HAPPY ENDINGS CHRONICLES
Besoin d'une raison de nous rejoindre ? Cliquez sur lecture et vous verrez !




 

Partagez|

[FB] Tu es sûre de cet homme ? Feat. Ariane Eeyore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2

avatar
Aurore de Boisdoré
▻ Messages : 376
▻ Date d'inscription : 18/08/2017
▻ Localisation : La Forêt Enchantée

MessageSujet: Re: [FB] Tu es sûre de cet homme ? Feat. Ariane Eeyore Sam 27 Oct - 23:18

Tu es sûre de cet homme ?
Quelle jour excitante. Ce matin en me levant, je savais que ce sera une bonne journée. Tante Paquerette n'avait pas raté ses tartes, la veille Tante Flora m'a terminé une nouvelle jupe et Tante Pimprenelle m'a offert un nouveau livre pendant le petit déjeuner. Tous les signes montraient qu'aujourd'hui serait une bonne journée qui s'annonçait.

Comme à mon habitude, j'ai rejoint Ariane dans la forêt. J'avais hâte de retrouver mon amie et nos discutions si passionnées. Souvent elles duraient toutes l'après-midi, voir plus. Il m'est déjà arrivé de rentrer après le coucher du soleil. Ces fois-là mes tantes n'étaient pas contentes, mais après elles me pardonnent vite, heureusement pour moi. J'ai apporté un gouter pour qu'on puisse manger tout en parlant de nos petites histoires. Ariane m'a raconté tout ce qu'il se passait dans le royaume puis elle m'a parlé de son histoire avec Jean-Christophe. Une très belle histoire d'amour naissante, je n'avais jamais vu mon amie comme ça et ça m'a fait tellement plaisir de la voir heureuse. Elle rougissait quand elle me parlait de lui, elle me racontai toutes les belles intentions qu'il avait envers elle. C'était si romantique.

Ariane venait de me promettre qu'elle m'apporterati des livres et des gravures du royaume. C'est à ce moment-là que j'eus un regard furtif dans la direction du château du roi Stéphane. Et pourquoi ne pas y aller maintenant comme ça je verrai tout de mes propres yeux. C'est la première fois je crois que je pense à désobéir à ce point à mes tantes. Là ce n'est plus de l'ordre de rentrer un peu tard, non là j'envisage de quitter la forêt. Certes temporairement mais je le quitte quand même. Je ne sais si je dois enterrer cette idée dans ma tête ou en parler à Ariane. Peut-être qu'elle comprendra mon envie de voir autre chose que la forêt, peut-être qu'elle acceptera de m'emmener!

Enfaite je n'ai pas eu le temps de réfléchir autant puisque ma bouche a déjà posé la question à Ariane. Je pense que toutes les deux nous nous sommes regardée avec un air incrédule. Je viens de me rendre compte de ce que j'avais dit et j'ai peur qu'Ariane refuse purement et simplement. Mais elle accepte de m'emmener mais si je fais tout ce qu'elle dit et que je cache mon identité. Je ferai tout ce qu'elle voudra moi tout ce que je veux c'est voir la ville.

-Oh merci Ariane !! Je suis tellement contente merci beaucoup !!!!Je lui saute dans les bras pour lui faire un gros câlin. -Promis !! dis-je avec un grand sourire et pour montrer ma bonne foi je mets tout de suite ma capuche pour qu'on ne voit presque plus mon visage. -Enchantée aussi ma bonne amie Je ris en lui prenant le bras.

Nous entamons notre marche vers le royaume du roi Stéphane. Je suis tellement excitée à cette idée de le voir enfin de mes propres yeux. Depuis le temps que je l'admire du haut de la colline, que j'imagine tout ce qu'il peut s'y passer. Je sens comme des fourmis qui montent dans mes jambes, l'envie me ferait presque courir mais je reste au bras de mon ami. Notre marche continue en direction du château. je le vois grandir de pas en pas.

Au loin je vois les murailles qui entourent la ville mais ce qui me frappe en premier c'est le monde qui se presse au niveau de la porte d'entrée. A ce moment je suis partagée entre la peur et la surexcitation. J'attrape le bras d'Ariane pour m'assurer qu'elle est toujours là mais sans quitter toute cette effervescence des yeux. C'est trop incroyable pour moi ! Et comme me le dit Ariane, au loin je vois parfaitement le château du roi !

-J'y suis ...



Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ariane Eeyore
▻ Messages : 79
▻ Date d'inscription : 01/05/2018
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: [FB] Tu es sûre de cet homme ? Feat. Ariane Eeyore Lun 29 Oct - 11:23

Devrais-je avoir confiance en cet homme ?
Feat Aurore de Boisdoré

Enfreindre les règles, voila quelque chose qui ne ressemblait pas du tout à Rose… Bien sûr, en venant régulièrement à ma rencontre, elle désobéissait déjà. Mais aller en ville, c’était bien plus important que de voir une amie ! C’était surement la preuve qu’elle était restée trop longtemps éloignée de la vraie vie, des autres personnes de son âge. Il était temps pour elle de sortir de sa prison dorée, de voir à quoi le monde ressemblait vraiment. C’était bien beau d’entendre mes descriptions et de voir des gravures dans des livres, c’était autre chose de voir tout ça en vrai. Si j’étais un peu dubitative à l’idée de l’emmener, je finis par accepter. Je voulais l’aider à voir ce qu’elle ratait. Et peut-être qu’elle pourrait mieux expliquer à ses tantes son besoin de voir le royaume après l’avoir vu ? Peut-être que ça lui donnerait des arguments supplémentaires. Après tout, pourquoi devait-elle restée ainsi cacher ? Ne méritait-elle pas de vivre comme tout le monde ? Même en étant fille d’écurie, j’avais le droit de sortir, m’amuser pendant mon temps libre. Je partais à cheval avec François, j’allais voir Rose. Bien sûr, normalement, je n’avais pas le droit d’emprunter les chevaux royaux… Mais ça faisait du bien aux destriers de se défouler un peu quand il restait plusieurs jours au box.

Il fallait être prudentes. Personne ne devait la voir. En tout cas, personne ne devait connaitre sa véritable identité... Sinon, ses tantes seraient furieuses… On lui avait trouvé une fausse identité. Nous étions donc prêtes pour partir. Il fallait espérer que nous ne croiserions personne qui allait compromettre notre couverture.

- Je t’en prie. Je la serrai contre moi et la laissais mettre sa capuche. Je suis tout aussi enchantée… Nous dirons que tu es une amie d’un autre royaume, que je te montre le marché pour t’indiquer quel est le bon matériel pour les chevaux.

C’était au cas où nous verrions quelqu’un que je connaissais et qu’il poserait des questions.
Nous nous mîmes donc en route pour le royaume du roi Stefan. Je restais attentive à ce qu’il se passait. Le chemin jusqu’à l’entrée de la ville se passa très bien. Tout le monde était de sortie ! C’était l’heure d’aller chercher des produits frais pour le dîner. Certains flânaient, d’autres faisaient leur courses avec beaucoup de sérieux. Cela ressemblait à une fourmilière géante. Ça grouillait de partout. C’était vivant ! Très différent de la vie en forêt.

- Oui, tu y es… Alors ? Qu’en penses-tu ?

Pour un premier aperçu de la ville, c’était déjà pas mal. Je lui pris la main et l’entrainais vers l’intérieur des murailles. Maintenant qu’elle avait vu tout ça de loin, il était temps d’entrer et de découvrir les détails de cette vie mouvementée qu’est la vie au sein d’un royaume. Tout se passerait très bien, j’en étais persuadée… Enfin, jusqu’à l’entrée fracassante de François.

- Eh bien, eh bien ? Que nous ramènes-tu là ? Demanda-t-il en sortant de nulle part.

Je le regardais avec de grands yeux. Mais d’où sortait-il ?! Je ne l’avais même pas vu arriver ! Mais.. Mais…

- F… François… Mais… Tu n’es pas aux écuries… ?
- Tous les chevaux sont dans les prés, je n’ai plus rien à faire. Réponds donc à ma question maintenant… Je vais finir par croire que tu fais quelque chose de mal.
- Quelque chose de mal… ? Mais non ! Je… Je te présente Léonore… Une ami d’un autre royaume que j’ai rencontré une fois au marché d’ici…
- Enchanté Mademoiselle Léonore… Je suis étonné qu’Ariane m’ait cache votre existence.

Il imita les manières de nobles en s’inclinant, et en lui faisant un baisemain. Il reposa ensuite son doux regard sur moi pour m’interroger.

- Je voulais lui montrer le sellier…
- Laissez-moi vous accompagner, je m’y connais mieux que toi en selle. Et je vous acheterai des marrons chauds.


(c) sweet.lips


(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Aurore de Boisdoré
▻ Messages : 376
▻ Date d'inscription : 18/08/2017
▻ Localisation : La Forêt Enchantée

MessageSujet: Re: [FB] Tu es sûre de cet homme ? Feat. Ariane Eeyore Mar 30 Oct - 14:28

Tu es sûre de cet homme ?
Il y avait quelque chose d'excitant à enfreindre les règles. Je sais que je risque beaucoup, si mes tantes venaient à l'apprendre, elles pourraient ne plus jamais me laisser sortir dans la forêt. Mais j'en avais besoin et l'occasion ne pouvait pas être plus belle. si j'avais prévu cela à l'avance je pense que mes tantes auraient vu que je cachais quelque chose. L'improvisation a du bon quand même vu que nous-même n'étions pas au courant de ce que nous allions faire, personne ne pourrai nous attendre. Enfin c'est ce que je j'espère surtout. Je sais que je ne risque rien , je fais confiance à Ariane pour ça mais je suis un peu anxieuse quand même. Est-ce que ça va me plaire ? Est-ce que je ne vais pas être déçu par ce que je vais voir. Il n'y a pas de raison. Mon amie m'a toujours dit que de belle chose sur le royaume du roi Stéphane, pourquoi en serait-il autrement ?
Je ne dois pas penser à ça, sinon je ne ferai jamais rien pendant ma vie. Je dois aller jusqu'au bout et je veux aller jusqu'au bout! Je mets ma capuche pour me cacher des gens qu'on pourrait rencontrer. Je ne dois pas me faire voir sinon mes tantes pourraient apprendre que je suis venue, elles vont parfois en ville pour faires des courses et elles peuvent parler à des gens ou entendre des rumeurs. Je ne dois pas être le centre des discussions. Je prends le bras d'Ariane, nous entamons notre marche tout en parlant de ce qu'on raconterait aux gens si certains venaient à nous poser des questions enfin surtout pour ceux qui connaissent Ariane.

-Peut-être vaut-il mieux que je ne parle pas pour ne pas attirer l'attention, je serai capable de dire des bêtises plus grosse que moi dis-je avec une petit rire nerveux. Je ne sais pas comment je dois me comporter en ville, peur de me faire remarquer! Et ce n'est pas le jour. Ariane me dit qu'elle me fera passer pour son amie qu'elle a déjà rencontrée et qu'elle veut e montrer des selles. J'acquiesce, c'est une très bonne idée.

Nous nous approchons doucement de la cité et des murailles. Il y a déjà beaucoup de monde, des groupes de gens entrent et sortent parfois avec des charrettes remplies d'objets, de tissus ou de nourritures. Des cavaliers traversent également le pont. Je n'ai jamais vu une telle effervescence !

-C'est incroyable tout ce monde et tu as vu toutes ces denrées ! Je connais à peine un quart des objets qu'ils transportent! Les tissus sont magnifiques. Je vois des fils d'or briller de certaines étoffes, les motifs sont somptueux. je dois avoir les yeux qui s'illuminent tout autant. Inconsciemment je tire doucement Ariane vers l'entrée je veux en voir plus. Une très bonne odeur commence à se dégager des ruelles, je sens une odeur de brioche toute chaude, mais aussi de viande cuite.

-Comme ça sent bon!

Il a aussi une très forte senteur d'épices qui vient d'un petit étalage. Pour moi c'est une exaltation de tous mes sens, la vue l'odorat l'ouïe ! J'entends beaucoup de gens parler, le hennissement des chevaux, les cries des différents animaux, les oies, des cochons. Je n'en avais vu en vrai, seulement dans les livres de mes tantes.

-Regarde, des cochons ! dis-je en heureuse.

Plongée dans ma contemplation je n'ai pas remarqué l'homme qui s'approchait de nous. Je le vois quand il interpelle Ariane, ils doivent surement se connaitre. Surprise et impressionnée je me tais et attends de voir ce qu'il se passe. C'est un jeune homme plutôt grand avec des cheveux bruns. Il a une belle allure très élancée. Je comprends tout de suite qui c'est quand Ariane l'appelle par son prénom, c'est François, le jeune homme qui travaille avec elle dans les écuries du royaume.
Il soupçonne qu'on fait quelque chose de mal notre couverture ne serai quand même pas déjà tombée. Heureusement mon amie sait parfaitement quoi dire et l'excuse que je sois une amie à qui elle veut montrer des elles ça fonctionne. Quand elle me présente je fais une petite courbette comme me l'ont appris mes tantes. A son tour, il me fait un baise main. Je n'ai pas pu m'empêcher de rougir. Ça fait beaucoup pour moi, je suis en train de désobéir mes tantes nous sommes dans le royaume du roi Stéphane, et un homme vient de me parler. C'est beaucoup de nouveautés en une seule fois.

-Bon..Bonjour monsieur Je n'arrive pas à tenir son regard, je préfère regarder les pieds.

Il propose de nous accompagner au sellier, je ne sais pas si c'est une bonne idée mais je fais confiance à Ariane si elle accepte qu'il vienne c'est qu'elle lui fait confiance. Et j'avoue ne pas être contre des marrons chauds!
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ariane Eeyore
▻ Messages : 79
▻ Date d'inscription : 01/05/2018
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: [FB] Tu es sûre de cet homme ? Feat. Ariane Eeyore Sam 3 Nov - 13:32

Devrais-je avoir confiance en cet homme ?
Feat Aurore de Boisdoré

Désobéir était un acte à la fois excitant et effrayant. Si elle se faisait prendre, qu’allait-il se passer ? Ses tantes me puniraient-elles aussi ? Même si elles ne me connaissaient pas ? Et si nous étions découvertes, j’étais persuadée que ses trois marraines feraient en sorte que nous ne puissions plus nous voir, parce qu’elles penseraient que c’était pour la sécurité de Rose. Mais je ne lui voulais aucun mal, au contraire. Elle était celle que je considérais comme ma meilleure amie. Je n’avais aucune raison de m’en prendre à elle, surtout qu’elle m’aidait énormément avec Jean-Christophe, que nous nous amusions bien semble. Sans oublier monsieur Hibou qui était également de bonne compagnie. En fait, il ne fallait pas qu’on se fasse prendre. Nous prendrions toutes les précautions possibles. J’inventais une histoire qui me semblait plausible et exposai mes idées à Rose qui répliqua qu’elle préférait se faire muette.

- Si la bêtise est aussi grosse que toi, tout va bien, tu es toute fine. Répliquai-je en riant. Mais plus sérieusement, ça serait encore plus étrange que tu ne répondes pas si on venait à te parler, les gens penseraient que tu as quelque à cacher. Contente de réponse brève et évasive. Dis-je avec un petit sourire.

Elle finit par acquiescer face à mon idée. Après tout, c’était tout à fait possible que je veuille conseiller une connaissance en selle. Le domaine équestre était un univers que je connaissais très bien, et dans ce royaume, il y avait de très bons selliers. Mais je préférais espérer que nous ne rencontrerions personne, les choses seraient plus simples ainsi. Je doutais tout de même que le hasard nous épargne une rencontre avec une connaissance. J’étais assez douée pour m’attirer des ennuis. Et jamais rien ne se passait comme je le voulais.

Au lieu de penser au pire, je préférais emmener Rose en ville. Ainsi, je ne pourrais plus faire marche arrière, et je ne la décevrais pas en la ramenant chez elle. Enfin, en la ramenant dans la forêt. Tout ce qui me semblait familier et insignifiant était une véritable découverte pour mon amie. Son regard volait à gauche à droite. Elle était émerveillée devant des choses que je ne regardais plus. Apparemment, il y avait plein de choses dont elle ignorait l’existence. Ses réactions me faisaient sourire. J’avais l’impression d’être avec une enfant qui trouvait du bonheur dans chaque petite chose qu’offrait la vie. En la voyant faire, je me disais qu’il fallait que j’apprenne à regarder de nouveau ces petites merveilles, ces petits plaisirs qui m’échappaient parce que je passais à côté sans y accorder la moindre attention.

- C’est vrai que les tissus sont très beaux. Tu auras peut-être une robe dans un beau taffetas bleus quand tu rencontreras ton prince ? Déclarai-je avec un petit rire.

Une vraie princesse face à la rencontre de l’amour de sa vie. J’étais persuadée qu’elle serait sublime avec du bleu. Ses tantes lui feraient peut-être une jolie robe un jour. Je lassais mon ami mener la visite, elle allait où bon lui semblait. Pendant que ses yeux se posaient à gauche à droite, je veillais à ne croiser personne, mais je ne pouvais pas suivre tout ce qu’elle me montrait et garder l’œil attentif sur tous les individus que nous croisions.

- Oui, ça sent bon. On n’est pas loin du boulanger, il fait toujours de bons gâteaux. Expliquai-je.

J’imagine que c’était très différent de voir ces choses dans des livres et de les voir en réalité. Les odeurs, les bruits et les couleurs n’accompagnaient pas les images fades des pages. Je comprenais parfaitement qu’elle puisse s’extasier ainsi. Je trouvais même dommage de ne pas pouvoir m’émerveiller comme elle. Ça devrait être quelque chose d’agréable que de découvrir un nouveau monde ! Je l’enviais dans un sens. Son bonheur face aux cochons me fit rire.

- Méfies-toi quand même d’eux, ils peuvent manger tout et n’importe quoi. Et s’ils ont faim, ils peuvent être agressifs.

On ne comptait plus le nombre d’accidents qui impliquaient des enfants et des cochons. C’était que ces bêtes pouvaient être bien plus méchantes qu’elles n’y paraissaient. Mais en regardant ces porcs, je ne remarquais pas l’arrivée soudaine de François. Il était censé être aux écuries ! Sauf que les chevaux étaient de sortie pour l’après-midi, il avait donc eu son après-midi aussi. Qu’allais-je faire ? Je devais m’en tenir au plan et lui dire ce qui était prévu ! Il a l’air de me croire et tant mieux. Cependant, il n’avait pas l’air de vouloir nous laisser entre filles. Bien au contraire, il voulait nous aider avec des selles et nous offrir des marrons chauds. Il fit même un baisemain à Rose qui devint rouge comme une tomate.

- Ne rougissez donc pas, ce ne sont que des salutations polies. Lui dit-il en lui faisant un clin d’œil. Monsieur ? Il éclata de rire. Oh non, pas monsieur. Je suis simplement François. Vous saluez comme les princesses vous savez ? Je n’ai jamais vu quelqu’un du peuple se courber avec autant de grâce. Je suis tout ébloui, Léonore.
- Tu es un incorrigible flatteur et charmeur ! Rouspétai-je.
- Non, ça, je ne le suis qu’avec toi. Serais-tu jalouse mon Ariane ? Demanda-t-il avec le regard plein de malice.
- Pas le moins du monde… Mais pour la peine, tu nous payeras bien des marrons chauds !
- Mais je ne demande que ça… Répliqua-t-il en me prenant la main pour y déposer un baiser également.

Ce fut à mon tour d’avoir les joues en feu. Il était incorrigible !

- Allons mes dames, allons voir ce sellier et ensuite, nous irons manger ! Je connais très bien Luc. Il pourra te faire un bon prix, Léonore.
- Je crois qu’elle veut juste regarder, tu sais…
- Alors, allons regarder.

Il nous prit toutes les deux par le bras et nous entraina en plein cœur de la ville…
(c) sweet.lips


(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Aurore de Boisdoré
▻ Messages : 376
▻ Date d'inscription : 18/08/2017
▻ Localisation : La Forêt Enchantée

MessageSujet: Re: [FB] Tu es sûre de cet homme ? Feat. Ariane Eeyore Ven 16 Nov - 18:33

Tu es sûre de cet homme ?
Plus je m'approche du village et plus je suis excitée par tout ça. Je sais que je désobéis mais je me promets à moi-même et donc indirectement à mes tantes que je ne ferai pas de bêtises et que je ne me mettrais pas en danger inutilement. Je pense que simplement pour moi, ça vaut mieux. Je ne voudrai pas que lors de ma première visite il se passe quelque chose de mal. C'est pour ça que je promets à Ariane de faire tout ce qu'elle me dira, je cache mon visage avec ma capuche et on me choisit une nouvelle identité pour la journée. J'espère que cela sera suffisant. Je propose même à Ariane de ne rien dire pour éviter que je me découvre toute seule par mes paroles. Mais Ariane pense que se sera bizarre si je ne parle pas, les gens vont se poser encore plus de question.

-Tu as raison, on n'a qu'à dire la vérité, du moins en partie. Je suis l'une des tes amies qui vit en campagne et sort très rarement pour aller en ville.
On n'est quand même pas très loin du mensonge. Mais mon seul but et de ne pas me faire remarquer.

Nous entreprenons notre route vers le château et déjà à l'entrée de la cité, c'est un émerveillement. Le monde, les animaux, les objets, les produits, les bruits, les couleurs. Tout ce que j'avais imaginé par les différents récits d'Ariane s'étale enfin devant moi. A chaque coup d'œil dans une direction je vois une nouvelle chose. C'est incroyable ! Je veux en voir plus ! Je tire doucement mon amie pour qu'on rentre dans l'enceinte du Royaume. Deux gardes sont postés à l'entrée pour surveiller le tout venant j'imagine. Je me fais toute petite en passant à côté d'eux comme si ils pouvaient me reconnaitre mais ils m'impressionnent un peu.
Une fois que nous avons passé les murailles c'est comme si un nouveau monde s'ouvre devant moi.

Certes je connais déjà le village, le marché. J'en ai vu dans les livres, dans les gravures mais être physiquement dans ce lieu c'est incroyable. Tous mes sens sont stimulés. Certaines femmes portent de très belles robes dans un style que je ne connais pas. Rester dans la forêt ne m'aide pas à rester à la mode. Ça ne fait rien je préfère regarder. Ariane pense que j'aurai peut-être une robe comme ça un jour, quand je rencontrerai mon prince.

-Oui peut-être et j'avoue que ça ne me dérangerait pasdis-je en regardant plus attentivement le tissu exposé dans l'une des échoppes. La matière semble si souple, si fine, ça ferait une robe incroyable. Je m'imagine dans une belle robe bleue, dans une magnifique salle de bal, entouré par plein d'invité et mon beau prince. Il viendra me voir, me faire un baisemain et me demander de lui accorder ma première danse, que je lui accorderai bien sûre.
Bon j'arrête mes rêveries ici, ce n'est pas le sujet en ce moment. Après avoir vu les beaux tissus, je sens une odeur incroyable. D'abord je crois reconnaitre une odeur de pain, puis une sorte de tarte mélangée à de la viande. Ce qu'on mange à la maison est bon mais ce sont toujours un peu les mêmes choses, là ce sont beaucoup de nouvelles saveurs que je ne connais pas. Ariane me confirme qu'on est prêt de chez le boulanger et qu'il fait de très bons gâteaux. Si ils sont aussi bons au goût qu'à l'odeur je n'en doute pas un instant.

Soudain mon œil est attiré par des petites bêtes courtes sur pattes, toute rose, leurs queues en tire bouchon qui se balade au rythme de leurs pas.

-Ils sont si mignons ces petits cochons pourtant !! Mais je respect la consigne d'Ariane et je ne m'approche pas. Et c'est à ce moment-là que François décide d'arriver nous surprenant Ariane et moi. Je préfère rester muette le plus possible du moins tant que mon amie n'a pas fait les présentations. Je le salue comme mes tantes me l'ont apprise, mais je reste toute rouge après qu'il m'est pris la main pour l'embrasser. Il rigole en me disant que je salue comme une princesse, mais lui m'a fait un baise main, je pensais avoir bien réagi. En tout cas je suis flattée qu'il trouve que mes manières sont dignes d'une princesse.
Je regarde attentivement l'échange entre Ariane et François. Je vois beaucoup de complicité entre les deux. François va également lui faire un baise main, j'ai l'impression qu'il veut retrouver la même réaction qu'il a eue avec moi. Et il a réussi, Ariane devient tout rouge à son tour.

Je n'ai pas le temps de dire quoi que ce soit à mon amie que déjà François nous emmène, nous prenant chacune par un bras. J'ai tout juste le temps e lancer un regard interrogateur à Ariane.
Nous suivons notre guide jusqu'au marchand de marrons. Je prends doucement le petit sachet tout chaud, c'est très agréable et ça sent très bon !

-Merci Mons … François dis-je en souriant.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ariane Eeyore
▻ Messages : 79
▻ Date d'inscription : 01/05/2018
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: [FB] Tu es sûre de cet homme ? Feat. Ariane Eeyore Ven 23 Nov - 13:38

Devrais-je avoir confiance en cet homme ?
Feat Aurore de Boisdoré

Etait-ce réellement une bonne idée que de désobéir à ses tantes ? Si elles la gardaient cacher, c’était qu’il  avait une raison, non ? Sûrement une bonne raison. Parce que vivre ainsi loin de tout, ce n’était pas une vie… Mais comment refuser à Rose de découvrir le monde ? Elle avait le droit de savoir dans quel royaume elle vivait. De savoir ce qu’il y avait en dehors de la forêt et de ses amis les animaux. Je n’avais rien contre le bois et ses habitants, mais la vie était aussi très épanouissante en ville. Il y avait plein de choses à y faire. Nous pouvions y découvrir tellement de choses ! Si nous parvenions à nous faire discrètes, nous ne courrions aucun risque… Il suffisait de monter un plan, et s’y tenir. Il n’y avait rien de mal à se promener un peu. Ensuite, je la ramènerais près de chez elle, et ça serait comme si de rien était… Enfin, je l’espérais. J’essayais de trouver une histoire à Rose, quelque chose de possible…

- Les meilleurs mensonges sont ceux qui sont proches de la vérité. C’est en tout cas ce que dis François. Et je crois qu’il s’y connait bien… Il réussit toujours à nous tirer d’embarras, ou avoir ce qu’il veut comme ça. Mais il est gentil hein, il aimerait juste avoir un peu plus d’argent, et il ne me ment jamais à moi. Je le sais quand il ment.

Non, François n’était vraiment pas quelqu’un de mauvais. Mais il aimerait avoir plus que ce qu’il a. Pourtant, nous n’étions pas si mal lotis dans le château. Nous travaillions dur, mais nous percevions l’argent que ce travail méritait. En faisant un peu d’économie, nous pourrions sûrement avoir chacun son chez soi. On avait encore le temps d’y penser, pour l’instant, je me sentais bien au château. Je n’avais besoin de rien d’autre. Lui, il avait besoin de liberté… François faisait avec pour l’instant.
Ce n’était cependant, pas le sujet. Là, tout de suite, il fallait que je fasse découvrir la ville à mon amie. Elle s’émerveillait devant tout. Elle avait l’air heureuse d’être ici. Malgré mes hésitations, je ne regrettais pas du tout de l’avoir emmenée avec moi. La voir dans cet état me faisait plaisir. Elle méritait de découvrir le monde, et de savoir ce qu’il se passait tout près de chez elle. Par contre, chez elle, elle devrait faire attention à ne pas éveiller les soupçons de ses tantes. Il fallait qu’elle soit comme d’habitude.
C’était sûrement très différent de ces livres. Ici, il y avait de la couleur, du bruit et du mouvement partout. C’était un véritable festival pour les sens. Elle semblait avoir un faible pour les beaux tissus. Il était vrai que certaines robes pouvaient être magnifiques grâces au tissu. De belles couleurs, des broderies d’or et d’argent. Ça irait très bien à Rose, elle était si jolie. Une belle robe bleue lui irait très bien… Un bleu roi. Quoi que, c’était sûrement réservé au membre de la famille royale... Un beau bleu marine alors.

- Je suis sûre que tu auras une jolie robe un jour. Demandes-en une pour l’un de tes anniversaires. Tes tantes doivent savoir coudre non ? Ou qu’elle aille chez le tailleur pour t’en faire faire une. Tu dis que tu as vu une jolie robe dans un livre, et hop ! Le tour est joué !

Personnellement, je n’aurais pas l’utilité d’une jolie robe. J’étais toujours avec les chevaux ou entrain de courir partout en forêt. Je l’abîmerais vite et ça serait de l’argent jeté par les fenêtres. Par contre, Rose pourrait sûrement participer un bal un jour et rencontrer un comte, un duc, ou même un prince ! Qui sait de quoi l’avenir est fait ? On pouvait bien rêver un peu, et parfois les rêves se réalisent ! En attendant, mon amie avait une autre rencontre : des cochons. Elle semblait être en admiration devant ces petites bêtes. Mais il fallait se méfier de leurs jolies frimousses. Les porcs pouvaient être très dangereux.

- On ne compte plus les accidents qu’il y a avec des cochons et des enfants. Ils sont pas méchants, mais il faut faire attention quand ils ont faim ou quand tu as de la nourriture avec toi.

Et puis, François avait son apparition. Je ne m’y attendais pas. Il devait travailler. Il n’avait rien à faire là ! Il m’expliqua pourquoi il était là et il fit la connaissance de Rose que je présente comme Léonore. Il sembla surpris pas les bonnes manières de la jeune femme en ma compagnie, il la compara aux princesses de la cour. Mais elle ne sembla pas s’en offusquer, elle était surprise. Il joua ensuite de ses charmes, faisant des baisemains à l’une puis à l’autre, nous faisant monter le rouge aux joues. Il ne se dégonfla pas, et accepta de payer les marrons. Il nous emmena en plein cœur de la ville en nous prenant pas les bras et puis, il nous emmena vers un vendeur de marrons. Je vis le regard interrogateur de Rose, je lui fis comprendre que tout allait bien. François ne ferait rien de mal.

- Voila les marrons chauds de ces dames. Bon appétit surtout. Mon amie gouta le met et avait l’air satisfaite. Mais je vous en prie mademoiselle. Alors, pourquoi voulez-vous regarder les selles ?  C’est pour quelqu’un ou pour vous ? Ou était-ce une excuse pour ne pas que vous suive ?
- Oh François… Tu sais très bien que ce n’est pas le cas.
- Mais je ne sais rien mon Ariane… Peut-être que tu voulais confier à Léonore à quel point tu me trouves beau, intelligent et charismatique ! Répliqua-t-il en riant.
- Quoi ?? Mais pas du tout !

Je devins rouge pivoine. Et puis me rappelait de sa question : pourquoi Rose voulait-elle voir les selles ? C’était malheureusement à elle de répondre… Si je le faisais à sa place, ça paraitrait étrange…
(c) sweet.lips


(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Aurore de Boisdoré
▻ Messages : 376
▻ Date d'inscription : 18/08/2017
▻ Localisation : La Forêt Enchantée

MessageSujet: Re: [FB] Tu es sûre de cet homme ? Feat. Ariane Eeyore Mer 5 Déc - 10:52

href='http://fonts.googleapis.com/css?family=Rye' rel='stylesheet' type='text/css'>
Tu es sûre de cet homme ?
Enfin je trouve à la liberté, à l'immensité de cet espace, à l'intégralité de ce monde. Bon je dois quand même tout relativiser, je ne suis que sortie de la forêt. Mais pour moi c'est déjà beaucoup de choses ! Quand j'ai dit que je ne suis jamais sortie de la forêt ce n'est pas un mensonge, je vis enfermée dans cette prison ouverte. A tel point que j'ai l'impression d'avoir l'omnisciencede ses bois. Je sais que je n'ai pas le droit de parler à des inconnus, et bien si il en venait un dans les environs je saurais très bien où me cacher sans qu'il ne me retrouve jamais. Toutefois cette situation me désole plus qu'elle ne me rende fière. Je ne veux pas passer ma vie à me cacher. Je veux voir du monde, admirer de belles en villes. Et ça je le faire aujourd'hui grâce à Ariane. Je me demande de plus en plus ce que j'aurais fait sans elle. Je serais surement restée à tout jamais dans la forêt, mes tantes, ces relatrices continueraient de me parler de ce monde qui est devenu mon unique demeure.
Je ne peux pas en rester là, je veux découvrir cet univers qui m'est inconnu. Je traverse les bois au bras de mon amie et j'accélère même pour arriver au plus vite en ville. Je n'ai jamais été aussi proche de ce que je désire le plus. Et avant même d'être à l'intérieur des murailles, je suis déjà émerveillée. Je sais que la ville est bien plus animée que peu l'être la forêt, mais ça dépasse tout ce que j'ai pu imaginer. Nous sommes déjà entourés par une multitude d'individus. Des fermiers avec leurs bétails, des marchands avec leurs produits de toutes les natures, toutes les formes et toutes les couleurs. Je pourrai rester à l'entrée de la forteresse pour pouvoir tout regarder et ne rien manquer.
Je dois quand même faire attention. Je ne suis pas chez moi et je ne pas être ici normalement . Avec Ariane, nous avons préparé quelques boniments si on venait à nous poser des questions enfin surtout à moi. Je prends un autre nom, pour la journée, et je vais essayer d'être la meilleure actrice possible.
Ariane m'explique que son ami François est un connaisseur des mensonges pour se sortir d'affaires fâcheuses mais elle ajoute qu'il aimerait avoir plus d'argent.

-Ah bon mais je pensais que vous, en ville, vous aviez tout ce qu'il vous faut pour vivre. Vous n'avez pas beaucoup d'argent ?

Je ne veux pas paraître plus bête que je ne le suis mais je pensais réellement que les citadins avaient de bons métiers et beaucoup d'argent. Moi je vis à la campagne, c'est normal que nous n'ayons pas beaucoup de choses. Apparemment j'ai tord.

Un peu plus loin dans la rue je reste éblouie par un magnifique tissu bleu. Les rayons lumineux se reflètent sur l'étoffe. C'est magnifique ! Plus on en parle avec mon amie et plus j'ai réellement envie d'avoir une robe dans ce tissu si beau, si souple. Je m'imagine déjà tournoyant sur moi-même pour faire tourner les volants de ma jupe. Encore un nouveau rêve. Je regarde l'écriteau de la boutique, et j'y vois un idéogramme qui représente des ciseaux et une aiguille. J'en conclus que ce n'est pas seulement un vendeur de tissus mais aussi un créateur, un tailleur.

-Peut-être que si un jour j'arrive à avoir assez d'argent, je pourrai me faire faire un vêtement dans cette boutique. On ne sait jamais ! dis-je en rigolant.

Mon attention est très vite attirée par autre chose, de magnifiques petits cochons tout roses. J'entends les recommandations d'Ariane mais je n'arrive pas à croire que ces créatures soient méchantes. Je les observe jour dans la boue, je suis conquise!

Puis c'est un jeune homme qui rentre dans notre champ de vision, il s'approche tout de suite d'Ariane, j'imagine qu'il la connait. Je comprends vite qu'il s'agit du fameux François. Mon amie fait vite les présentations, comme nous l'avons dit. Je me permets une petite référence, c'est la moindre des politesses. Ce François eut de cesse de nous faire des éloges à moi mais surtout à Ariane, il ne l'a presque pas quitté du regard. Les flatteries font toujours plaisir et toutes les deux nous n'y avons pas échappé. A toutes les deux le rouge nous monte aux joues. On aurait deux petites filles impressionnées.
Ariane reprend vite le dessus, elle ne se laisse pas faire face à François. Elle accepte quand même, et j'en suis heureuse, qu'il nous offre des marrons chauds. J'ai follement envie d'essayer. Rien qu'en s'approchant de la charrette fumante je peux percevoir l'odeur si typique du marron cuit, c'est déjà délicieux. Je le déguste déjà parce qu'il est encore très chaud et je ne veux pas oublier ce moment. J'en ris de bonheur. Je prends tout mon temps pour les manger pour ne rien oublier des saveurs et faire durer ce moment.

D'une oreille j'écoute la conversation entre Ariane et François. Il s'interroge toujours sur la raison de notre venue en ville. Je pensais que les marrons l'en avaient détourné mais apparemment non. En tout cas je constate qu'il a un langage très intime avec elle "mon Ariane". Est-ce comme ça qu'on parle en ville ou il est très attaché à elle, plus qu'elle ne le pense. Mais je ne peux m'empêcher de rire doucement quand je la vois devenir rouge de nouveau quand François suppose qu'elle voulait me faire un discours dithyrambiqueà son sujet.

Je ne veux pas laisser mon amie dans l'embarras. Je vais tenter de la sortir de ce mauvais pas.

-C'est grâce à Ariane que je suis là aujourd'hui, nous nous sommes rencontrés au port par hasard et nous avons très vite sympathisés. Je vis avec mes tantes et elles viennent d'acquérir un cheval mais nous n'avons pas de selle. Alors j'en ai parlé à Ariane et elle a accepté de m'accompagner aujourd'hui et me voilà. J'espère que vous pourrez nous aider. J'avoue ne pas avoir un grand savoir dans ce domaine dis-je avec un beau sourire.

En lui demandant son aide j'espère attirer son attention sur autre chose que la réelle raison de ma venue ici et ce que tout cela implique.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ariane Eeyore
▻ Messages : 79
▻ Date d'inscription : 01/05/2018
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: [FB] Tu es sûre de cet homme ? Feat. Ariane Eeyore Mar 11 Déc - 12:56

Devrais-je avoir confiance en cet homme ?
Feat Aurore de Boisdoré

Un peu d’aventure, ça ne doit pas faire de mal. On avait bien le droit de prendre un peu l’air non ? Certes, nous ne manquions pas d’air frais dans la forêt, mais c’était autre chose que la ville. Et j’étais bien contente de pouvoir faire découvrir ces lieux à Rose. Il y avait plein de choses à faire et à voir ici. C’était si différent de la quiétude des bois. La ville était un lieu bruyant, vivant, toujours en mouvement. Ça allait à gauche, à droite, devant, derrière. Ça ne s’arrêtait jamais. Même en pleine nuit, on entendait le crieur, on pouvait trouver quelques vendeurs de marrons qui cherchaient à se faire quelques dernières pièces. Les éleveurs et leurs bêtes rarement couchés de bonheur, et toujours les premiers levés. Il y avait toujours de la vie ici. Et mon amie avait le droit de découvrir tout ça. Ce n’était pas une vie que de rester chez soi à tout apprendre par les livres. Les pages d’un ouvrage ne nous transmettent pas le bruit, les odeurs et le mouvement. Il fallait y aller sur place pour comprendre tout ce qu’il y avait à voir, sentir, toucher, entendre. Avec un peu de chance, nous pourrions même gouter à quelques petites friandises vendues ici. On pouvait trouver des bonnes choses pour pas cher quand on savait où aller.

Pour être sûres de ne pas faire de gaffe, nous préparions tout de même une histoire à raconter dans le cas où quelqu’un nous poserait des questions. Les commerçants me connaissaient, ils pourraient me demander qui est Rose. Elle était une simple amie qui était de passage ici. On aurait eu François avec nous, il aurait su quoi dire, quoi faire en improvisant. A chercher la gloire, il savait très bien mentir et se tirer d’affaire. Il aimerait être plus qu’un garçon d’écurie. Le fait de savoir qu’il y a des pauvres semble surprendre Rose. Pourtant, ce n’est un secret pour personne.

- Oh… On n’est pas malheureux tu sais. On a de quoi vivre correctement. On ne meurt pas de faim, on a des vêtements propres et avec un peu d’économie, on peut en avoir des neufs. Mais nous ne sommes pas riches non plus. On a juste ce qu’il faut. Ce n’est pas cher payer les domestiques d’écuries. A moi, ça me convient, je n’ai pas besoin de plus. Mais François aimerait avoir son chez lui, ses affaires et il veut faire autre chose que travailler pour quelqu’un… Il veut une autre vie quoi.

François était sûrement un grand rêveur. Orphelins tous les deux, il serait miraculeux de sortir de notre situation et de réussir à s’élever dans la situation. Mais les miracles étaient possibles. Nous n’étions pas si mal lotis en travaillant pour le roi Stefan. Il était quelqu’un de généreux et nous payait assez pour que ne nous manquions de rien. On pouvait même s’offrir quelques plaisirs si on faisait bien attention. Cependant, voir d’autres personnes plus aisées pour faire envie. C’était ce que voulait mon ami de tous jours : il voulait plus que ce qu’il avait. Sûrement qu’avec un peu de persévérance, il y arriverait. Je croyais en lui, et je souhaitais son bonheur.

Rose semblait aussi aimer ce qui était cher. Ses yeux ne s’étaient pas posés sur n’importe quel tissu. Un tissu magnifique mais bien onéreux… Elle aussi réussirait à avoir ce qu’elle voulait  si elle était aussi motivée que François. A moins que ses tantes parviennent à lui payer tout ce qu’elle désire ? Après tout, on ne savait pas ce qu’elles cachaient, peut-être qu’elles avaient un fabuleux trésor et que c’était pour cette raison qu’elles se cachaient : pour se protéger. Et mon amie a raison, avec un peu d’économie, elle pourrait se faire un vêtement ici.

- Qui sait ? Si on y met du sien, on peut tout avoir je suppose. Tu peux demander de l’argent de poche à tes tantes ? Quoi qu’elles se demanderaient pourquoi tu veux de l’argent… Plus tard… Il faut leur demander un cadeau sinon. Proposai-je en souriant.

Alors que nous  nous promenions près des cochons qui attendrissent Rose, François fit son apparition. Je ne l’avais pas vu venir et je fus très surprise de le voir avec nous. Il était censé être au travail puisque j’étais là. Mais il expliqua qu’il n’y arrivait plus rien à faire avant ce soir.
Avec  des éloges, quelques belles tournures de phrases et une alléchante proposition, il finit par se joindre à nous. Nous laissant guère le choix en réalité. Il voulait être des notres, il le serait. Ainsi était-il. Rien ni personne ne lui résistait. Il n’était pas méchant, mais il savait obtenir ce qu’il désirait avec douceur. Il nous offrit des marrons chauds qui ravissent les papilles de Rose, et qui me réchauffent un peu. Il se lance quelques fleurs, se moque un peu de moi, tout en insistant pour savoir ce que Rose fait ici. Malheureusement, cette fois, c’était à elle d’intervenir et pas à moi… J’écoute attentivement ses explications qui sont tout à fait plausibles et cohérentes. Ouf.

- ça coûte une petite fortune une selle vous savez… Je peux vous conseiller oui. Mais il faudra faire en fonction de l’argent que vous avez.

Je remarquais alors que François observait attentivement Rose.

- Mais enfin ! On ne fixe pas les gens comme ça !
- Tu ne trouves pas qu’elle ressemble à la reine ?
- Quoi mais n…

Je regardais à mon tour Rose et finalement si… Il y avait comme un air de ressemblance. Un air… Ou quelque chose de familier.

- Hum… Tu ne serais pas un membre de la famille royale par hasard ? Une princesse qui cherche à vivre un peu parmi le peuple ?
- Ne dis pas n’importe quoi… Elle a dit qu’elle vivait avec ses tantes…
- Et alors ? ça ne l’empêcherait pas d’être une parente de nos souverains…
(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jake A. Ridder
▻ Messages : 70
▻ Date d'inscription : 25/09/2017
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: [FB] Tu es sûre de cet homme ? Feat. Ariane Eeyore Dim 16 Déc - 20:21

Tu es sûre de cet homme ?
Ft. Aurore de Boisdoré et Ariane Eeyore

Je dois rentrer au château mais je n'en ai pas du tout envie. Je suis mieux dans la forêt à peaufiner mon entrainement. Je suis sûre de pouvoir devenir plus fort encore. Je sais que notre royaume est en paix mais la menace d'une guerre est toujours présente. C'est d'ailleurs pour cela que mon père a organisé mes fiançailles avec la fille du roi Stéphane. Leurs deux pays ne sont pas en conflit mais ils sont des amis de longue date et ils pensent que leurs unions et ceux de leurs enfants les rendront plus fort. Ils n'ont pas tort. L'union fait la force. Ce qui m'embête c'est que je dois aussi donner de ma personne. En tant que prince que je me dois de respecter la volonté de mon père et je dois aussi veiller au bien du royaume. Pour cela je dois épouser cette princesse, que je n'ai vu qu'une seule fois. La princesse Aurore, celle qui a subi la malédiction de Maléfique et qui est cachée aux yeux de tous par les fées. Je ne sais même si je la reverrai d'ici notre mariage. Pour l'instant j'ai d'autres préoccupations. Je suis également destiné à devenir le roi de ce grand royaume unifié, et je dois terminer mon apprentissage pour être prêt le moment venu. Accompagner par des gardes, quelques fils de nobles je m'entraine très dure dans les abords de la forêt. Cependant ma session est suspendue lorsqu'un messager arrive du château. Il se dirige tout de suite vers moi pour me porter sa missive. Elle vient de mon père, il est de passage dans le royaume du roi Stéphane et il veut que je vienne lui rendre hommage également. Je pousse un petit soupir, j'informe toute ma suite de chevaliers de notre départ imminent pour le château du roi Stéphane. Je m'assure que tout notre matériel est bien récupéré puis je me dirige vers notre nouvelle destination.

Sur le chemin je me demande pourquoi mon père tient tant à me faire venir, le roi Stéphane me connait, il connaît mon allégeance envers lui, mais peut-être est-ce plus compliqué ce que cela y paraît. Je sais qu'il y a d'énormes tensions dans les contrées voisines. Une guerre a été lancé par une reine contre sa belle-fille. La pauvre princesse doit elle aussi se terrer dans la forêt. Peut-être que le roi Stéphane est plus préoccupé par Maléfique, cette mauvaise fée cause de nombreux malheurs sur ces terres il n'a toujours pas réussi à trouver un moyen de la combattre. La malédiction de sa fille doit beaucoup l'affecter, je peux comprendre qu'il ne tente rien. Il veut aussi protéger sa fille et ce n'est pas en s'attirant les foudres de Maléfique qu'il y arrivera.

Quant à moi j'essaie de trouver ma place dans tout cela. Je sais quels sont mes devoirs, mes obligations et je compte bien les tenir. Je ne devrais le dire mais je n'apprécie pas tout le protocole qui m'oblige à accomplir la volonté de mon père. Je suis tiraillé entre mes envies et l'obligation du royaume. Je ne veux pas décevoir mon père, il compte beaucoup sur moi. A ce moment je vois les tourelles s'élever à travers les arbres, j'arrive au château et je pénètre dans la ville basse.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Aurore de Boisdoré
▻ Messages : 376
▻ Date d'inscription : 18/08/2017
▻ Localisation : La Forêt Enchantée

MessageSujet: Re: [FB] Tu es sûre de cet homme ? Feat. Ariane Eeyore Jeu 20 Déc - 18:46

Tu es sûre de cet homme ?
Comme quoi il ne faut jamais perdre espoir. Je savais au fond de moi qu'un jour je serai ici pour admirer toutes ces belles choses et cela avec ou sans mes tantes. Et pour cela je dois remercier Ariane, sans elle je n'aurai pas pu faire le dixième de cette journée. En acceptant de m'emmener, elle a réalisé l'un de mes rêves les plus précieux. Venir en ville est commun pour beaucoup de gens mais pour une fille comme moi c'est extraordinaire. Je suis heureuse de le faire même si cela doit passer par la désobéissance des ordres de mes tantes. J'espère qu'elles me pardonneront, si elles venaient à le découvrir. Je ne pense pas faire quelque de mal, je veux simplement sortir de ma forêt et découvrir le monde qui m'entoure. Je leur expliquerai que j'ai pris de nombreuses dispositions pour qu'on ne me reconnaisse pas, ou que personne ne me remarque. Cependant je suis très vite emporté par toutes l'activité des ruelles, par les habitants, par les commerces. Toute cette vue m'envahit de bonheur. Il y a des bruits et des odeurs. Dès que je tourne la tête je vois de nouvelles choses. Toutes plus belles les unes que les autres. C'est véritablement spectaculaire. J'ai l'impression d'être revenu en enfance et de découvrir un nouveau jouet. Je suis dans la même excitation, dans la même admiration, le même enthousiasme.
Je continue de discuter avec Ariane sur la vie ici et je suis surprise d'apprendre que la pauvreté existe en ville. Je pensais sincèrement que les citadins vivaient bien mieux que les paysans. Ça me semblait logique. Encore mon ignorance qui m'honore.

-Je suis désolée de l'apprendre. Je … Je pensais que … la vie était bien meilleure ici. Je dois avoir une piètre éducation pour ne pas savoir des choses comme cela. Cependant m'assure qu'ils ne sont pas malheureux. Elle, par exemple pour le roi et elle gagne suffisamment pour vivre et elle peut même se permettre quelques plaisirs. J'en suis heureuse pour elle.

- Mais si un jour ça venait à être plus dure pour toi il faudrait me le dire. Je ferai tout pour t'aider ! lui dis-je en lui prenant les mains. Je le pense sincèrement. On ne manque pas de tartes à la maison, mes tantes ne verront pas que certaines disparaissent et si je peux l'aider ça me ferait très plaisir. Elle mentionne aussi son ami François, qui lui aussi travaille aux écuries, mais apparemment pour lui cette vie n'est pas suffisante, il voudrait avoir plus. Je le comprends, qui ne voudrait pas avoir beaucoup d'argent pour mieux vivre. Il semble être un garçon très sympathique en tout cas.
Je comprends son envie de gagner plus de sous. Mon œil est attiré par un magnifique tissu bleu. Il est si soyeux, la couleur brille sous les rayons du soleil. Quand je le compare aux autres étoffes, je vois bien que celui-là est qu'une tout autre qualité. Il doit coûter extrêmement cher. Mais ça ne coûte rien de rêver d'avoir un vêtement confectionné dans ce magnifique tissu. Une robe serait magnifique. On ne sait jamais. Je peux toujours essayer de demander une pièce de chez ce tailleur pour on anniversaire, Ariane a raison. Enfin pour l'instant je n'y suis pas.

- Oui je leur demanderai discrètement, comme si de rien n'était. Ça j'y arrive plutôt bien avec elles dis-je avec un petit rire.

Nous continuons notre exploration des rues et je suis subjuguée par d'adorables petits cochons. C'est à ce moment précis que François fait son entrée. Il se plante devant nous et veut absolument qu'on fasse les présentations. Avec Ariane nous mettons en application le petit discours que nous avons mis au point et ça semble fonctionner. Après de multiples compliments qui nous ont fait rougir toutes les deux, François nous paye des marrons. Maintenant on ne peut plus lui demander de nous laisser. Il est rusé mais ce n'est pas grave. En effet il a l'air d'être un gentil garçon, il veut simplement rester en notre compagnie. Je suis contente qu'il nous ait payé ces marrons, c'est très bon ! La chaleur du fruit est très agréable.
La curiosité de François est trop forte et il ne peut s'empêcher de me poser d'autres questions sur moi et la raison de ma venue. Je devais répondre. Si c'est Ariane qui le fait il va trouver ça bizarre et si je me cache derrière le silence il nous posera encore plus de question. Je prends mon air le plus naturel possible et je lui raconte que les tantes cherchent une selle pour le nouveau cheval qu'elles ont acheté.

- Je n'en doutes pas un instant mais je suis venue en repérage. C'est pour ça que j'ai demandé l'aide d'Ariane. Et je l'en remercie encore dis-je en attrapant le bras de mon amie, heureuse d'être ici avec elle.

C'est à ce moment que François se met à me regarder avec un peu d'insistance. Un peu gênée, je lance un regard à Ariane mais elle non plus ne semble pas comprendre cette attitude. Pendant une fraction de seconde, j'ai cru qu'il m'avait reconnu mais c'est impossible, on ne se connaît pas c'est la première fois qu'on se voit. C'est Ariane qui le coupe dans son observation pour lui dire que ce n'est pas une façon de regarder les gens. Mais c'est sa réponse qui est la plus surprenante. Selon lui, j'aurai des traits familiers avec la reine. Je ne l'ai jamais vu mais ça m'étonnerai fortement. Toutefois il arrive à faire douter Ariane qui se met à me regarder à son tour.

-Non vous devez faire erreur. Je suis très heureuse de cette belle comparaison mais j'ai un visage plutôt commun c'est pour cela.

Pourtant François insiste et me demander même si je n'ai pas un lien de parenté avec un membre de la famille royale. Ariane lui rappelle que je vis avec mes tantes. C'est peut-être l'une des seules choses vraies dans tout ce qu'on a raconté. Il persiste dans ses dires et moi je reste convaincu que ce n'est qu'une coïncidence.

-Vous ne pensez pas que si cela avait été le cas, je serais l'une des premières au courant.
- Puisque vous ne me croyez pas je vais vous montrer. Suivez moi.

Intriguée je l'avoue je suis François qui nous amène près du château. Je suis déjà ébloui d'être aussi proche de cette merveille. Cependant notre guide attire mon attention sur une peinture au mur. On y voit ce que j'en conclus vite être le roi et la reine du royaume. La reine porte dans ses bras un tout petit bébé. Je porte toute mon attention sur le beau visage de la reine. Elle est très belle, avec un regard doux et un sourire aimant pour son bébé. On voit le roi passé son bras autour des épaules de sa femme montrer qu'il sera toujours là pour les protéger. Cette peinture me touche au plus profond de mon être mais je ne saurai dire pourquoi. Peut-être parce que moi aussi je voudrais voir des parents comme ceux-là aimants et protecteurs. Emue je m'approche du portrait de famille et je ne peux m'empêcher d'avancer la main vers le bébé comme si je voulais prendre sa place dans cette composition.

-Je … Je dois reconnaitre qu'il y a une petite ressemblance. La vie est parfois pleine de surprise.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ariane Eeyore
▻ Messages : 79
▻ Date d'inscription : 01/05/2018
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: [FB] Tu es sûre de cet homme ? Feat. Ariane Eeyore Lun 24 Déc - 23:57

Devrais-je avoir confiance en cet homme ?
Feat Aurore de Boisdoré

Si la ville était belle, il ne fallait pas oublier ses sombres secrets. Tout le monde ne vivait pas heureux ici. Certains étaient pauvres et malgré toute la bonne volonté du roi et de la reine, rien ne changerait cela. S’il n’y avait pas de pauvre, il n’y aurait pas de riche non plus. C’était triste à dire, mais pour que certains puissent nager dans le bonheur, il fallait que d’autres vivent dans la misère. Je n’étais pas à plaindre : j’avais un toit sur ma tête, je pouvais manger à ma faim, je parvenais à mettre un peu d’argent de côté en cas de problème, j’étais plutôt bien payer pour une simple fille d’écurie. Je comprenais le besoin de François d’avoir plus, mais ce n’était pas nécessaire à mes yeux. Rose semblait surprise d’apprendre que la pauvreté existait. Elle état désolée pour la situation, mais elle n’en était en rien responsable.

- Tu n’as pas à être désolée, tu n’y es pour rien. Je pense que tes tantes ne veulent pas te chagrinée avec ce genre d’histoires. Ne t’inquiète pas pour moi, j’ai fait quelques économies, je devrais pouvoir m’en sortir. Mais promis, un cas de gros souci, je te le dirai. Répondis-je avec un petit sourire.

Comme beaucoup de jeunes femmes, Rose se prit de passion pour les tissus. Un beau tissu bleu lui avait tapé dans l’œil et je la voyais déjà danser avec une robe dans cette matière. Elle avait une certaine élégance naturelle, et je ne doutais pas qu’elle ferait l’unanimité pendant une fête royale. De mon côté, je préférais passer inaperçue, et être dans les écuries avec les chevaux, une bonne soupe chaude et François pour discuter de tout et de rien.

- Tu me diras si tu as réussi. Dis-je en souriant.


Tout aurait pu bien se passer. Vraiment bien. On était plutôt bien parti. En toute discrétion, nous nous étions faufilées dans les rues. Rose avait pu voir beaucoup de choses en quelques instants. Bref, c’était parfait jusqu’à l’arrivée de François qui perturba toute notre tranquillité. C’était un jeune home que j’appréciais énormément, mais là tout de suite, sa présence n’était pas la bienvenue. Mon amie était censée passer incognito, personne ne devait la voir mais avec le garçon d’écurie, ça faisait déjà un témoin de sa présence au royaume. Sans lui dire la vérité, nous devions lui faire comprendre qu’il fallait qu’il fasse comme s’il n’avait jamais vu Rose avec moi. Même si nous lui avions prêté une fausse identité, la description physique de la demoiselle pourrait nous trahir un jour ! J’aurais aimé que tout se passe sans encombre, mais ça aurait été trop facile dans ce cas là…. Il fallait faire comme si de rien n’était… Maintenant, Rose devait trouver une excuse à sa venue ici, une raison de voir les selles de notre royaume. Elle s’en sortit plutôt bien, et François avait l’air de la croire.

- D’accord. Eh bien, allons voir tout ça…

Mais nous n’en fîmes rien. A la place d’aller voir le sellier, le jeune homme observa la demoiselle. Je lui reprochai son attitude peu convenable mais il répliqua qu’elle avait un air de ressemblance avec la reine. Il disait n’importe quoi, je voulus me fâcher, mais il insista pour que je regarde aussi. Je cédais, pour pouvoir le contredire mais finalement, je me tus… Il n’avait pas réellement tort. Elle ressemblait beaucoup à la reine… Comment n’avais-je pas pu le voir plus tôt ?

- Je t’assure que tu as un air de ressemblance avec la reine… C’est flagrant même…
- Un visage commun ?? Mais ma pauvre, tu ne sors pas souvent ou quoi ? Ou tu ne veux pas voir la vérité ? Ou peut-être que tu mens ?
- François ! Ne sois pas si désagréable ! Rouspétai-je.
- Navré, je ne voulais pas dire ça.

Il pouvait parfois être très contrariant aussi… Et Rose avait raison, si elle était de sang royal, elle le saurait. Malgré tout, François voulait montrer l’évidence à mon amie et il nous emmena voir le portrait en mosaïque de la famille royale. Face au portrait, je ne pouvais plus rien nier. Il avait une véritable ressemblance entre la reine et Rose…

- Ce n’est plus une petite ressemblance là… Tu serais peut-être même le portrait de la reine plus jeune…
- Ah ! Vous voyez ! C’est bizarre quand même, non ?
- Oui, un peu…

J’entends soudainement le bruit de sabots qui claque sur le sol. Je tournai la tête et je vis le prince Philippe.

- Il y a le prince… Et nous sommes tous les deux ici. Qui va s’occuper de son cheval ?
- Tu as ta journée, on m’a laissé partir… Alors il saurait se débrouiller, ne t’inquiète pas.
- D’accord… Regarde Léonore, c’est le prince Philippe, le cavalier qui passe là. Je le lui montrai discrètement.
- Laissons ce prince de côté, et retournons à nos moutons… qui es-tu Léonore ?
(c) sweet.lips
[/color]
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jake A. Ridder
▻ Messages : 70
▻ Date d'inscription : 25/09/2017
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: [FB] Tu es sûre de cet homme ? Feat. Ariane Eeyore Ven 11 Jan - 0:04

Tu es sûre de cet homme ?
Ft. Aurore de Boisdoré et Ariane Eeyore

Après une chevauchée à travers la forêt j'arrive enfin au château du roi Stéphane. J'ai l'impression que c'est un jour de marché, il y a beaucoup de monde dans les rues. Mais aides de camp commencent à faire reculer les curieux qui s'approchent un trop près.

-Doucement, ne blessez personne.

Je sais de quoi ils ont peur depuis la malédiction de Maléfique il y a plus de 10 ans tous les gardes sont sur les dents. C'est un ordre de mon père. Selon le maléfice le seul moyen de sauver la princesse Aurore est de lui donner son premier baiser d'amour. Cela va la libérer de son sommeil de 100 ans. Etant donné que je suis son fiancé, il suffirait que Maléfique me tue pour que la princesse ne se réveille jamais. J'ai réussi à convaincre mon père de ne pas m'enfermer au palais, ce n'est pas pour m'éloigner de mon rôle de prince.

Je sais que les habitants apprécient de voir des membres de la famille royale et souvent je passe par la ville pour les saluer. Je me prépare aussi à mon futur rôle de roi. Je ne veux pas instaurer un sentiment de peur ou de haine avec les habitants. J'ai besoin d'eux pour faire fonctionner le royaume et comme le roi Stéphane, je compte bien est en remercier. Le fait que je vienne leur faire plaisir et ça ne coûte rien alors je peux au moins faire ça pour eux.

J'avance au pas à travers les rues qui mène au château du roi Stéphane. Je salue ceux qui me font signe et je donne quelques pièces aux enfants qui s'approchent les mains tendues.

-Faites attention à vous.

L'affluence est de plus en plus forte à mesure que je m'approche du château. D'ailleurs je crois même reconnaitre les deux écuyers qui travaillent pour le roi et je leur fait signe également. A côté d'eux je crois voir une jeune fille blonde mais très vite elle met sa capuche sur sa tête et je n'en vois pas plus. Puis je rentre dans la cour du palais.



Revenir en haut Aller en bas

avatar
Aurore de Boisdoré
▻ Messages : 376
▻ Date d'inscription : 18/08/2017
▻ Localisation : La Forêt Enchantée

MessageSujet: Re: [FB] Tu es sûre de cet homme ? Feat. Ariane Eeyore Ven 11 Jan - 1:17

Tu es sûre de cet homme ?
Si Ariane avait des soucis de quelques natures que ce soit je voulais l'aider. Je pouvais l'héberger chez mes tantes, je trouverai quelque chose, une excuse pour leur expliquer comment je la connais. Elle a toujours été là pour moi, elle continue de me voir dans la forêt alors qu'elle n'est pas obligée et aujourd'hui elle m'accompagne dans ma bêtise, elle m'aide à désobéir. Pour moi c'est une vraie amie et je veux lui rendre la pareil. Je l'envie tellement de pouvoir aller partout, elle a de la chance et il faut qu'elle en profite comme ça après elle peut tout me raconter après.

La ville fourmille déjà tant de si belles choses. Les animaux, les devantures, la nourriture et aussi les tissus. Ils sont magnifiques. Peut-être qu'un jour mes tantes accepteront de me faire un vêtement dans ce tissu. Ce serait merveilleux.

-Tu seras la première au courant lui dis-je amusé. Non seulement, elle sera la première et surement la seule.

C'est à ce moment que nous tombons nez à nez avec notre nouveau compagnon : François. Un jeune homme plein d'enthousiasme qui veut absolument rester en notre compagnie. Le lui refuser aurai paru suspect d'autant qu'il commence à poser beaucoup de questions. Il vaut mieux le garder avec nous et détourner son attention. Je lui explique que je suis à la recherche d'une selle pour mes tantes et il semble s'en contenter. Tant mieux.

Après nous avoir payé des marrons chauds ce qui complète la liste des choses nouvelles que j'ai faite aujourd'hui François se met à me regarder fixement à tel point que je me tourne vers Ariane pour avoir un peu d'aide. Soudain François me demande si je ne fais pas partie de la famille royale. Quelle idée! Je sais que ma situation est étrange mais je vis avec mes tantes depuis ma naissance, mais de ça il n'est pas au courant. Je n'ai jamais entendu une chose pareil venant de mes tantes. Elles me l'auraient dit à n'en point douter.

-Non ça doit être une erreur, je vous assure.

Il ne semble pas convaincu par ma réponse et décide de nous emmener près d'une mosaïque au bas des murailles du château. Elle représente la famille royale le roi Stéphane, la reine Oriane et un petit bébé, une petite princesse. Mais je reste concentré sur le visage de la reine. Je dois reconnaitre que nos traits sont similaires mais c'est surement une coïncidence, ça arrive. Il n'y a pas d'autres explications possibles. Je ne connais pas mes parents je ne sais donc pas à quoi ils ressemblent.
Je me retourne surprise vers Ariane quand elle corrobore les dires de François.

-Mentir mais non enfin, je vous assure que c'est un hasard. Certes un hasard très troublant c'est tout. Je vis avec mes tantes depuis ma naissance, je ne suis jamais allée dans un palais royal ni même parlé à un membre royal.

Soudain notre attention est détournée par des clameurs qui se font de plus en plus fortes. Une foule s'approche du château et j'aperçois des cavaliers. Ariane se penche vers moi pour me dire que le prince Philippe arrive. Je me lève sur la pointe des pieds pour tenter de la voir et je finis par croiser son regard une demi-seconde. C'est un homme grand, jeune et beau. Il a noble allure sur son cheval blanc et s'avance lentement pour saluer la foule. Je n'arrive pas à le quitter des yeux jusqu'à ce que de plus en plus en monde s'attroupe autour de nous pour voir le prince et je me dis qu'il est temps de me cacher alors je remets ma capuche sur ma tête pour me protéger des regards. Je reste aux côtés d'Ariane pour ne par être séparée d'elle. Mais je ressens quelque chose en moi comme des petits papillons qui s'envolent. Je ne sais pas ce qu'il se passe, je me sens bizarre.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ariane Eeyore
▻ Messages : 79
▻ Date d'inscription : 01/05/2018
▻ Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: [FB] Tu es sûre de cet homme ? Feat. Ariane Eeyore Sam 12 Jan - 22:01

Devrais-je avoir confiance en cet homme ?
Feat Aurore de Boisdoré

Malgré ses origines modestes, je trouvais que Rose avait une élégance et une grâce naturelles qui lui donnaient des allures nobles. La voir habiller comme une princesse n’étonnerait pas du tout, et ça ne surprendrait personne. Je pensais même que ça lui irait bien. Il fallait qu’elle demande à ses tantes de lui faire une belle robe, ça la mettrait tellement en valeur ! Elle pourrait plaire à n’importe quel prince et vivre un véritable conte de fée. En plus d’être belle, elle était gentille, intelligente, curieuse et pleine de vie ! Qui ne l’aimerait pas ? Il semblait évident qu’elle trouverait l’amour et qu’elle serait sincèrement aimée par l’élu de son cœur. J’avais hâte de la voir gouter au bonheur et à l’amour. Elle méritait tant d’être heureuse. J’avais un aperçu de sa joie aujourd’hui : en découvrant la ville, mon amie avait des étoiles plein yeux. C’était un plaisir de l’aider à découvrir le monde.
Malheureusement, tout ne se passa pas comme prévu. L’idéal aurait été de rester que toutes les deux. Mais François avait eu le droit à sa fin de soirée et il me trouva en compagnie de la jeune fille. Très proche de lui, il aurait été étrange que je le chasse. Je ne le chassais jamais, au contraire, j’étais toujours contente de le voir et de passer du temps avec lui. En plus, il avait eu la gentillesse de nous offrir des marrons chaud. Comment le repousser maintenant ? Impossible ! Mais vive d’esprit, Rose lui mentit avec brio en suivant le plan que nous avions prévu. Je nous crus sorties d’affaire, mais une nouvelle remarque de l’écuyer me laissait dénue : Rose ressemblait à la Reine. Je protestais face à ses propos mais en observant mon amie, je ne puis nier davantage l’évidence. Je ne l’avais jamais remarqué avant, mais Rose était vraiment le portrait caché de notre souveraine. Je ne savais pas ce que ça voulait dire, mais je commençais à douter des véritables origines sociales de la demoiselle qui était là. François avait-il raison ? Etait-elle noble ? Ne jouait-elle pas avec nous ? Une noble qui rêve d’aventures et qui se fait passer pour paysanne afin d’assouvir sa curiosité. Après tout, je n’avais jamais vu ses tantes ou sa chaumière. Tout ce que je savais, c’était ce qu’elle me disait. Comme elle protestait encore, mon ami de toujours nous emmena à la mosaïque de qui représentait la famille royale. Plus personne ne pouvait nier : Rose et Reine se ressemblaient.
Pourtant, en l’entendant affirmer sa version, je ne pouvais plus douter d’elle. Toutes ses paroles étaient sincères. J’en étais certaine.

- Et tu ne te demandes pas qui sont tes parents ? Insista François.

A quoi pensait-il ? Insinuait-il qu’elle était une enfant illégitime abandonnée ? Ou pensait-il qu’elle serait la princesse ?? Dans un cas comme dans l’autre, ça devait rester secret…

- Bon… Et si on passait à autre chose ? Passons juste la soirée ensemble et oublions tout cela…

François allait protester, mais il fut interrompu par l’arrivée du prince Philippe. A chaque fois qu’il passait, il faisait toujours son effet… Je pensais au travail et au fait que personne ne serait là pour accueillir le fils du roi Hubert. François, lui, ne perdit pas le nord, et voulut reprendre le sujet là où on l’avait laissé. Il voulait des réponses à ses interrogations, mais Rose avait l’air ailleurs…

- Tout va bien ? Lui demandai-je en saisissant doucement son bras.
- Encore une qui est sous le charme du prince… C’est perdu d’avance Léonore. A moins d’être la princesse Aurore, tu n’as aucune chance.
- Oh !Bon ! Et si on allait ailleurs ?? Faisons autre chose ! S’il te plait François… Montrons la ville à Léonore… Et amusons-nous un peu… Profitons de la soirée… S’il te plait… Implorai-je.

Il me regarda alors de haut en bas, avant de soupirer.

- Très bien… Allons regarder les boutiques…

Malgré ce qu’il venait de dire, je savais qu’il n’abandonnerait pas ses investigations. Il n’allait pas lâcher l’affaire aussi facilement. Juste pour ce soir, il allait faire comme si de rien était… Ensuite… Je ne savais pas encore. Mais au moins, pour ce soir, nous allions simplement passer une soirée entre amis.
(c) sweet.lips
[/color]
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Aurore de Boisdoré
▻ Messages : 376
▻ Date d'inscription : 18/08/2017
▻ Localisation : La Forêt Enchantée

MessageSujet: Re: [FB] Tu es sûre de cet homme ? Feat. Ariane Eeyore Hier à 19:17

Tu es sûre de cet homme ?
La ville est si divertissante, je n'en attendais pas moins d'un endroit pareil. Ce foisonnement de couleurs, de senteurs, m'envahit tout entière. C'est une véritable joie d'être là. J'imagine déjà des robes dans certains tissus pour moi mais pour Ariane aussi ! Elle serait si belle dans une robe de mousseline rouge ou bleu clair. Je nous imagine toutes les deux à la cour du roi, dans nos jolies robes. Nous rencontrerions de beaux chevaliers, ils nous feraient la cour. Enfin de beaux rêves et ça ne coutent rien. Je ne pouvais pas rêver mieux, être en ville avec ma meilleure amie à imaginer de belles choses pour notre futur. C'est incroyable. Nous commençons notre balade que déjà je m'extasie devant des petits cochons et c'est là François nous rejoint. Un garçon très sympathique qui veut absolument nous accompagner et pour cela il nous appâte en nous offrant des marrons chauds.
Mais notre rencontre vire à long moment d'observation et de questions. François affirme que j'ai les mêmes traits que la reine mais c'est forcément une coïncidence je ne connais pas la reine je ne l'ai jamais vu, je ne suis jamais entrée au château. Mes tantes sont des femmes tout à fait ordinaires, elles sont des humbles paysannes qui vivent dans la forêt.

-Je … Je ne me suis jamais posé la question. Mes tantes m'ont trouvé et m'ont élevée, ça m'a toujours suffit. Je dois être une orpheline, sans parents, sans attache. Je vie avec mes tantes depuis toujours, je ne suis jamais venue au château, et je ne connais personne de la famille royale. C'est un hasard ça arrive je ne vois pas d'autres explications. Insistais-je à mon tour.

Je suis soulagée qu'Ariane détourne l'attention de François, je n'avais plus d'argument pour tenter de la contredire. Mais d'un coup il y a des clameurs, de l'agitation, un flot de personne se dirige vers le château et c'est le prince Philippe qui arrive, sur son beau cheval blanc. Dès que le vois j'ai l'impression d'être frappée par la foudre. Mon cœur semble se stopper net et j'ai le souffle coupé. Je ne saurai dire si c'est le fait de voir le prince, cette image de cet homme sur son cheval mais je ne suis plus la même ça c'est certain.

-Je … Je… Non j'ai été surprise, je … Je ne m'y attendais pas Je sens mes joues chauffer et devenir toutes rouges, c'est à ce moment que je remets à ma capuche. Qui est la princesse Aurore ? C'est le petit bébé sur la mosaïque ? Je viens seulement de découvrir que le roi et la reine avaient une fille, ça ne peut être que ce bébé.

J'acquiesce à la proposition d'Ariane et prends son bras comme pour l'inciter à me montrer le reste de la ville.
-Je suis d'accord avec Ariane, il vaut mieux voir le reste de la ville pendant que je suis encore là, je ne dois pas rentrer trop tard. Je lance un dernier regard sur le prince qui rentre dans le château puis je suis Ariane dans un autre quartier de la ville.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [FB] Tu es sûre de cet homme ? Feat. Ariane Eeyore

Revenir en haut Aller en bas
[FB] Tu es sûre de cet homme ? Feat. Ariane Eeyore
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
" Le futur d''Haiti selon l''homme d''affaire Mike Spinelli
" Voilà un homme que Sarko ne comprendra pas.
" Prime et renom de l'homme au boomerang
" Hunm ! hunm ! UN HOMME UN HOMME UN EVENNEMENT !
" l'homme qui n'a pas de chien...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAPPY ENDINGS CHRONICLES :: Le monde des contes :: Les Terres de l'Est :: La Forêt Enchantée-
Sauter vers: