots – dans la salle de bain. Je la serrai dans mes bras. Elle m’avait fait peur bordel. Je la regardais. J’étais haletant et pour une fois ce n’était pas le sport en chambre qui me mettait dans cet état. Je la serrais encore un peu dans mes bras avant de me saisir de son bras droit et de la conduire à nouveau dans le salon. Je faisais s’asseoir Juliette et avant que l’une d’entre elle ne décide de fuir je leur dis :

« Assises toutes les deux ! Et vous allez faire la paix. »

Je les regardais toutes les deux une à une. Je faisais également trembler la terre sous mes pieds.

« Maintenant ! »

Il n’y avait plus matière à discuter. Il était grand temps qu’elles mettent à plat tout ce qu’elles avaient à se reprocher.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Aeline Axley
▻ Messages : 301
▻ Date d'inscription : 04/08/2017
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: L'alcool n'a jamais rien résolu... Mais la sobriété non plus ! [Pv Romain] Mar 15 Mai - 12:55

L'alcool n'a jamais rien résolu...
Mais la sobriété non plus !
La situation dégénérait tranquillement. Je ne peux nier que c’était en (grande ?) partie de mon fait. En tous cas, je n’en éprouvais aucune honte, seulement un vague remords pour la situation dans laquelle je plaçais ce brave Romain. Mais, après tout, c’était lui qui l’avait cherché. J’aurais très bien pu rester dans ma forêt, à boire mon vin. En plus, à présent que je le voyais en compagnie de sa femme, je n’étais même plus sûre que j’aurais pu m’amuser avec lui autant que son physique délicieux me l’avait laissé à penser.
A choisir, en cet instant, j’aurais pu tout aussi bien opter pour cette chère Juliette…

_ Oui, c’est pas trop mal, lui répondis-je d’ailleurs tandis qu’elle me demandait si je m’amusais bien.

Après tout, c’était vrai. En revanche, quand elle me répondit âprement qu’elle n’avait pas besoin d’ouvrir les cuisses pour se faire des amis, je dus prendre sur moi pour ne pas céder à mon impulsion première et lui péter le nez.

_ Parles moi encore une fois comme ça, princesse, et c’est ta bouche que tu n’ouvriras plus de sitôt…

J’avais beau être éméchée, je n’allais pas la laisser me manquer de respect… Au moins au de-là du raisonnable. Ca n’apaisa pas la situation comme on s’en doute bien et Romain se sentit le devoir d’intervenir. Je répliquais aussi sec.

_ La mienne aussi Joli Cœur. N’oublie pas que je ne t’ai pas demandé de me traîner ici, c’est toi qui a insisté.

Bon, j’avais pas résisté non plus, mais c’est une question de principe. Ensuite, Juliette prit la (sage ?) décision de se barrer. Je ne suivis pas trop ce qui se passa puisque c’était hors de mon champ de vision. De toute façon, cette situation commençait à me taper sur les nerfs. En définitive, je ne voyais plus vraiment de raison de rester. J’aurais sans doute un peu froid mais, au moins, je serais au calme dans la forêt. Si tant est que je sois en état de marcher jusque-là. J’allais pour me lever quand ils revinrent. Ca m’amusa de voir Juliette se faire traîner par son mari, ça m’amusa moins quand il nous ordonna de faire la paix. C’était tellement inattendu que je me mis à rire. Pas que je veuille le vexer, mais admettez que c’était risible. Sans attendre, je me relevais.

_ C’est gentil, Joli Cœur, mais ça n’est pas près d’arriver. D’ailleurs, je vais partir. Je ne serais pas tranquille de dormir sous le même toit que la princesse, je ne voudrais pas qu’elle soit tentée d’essayer de m’étouffer dans mon sommeil…

Je dis bien essayer parce qu’elle n’était pas de taille à m’affronter, sur le plan physique en tous les cas.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: L'alcool n'a jamais rien résolu... Mais la sobriété non plus ! [Pv Romain]

Revenir en haut Aller en bas
L'alcool n'a jamais rien résolu... Mais la sobriété non plus ! [Pv Romain]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
" 05. Il n'y a rien de plus fort que l'amitié. L'alcool? Non, je ne crois pas vieux! {Iris}
" Heu... J'ai jamais bu de bière, mais pourquoi pas ! [PV Silver]
" Qui ne retente rien n'a jamais rien [12/01 -> Ebène]
" Explication au QG [Terroriste]
" GIULIA → “ L'alcool ne résout rien; l'eau non plus... ”

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAPPY ENDINGS CHRONICLES :: Storybrooke & le monde sans magie :: La périphérie :: La forêt et le puits à souhaits-
Sauter vers: