Partagez|

Besoin d'air frais

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
La foudre & la rose
La foudre & la rose

avatar
Juliette White-Queen
▻ Messages : 2224
▻ Date d'inscription : 16/01/2017

MessageSujet: Re: Besoin d'air frais Sam 22 Avr 2017 - 18:36


❝ besoin d'air frais ❞
- Belle & Juliette -
You knew just everything, but nothing at all now the moon is dark feels like pain again. You could feel my breath. You opened my eyes for I could not see when I met you
Comme à chaque fois que j’étais mal à l’aise je jouais avec mes cicatrices de brulure de cigare sur mon avant bras, jouant avec la fine peau de cicatrisation qui était légèrement plus fine que le reste de ma peau. Pourquoi avais-je tant peur de révéler à Belle ce qui clochait réellement dans mon esprit. Elle savait beaucoup de chose, mais ne connaissait que la version amélioré et moins sombre de mon histoire. Elle avait vu l’était pitoyable de mon corps couvert de cicatrice, signe de la violence par laquelle j’avas dû passer pour arriver sur le trône du royaume blanc. Je me souviendrais toujours de son regard lorsqu’elle m’avait aidé à défaire ma robe de reine souillée par le sang de ma sœur et celui qu’avait engendré la perte de mon bébé. Elle avait été horrifiée de voir les marques de coupures et de brûlures qui ornaient mon torse, mon dos et mes bras. Elle avait eu le même regard que Roméo. Je savais à quoi je ressemblais. Je n’étais plus aussi parfaite qu’avant, mais j’avais toujours refusé de laisser les mages l’occasion d’essayer de les camoufler. Certainement mon côté un peu masochiste qui voulait qu’à chaque fois que je poserais mon regard sur mon corps, à chaque fois que je croiserais mon reflet, je me souvienne de ce que j’avais fait subir à Rosaline. Je me punissais depuis des années avec ses sombres souvenirs, et personne n’étaient au courant de ce que j’avais vécu dans cette maison, seul Rosaline savait, mais Rosaline était morte. Ariel était sans doute celle qui savait le plus de chose parce qu’elle m’avait soigné plus d’une fois dans le dos de mes bourreaux, elle avait entendu mes angoisses lorsqu’elle avait voulu que je réitère l’expérience de la fugue. Elle savait qu’à l’intérieur des murs de la maison des cygnes c’était un parfait cauchemars, mais elle n’avait jamais demandé de détail. Même mon mari n’avait jamais réussi à me faire parler pourtant ce n’était pas faute d’avoir essayé de partager ce poids avec moi, je savais que Belle se posait également beaucoup de question au sujet de mes anciennes blessures et sur la manière dont j’avais pu les récolter, mais à elle aussi je ne dirais rien. C’était mon fardeau et maintenant que ma cadette était morte je serais la seule à garder ce secret honteux.

Face à la glace fraichement concoctée je tentais de sauver les apparences en brouillant les pistes, mais en réalité je n’en menais pas large et Belle allait avoir gain de cause Granny avait trop joué la carte de l’inquiétude pour ne pas alerter mon amie. Cette dernière insistait et à mesure qu’elle parlait les images des journées passées dans cette ville défilaient sous mes yeux fatigués, piquant un peu de pistache je le prenais dans ma bouche, encore une fois pour gagner du temps mais la brunette en face de moi ne lâchait rien. Elle insistait et je piquais un peu de chantilly avant de reposer ma cuillère pour poser ma main droite sur mon bras gauche, jouant à nouveau avec mes cicatrices avant de lâcher d’une voix sombre dénudée d’émotion :

« Le lendemain de notre arrivée, j’ai croisé une personne dans ce restaurant. C’était le matin, il y avait personne dans les rues heureusement d’ailleurs. Ca faisait des années que je ne l’avais pas vu et j’ai perdu le contrôle de la bague. J’étais tellement en colère et bouleversé que je ne savais plus quoi faire. Les enfers se déchainaient autour du Granny’s. J’ai réclamé mon mari ou ma sœur, mais je me suis souvenue qu’ils n’étaient pas là, ils avaient tous les deux disparus et Granny a réussi à me calmer. Elle me rappelle ma nourrice. Elle a la même force dans le regard et la même détermination teintée de douceur dans la voix. Une fois que je fus calmée Robin était arrivé il avait été alarmé par les changements de météo et il m’apaisa comme il le pu et Granny m’avait fait de la glace, depuis dès que je suis un peu angoissée je viens ici et je mange de la glace. »

M’humectant les lèvres je reprenais ma cuillère et prenait un peu plus de chantilly avant de poursuivre, consciente qu’une fois que Belle connaitrait le véritable déroulé de mes journées dans cette ville elle cesserait de creuser (du moins je l’espérais).

« Il y a deux jours je l’ai retrouvé. J’ai retrouvé la femme que tu as sauvée le jour de notre rencontre. Ca a été la seconde fois où j’ai perdu le contrôle. Je voulais tellement la tuer. Je voulais venger Alice. En la voyant tous les souvenirs que j’ai passé plus de vingt six ans à enterré avec Alfred sont remonté à la surface, j’entendais encor son dernier cri, je revoyais son corps et ce monstre était encore en vie. J’étais deux doigts de la tuer, rien ne m’en empêchais en plus tu n’étais pas là, Robin non plus, mais au moment où j’ai voulu la tuer je me suis souvenue de la promesse que je vous avais faite à toi et Robin et je lui ai laissé la vie sauve une seconde fois. Ca m’a arraché le cœur de faire ça ! Après je suis allée voir Robin pour qu’il me répète une nouvelle fois pourquoi je ne devais pas suivre cette voie. Il est le seul à comprendre à quel point ca fait mal de lutter contre cette envie vénéneuse. Depuis je m’applique à rester éloignée de ce monstre, mais les souvenirs sont toujours là et mes nuits de plus en plus courte. Cette ville est loin d’être un havre de paix pour mon esprit… »

Terminais-je avant de serrer les dents et de fermer les yeux, je m’étais jurer de ne pas pleurer et je me cantonnerais à cette règle. Pour l’heure je voulais juste me détendre et oublier un instant que tout mes démons semblaient s’accorder pour me torturer plus que de raison. Sans la protection d’Alfred, je me doutais que cela arriverait mais j’étais loin d’imaginer à quel point les nombreuses intrusions qu’il avait faites dans mon esprit pendant vingt six ans avaient été aussi efficaces pour faire en sorte que je ne perde pas espoir.

« Mes mages me manquent »

Murmurais-je avec tristesse avant de gouter un des gouts que Belle avait commandé avant de m’exclamais avec un entrain légèrement forcé mais sincère tout me réservant pour lui montrer le monticule doré dans ma cuillère :

« C’est divin c’est quel gout ? »


code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________
— L'amour, c'est la fumée qu'exhalent les soupirs, attisé, c'est le feu dans les yeux des amants, contrarié, c'est la mer que viennent grossir leurs larmes.
@shakspeare
Revenir en haut Aller en bas
princesse des livres
princesse des livres

avatar
Belle French
▻ Messages : 376
▻ Date d'inscription : 15/01/2017
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: Besoin d'air frais Dim 23 Avr 2017 - 8:42





Besoin d'air frais.
-Belle et Juliette-



Lorsque Juliette commençait à jouer avec ses cicatrices, Belle savait que cette dernière était en effet en train de lui cacher quelque chose. Elle ne voulait pas la harceler jusqu’à ce qu’elle lui die ce qui tracassait ses pensées, mais elle savait que ce n’était pas bon pour elle de tout garder à l’intérieur. La jolie brune était loin de se douter de toutes les épreuves que Juliette avait traversées durant son existence. Elle n’était au courant que de ce que Juliette avait bien voulu lui dire. Le fait qu’elle ne lui dise pas tout ne lui posait pas spécialement de problème, la seule chose qui était vraiment importante pour Belle, s’était que Juliette aille bien, mais elle avait l’impression que ce jour n’arriverait jamais. A chaque fois que Juliette était apaisée et que tout allait bien pour elle, un mauvais souvenir ou une personne qu’elle n’avait pas envie de voir remettait tout en cause. Sur ça, Belle ne pouvait rien faire malheureusement, mais elle était rassurée de savoir que Robin était aussi là pour Juliette. Il l’avait lui aussi aidé et on n’est jamais trop de deux pour ce genre de situation. Les habitants de la ville ignoraient tout des pouvoirs de Juliette et s’était tant mieux quand on y pensait, car en sachant de quoi elle était capable, ils seraient capable de la faire enfermé, tout une ville en colère peut avoir quelque chose de relativement dangereux. Régina avait d’ailleurs faillit en faire les frais lorsque toutes les personnes des contes avaient fini par se réveiller de leur long sommeil. Juliette n’était donc pas en sécurité et il fallait donc qu’elle donne sous ce qu’elle avait pour pouvoir se maîtriser.

Lorsque l’énorme coupe de glace arriva, Juliette fut la première à en prendre un peu. Belle n’était pas stupide, elle savait très bien que sa sœur de cœur faisait son maximum pour gagner du temps. Ou alors, elle essayait de remettre de l’ordre dans sa tête afin de décider de ce qu’elle allait révéler à Belle en premier. Puis, elle se mit à parler et Belle l’écouta avec attention. Durant tout le discours de Juliette, elle n’ouvrit pas la bouche, elle ne l’interrompit pas, elle se contentait tout simplement de l’écouter. Sa sœur de cœur avait besoin d’une oreille attentive et Belle était parfaite dans se rôle.

Les craintes de Belle fut alors fondées, Juliette avait faillit perdre le contrôle ce fameux jour, elle avait donc croisé une personne qui avait remué tellement de choses en elle, qu’elle aurait bien pu pulvériser toute la ville. Mais heureusement, Granny avait été présente et surtout Robin. Ce dernier avait réussi à trouver les mots qu’il fallait pour calmer Juliette et la puissance de sa bague. Heureusement qu’il avait été là, car sans ça… Mais l’histoire ne s’arrêta pas là, Juliette lui expliqua ensuite qu’elle avait vu Freya et qu’elle avait vraiment dû prendre sur elle pour ne pas la tuer. La jolie brune se doutait parfaitement de l’effort surhumain que ça avait dû demander à Juliette. Mais heureusement, cette dernière avait réussi à prendre sur elle encore. D’une certaine manière, Belle était rassurée et effrayée, car ce jour-là, elle avait réussi à se contrôler, mais si elle la recroiserait ? Qui dirait que tout se passerait encore parfaitement bien ? Elle constata que Juliette était à deux doigts de pleurer mais elle préféra ne pas avoir de gestes tendres à son encontre, elle savait très bien qu’elle voulait se montrer forte et qu’elle ne voulait pas craquer.

A présent, Juliette avait vidé son sac et Belle était vraiment fier d’elle, elle avait réussi à prendre sur elle et à ne pas provoquer de mort. C’est alors qu’elle décida de changer de sujet, après tout, elles étaient juste deux amies qui étaient dans un café en train de se régaler avec une glace géante qui était absolument délicieuse. Notre futur bibliothécaire prit sa cuillère et prit un morceau de son parfum préféré avec plein de chantilly.

« C ‘est chocolat praliné, c’est un de mes parfums préféré. »


Pour changer un peu, Belle décida de parler d’elle a présent, Juliette lui avait demandé si elle allait continuer de vivre au couvent et elle s’était rendue compte qu’elle n’avait même pas prit la peine de lui répondre.

« Eh bien, pour tout te dire je n’en sais trop rien. Je ne me suis jamais posée la question. Il faudrait surtout que je me trouve un travail si je veux pouvoir avoir un petit chez moi. Mais avant toute chose, il faudrait que je puisse mettre de l’argent de côté. »

La jeune femme considérait que Régina l’avait bien assez aidée, il était temps pour elle qu’elle commence à se débrouiller un peu.




© code by S.D.123
Revenir en haut Aller en bas
La foudre & la rose
La foudre & la rose

avatar
Juliette White-Queen
▻ Messages : 2224
▻ Date d'inscription : 16/01/2017

MessageSujet: Re: Besoin d'air frais Dim 30 Avr 2017 - 4:25


❝ besoin d'air frais ❞
- Belle & Juliette -
You knew just everything, but nothing at all now the moon is dark feels like pain again. You could feel my breath. You opened my eyes for I could not see when I met you
J’avais fini par dévoiler à Belle la vérité, afin d’avoir la paix premièrement mais également pour lui montrer que je faisais des efforts et que par conséquent elle pouvait également en faire en me révélant elle aussi ce qui la tracasser. J’adorais Belle mais son obsession à toujours vouloir être inébranlable me rendait dingue. Elle n’était pas inébranlable, la preuve en est elle avait fini par s’effondrait et j’en avais été contrainte de constater l’étroite ressemblance qu’elle avait avec moi, la seule différence c’est que lorsqu’elle lâchait prise elle ne risquait pas de tuer la moindre personne ou créer le moindre cataclysme. Mes paroles me faisant frissonner de douleur, je poursuivais jusqu’à ce que je ne change de sujet en demandant le goût d’un parfum qu’elle avait commandé bien que je connaissais parfaitement la réponse. Force de déduction, Belle me confirma mes pensées en m’informant qu’il s’agissait du chocolat praliné, un sourire entendu aux lèvres je prenais un peu de pistache priant pour que Belle ne me demande pas plus d’information. J’avais déjà été as mal descriptive, en mon sens cela suffisait et heureusement elle étai du même avis que moi et comme pour me remercier de ma franchise elle se décida à me répondre à une question qu’elle avait évincé. Cette dernière ne contait pas rester éternellement au couvent, une information qui me rassurait, en effet depuis mon séjour dans la maison des cygnes, j’évitais toutes les demeures regroupant des femmes ou regroupant un grand nombre de personne tout simplement, j’appelais cela les effets secondaires d’une année entière dans une prison sexuelle. C’était d’ailleurs pour cela que je n’étais jamais allé voir Belle dans son couvent. J’avais peur de ce que j’étais capable de faire dans ce lieu, même si j’avais conscience que je n’avais rien à craindre.

« Pourquoi ne demandes-tu pas à travailler dans la bibliothèque, j’ai entendu dire qu’elle était fermé faute de personnel et tu adores les livres… »

Ma proposition faite je prenais un peu de glace avant de tendre ma petite cuillère vers elle avant de faire une seconde proposition :

« Ou dans le salon de thé de Rozen, le thé ça te vas bien aussi, même si je dois avouer que je verrais plus dans une bibliothèque… »

Fière de ma réflexion, j’attendais son verdict avec une légère impatience, je devais l’avouer ce nouveau sujet de conversation me passionnait beaucoup plus que notre précédant. Sans compter que ce dernier ne me demandait pas le moins du monde de m’inquiéter sur ce que j’étais capable de faire en cas de perte de contrôle.

code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________
— L'amour, c'est la fumée qu'exhalent les soupirs, attisé, c'est le feu dans les yeux des amants, contrarié, c'est la mer que viennent grossir leurs larmes.
@shakspeare
Revenir en haut Aller en bas
princesse des livres
princesse des livres

avatar
Belle French
▻ Messages : 376
▻ Date d'inscription : 15/01/2017
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: Besoin d'air frais Lun 1 Mai 2017 - 9:36





Besoin d'air frais.
-Belle et Juliette-



Belle était contente que Juliette ce soit un peu confiée à elle, elle savait à quel point il était douloureux pour elle de faire ça. Elle avait donc trouvé tout à fait naturel de se confier à son tour en répondant à une question qu’elle ne voulait pas trop répondre au début. La solitude devient pesante pour Belle et Rumple lui manque de plus en plus. Pourtant, son instinct lui dit qu’il est là, quelque part, et qu’elle va forcément finir par le retrouver, enfin, ça c’est ce qu’elle rêverait qu’il se passe. Par la suite, elle décida de faire comme Juliette et de noyer son chagrin dans la crème glacée, quel délicieux anti dépresseur ! Juliette lui demanda ensuite pourquoi elle n’aimera pas travailler dans une bibliothèque, quand elle était encore gouvernante chez Rumple, elle avait adoré s’occuper des livres, mais de là à tenir un commerce, elle ne savait pas si ce serait dans ses compétences.

« Ma fois, c’est une idée à creuser, mais je ne sais pas si je serai à la hauteur de cette tâche. Car m’occuper des livres et en prendre soin, ça je sais faire, mais tenir un commerce, c’est une tout autre histoire. »

Pourtant, Belle se voyait bien travailler là-bas, elle pourrait suggérer de la lecture pour tout le monde et pourquoi ne pas, organiser des ateliers avec les enfants à qui elle prendrait grand plaisir à raconter ses histoires. En revanche, ce qui freinait la jolie brune, s’était toute la partie paperasse et peut-être informatique qu’elle allait devoir effectuer. Elle n’était pas dans ce monde depuis suffisamment longtemps pour savoir comment ça se passait, mais cela dit, elle avait plutôt tendance à apprendre relativement vite.  Juliette lui parla ensuite du salon de thé de Rozen, c’est vrai qu’elle adorait le thé, mais elle se trouvait quand même nettement plus incollable sur les livres.

« Je te remercie pour tes suggestions Juliette, je pense que je vais sérieusement y réfléchir car l’idée de la bibliothèque me plait bien Je vais aller voir Régina pour qu’elle me dise ce qu’elle en pense. »

Elle reprit ensuite un morceau de pistache avec de la chantilly. A chaque fois qu’elle mangeait de la chantilly, elle avait l’impression de manger un nuage. Le temps passait et Belle se dit qu’elle ne voulait pas s’imposer plus longtemps à Juliette. Une fois la glace terminée, il serait temps pour elle de la laisser un peu tranquille. Elle se demandait pour qu’elle raison cette dernière ne se trouvait pas au couvent avec les autres puis, elle se souvint que Juliette et la foule ne faisait pas bon ménage.

« Je pense que je ne vais pas tarder à y aller lorsque la glace sera terminée. J’organise des cours de lectures au couvent et j’ai de plus en plus de personnes qui s’y rendent. »





© code by S.D.123
Revenir en haut Aller en bas
La foudre & la rose
La foudre & la rose

avatar
Juliette White-Queen
▻ Messages : 2224
▻ Date d'inscription : 16/01/2017

MessageSujet: Re: Besoin d'air frais Mer 3 Mai 2017 - 16:38


❝ besoin d'air frais ❞
- Belle & Juliette -
You knew just everything, but nothing at all now the moon is dark feels like pain again. You could feel my breath. You opened my eyes for I could not see when I met you
J'avais fait un pas vers Belle qui m'avait couté en lui avouant les journées les plus sombres que j'avais passé depuis mon arrivée à Stroybrooke. En échange, elle avait également fait un pas vers moi en répondant à une de mes questions à savoir si elle comptait déménager dans un futur plus ou moins proche du couvent dans lequel elle avait été recueillie depuis notre arrivée dans cette ville. Un lieu dans lequel nous avions tous été invité mais que j’avais refusé d’intégrer à cause de ma dernière expérience de vie au sein d’un groupe de personne appartenant ç une même maison. Je savais que mon attitude était dérisoire, cette demeure était tenue par la fée bleue et comme son nom l’indiquait il n’y avait aucune prostitution entre ses murs mais j’étais incapable de me raisonner. Le souvenir que j’avais si profondément enfoui et combattu avec l’aide d’Alfred restait toujours vivace autrement que par mes cicatrices, mes souvenirs restaient vivants et refaisaient surface généralement au plus profond de mes nuits et que seul la présence de mon mari savait apaiser. Belle ne comprenait certainement pas l’intégralité des raisons qui me poussaient à refuser d’entrer dans ce lieu, elle ne pouvait comprendre étant donné qu’elle ignorait cette facette de ma vie, bien qu’elle ne cherche jamais à creuser le fin mot de l’histoire. Plutôt que de continuer de me questionner nous abordâmes le sujet de ses possibilités de travail, une occupation qui dans cette ville était obligatoire pour vivre convenablement. Bien que cette notion soit inédite pour moi, j’avais rapidement accepté la situation et en tout état de cause j’avais fait des propositions bien pensé à mon amie à savoir être bibliothécaire, ou encore employés au Hare Tea, bien entendu j’étais intimement persuadée que Belle irait beaucoup mieux dans un lieu chargé de livre que dans un salon de thé et cette dernière était du même avis que moi. Tout en mangeant notre glace, j’écoutais les craintes de mon amie, elle avait peur de ne pas être à la hauteur.

« Je suis certaine que tu seras à la hauteur qu’importe le poste que tu finiras par occuper. J’espère sincèrement que ton entrevu avec la mairesse de la ville te permettra de voir plus clair sur ton avenir… »

Terminant ma phrase avec un sourire aimant, je prenais une cuillère de chocolat praliné-pistache avec un brin de chantilly fière de ce nouveau mélange audacieux mais délicieux accompagné par mon amie qui prenait son pied comme moi à manger de la glace. Le silence loin d’être gênant me permis de faire le point sur le déroulé de cette entrevue, finalement la glace avait encore vaincu prouvant par ses bienfaits qu’elle pouvait soigner tout les maux même ceux qui menaçaient d’anéantir nos cœurs. La glace arrivant à sa fin, Belle reprenait la parole en m’apprenant qu’elle n’allait pas tarder à s’en aller car cette dernière avait des cours de lectures au couvent, une preuve de plus qu’elle était faite pour ce travail à la bibliothèque, notais-je intérieurement tout en hochant la tête avec une certaine fierté dans le regard :

« Je ne savais pas que tu donnais des cours de lecture, mais je suis heureuse de savoir que ses derniers se déroulent bien et que le nombre de participant s’accrois ! Il faut qu’on se voit plus rapidement la prochaine fois Belle et d'ailleurs c'est moi qui t'invite pour cette glace et ce drôle de thé légèrement raté ! »

code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________
— L'amour, c'est la fumée qu'exhalent les soupirs, attisé, c'est le feu dans les yeux des amants, contrarié, c'est la mer que viennent grossir leurs larmes.
@shakspeare
Revenir en haut Aller en bas
princesse des livres
princesse des livres

avatar
Belle French
▻ Messages : 376
▻ Date d'inscription : 15/01/2017
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: Besoin d'air frais Mar 23 Mai 2017 - 8:45





Besoin d'air frais.
-Belle et Juliette-



BBelle était rassurée d’avoir pu parler avec Juliette, mine de rien, ça lui avait fait du bien de ce confier à elle sur les craintes qu’elle avait. La jeune femme avait hâte de déménager et d’avoir son chez elle, certes, vivre toute seul dans ce monde étrange lui faisait un peu peur. Elle avait encore beaucoup de choses à apprendre, mais heureusement, elle était plutôt bien entourée. La petite CJ lui avait appris et montré un certain nombre de choses que Belle ne connaissait pas du tout. Dans un monde idéal, elle aimerait vivre avec Rumple, elle était certaine que dans ce monde, les choses seraient différentes. Mais à l’heure actuelle, elle ne savait toujours pas où ce dernier se trouvait. Alors pour éviter de trop penser, il fallait que la jeune femme s’occupe et pour ça, rien de telle que de se trouver une activité comme par exemple, devenir bibliothécaire, cette idée l’enchantait grandement. Elle pourrait ainsi éviter de déprimer et de trop penser. Elle pourrait peut-être, faire une soirée pyjama chez Juliette un de ces soirs ? Rien de tel qu’une soirée entres filles pour rigoler et se changer les idées. Elle savait que Juliette avait aussi besoin de penser à autre chose. La vie sentimentale de cette dernière n’était pas au beau fixe non plus en ce moment. Notre petite Belle ne voulait pas que cette dernière s’enfonce d’avantage dans la déprime. Juliette lui souhaita bonne chance et espérait que son entrevue avec Régina se passerait bien. Belle se sentait un peu mitigée par cette confrontation, après tout, cette femme lui avait gâché sa vie alors qu’elle n’avait rien demandé et qu’elle ne lui avait rien fait du tout. Oui c’est vrai, Belle est connue pour être gentille avec tout le monde et tendre l’autre joue si on la gifle, mais là, l’ancienne méchante Reine avait vraiment frappé là où ça faisait mal, et Belle savait que lui pardonner lui prendra un certain temps.

« Je te remercie pour tes encouragements Juliette. J’ai entendu dire que la bibliothèque a été laissée à l’abandon, je vais donc lui demander si je peux m’en occuper. J’espère qu’elle acceptera car je ne peux pas vivre sans bibliothèque et pour tout te dire, j’en ai assez de lire les mêmes livres sans arrêt. Ce serait un projet intéressant je trouve. »

La jeune femme n’imaginait pas à quel point Juliette avait raison lorsqu’elle disait que la glace pouvait aider à retrouver le sourire. Toutes ces saveurs et toutes ces couleurs avait redonné le sourire à Belle avant même que cette dernière ne plonge lq cuillère dans cette merveilleuse coupe qui était incroyablement appétissante. Mais gare à la crise de foie. Car Granny avait prévenue la jeune femme que si elle en mangeait trop, elle risquerait d’être malade. Il fallait donc que cette dernière fasse attention à sa consommation. Le sujet de conversation changea et Belle prévint gentiment Juliette qu’elle allait devoir prendre congé. Elle ne voulait pas arriver en retard à son cours de lecture.

« Oui, j’en donne depuis peu et mes élèves sont ravis de la qualité de mes cours. Je suis contente pour eux d’ailleurs, tu verrais le mal qu’ils se donnent. J’ai vraiment été ravie de te voir et de partager ce goûter avec toi. D’accord, j’accepte avec plaisir ton invitation, mais la prochaine fois, ce sera moi alors d’accord ? »

Belle se leva et alla prendre Juliette dans ses bras. Elle la serra contre elle et ferma les yeux.

« Tu es tellement précieuse pour moi Juliette. »

Elle s’en alla en ayant hâte de la revoir.





© code by S.D.123
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Besoin d'air frais

Revenir en haut Aller en bas
Besoin d'air frais
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
" Petit besoin (d'un Courant) d'air
" BESOIN D'AIDE POUR UN SAUVETAGE DE 21 CHIENS DE CEUTA
" On n'a pas toujours besoin d'un plus petit chez soi
" Sybille a besoin de se défouler {Nathan
" Besoin en nourriture d'une monture.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAPPY ENDINGS CHRONICLES :: Storybrooke & le monde sans magie :: Main Street :: Le Granny's dinner-
Sauter vers: